Ceci est un forum public. Les Cowboys Fringants dalporto se dissocient des opinions émises sur ce forum.

 L'Encyclopédie du Peuple

Auteur Sujet: N'importe quoi : actualité et société  (Lu 562776 fois)

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ***
  • Messages: 1851
  • Soleil de minuit
  • Respect: +339
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8150 le: mars 25, 2024, 02:54:16 pm »
0

Pour ma part, oui, je suis contre. J’écrirais bien une thèse à ce sujet-là, mais je manque de temps et ce serait de toute façon probablement une perte de temps en l’espèce.


https://www.ohchr.org/fr/stories/2017/10/torture-during-interrogations-illegal-immoral-and-ineffective ;

https://www.hrw.org/legacy/wr2k5/darfurandabughraibFR/6.htm ;

https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/trois-raisons-qui-prouvent-que-la-torture-pratiquee-par-la-cia-ne-fonctionne-pas_769183.html ;

https://www.contralegem.ch/2018-2-m-pourquoi-la-torture-ne-marche-pas/#top ;


https://www.ledevoir.com/opinion/libre-opinion/502140/la-banalisation-silencieuse-de-la-torture-nous-concerne-tous ;

 
Désamorcer le scénario de la bombe à retardement ;

Michela Marzano, « Torturer « pour la sécurité du plus grand nombre » », Cités, vol. 36, no. 4, 2008, p. 93-105 : https://www.cairn.info/revue-cites-2008-4-page-93.htm ;

Michel Terestchenko, « De l'utilité de la torture ? Les sociétés démocratiques peuvent-elles rester des sociétés décentes ? », Revue du MAUSS, vol. no 28, no. 2, 2006, p. 337-366 : https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2006-2-page-337.htm?contenu=article...


(Oui, j'ai bien lu les documents en question, entre autres.)
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8151 le: mars 25, 2024, 03:39:30 pm »
0
Es-tu d'accord que:
Pourquoi nous devons toujours dire "NON" à la torture

Mais souvent le faire ? Par exemple, envoyerais-tu les policiers qui ont torturer le voleur de voitures dans mon exemple en prison et aurais-tu laissé le bébé mourir avant d'essayer la torture ?

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11395
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8152 le: mars 25, 2024, 04:10:45 pm »
0
Tu poses une question morale à un problème légal.

Légalement parlant, les policiers seraient fort probablement coupables d'une infraction et pourraient potentiellement se retrouver en dedans. Déontologiquement aussi ça peut poser problème. La fin ne peut pas justifier les moyens.

Moralement parlant, tant mieux si ça a marché, mais au moment de torturer, tu ne le sais pas si ça va marcher ou pas.

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ***
  • Messages: 1851
  • Soleil de minuit
  • Respect: +339
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8153 le: mars 25, 2024, 05:30:26 pm »
0

« Nous devons (dans le sens « avoir à / être dans l’obligation de ») souvent le faire » : Non, je ne suis pas d’accord avec cela.


Ton scénario m’a quelque peu fait penser au scénario de la « bombe à retardement » :

« Le scénario de la bombe à retardement est un « exercice de pensée » hypothétique utilisé afin de remettre en cause l’interdiction absolue de la torture. Il peut se formuler ainsi : « On suppose que l’auteur d’un attentat terroriste imminent, qui fera de nombreuses victimes, se trouve entre les mains des autorités ; il ne dévoilera l’information permettant de prévenir l’attentat que sous la torture. Faut-il le torturer ? »

Dans certains débats publics, le scénario prend souvent la forme d’une question personnelle posée en présence d’un auditoire à quelqu’un qui affirme être opposé à la torture. Dans ce contexte, la formulation est souvent personnalisée : « Mais imaginez que vous savez qu’un attentat est imminent, qu’il fera des milliers de morts et que vous tenez son auteur en votre pouvoir. Le seul moyen de prévenir cet attentat étant de le torturer, le feriez-vous, oui ou non ? »

Le scénario de la bombe à retardement fonctionne en manipulant les réactions émotionnelles du public. Il crée un climat de peur et de colère. Il distord artificiellement la situation pour susciter de la sympathie et même de l’admiration envers le tortionnaire, et de la haine ou de l’indifférence à l’égard de la victime de torture. La nature spectaculaire de ce scénario en a fait un sujet privilégié de programmes à succès de la télévision et de films d’action. Il engendre une image mentale qui a, dans une certaine mesure, capté l’imagination d’une partie du grand public. C’est dire que la discussion de ce scénario a acquis une dynamique propre, qui va bien au-delà de son contexte originel qui est d’ordre juridique et politique. L’impact qu’il a eu fait l’objet de graves préoccupations, non seulement de la part des organisations et des défenseurs des droits de l’homme, mais aussi parmi nombre de hauts responsables d’institutions militaires.

Quelles que soient les raisons pour lesquelles on le présente dans un contexte donné, l’effet souhaité du scénario de la bombe à retardement est de créer le doute au sujet de l’interdiction absolue de la torture. Ce doute doit alors, habituellement, amener les auditeurs à admettre la création d’une exception juridique à l’interdiction, ou pour le moins à accepter que, dans certains cas, les lois pénales contre la torture ne soient pas appliquées. Le but réel des partisans de l’argument de la bombe à retardement pourrait bien être de créer une exception très étendue, tout en paraissant ne lui accorder qu’une portée très limitée. En cherchant à forcer les adversaires de la torture à concéder que la torture peut être admissible au moins dans un cas extrême, les partisans de l’argument de la bombe à retardement espèrent saper l’idée même que l’opposition à la torture doit être absolue, en principe et en pratique. En tant que tel, le scénario a été récemment mis en lumière par ceux qui souhaitent mettre fin au tabou de la torture, afin que son application à des prisonniers suspectés d’activités terroristes paraisse acceptable et pour s’assurer l’impunité, à eux-mêmes d’abord, ainsi qu’à d’autres qui l’autorisent, la tolèrent, l’ordonnent ou l’infligent.

Cet exemple de la bombe à retardement repose sur un certain nombre de prémisses dont certaines peuvent être soit dissimulées, soit simplement impliquées lorsque le scénario est exposé pour la première fois. Celles-ci doivent être démasquées.

Par exemple, le scénario de la bombe à retardement suppose habituellement une certitude, ou quasi-certitude, à propos de tous les éléments suivants :

1. On sait qu’il existe un plan spécifique d’attentat.
2. L’attentat va se produire dans très peu de temps (il est « imminent »).
3. L’attentat fera un grand nombre de morts.
4. La personne en garde à vue est un des auteurs de l’attentat.
5. La personne est en possession d’informations qui permettront de prévenir l’attentat.
6. En torturant la personne, on obtiendra l’information permettant d’empêcher l’attentat.
7. Il n’existe aucun autre moyen permettant d’obtenir l’information à temps.
8. Aucune autre mesure ne peut éviter l’attentat.
9. Le tortionnaire veut obtenir l’information et a réellement pour but de sauver des vies.
10. C’est une situation exceptionnelle, qui ne devrait pas se présenter souvent.


