Ceci est un forum public. Les Cowboys Fringants dalporto se dissocient des opinions émises sur ce forum.

 L'Encyclopédie du Peuple

Auteur Sujet: N'importe quoi : actualité et société  (Lu 568854 fois)

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11410
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8100 le: mars 14, 2024, 12:43:56 pm »
0
Possiblement la première utilisation de "person with a vagina" dans le milieu judiciaire Canadien?

Where a person with a vagina testifies credibly and with certainty that they felt penile?vaginal penetration, a trial judge must be entitled to conclude that they are unlikely to be mistaken.
R. v. Kruk, Supreme Court of Canada


Une très brève recherche non poussée sur CanLii suggère que ce serait effectivement la première fois.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8101 le: mars 14, 2024, 12:46:23 pm »
0
C'est impossible d'en tirer la conclusion que le terme "une femme" est innaproprié aux yeux de la Cour suprême. Le mot "femme" est écrit une soixantaine de fois dans la décision.

T'es de mauvaise foi en sacrament.

Peux-être, mais venant de quelqu'un qui venait de dire: it is extremely unlikely that a person with a vagina, je ne sais pas si il faut être de mauvaise fois pour avoir mal compris (dans une deuxième langue) que le problème était avec le mot a et non woman (ce qui fait effectivement du sens).

Pas aux yeux de la cour suprême en général, juste du juge qui vient d'écrire une phrase plus haut person with a vagina.

En passant, je ne sais toujours pas ce que tu veux dire au juste quand tu utilises le mot femme dans une phrase.

plsavaria

  • Hors-Québec
  • Membre
  • *****
  • Messages: 5093
  • Respect: +487
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8102 le: mars 14, 2024, 12:54:50 pm »
0
Possiblement la première utilisation de "person with a vagina" dans le milieu judiciaire Canadien?

Where a person with a vagina testifies credibly and with certainty that they felt penile?vaginal penetration, a trial judge must be entitled to conclude that they are unlikely to be mistaken.
R. v. Kruk, Supreme Court of Canada


Une très brève recherche non poussée sur CanLii suggère que ce serait effectivement la première fois.

J'avais oublié que toutes les décisions judiciaires, incluant les décisions orales, se retrouvaient sur CanLii.
Mes excuses.

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11410
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8103 le: mars 14, 2024, 12:57:03 pm »
0
C'est impossible d'en tirer la conclusion que le terme "une femme" est innaproprié aux yeux de la Cour suprême. Le mot "femme" est écrit une soixantaine de fois dans la décision.

T'es de mauvaise foi en sacrament.

Peux-être, mais venant de quelqu'un qui venait de dire: it is extremely unlikely that a person with a vagina, je ne sais pas si il faut être de mauvaise fois pour avoir mal compris (dans une deuxième langue) que le problème était avec le mot a et non woman (ce qui fait effectivement du sens).

Pas aux yeux de la cour suprême en général, juste du juge qui vient d'écrire une phrase plus haut person with a vagina.

En passant, je ne sais toujours pas ce que tu veux dire au juste quand tu utilises le mot femme dans une phrase.

Donc, selon ta logique implacable, la juge Martin, qui écrit le mot "femme" à peu près 50 à 60 fois dans sa décision, qui recense l'historique des mythes et stéréotypes à l'endroit des femmes dans la système judicaire, plus particulièrement dans les dossiers d'agression sexuelle, parce qu'elle écrit "personne avec un vagin" dans un contexte extrêmement précis, considère que le mot "femme" est innaproprié ?

Je ne sais pas dans quel monde tu vis, mais ce n'est pas un monde où j'aimerais me trouver.


"En passant, je ne sais toujours pas ce que tu veux dire au juste quand tu utilises le mot femme dans une phrase."

Tiens, Wikipedia dit que c'est ça une femme : Une femme est un être humain de sexe ou de genre féminin.

T'as besoin de quoi de plus ?

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11410
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8104 le: mars 14, 2024, 12:57:55 pm »
0
Possiblement la première utilisation de "person with a vagina" dans le milieu judiciaire Canadien?

Where a person with a vagina testifies credibly and with certainty that they felt penile?vaginal penetration, a trial judge must be entitled to conclude that they are unlikely to be mistaken.
R. v. Kruk, Supreme Court of Canada


Une très brève recherche non poussée sur CanLii suggère que ce serait effectivement la première fois.

J'avais oublié que toutes les décisions judiciaires, incluant les décisions orales, se retrouvaient sur CanLii.
Mes excuses.


?

