Ceci est un forum public. Les Cowboys Fringants dalporto se dissocient des opinions émises sur ce forum.

 L'Encyclopédie du Peuple

Auteur Sujet: La pénurie de main d'oeuvre dans un sujet  (Lu 6489 fois)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
La pénurie de main d'oeuvre dans un sujet
« Réponse #200 le: décembre 17, 2023, 12:30:16 pm »
0
Alors j'ouvre un ticket (ça j'haïs ça, "ticket").

Comme dit Lisa, Windows+C, GPT comment je ferais pour pointer l'association .dwg sur mon nouveau Autocad est souvent pas pire, on est presque rendu google est la dernière option, mais qui va générer le contenu pour les GPT de ce moment si plus personnes ne visite leur site web.... Il risque d'arriver comme pour les journaux/nouvelles, tous le monde les leachs plus personne ne s'abonne à ceux-ci, après il ne reste même plus de nouvelle à voler pour commencer alors on lit directement les fils de presses.

IT du genre est une profession qui s'est faite beaucoup attaquer depuis 15 ans, la version en streaming d'Autocad fonctionne plutôt bien (et bien des compagnies ont commencé à l'utiliser en 2020, les gros eux roulent sur leur propres serveurs dans leur building et les employés ne roule plus sur leur propre machine)

Au lieu d'avoir un serveur email sur place, prend un service externe.
Au lieu d'avoir son propre système de backup de style 3 locations (deux set de disques dur différent et des CD/DVD gravé), prend un excellent service de backup sur le cloud à bon prix.

Les prix des services IT en lignes ont souvent augmentés (ton année 1 est beaucoup moins chère quand tu n'as pas à acheter du hardware et moins d'employés, mais l'année 2-3-4-5 va se rattraper avec les mensualités surtout quand tes besoins augmentent) ou des problèmes sont survenues et y'a eu un certain retour, mais ce ne sera probablement plus jamais ce que c'était avant.

Dans ma très petite entreprise, on était pas mal toute locale, petit serveur JIRA, svn et compagnie que l'on maintenait à la mitaine nous-mêmes, notre propre backup, Microsoft nous offre 20 fois mieux avec des vitesses d'upload de 20 MB sur leur serveur complètement gratuitement aujourd'hui. Dans notre domaine, Microsoft a rendu assez compliqué de justifier de faire le IT nous-mêmes tellement ils sont extra-ordinairement compétent et pas cher, il domine tellement l'espace du développement de logiciel que si un jour ils ont un problème, la planète va avoir un gros problème aussi.

j'ai l'impression qu'on n'a pas la crème de la crème ici.

La suite de produit que je fais à tendance à entrer en conflit avec le système de licences d'Autodesk si IT utilise le même serveur pour les 2 (et on est toujours ceux qui perdent cette bataille), ultra-commun pour nos clients d'utiliser AutoCAD alors assez commun d'avoir à communiquer avec leur service d'IT interne, je les trouve généralement excellents et en mode solution, université, privé, etc.... Quand le client dit a je peux pas rien faire, je dois attendre IT, c'est plus souvent fiou, ça va toutes se faire tout seul comme il faut, que: à non c'est barré et ça va être gossant, ma réaction.

Charlemagne

  • Membre
  • **
  • Messages: 418
  • Respect: +525
La pénurie de main d'oeuvre dans un sujet
« Réponse #201 le: mars 07, 2024, 10:10:44 pm »
0
La semaine dernière, il a venté très fort. Ça, vous le savez.

Ce que vous ne savez peut être pas, c’est qu’un vent peut arriver à faire vibrer un objet pour en atteindre sa fréquence naturelle. La semaine dernière, il ventait si fort que l’échafaud s’est mis à vibrer, 40 000 lbs d’acier monté pour défier la gravité qui se met à frémir sous la force du vent.

En hauteur, entre les bâtiments, les vents ne sont pas les mêmes. Ce sont des corridors aériens.

Un échafaudage, c’est un installation temporaire pour avoir accès à une zone, un échafaud, c’est pour donner la mort. Jeudi dernier, tandis que le vent arrivait pas bourrasque et que tout tremblait, à 210 pieds dans les airs, c’était comme monter à l’échafaud.


La toile de protection avait arraché dans la nuit pour aller se prendre sur la dernière rosette au bout; elle agissait comme une voile de 50 pieds, comme un drapeau. Il fallait aller la couper, et parce que la vie est là lol de Murphy, il n’y avait plus de plate-forme à cet endroit parce que les travaux n’étaient pas prévu à cet endroit. On a marché directement sur les tubes. Fred, à sa deuxième journée, était en extase et a pris une photo pour envoyer à sa blonde. Guillaume était blanc.





https://imgur.com/xEno5mC


Sur l’autre échafaud des plywoods du toit ont arrachés, comme des feuilles mortes que le vent emportes. Ceux qui étaient encore acroché a sur l’aluma beam travaillaient pour partir. La vis temporaire résistaient et l’aluma levait de deux pouces. Contrairement au premier échafaud, celui ci était monté pour travailler, donc pas besoin de harnais. Mais le problème était que le toit était pas dans la zone et qu’on ne pouvait pas attendre. Tom a lancé un binder par dessus la planche mais le vent repoussait toujours. Il fallait encercler la planche pour venir la serrer sur l’échafaud. La planche comment à craquer. Tom a sauter sur le toit, à 180 pieds, pour pouvoir lancer la corde au gars sur le plancher plus bas, qui l’a attrapé à temps.

On exclus la personne qui parle, je suis maintenant dans un bureau. J’ai suivi tout ça par coup d’appel téléphonique, tandis qu’on faisait une présentation du département devant les équipes et que ceux-ci nous critiquaient, que le directeur nous disait que ne s’intégrait pas dans l’équipe. On s’est fait traiter de tout les noms.

D’esti de manoeuvre

Les estis de gars d’échafaudages.

J’ai pris les appels durant la pause de la présentation

- gros man c’était malade, j’ai jumpé sur le toit pis là kev m’a lancé le binder mais man le toit levait de deux pouces, gros ça fait longtemps qje j’ai pas eu la chienne de meme gros ça fait que jlai pris une photo.

On en trouve de moins en moins qui s’en vont en mission, qui cherche à se dépasser physiquement dans leur travail. Mais en même temps, pourquoi on se donnerait pour qu’un millionnaire soit plus confortable.

Je veux dire: le directeur a pas tort. On le fait pas pour eux mais pour nous même. On monte à l’échafaud pour vivre.