Le partisan du scénario peut adapter ces prémisses ou faire quelques concessions, en cas de contestation, afin de rendre la situation plus réaliste. On peut attirer l’attention sur ces procédés en montrant que le scénario conduit inévitablement à une notion de l’exception beaucoup plus large que ce que l’on a suggéré à l’origine et, finalement, à une « pente glissante » désastreuse. […] » 

Je t’invite à lire la suite ici : « Désamorcer le scénario de la bombe à retardement » : https://www.apt.ch/sites/default/files/publications/tickingbombscenariofr.pdf ». (Ce document est intéressant à lire, même pour un individu qui ne cherche pas spécialement à « désamorcer » ledit scénario.)

Ce scénario est également mentionné et analysé en détail dans de nombreux autres documents ou articles. Cf. ceux que je vous ai communiqués, notamment : https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2006-2-page-337.htm?contenu=article, https://www.cairn.info/revue-cites-2008-4-page-93.htm, etc.


Dans ton scénario hypothétique, je pense que les faits s’apparentent, certes, à des « violences » (= une paire de gifles ; la qualité de policier constitue une circonstance aggravante) et « menaces » (à préciser), mais peut-être pas forcément à des « tortures ou actes de barbarie » (exemple : couper ses oreilles et essayer de les lui faire manger), sur le plan juridique. Du reste, je ne peux pas te dire quelle serait ma décision dans une telle hypothèse si j’étais juge (ce que je ne suis pas), car avant de prendre une décision (sur la culpabilité et sur la sanction), un juge prend également d’autres éléments (non évoqués dans ton scénario) en considération : la durée d'une éventuelle ITT – incapacité totale de travail, la personnalité de l'individu en question, les divers intérêts/impératifs à concilier, etc. Mais je pense qu’un policier ayant une bonne conduite en règle générale (= c'est la première fois que cela arrive), etc., n'écoperait peut-être pas d’une peine de prison ferme (à distinguer de "peine de prison avec sursis") en pareil cas, en pratique. (Plus largement, si un individu lambda donne une paire de gifles à autrui et menace ce dernier de, par exemple, commettre à son encontre "un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable", et qu'il est par la suite reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, il n'écopera pas forcément d'une peine de prison ferme en pratique : cf. l'individualisation ou la personnalisation des peines, etc.)

Par ailleurs, je n’aurais pas « essayé » la torture « au cas où » … Certains professionnels du renseignement (= ce que je ne suis pas non plus) ont d’ailleurs expliqué que d’autres moyens/techniques étaient plus « efficaces » ou « productifs/productives ».

Plus généralement, je ne suis pas pour le fait qui consiste à commettre un crime que l’on condamne ou réprouve par ailleurs. (Je ne parle pas des fameuses causes objectives d’irresponsabilité pénale, comme la légitime défense, en l'espèce.) Exemple : Je t’ai arrêté parce que tu as commis tel crime, puis je commets à ton encontre le crime pour lequel je t’ai arrêté, voire un crime plus grave encore…

Je suis contre la torture pour bien d’autres raisons supplémentaires, mais je vais m’abstenir de passer un certain temps à rédiger un pavé (que tu serais peut-être l’un des seuls à lire, et encore, je n'en suis pas certaine), d’autant plus que lesdites raisons ont déjà été maintes fois formulées, y compris dans les documents que je vous ai transmis (je ne suis pas forcément d'accord avec l'intégralité / tous les moindres détails de leur contenu, mais je le suis dans l'ensemble et/ou je les trouve globalement intéressants).

« Modifié: mars 26, 2024, 10:14:39 am par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14559
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +1316
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8154 le: mars 25, 2024, 08:49:09 pm »
+1
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Ring0

  • Membre
  • *****
  • Messages: 4051
  • Respect: +635
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8155 le: mars 26, 2024, 08:38:13 am »
0
FAKE NEWS !

La durée maximale de la totalité sera de 4 minutes 28.13 secondes, pas 4 minutes 27 secondes.

Rigueur.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8156 le: mars 26, 2024, 11:56:46 am »
0
Légalement parlant, les policiers seraient fort probablement coupables d'une infraction et pourraient potentiellement se retrouver en dedans. Déontologiquement aussi ça peut poser problème. La fin ne peut pas justifier les moyens.

Oui mais dans le cas ici, ils ont eu des médailles pas des conséquences négatives, la loi reste humaine, tu dois trouve un juge-jury-chef de police-maire qui va accepter de l'appliquer.

C'est le bon système, officiellement bien sur illégal et les exceptions ne sont pas officiel et écrite nulle part, il faut que tous le monde soit évidemment d'accord, la fin justifie bien sûr souvent les moyens.

Comme dit l'expression, vieillir c'est réaliser que les principes ne peuvent pas remplacer le jugement.

Ton scénario m’a quelque peu fait penser au scénario de la « bombe à retardement » :

Mon scénario est un cas vécu réel pour faire sûr qu'on ne parle pas de théorie, celui de la bombe à retardement est trop facile, bien sur que tu torture dans le cas de la bombe à retardement y'a personne qui va penser autrement… Les gens vont juste mettre la ligne à différente place, entre monter le ton et insisté de manière impolie sans respecter le droit au silence chez l'un, tappe dans face chez l,autre, waterboard s'il le faut chez les troisième.
« Modifié: mars 26, 2024, 11:59:10 am par MadChuck »

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ***
  • Messages: 1851
  • Soleil de minuit
  • Respect: +339
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8157 le: mars 26, 2024, 12:54:17 pm »
0

Je n’ai bien sûr pas dit que ton scénario était le scénario de la bombe à retardement, mais qu’il m’y avait quelque peu fait penser : cf. la manière de faire/procéder, l’idée qui consiste à chercher à « manipuler les réactions émotionnelles du public » (cf. le bébé, notamment), à « forcer les adversaires de la torture à concéder que la torture peut être admissible au moins dans un cas extrême », etc.

Reste que, comme dit précédemment, dans ton scénario, je pense que les faits s’apparentent, certes, à des « violences » (= une paire de gifles) et « menaces » (à préciser), mais peut-être pas forcément à des « tortures ou actes de barbarie » (exemple : couper ses oreilles et essayer de les lui faire manger), sur le plan juridique (cf. le droit en vigueur dans mon pays, vu que tu m’avais demandé quelle serait ma décision en pareil cas). Les infractions et peines encourues sont très différentes. Si les violences en question n’ont causé aucune incapacité totale de travail, que c’est la première fois que le policier en question agit de la sorte, que la conciliation des différents intérêts/impératifs jouent globalement en à sa faveur, etc., par exemple, il n’écopera sans doute pas d’une peine de prison ferme en pratique. Le juge doit tout le temps appliquer le principe d’individualisation des peines, prendre de multiples choses en considération et chercher à concilier divers intérêts/impératifs. Pas sûre que la décision aurait été la même s’il lui avait arraché les oreilles, par exemple. Ni qu’un autre juge aurait forcément pris exactement la même décision, dont je n’ai d’ailleurs pas connaissance. Il serait intéressant de la lire, afin de connaître les détails des faits et le raisonnement du juge : l’as-tu à ta disposition ou peux-tu la retrouver ? J’aimerais bien la lire.

« Les gens vont juste mettre la ligne à différente place, entre monter le ton et insisté de manière impolie sans respecter le droit au silence chez l'un, tappe dans face chez l,autre, waterboard s'il le faut chez les troisième » : Tu sembles un peu tout mélanger et avoir une conception très extensive (et pas vraiment "juridique") du terme « tortures » … Alors qu'un juge français (par exemple) cherchera à bien qualifier les faits...