Toutes les décisions judiciaires ou administratives ne se retrouvent pas sur Canlii voyons... c'est quoi ce commentaire là.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8105 le: mars 14, 2024, 01:02:23 pm »
0
Tiens, Wikipedia dit que c'est ça une femme : Une femme est un être humain de sexe ou de genre féminin.
T'as besoin de quoi de plus ?

Ne pas utiliser le mot dans la définition de manière circulaire, féminin ?

Donc, selon ta logique implacable, la juge Martin, qui écrit le mot "femme" à peu près 50 à 60 fois dans sa décision, qui recense l'historique des mythes et stéréotypes à l'endroit des femmes dans la système judicaire, plus particulièrement dans les dossiers d'agression sexuelle, parce qu'elle écrit "personne avec un vagin" dans un contexte extrêmement précis, considère que le mot "femme" est innaproprié ?

venant d'une cour, qui a dit:  The court was careful to avoid writing about gender as if it had anything to do with biology. Ça me semble possible.

Imagine que beaucoup de trans homme intacte se font violer, tu penses pas qu'utiliser people with vagina au lieu de woman puisse devenir populaire....

plsavaria

  • Hors-Québec
  • Membre
  • *****
  • Messages: 5093
  • Respect: +487
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8106 le: mars 14, 2024, 01:05:58 pm »
0
Qu'une très brève recherche non poussée sur CanLii ne suggère pas nécessairement que ce soit effectivement la première fois.
Simplement que ça puisse être la première fois dans un jugement écrit qui se retrouve sur CanLii.

Mon "peut être", n'ayant pas trouvé d'autre mention sur CanLii, mais ne pouvant assumer de toutes les autres décisions (voir durant procès).


Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11410
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8107 le: mars 14, 2024, 01:12:46 pm »
0
"venant d'une cour, qui a dit:  The court was careful to avoid writing about gender as if it had anything to do with biology. Ça me semble possible."

Cite-moi la décision qui écrit spécifiquement ce que tu viens d'écrire.



Ou ne serait-ce pas plutôt un texte d'opinion du National Post que tu cites ?

https://nationalpost.com/opinion/jamie-sarkonak-we-didnt-need-person-with-a-vagina-added-to-the-legal-vernacular/wcm/9efffef7-6122-4cc2-99ba-74964d26085a/amp/

"And the Supreme Court is buying it. Writing in May on a decision relating to a defamation proceeding, Justice Andromache Karakatsanis related the tenets of gender ideology as if they were fact.

“While gender was once understood only in the binary of ‘male’ or ‘female,’ today, society’s understanding of gender has broadened to encompass a spectrum of gender identities, modes of expression, and related terminology, all of which continue to evolve,” she wrote.
In the same decision, any articulations of the binary understanding of sex and gender were presented as quotes from a party to the case. The court was careful to avoid writing about gender as if it had anything to do with biology."


MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8108 le: mars 14, 2024, 01:17:18 pm »
0
Ou ne serait-ce pas plutôt un texte d'opinion du National Post que tu cites ?

Oui, et comme la juge a écrit, doute tu une seconde que des membres de la cours supremes canadienne ne sotn pas rendu avec des définitions mentale de femmes qui ressemble à ta définition de wikipedia ? Avec quelqu'un qui dit: today, society’s understanding of gender has broadened to encompass a spectrum of gender identities, modes of expression, and related terminology, all of which continue to evolve,

Aurais-tu un seul problème avec ça ? Au Canada, ils ont envoyés des trans intact en prison pour femme Snookey, là.

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11410
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8109 le: mars 14, 2024, 01:19:51 pm »
0
Je ne vois aucun problème avec le bout que tu cites. Les Tribunaux doivent suivre l'évolution de la société.

J'ai par contre un problème avec des affirmations niaiseuses du genre : "Le bout le plus magique, c'est que le juge de la cour suprême reprend le petit juge colon qui avait utilisé le mot banni en W."

Alors que ce n'est pas ça pentoute qui est arrivé.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8110 le: mars 14, 2024, 01:25:47 pm »
0
Alors que ce n'est pas ça pentoute qui est arrivé.

C'est quand même pas pourquoi si ce n'est pas par inclusivité que la phrase à été:
Where a person with a vagina testifies credibly and with certainty that they felt penile?vaginal penetratio

Au lieu de :
Where a woman testifies credibly and with certainty that they felt penile?vaginal penetration

Et si ce n'est pas un signe que comme un peu partout dans les organisations anglophones que le mot woman commence à devenir tabou.