« Modifié: mars 26, 2024, 01:09:35 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8158 le: mars 26, 2024, 01:11:16 pm »
0
Je n’ai bien sûr pas dit que ton scénario était le scénario de la bombe à retardement, mais qu’il m’y avait quelque peu fait penser : cf. la manière de faire/procéder, l’idée qui consiste à chercher à « manipuler les réactions émotionnelles du public » (cf. le bébé, notamment), à « forcer les adversaires de la torture à concéder que la torture peut être admissible au moins dans un cas extrême », etc.

Oui, c'est un scénario "parfait", mais pas vraiment extrême, plutôt commun-banal, pour montrer qu'il y aura probablement des cas sur terres à tous les jours où la torture fera beaucoup de sens.

mais peut-être pas forcément à des « tortures ou actes de barbarie »

La torture accepté dans une société ne sera souvent pas appelé torture, quand le waterboarding étaient utilisé les gouvernements appelait la technique d'interrogation avancé au lieu de torture. Prend la forme de torture la plus utilisé de manière ouverte et officiel, la privation de sommeil, c'est reconnu comme torture acceptable jusqu'à un certain nombre d'heure, si tu regardes des confessions de criminels elle arrive souvent à 4-5 heures du matin à l'heure 16 de l'interrogatoire, tout le monde dira que 96 heures est de la torture, mais on va utiliser un autre mot avant.

Tu sembles avoir une conception très extensive du terme « torture » …

Causé de l'inconfort explicitement et uniquement pour causer de l'inconfort en recherche d'information, si des claques dans la face ou ne compte pas, ou on va mettre la ligne ? Ce sera bien sûr un continuum, la dépravation de sommeil, l'isolation et le waterboarding sont pas mal plus propres et civilisées que la coupure d'oreille, en union soviétique, ça pouvait être on va enlever à ta mère son appartement et ses médicaments si tu ne parles pas.

Je pense que c'est le petit truc, tout le monde est bien sûr pour la torture, ce sera autour de quand, comment et pas appeler torture les techniques de tortures utilisées. Un peu comme l'assault, on va dire que c'est toujours illégal, mais un vieux monsieur à l'enterrement de sa femme qui tape un jeune dans le nez qui vient de traiter sa femme qu'on enterre de charrue, tu laisses passer....
« Modifié: mars 26, 2024, 01:14:14 pm par MadChuck »

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11395
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8159 le: mars 26, 2024, 01:23:24 pm »
+1
"un vieux monsieur à l'enterrement de sa femme qui tape un jeune dans le nez qui vient de traiter sa femme qu'on enterre de charrue, tu laisses passer...."

Coupable de voie de fait, mais absolution inconditionnelle.

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ***
  • Messages: 1851
  • Soleil de minuit
  • Respect: +339
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8160 le: mars 26, 2024, 01:37:53 pm »
0

Je n’ai pas dit que les « claques dans la face » ne comptaient pas, mais qu’une paire de gifles isolée, non répétée et non accompagnée d’autres violences ne serait pas forcément qualifiée d’actes de torture ou de barbarie. Il faut prendre tout le contexte et tout le déroulement des faits en considération.

Bien sûr que les mœurs et le droit positif évoluent, et que ce qui est considéré comme des actes de torture dans tel pays ne recouvre pas forcément la même qualification dans d’autres pays. Mais là, on parle du droit en vigueur dans nos sociétés démocratiques et tu nous as demandé quelle serait notre décision en pareil cas. Il est donc parfaitement logique que l’on se fonde sur le droit en vigueur dans notre pays. Et non, je ne suis pas pour la "torture" telle que je l'entends.

« Modifié: mars 27, 2024, 02:10:04 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8161 le: mars 26, 2024, 01:46:03 pm »
0
Bien sûr que les mœurs et le droit positif évoluent, et que ce qui est considéré comme des actes de torture dans tel pays ne recouvre pas forcément la même qualification dans d’autres pays. Mais là, on parle du droit en vigueur dans nos sociétés démocratiques et tu nous as demandé quelle serait notre décision en pareil cas. Il est donc parfaitement logique que l’on se fonde sur le droit en vigueur dans notre pays.

Un exemple assez commun et débattue, le fameux si tu avoues tes crimes et plaides coupables tu auras 2 ans dans un bel établissement, sinon ce sera 27 ans dans des places de fous, dans certains pays (et les nations-unis ?), c'est considéré de la torture psychologique qui mène à des faux témoignages et dans certains pays, c'est le train-train quotidien accepté.

on parle du droit en vigueur dans nos sociétés démocratiques et tu nous as demandé quelle serait notre décision en pareil cas

Et je serais curieux de la réponse, parfaitement illégale, aucune conséquence légale ou professionnel (si ce n'est qu'une médaille) pour avoir appliqué une quantité raisonable de torture pour avoir obtenu l'information rapidement ?

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8162 le: mars 26, 2024, 02:01:26 pm »
0
Coupable de voie de fait, mais absolution inconditionnelle.

Et si c'était la vieille sœur de 80 ans de la morte au lieu d'un jeune homme qui se fait frapper dans le nez par le veuf, là, on ne laisse pas passer, mais on ne va pas commencer à mettre le tout sur papier, c'est impossible, cas par cas et jugement.

J'ai de la difficulté à croire qu'un procureur, juge accepterait de perdre son temps avec ça et qu'un jugement puisse exister... Il pourrait avoir un policier-procureur-juge à l'enterrement, pris sur vidéo et rien ne se passerait au niveau légal.
« Modifié: mars 26, 2024, 02:47:16 pm par MadChuck »

plsavaria

  • Hors-Québec
  • Membre
  • *****
  • Messages: 5074
  • Respect: +487
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8163 le: mars 26, 2024, 02:39:24 pm »
0
"un vieux monsieur à l'enterrement de sa femme qui tape un jeune dans le nez qui vient de traiter sa femme qu'on enterre de charrue, tu laisses passer...."

Coupable de voie de fait, mais absolution inconditionnelle.

J'aimerais voir la liste de Procureurs de la Couronne qui approuveraient cette mise en accusation.

Ou la liste de juges qui laisserait ça atterrir à sa Cour.

/dis moi que tu ne pratiques pas le droit criminel sans me dire que tu ne pratiques pas le droit criminel
« Modifié: mars 26, 2024, 02:42:06 pm par plsavaria »

Tam!

  • Membre
  • *******
  • Messages: 18720
  • Respect: +2205
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8164 le: mars 26, 2024, 03:38:07 pm »
0
Je ne connaissais pas l'expression « se faire frapper dans le nez »

Ex-emo viré woke et pseudo-homo-sophistiqué avec le temps

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11395
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8165 le: mars 26, 2024, 03:41:16 pm »
0
"un vieux monsieur à l'enterrement de sa femme qui tape un jeune dans le nez qui vient de traiter sa femme qu'on enterre de charrue, tu laisses passer...."

Coupable de voie de fait, mais absolution inconditionnelle.

J'aimerais voir la liste de Procureurs de la Couronne qui approuveraient cette mise en accusation.

Ou la liste de juges qui laisserait ça atterrir à sa Cour.