Mon mauvais anglais a mal perçu que le commentaire de unfortunate était a propos de a woman et non pas woman.

Ciné

  • Membre
  • ***
  • Messages: 1069
  • Respect: +127
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8111 le: mars 14, 2024, 03:07:33 pm »
0
Si c'est vrai... What the fuckin' fuck kessé ça?!

Je connais quelqu'un qui a déjà été en charge d'un déménagement de building dans une école, c'était mieux d'être quelqu'un avec le bon métier avec les bonnes cartes pour débrancher un téléphone vs déménager ledit téléphone. Tous est possible, c'est ultra-contrôlé et ultra-monétisé par les syndicats au Québec.



On recommencera pas ça là...

s'ils ont reçu une amende, je gagerais qu'ils ne l'ont pas payé et qu'elle a été annulée cependant.

Selon GPT (je lui es juste demandé mot pour mot: esce que des parents on recu une ammende poru avoir peinturer une école)

La Commission de la construction du Québec (CCQ) a infligé une amende à des parents qui avaient décidé de peindre une école sans être rémunérés et sans détenir le permis approprié. Voici l’histoire :

Contexte:
Martin Thibert, maire de Saint-Sébastien, une petite ville près de la frontière américaine au Québec, avait presque terminé de peindre l’intérieur de l’école publique Capitaine-Luc-Fortin avec l’aide d’un groupe de bénévoles.

Cependant, une inspectrice de la CCQ est intervenue lorsqu’elle a découvert que les travaux étaient effectués sans permis et sans rémunération.


Règles strictes:
L’inspectrice a informé les parents, grands-parents et enseignants présents qu’il était illégal au Québec de peindre une école sans être rémunéré et sans détenir le permis approprié.

Elle a exigé les noms et les pièces d’identification des dix personnes présentes dans la pièce.


Réactions et changements:
Ces événements ont mis en lumière le contrôle strict des organisations syndicales et ont suscité des débats sur le rôle des citoyens et du gouvernement dans l’offre et le financement des services publics.

En réaction, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il assouplirait bientôt les règles pour permettre le travail bénévole sur certains projets de construction.

Ces événements ont également souligné l’état lamentable de plusieurs écoles publiques à travers la province et ont ravivé le débat sur la participation active de la société civile dans l’amélioration des infrastructures.

Merci pour le reste Mad, je lis ça ce soir, et je vous reviens.

Et bravo pour le bout :

Selon GPT (je lui es juste demandé mot pour mot: esce que des parents on recu une ammende poru avoir peinturer une école)

Y en n'a pas deux comme toi! :smiley1:

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14604
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +1320
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8112 le: mars 14, 2024, 05:12:28 pm »
0
Sauf que tu sais comme moi MadChuck, qu'en légal, il faut que tu sois précis sinon tu vas te faire ramasser. Si tu dis "une femme ressens la pénétration vaginale par un pénis" tu vas en avoir pour dire "ouin, mais telle femme, femme trans, elle a encore un pénis, elle peut pas ressentir la pénétration... ou telle autre a pas de vagin, elle le ressens pas.

Ici, le jugement porte pas sur le fait ou non qu'une femme aie un vagin ou que si tu as un vagin tu sois ou non une femme, mais que quand tu as un vagin, tu le sais en criss si un pénis essaie d'y entrer, pis qu'on peut pas vraiment "se tromper" là-dessus.

Aucun problème de mon coté dans le cas de ce jugement, versus un autre contexte qui serait pas dépendant du fait d'avoir un vagin ou pas.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Charlemagne

  • Membre
  • **
  • Messages: 419
  • Respect: +526
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8113 le: mars 14, 2024, 05:40:10 pm »
+1
Faire une douche en céramique avec porte vitrée et lumière dans le commerciale, ça implique

- faire les plans
- Système intérieur qui fait son marquage
- plombier qui marque son percement
- gars de ciment qui perce
- plombier qui passe le drain
- coupe feu sur le drain dans la dalle
- système intérieur qui monte le frame
- plombier qui monte les tuyau
- électricien qui amène le filage
- Gard de gypse pour les murs arrière et le plafond
- vitrier qui installe les pentures
- gars de céramique pour l’intérieur
- plombier pour le robinet
- peintre pour le plafond
- Gars d’électricité pour la lumière
- vitrier pour poser la porte
- responsable pour approuver


Dans le résidentiel, juste un bonhomme à tout faire

plsavaria

  • Hors-Québec
  • Membre
  • *****
  • Messages: 5093
  • Respect: +487
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8114 le: mars 14, 2024, 05:50:17 pm »
0
Aussi, au pif, la plupart de ces différentes personnes deviennent bonhomme à tout faire quand le besoin (résidentiel) se présente.