/dis moi que tu ne pratiques pas le droit criminel sans me dire que tu ne pratiques pas le droit criminel

Bah, tu dis ça, mais le vieux qui casse le nez du jeune, un procureur zélé peut vouloir s'en occuper!

plsavaria

  • Hors-Québec
  • Membre
  • *****
  • Messages: 5074
  • Respect: +487
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8166 le: mars 26, 2024, 04:23:10 pm »
0
En partant, je ne visualisais pas un nez cassé avec "un vieux monsieur qui tape un jeune dans le nez".

Le cas échéant, ça passerait en partant de voie de fait à voie de fait infligeant lésions corporelles.

Mais juste "tape sur le nez" avec la situation d'en haut, je serais surpris qu'il y ait un dossier qui se rende au Procureur point.

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11395
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8167 le: mars 26, 2024, 04:31:45 pm »
0
"tape un jeune dans le nez"

C'est sûr que ça laisse à interprétation !

El Kabong

  • Empêcheur de tourner en rond et dauphin des -1
  • Membre
  • *****
  • Messages: 6148
  • Données erronées, résultats significatifs.
  • Respect: -236
Grosse question de morale-à-cinq cennes
« Réponse #8168 le: mars 26, 2024, 05:23:20 pm »
0
Mise en situation:

Un gang de pervers enlève votre enfant.
Vous capturez une des crapules.
Vous l'interrogez.
Il vous crache dans la face.
Il refuse de dire à quel endroit votre enfant est détenu.

Vous torturez?  Dos-je faire un sondage.

.
.
.

Les aveux obtenus sous la totrure ne valent rien?
Quand les gens ne sont pas coupables, c'est vrai.

Et les dizaines de milliers de bûchers de l'inquisition?  De quoi étaient coupables les pauvres?  De ne pas connaître la bible par coeur?
 :smiley35:
Z

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8169 le: mars 26, 2024, 05:32:48 pm »
0
Et les dizaines de milliers de bûchers de l'inquisition?  De quoi étaient coupables les pauvres?  De ne pas connaître la bible par coeur?

D'être juif bien souvent.

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8170 le: mars 26, 2024, 08:36:25 pm »
+2

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ***
  • Messages: 1851
  • Soleil de minuit
  • Respect: +339
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8171 le: mars 26, 2024, 10:21:40 pm »
0


Et je serais curieux de la réponse, parfaitement illégale, aucune conséquence légale ou professionnel (si ce n'est qu'une médaille) pour avoir appliqué une quantité raisonable de torture pour avoir obtenu l'information rapidement ?



Et moi, je serais curieuse de lire la décision en question, afin de pouvoir prendre connaissance du déroulement exact des faits détaillés, des éléments de preuve (pas de condamnation pénale si absence ou insuffisance de preuves), des éléments relatifs à la situation et personnalité du policier, des informations nécessaires à l’individualisation des peines, etc.

Tu sembles avoir réponse à tout et être assez sûr de toi, mais je ne te suis pas dans tous tes propos, moi.

En outre, je ne suis pas juge (et ce n’est pas un « jeu », ou quelque chose à faire peu ou prou au "pifomètre"). À moins que tu en fasses fi, tu ne sembles pas te rendre compte de tous les éléments (factuels, mais pas que) et de toutes les dispositions légales qu’un juge doit prendre en considération pour parvenir à une décision relative à la responsabilité pénale (le prévenu a-t-il commis une faute, les trois éléments – légal, moral et matériel – de l’infraction en question sont-ils réunis ? Si oui, ladite faute lui est-elle imputable, est-on en présence d’une cause de non-imputabilité ?) et à la peine (comment détermine-t-on une peine, quelle peine choisir, nature de la peine, quantum de la peine, état de récidive ?, concours d’infractions ?, éventuelle dispense de peine, éventuel aménagement de peine, etc.). Moi, je le sais (et j’ai pourtant moins de certitudes que toi en l’espèce). Cela prend un certain temps, voire un temps certain (la longueur des décisions en témoigne), et je ne risque pas de te pondre un jugement en quelques minutes, sur la base de ton exposé sommaire, incomplet et pas forcément très précis des faits, et en l’absence d’éléments essentiels / informations supplémentaires relatives au dossier.

Par ailleurs, je me suis basée sur le droit en vigueur en France (pas américain ou autre). C’est lui que j’avais en tête, étant donné que tu m’as demandé quelle serait ma décision en pareil cas.

Et il me semble avoir essayé de répondre (au mieux / autant que possible) à ta question : « Dans ton scénario hypothétique, je pense que les faits s’apparentent, certes, à des « violences » (= une paire de gifles ; la qualité de policier constitue une circonstance aggravante) et « menaces » (à préciser), mais peut-être pas forcément à des « tortures ou actes de barbarie » (exemple : couper ses oreilles et essayer de les lui faire manger), sur le plan juridique. Du reste, je ne peux pas te dire quelle serait ma décision dans une telle hypothèse si j’étais juge (ce que je ne suis pas), car avant de prendre une décision (sur la culpabilité et sur la sanction), un juge prend également d’autres éléments (non évoqués dans ton scénario) en considération : la durée d'une éventuelle ITT – incapacité totale de travail, la personnalité de l'individu en question, les divers intérêts/impératifs à concilier, etc. Mais je pense qu’un policier ayant une bonne conduite en règle générale (= c'est la première fois que cela arrive), etc., n'écoperait peut-être pas d’une peine de prison ferme (à distinguer de "peine de prison avec sursis") en pareil cas, en pratique. »

Je ne peux pas faire beaucoup mieux en l’état, avec les seuls éléments dont je dispose.


En vrac :


- Si j’étais juge, ce que je ne suis pas, je ne pourrais pas prendre de décision sur la base de ton scénario / ta simple description (incomplète) de l’affaire, car un certain nombre d’éléments essentiels à la prise de décision n’y sont pas mentionnés.


- Concernant les actes commis par l’individu qui s’est fait violenter par le policier, je pense notamment à :

--> L’article 311-1 du Code pénal dispose que « Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d'autrui ».
L’article 311-3 du même Code dispose quant à lui que « Le vol est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende ».

--> Aux termes de l’article 223-3 du Code pénal, « Le délaissement, en un lieu quelconque, d'une personne qui n'est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende ».


Cela me fait également penser à :

Article 223-5 du Code pénal : « Le fait d'entraver volontairement l'arrivée de secours destinés à faire échapper une personne à un péril imminent est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100 000 euros d'amende ».

Article 223-6 du Code pénal : « Quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours, est puni de sept ans d'emprisonnement et 100 000 euros d'amende lorsque la personne en péril mentionnée au deuxième alinéa est un mineur de quinze ans ».



- Pour ce qui est du policier, les actes/faits que tu as évoqués sont susceptibles de constituer des infractions pénales punissables.

--> « Une seule paire de gifles », par exemple, pourrait revêtir la qualification de « violences » (la qualité de policier étant constitutive d’une circonstance aggravante). Imaginons (car ce n’est pas mentionné) que cet acte n’ait entraîné aucune incapacité totale de travail : Article 222-13 du Code pénal : « Les violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ayant entraîné aucune incapacité de travail sont punies de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende (= peine encourue) lorsqu'elles sont commises 7° Par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission ».
À première vue, il ne semble pas être question d'actes de torture ou de barbarie (articles 222-1 et suivants du Code pénal), qui feraient encourir à leur auteur une peine de réclusion criminelle.

--> Pour ce qui est de la « menace de faire pire », il faudrait apporter des précisions supplémentaires, car l’expression « de faire pire » ne revêt pas un caractère juridique en soi. Mais imaginons que ce soit plus précis : Article 222-18 du Code pénal : « La menace, par quelque moyen que ce soit, de commettre un crime ou un délit contre les personnes, est punie de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende, lorsqu'elle est faite avec l'ordre de remplir une condition.
La peine est portée à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende s'il s'agit d'une menace de mort. » En l’espèce, la « condition » serait celle qui consiste à révéler au policier où se trouve le véhicule.

Les actes mentionnés dans les deux articles précités constituent des infractions pénales et sont donc illégaux en soi. À noter que les termes « violence légitime » ou « violence légale » n’existent pas en droit. Le Code de la sécurité intérieure encadre par exemple l’usage de la « force » (qui peut être légitime ou non) par les personnes dépositaires de l’autorité publique, notamment en cas d’attroupement.



- Article préliminaire du Code de procédure pénale, entre autres : « III. - Toute personne suspectée ou poursuivie est présumée innocente tant que sa culpabilité n'a pas été établie. Les atteintes à sa présomption d'innocence sont prévenues, réparées et réprimées dans les conditions prévues par la loi. […]
Les mesures de contraintes dont la personne suspectée ou poursuivie peut faire l'objet sont prises sur décision ou sous le contrôle effectif de l'autorité judiciaire. Elles doivent être strictement limitées aux nécessités de la procédure, proportionnées à la gravité de l'infraction reprochée et ne pas porter atteinte à la dignité de la personne ». La notion de nécessité, entre autres, intervient tout au long de la procédure pénale.



- Déontologie, Code de la sécurité intérieure :

- Article R. 434-10 – Discernement : « Le policier ou le gendarme fait, dans l'exercice de ses fonctions, preuve de discernement.
Il tient compte en toutes circonstances de la nature des risques et menaces de chaque situation à laquelle il est confronté et des délais qu'il a pour agir, pour choisir la meilleure réponse légale à lui apporter ».

- Article R. 434-11 – Impartialité : « Le policier et le gendarme accomplissent leurs missions en toute impartialité.
Ils accordent la même attention et le même respect à toute personne […]. »

- Article R. 434-17 – Protection et respect des personnes privées de liberté : « Toute personne appréhendée est placée sous la protection des policiers ou des gendarmes et préservée de toute forme de violence et de tout traitement inhumain ou dégradant. […]
Le policier ou le gendarme ayant la garde d'une personne appréhendée est attentif à son état physique et psychologique et prend toutes les mesures possibles pour préserver la vie, la santé et la dignité de cette personne ».

- Article R. 434-18 – Emploi de la force : « Le policier ou le gendarme emploie la force dans le cadre fixé par la loi, seulement lorsque c'est nécessaire, et de façon proportionnée au but à atteindre ou à la gravité de la menace, selon le cas ».

- Article R. 434-27 – Sanction des manquements déontologiques : « Tout manquement du policier ou du gendarme aux règles et principes définis par le présent Code de déontologie l'expose à une sanction disciplinaire en application des règles propres à son statut, indépendamment des sanctions pénales encourues le cas échéant ».



- Quelques dispositions importantes du Code pénal :

- Article 130-1 : « Afin d'assurer la protection de la société, de prévenir la commission de nouvelles infractions et de restaurer l'équilibre social, dans le respect des intérêts de la victime, la peine a pour fonctions :
1° De sanctionner l'auteur de l'infraction ;
2° De favoriser son amendement, son insertion ou sa réinsertion ».

- Article 132-1 : « Toute peine prononcée par la juridiction doit être individualisée.
Dans les limites fixées par la loi, la juridiction détermine la nature, le quantum et le régime des peines prononcées en fonction des circonstances de l'infraction et de la personnalité de son auteur ainsi que de sa situation matérielle, familiale et sociale, conformément aux finalités et fonctions de la peine énoncées à l'article 130-1 ».

- Article 132-19 : « Lorsqu'un délit est puni d'une peine d'emprisonnement, la juridiction peut prononcer une peine d'emprisonnement ferme ou assortie en partie ou en totalité du sursis pour une durée inférieure à celle qui est encourue. Elle ne peut toutefois prononcer une peine d'emprisonnement ferme d'une durée inférieure ou égale à un mois.
Toute peine d'emprisonnement sans sursis ne peut être prononcée qu'en dernier recours si la gravité de l'infraction et la personnalité de son auteur rendent cette peine indispensable et si toute autre sanction est manifestement inadéquate.
Dans ce cas, si la peine est inférieure ou égale à six mois, elle doit, sauf impossibilité résultant de la personnalité ou de la situation du condamné, faire l'objet d'une des mesures d'aménagement prévues à l'article 132-25. Dans les autres cas prévus au même article 132-25, elle doit également être aménagée si la personnalité et la situation du condamné le permettent, et sauf impossibilité matérielle.
Le tribunal doit spécialement motiver sa décision, au regard des faits de l'espèce et de la personnalité de leur auteur ainsi que de sa situation matérielle, familiale et sociale conformément aux dispositions de l'article 464-2 du Code de procédure pénale ».

- Article 131-4 : « L'échelle des peines d'emprisonnement est la suivante :
1° Dix ans au plus ;
2° Sept ans au plus ;
3° Cinq ans au plus ;
4° Trois ans au plus ;
5° Deux ans au plus ;
6° Un an au plus ;
7° Six mois au plus ;
8° Deux mois au plus ».

- Sursis simple : Article 132-29 : « La juridiction qui prononce une peine peut, dans les cas et selon les conditions prévues ci-après, ordonner qu'il sera sursis à son exécution.
Le président de la juridiction, après le prononcé de la peine assortie du sursis simple, avertit le condamné, lorsqu'il est présent, qu'en cas de condamnation pour une nouvelle infraction qui serait commise dans les délais prévus aux articles 132-35 et 132-37, le sursis pourra être révoqué par la juridiction ».

- Article 132-30 : « En matière criminelle ou correctionnelle, le sursis simple ne peut être ordonné à l'égard d'une personne physique que lorsque le prévenu n'a pas été condamné, au cours des cinq années précédant les faits, pour crime ou délit de droit commun, à une peine de réclusion ou d'emprisonnement ».

- Article 132-31 : « Le sursis simple est applicable, en ce qui concerne les personnes physiques, aux condamnations à l'emprisonnement prononcées pour une durée de cinq ans au plus, à l'amende ou à la peine de jours-amende, aux peines privatives ou restrictives de droits mentionnées à l'article 131-6, à l'exception de la confiscation, et aux peines complémentaires mentionnées à l'article 131-10, à l'exception de la confiscation, de la fermeture d'établissement et de l'affichage.
[…]
La juridiction peut décider que le sursis ne s'appliquera à l'exécution de l'emprisonnement que pour une partie dont elle détermine la durée dans la limite de cinq ans ».

- Article 132-35 : « La condamnation pour crime ou délit assortie du sursis simple est réputée non avenue si le condamné qui en bénéficie n'a pas commis, dans le délai de cinq ans à compter de celle-ci, un crime ou un délit de droit commun suivi d'une nouvelle condamnation ayant ordonné la révocation totale du sursis dans les conditions définies à l'article 132-36 ; le caractère non avenu de la condamnation ne fait pas obstacle à la révocation totale ou partielle du sursis en cas d'infraction commise dans le délai de cinq ans ».

- Article 132-20 : « Lorsqu'une infraction est punie d'une peine d'amende, la juridiction peut prononcer une amende d'un montant inférieur à celle qui est encourue.
Le montant de l'amende est déterminé en tenant compte des ressources et des charges de l'auteur de l'infraction ».

Etc.



- Quelques réflexions personnelles :

Le policier semble s’être emporté (et non pas avoir agi de manière réfléchie) au moment où l’individu en question a nié avoir volé le véhicule, et il semble également avoir voulu intimider ledit individu. L’on peut légitimement se demander ce qu’il aurait fait si ledit individu ne lui avait pas dit où se trouvait la voiture.
Au moment où le policier a « donné une paire de claques » à l’individu en question et « menacé » ce dernier « de faire pire », l’on ne savait pas avec certitude si ledit individu lui indiquerait l’endroit où se trouvait le véhicule et si cela permettrait de retrouver le bébé. Au moment où ils ont été commis, les actes en question n’étaient pas absolument/strictement nécessaires, à mes yeux. A posteriori, vu le déroulement des faits, l’on pourrait se dire que c’était absolument nécessaire, mais pas forcément à l’instant T. Car à ce moment-là, le policier avait d’autres choix et aurait pu employer d’autres moyens/techniques ; les actes illégaux en question étaient évitables, je pense.
Au moment où le policier a menacé et donné une paire de claques à l’individu en question, ce dernier ne faisait, semble-t-il (vu que ce n’est pas mentionné), preuve d’aucune résistance physique, son comportement à l’égard du policier n’était visiblement pas violent/menaçant.
Il semble également il y avoir un problème sur le plan procédural.

Néanmoins, à la suite des actes commis, l’individu dont il est présentement question a cédé sous la contrainte et a indiqué au policier où se trouvait le véhicule, ce qui a permis de retrouver un bébé qui n'était pas en mesure de se protéger en raison de son âge. L’acte de délaissement constitue un délit. La protection d’un individu vulnérable, qui n’est pas en mesure de se protéger, est une valeur importante, et la protection de la population constitue l’une des missions des policiers, qui doivent notamment porter assistance aux personnes en danger.

À mes yeux, il semble plus y avoir un problème relatif à la condition de « (stricte) nécessité » à l’instant T qu’à la condition de « proportionnalité » (l’intérêt préservé doit être de valeur supérieure ou au moins égale à l’intérêt sacrifié), notamment. En droit pénal français, il existe une cause d’exonération de la responsabilité pénale intitulée « état de nécessité ». L’une des conditions est bien évidemment la « nécessité », qui semble être appréciée assez strictement (même si appréciation souveraine des juges) : il faut que « l'infraction soit nécessaire, c’est-à-dire non seulement qu’elle soit de nature à neutraliser le danger, mais encore qu’elle soit le moyen le plus adéquat pour atteindre cet objectif » ; « le seul moyen », « une véritable nécessité et non une simple opportunité », « l’infraction commise doit paraître comme le meilleur, voire l’unique, moyen d’éviter le péril », peut-on également lire.

S’il s’agit simplement de mettre en balance l’intérêt protégé et l’intérêt sacrifié (proportionnalité), l’on pourrait peut-être essayer de démontrer que c’était justifié. Mais j'ai un doute quant à la question de savoir s'il faut apprécier la condition relative à "l'absolue nécessité" de manière stricte.

Selon l'article 122-4 du Code pénal, n'est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ; « qu'ainsi (par exemple), les pouvoirs coercitifs mis en œuvre par la police judiciaire dans le respect des règles de procédure pénale pour rechercher les infractions, en réunir les preuves et appréhender les auteurs justifient certaines infractions à la condition qu'ils soient absolument nécessaires et proportionnés au but à atteindre ». 

Les juges jettent parfois un coup d’œil sur les décisions antérieures relatives aux cas qui se rapprochent du cas qui leur est soumis, afin d'y voir un peu plus clair, au besoin. Je n'ai pas le temps de le faire et je ne dispose de toute façon pas des mêmes moyens qu'eux.

Je réfléchis, je me pose des questions, mais je manque d’éléments pour pouvoir véritablement aller sérieusement plus loin…
Là, comme cela, pour moi, vu les quelques éléments dont je dispose et les textes en vigueur, on s’orienterait plus vers une responsabilité pénale et cela se jouerait davantage sur le plan de la peine.
« Si les violences en question n’ont causé aucune incapacité totale de travail, que c’est la première fois que le policier en question agit de la sorte, que ledit policier a une « bonne personnalité », etc. (cf. les articles susmentionnés) », je ne prononcerais probablement pas une peine de prison ferme à son encontre, d’autant plus que « toute peine d'emprisonnement sans sursis ne peut être prononcée qu'en dernier recours si la gravité de l'infraction et la personnalité de son auteur rendent cette peine indispensable et si toute autre sanction est manifestement inadéquate ». Du sursis simple, d'une durée probablement inférieure à celle encourue, peut-être, ou autre…

« Modifié: mars 27, 2024, 12:51:33 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8172 le: mars 27, 2024, 03:18:11 pm »
0
https://www.tvanouvelles.ca/2024/02/13/une-mise-en-demeure-pour-un-prof-dart-plastique

Citation de: moi
Et le $350K c'est seulement pour 2 des étudiants si ça semble mordre, tous les autres vont demander le même genre de montant et ça va être plusieurs millions. Ça fait très américains.

Approche déjà le 2 m....

https://www.985fm.ca/audio/615698/des-parents-poursuivent-un-enseignant-pour-1-5-million-de-dollars
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/2059924/poursuite-enseignant-vente-oeuvres-eleves
Les parents de dix jeunes élèves de l'école secondaire Westwood à Saint-Lazare, au Québec, une banlieue à l'ouest de Montréal, ont intenté une poursuite de 1,575 million de dollars contre l'enseignant Mario Perron et la Commission scolaire Lester-B.-Pearson pour violation présumée du droit d'auteur, l’équivalent de 155 000 $ par plaignant plus des dommages-intérêts punitifs.

Joel DeBellefeuille, qui fait partie du groupe de parents ayant déposé la poursuite vendredi devant la Cour supérieure du Québec, note que si le montant réclamé peut sembler considérable, il représente l'ampleur de la violation de la propriété intellectuelle subie par son enfant.



L'AMPLEUR DE LA VIOLATION DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE SUBIE PAR SON ENFANT
a non, ils ont peut-être arrêté les démarches pour le $350k vu que y'avait même eu une réponse pour leur mise en demeure.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8173 le: mars 29, 2024, 01:08:49 pm »
0
La torture accepté dans une société ne sera souvent pas appelé torture, quand le waterboarding étaient utilisé les gouvernements appelait la technique d'interrogation avancé au lieu de torture.

La nouvelle saison de Serial s'adonne à être là-dessus:
https://www.nytimes.com/interactive/2024/podcasts/serial-season-four-guantanamo.html
“Serial” returns with a history of Guantánamo told by people who lived through key moments in Guantánamo’s evolution, who know things the rest of us don’t about what it’s like to be caught inside an improvised justice system.

https://podcasts.apple.com/us/podcast/s04-ep-1-poor-baby-raul/id917918570?i=1000650714020
https://podcasts.apple.com/us/podcast/s04-ep-2-the-special-project/id917918570?i=1000650714169

24 tortures ont arrêté de l'être sous Rumsfeld et tout à coup quelqu'un c'est mis à tellement parler qu'il a écrit 466 pages de confessions... avec la technique bon cop, moyen cop et Monsieur X le policier masqué non humain.

Ça c'était l'armée dans une base officielle, la CIA dans des prisons inconnue là ça brassé pas mal plus....



Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ***
  • Messages: 1851
  • Soleil de minuit
  • Respect: +339
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8174 le: mars 29, 2024, 01:23:25 pm »
0

https://www.bfmtv.com/international/asie/russie/la-bande-prend-le-pouvoir-ils-applaudissent-la-torture_VN-202403270998.html


Ouais, il y a plein de messages comme cela, qui disent que l'on devrait faire pareil en France, dans l’espace « commentaires » YouTube, également… :smiley11:


« Modifié: mars 29, 2024, 01:26:07 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ***
  • Messages: 1851
  • Soleil de minuit
  • Respect: +339
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8175 le: mars 29, 2024, 02:16:12 pm »
0

Technique d’interrogatoire renforcée :

« L'administration Bush avait déclaré à la CIA, en 2002, que ses interrogateurs travaillant hors du pays ne violaient pas les lois contre la torture sauf s'ils « avaient l'intention d'infliger une douleur importante », selon une note rendue publique le 24 juillet 2008. […]

La Cour suprême des États-Unis, dans le procès Hamdan contre Rumsfeld, jugea que contrairement à ce que l'administration Bush avait avancé, l'article 3 des conventions de Genève s'applique bien à tous les détenus de la guerre contre le terrorisme, incluant ceux des tribunaux militaires de Guantánamo, et que ces derniers ont donc violé la loi. La Cour réaffirme que ceux qui ont été impliqués dans de mauvais traitements de détenus ont violé la législation américaine et internationale. »


« Modifié: mars 29, 2024, 04:04:18 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ***
  • Messages: 1851
  • Soleil de minuit
  • Respect: +339
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8176 le: mars 29, 2024, 02:48:12 pm »
0

Cela me rappelle le sujet de l’épreuve de note de synthèse (= mon plus gros point faible en principe) au concours (externe) 2021 d’accès à l’École nationale de la magistrature : « Le principe de dignité de la personne et les conditions de détention » : https://www.lautreprepa.fr/wp-content/uploads/right_sidebar_articles/32-ENM+SYNTHESE+2021.pdf.




(J’étais tellement prise par le temps que ma note de synthèse rédigée en pattes de mouche et à la vitesse de la lumière était presque illisible ; j’ai d’ailleurs du mal à me relire : cela va de mal en pis au fil des pages…)

« Modifié: mars 29, 2024, 08:47:13 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

Tam!

  • Membre
  • *******
  • Messages: 18720
  • Respect: +2205
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8177 le: avril 08, 2024, 04:10:19 pm »
+1
Avec le recul, je suis content qu'il y ait eu pédago pour l'éclipse. J'ai pu vivre ça avec mon gars au Parc Maisonneuve. D'ailleurs il y avait plein de famille rassemblées pour vivre ce moment historique. Chose qui aurait été impossible si les kids avaient été en chemin vers la maison ou en fin de classe.

Ex-emo viré woke et pseudo-homo-sophistiqué avec le temps

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14559
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +1316
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8178 le: avril 08, 2024, 04:16:32 pm »
0
C'était pas mal cool. J'ai enfin compris c'est quoi la différence entre une éclipse à 98% et une totale. Le jour et la nuit (haha).
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8179 le: avril 08, 2024, 04:41:26 pm »
0
Les attentes était très base mais c'était mieux que prévu (même si ça la jamais été vraiment totale dans mon coin j'ai l'impression, ou bien vu que ce n'est pas ailleurs beaucoup de lumière indirecte c'est rendu, ce n'est pas venu nuit noir mais les lumières automatiques se sont allumés).

Ciné

  • Membre
  • ***
  • Messages: 1011
  • Respect: +125
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8180 le: avril 08, 2024, 10:01:30 pm »
0
Loin d'être totale à Québec, mais voir les lumières du Complexe G allumées en plein jour c'était quelque chose.

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11395
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8181 le: avril 08, 2024, 10:27:43 pm »
0
Au vieux-port c'était très bien en tout cas !

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14559
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +1316
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8182 le: avril 09, 2024, 08:29:02 pm »
0
sérieusement, je parlais à plein de gens, qui ont vu totale vs partielle presque totale, et la différence de réaction est impressionnante.

C'est vraiiiiiment différent. C'était dans mes tops expériences à vie c'est sur.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8183 le: avril 09, 2024, 08:52:11 pm »
0
Comment tes enfants ont trouvé ça?

Est-ce qu'elles se sont mises à inspecter le maximum sur le toit au lieu de l'éclipse?

Comme quand une regardait la grille d'égoût au Biodôme au lieu des pingouins, ou que les deux voulaient se faire prendre en photo avec des pissenlits au jardin botanique pendant les tulipes?

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14559
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +1316
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8184 le: avril 09, 2024, 09:33:08 pm »
0
Non, elles ont été super pour vrai, et Enfant 1 nous a fait toute une procédure pour mettre et enlever nos lunettes. Enfant 2 a tracé l'ombre de l'éclipse partielle avec moi sur une feuille.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8185 le: avril 10, 2024, 02:18:13 pm »
0

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8186 le: avril 10, 2024, 02:33:01 pm »
0
C'est Philippe Cantin qui a dû le cancel.

Tam!

  • Membre
  • *******
  • Messages: 18720
  • Respect: +2205
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8187 le: avril 10, 2024, 02:33:20 pm »
0
Il était supposé avoir sa propre émission prochainement au 98.5. Ça sent le «scandale ».

Ex-emo viré woke et pseudo-homo-sophistiqué avec le temps

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8188 le: avril 10, 2024, 02:45:48 pm »
0
Il était sur la liste dans le temps, ça l'a peut-être rattrapé.

Berslak

  • Un titre.
  • Membre
  • *****
  • Messages: 7782
  • Un texte.
  • Respect: +657
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8189 le: avril 10, 2024, 02:59:11 pm »
+1
J'espère que c'est plutôt juste une grosse chicane de gros égos qui a mal tourné.
Je suis ici seulement pour m'exprimer un peu et non pour discuter activement sur plusieurs messages. Merci de respecter mon désir de m'exprimer à petites doses.

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8190 le: avril 10, 2024, 03:09:55 pm »
0
J'avais remarqué dans les dernières semaines que j'en ai pogné des bouts que Lagacé avait souvent l'air agacé après les interventions de MC Gilles, et que le ton n'était pas vraiment cordial.

Genre que je me suis dit "Lagacé a l'air à le trouver gossant solide par bouts", mais c'est juste un impression.

Par contre, même si Lagacé semble avoir le bras assez long, le sortir complètement de la station juste pour un conflit de personnalité ça semble overkill, ça ne peut presque pas juste être ça, à moins qu'il ne boude et qu'il leur ait dit "vous me sortez du show de Lagacé? Bin je crisse mon camp de Cogeco alors". Là ça aurait un peu plus de sens.

Sinon, il va avoir quelque chose de "gros" qui va sortir dans pas long.



 

Tam!

  • Membre
  • *******
  • Messages: 18720
  • Respect: +2205
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8191 le: avril 10, 2024, 03:26:18 pm »
0
J'avais remarqué dans les dernières semaines que j'en ai pogné des bouts que Lagacé avait souvent l'air agacé après les interventions de MC Gilles, et que le ton n'était pas vraiment cordial.

Genre que je me suis dit "Lagacé a l'air à le trouver gossant solide par bouts", mais c'est juste un impression.

Par contre, même si Lagacé semble avoir le bras assez long, le sortir complètement de la station juste pour un conflit de personnalité ça semble overkill, ça ne peut presque pas juste être ça, à moins qu'il ne boude et qu'il leur ait dit "vous me sortez du show de Lagacé? Bin je crisse mon camp de Cogeco alors". Là ça aurait un peu plus de sens.

 

https://twitter.com/tchendoh/status/1778141479560511731
Ex-emo viré woke et pseudo-homo-sophistiqué avec le temps

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32094
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2249
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8192 le: avril 10, 2024, 03:42:38 pm »
+1
Par contre, même si Lagacé semble avoir le bras assez long

C'est lui qui remplace Arcand, il me semble, mais juste du conflit pour une sortie en milieu de semaine au lieu de fin de semaine sans faker une autre raison, ça en prend tout un.

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8193 le: avril 10, 2024, 03:47:49 pm »
0
J'avais remarqué dans les dernières semaines que j'en ai pogné des bouts que Lagacé avait souvent l'air agacé après les interventions de MC Gilles, et que le ton n'était pas vraiment cordial.

Genre que je me suis dit "Lagacé a l'air à le trouver gossant solide par bouts", mais c'est juste un impression.

Par contre, même si Lagacé semble avoir le bras assez long, le sortir complètement de la station juste pour un conflit de personnalité ça semble overkill, ça ne peut presque pas juste être ça, à moins qu'il ne boude et qu'il leur ait dit "vous me sortez du show de Lagacé? Bin je crisse mon camp de Cogeco alors". Là ça aurait un peu plus de sens.

 

https://twitter.com/tchendoh/status/1778141479560511731

Ça se tient à 100%, mais encore là ils peuvent peut-être juste pas en parler.

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8194 le: avril 10, 2024, 03:49:34 pm »
0
Par contre, même si Lagacé semble avoir le bras assez long

C'est lui qui remplace Arcand, il me semble, mais juste du conflit pour une sortie en milieu de semaine au lieu de fin de semaine sans faker une autre raison, ça en prend tout un.

Il va monter dans le top 10 des plus influents l'an prochain si c'est ça.

Malgré que j'ai l'impression que c'est MC Gilles qui a décidé de crisser son camp.

Est-que je suis en train de potiner?

Ok, j'arrête ça.

Berslak

  • Un titre.
  • Membre
  • *****
  • Messages: 7782
  • Un texte.
  • Respect: +657
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8195 le: avril 10, 2024, 04:11:45 pm »
0
Sur Facebook :

Vous me connaissez, je suis un gars transparent qui a toujours dit les choses telles qu'elles le sont. C’est donc avec étonnement que j’ai appris, mardi soir, que j’étais remercié par Cogeco médias.

Ce n’est pas ma décision. Et je suis attristé de perdre le lien privilégié que j’avais avec vous les auditeurs. J’ai de la peine, aussi, de devoir dire aurevoir à mes collègues, que j’appréciais au plus haut point et avec qui j’ai partagé des moments extraordinaires en ondes et hors d’ondes ces 19 dernières années.

Vous comprendrez que dans les circonstances, je ne peux pas m’étendre sur le pourquoi du comment. Mais disons simplement que le climat s’est considérablement envenimé ces derniers mois et qu’il m’était devenu impossible psychologiquement de travailler à l'émission du retour.

Une situation a heurté mes valeurs et je l’ai exprimé, ce qui n’a pas plu. Par respect pour les gens concernés, je ne donnerai pas plus de détails mais je trouve fort dommage d’être le bouc émissaire dans cette histoire.

Je souhaite néanmoins à l’équipe du retour tout le succès du monde pour ce dernier droit de la saison.
Je suis ici seulement pour m'exprimer un peu et non pour discuter activement sur plusieurs messages. Merci de respecter mon désir de m'exprimer à petites doses.

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8196 le: avril 10, 2024, 04:50:43 pm »
0
que Lagacé avait souvent l'air agacé
 

Vous m'avez laissé écrire ça?

Vous êtes des pas fiables.

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11395
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8197 le: avril 10, 2024, 11:23:01 pm »
0
L'article de Hugo Dumas dans La Presse est assez détaillé sur la situation.

J'ai jamais trop compris le hype sur MC Gilles, reste que ça ne semble pas être juste un conflit de personnalité avec Lagacé, même s'il y en avait un de toute évidence.

Ciné

  • Membre
  • ***
  • Messages: 1011
  • Respect: +125
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8198 le: avril 11, 2024, 07:32:40 am »
0
J'ai vu l'éclipse de la belle ville de Québec, où elle s'établissait à 98%.

J'ai vu l'éclipse de la belle ville de Québec, où elle s'établissait à 96-98%.

Mon genre de joke, mais je suis pas sûr que venant de Sharl, elle était intentionnelle.


Il doit avoir une grosse différence comme expérience entre totale et quasi totale

une éclipse de 98% valait 10 et qu'une de 100% valait 1000.

sérieusement, je parlais à plein de gens, qui ont vu totale vs partielle presque totale, et la différence de réaction est impressionnante.

Mes p'tits verres à moitié vides vous autres.

« Modifié: avril 11, 2024, 07:38:46 am par Ciné »

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14252
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1818
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8199 le: avril 11, 2024, 08:30:34 am »
0
L'article de Hugo Dumas dans La Presse est assez détaillé sur la situation.

J'ai jamais trop compris le hype sur MC Gilles, reste que ça ne semble pas être juste un conflit de personnalité avec Lagacé, même s'il y en avait un de toute évidence.

Ouais, j'ai vu ça avant de me coucher.

https://www.ledevoir.com/culture/medias/810687/mc-gilles-congediement-cogeco?

Pour le hype.

En tant que "chroniqueur humoristique" avec Lagacé, c'était pas vraiment tight.

Faut l'avoir connu du temps de CHYZ(?). Le gars s'est quand même inventé un créneau dans le monde assez marginal de la radio communautaire, et pour ça il mérite quand même le respect. Aux dernières nouvelles, il faisait encore une bonne job dans Infoman, mais ça fait un bail que je ne suis plus l'émission donc je ne sais pas trop, mais encore une fois c'est collé à ce qu'il fait depuis 20-25 ans et c'est ça qui l'a mit au monde.

Dans l'émission du retour j'avais remarqué qu'il essayait de prendre de la place et de faire de l'éditorial par dessus Lagacé et Cantin et ça paraissait que ce n'était pas apprécié de Lagacé et du woke Cantin. De plus, ça clashait souvent avec le ton de l'émission, et on sentait qu'il commençait à se prendre un peu pour plus gros qu'il ne l'était. Je ne dis pas que c'est mal de challenger Lagacé, bien au contraire, mais le gars n'a clairement pas les capacités de le suivre dans l'argumentation.

Pis là le gars pense qu'il est assez big pour refuser une case horaire.

Et quand Cantin va animer l'an prochain et qu'Arcand va être remplacé par Lagacé, ça va être le temps de remettre mon radio d'auto sur la clé USB.