Charlemagne

  • Membre
  • **
  • Messages: 419
  • Respect: +526
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8115 le: mars 14, 2024, 06:12:24 pm »
0

Oui, mais ironiquement, quand tu rentres dans des domaines comme l’industriel ou les tâches sont plus complexe, tout comme les équipements, les travailleurs sont tellement spécialisés qu’ils en viennent à être limités dans le général.

Les électriciens qui posent du emt sont souvent incapable de brancher une prise ou de comprendre un circuit électrique.

On avait engagé une connaissance qui avait le chum comme électricien qui ne comprenait pas la différence entre monophasée et tri-phasée et il s’obstinait avec moi sur les fils à branchés.

Le feu a pogne dans mon beau lift de char parce que pour une raison que  j’ignore, le breaker a pas sauté à temps.   :smiley19:

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14604
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +1320
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8116 le: mars 14, 2024, 06:30:09 pm »
+2
dalporto a pas voulu me faire des enfants avant que je lui montre que j'étais capable de dessiner le branchement d'un interrupteur à trois voies.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14604
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +1320
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Ciné

  • Membre
  • ***
  • Messages: 1069
  • Respect: +127
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8118 le: mars 14, 2024, 10:44:56 pm »
+1
Si c'est vrai... What the fuckin' fuck kessé ça?!

Je connais quelqu'un qui a déjà été en charge d'un déménagement de building dans une école, c'était mieux d'être quelqu'un avec le bon métier avec les bonnes cartes pour débrancher un téléphone vs déménager ledit téléphone. Tous est possible, c'est ultra-contrôlé et ultra-monétisé par les syndicats au Québec.

s'ils ont reçu une amende, je gagerais qu'ils ne l'ont pas payé et qu'elle a été annulée cependant.

Selon GPT (je lui es juste demandé mot pour mot: esce que des parents on recu une ammende poru avoir peinturer une école)

Bon, pour résumer quatre articles que j'ai trouvés suite à la mention de "Saint-Sébastien" dans la recherche ChatGPT de Mad (notre forumeux mi-androïde / robot préféré) :

https://www.ledevoir.com/societe/497065/benevoles-pour-repeindre-une-ecole-des-regles-appelees-a-changer

https://www.journaldequebec.com/2017/03/15/peinture-benevole-a-lecole-saint-sebastien--le-reglement-sera-change-rapidement-dit-la-ministre

https://www.tvanouvelles.ca/2018/03/29/les-travaux-benevoles-interdits-dans-des-ecoles-1

https://www.lapresse.ca/actualites/education/201704/25/01-5091701-les-parents-pourront-faire-des-travaux-benevoles-dans-les-ecoles.php#:~:text=%C3%89cole%2C%20CPE%2C%20h%C3%B4pital%2C%20OBNL,de%20comptoirs%2C%20remplacement%20de%20fen%C3%AAtres.

Martin Thibert, maire de Saint-Sébastien, avait quasiment terminé de peindre l’intérieur d’une école publique avec l’aide d’un groupe de bénévoles lorsqu’une inspectrice de la Commission de la construction du Québec a débarqué et affirmé aux parents, grands-parents et enseignants rassemblés qu’il était illégal au Québec de peindre une école sans être rémunéré — et sans détenir le permis approprié. L’inspectrice a demandé les noms et les pièces d’identification pour les dix personnes se trouvant dans la pièce. M. Thibert a relaté qu’il avait d’abord refusé d’obtempérer, avant qu’elle ne menace d’appeler la Sûreté du Québec.


Déjà là, on parle de maladie mentale, mais continuons...

(...) M. Thibert a souligné que l’école Capitaine-Luc-Fortin de Saint-Sébastien, en Montérégie, n’avait pas été repeinte depuis 33 ans, et que les sommes nécessaires ne semblaient pas vouloir venir de la commission scolaire. Le maire a décidé d’agir, a acheté pour environ 3500 $ de peinture et a organisé la venue d’environ 30 personnes par jour pour aider à donner de nouvelles couleurs aux murs de l’école. Après la venue de l’inspectrice, l’école a été contrainte d’embaucher des professionnels pour conclure le travail à une rémunération de 94 $ par heure. « Les gars ne voulaient pas nous charger. Mais le syndicat les a appelés et les a forcés à charger le plein prix », a-t-il soutenu.


On peut aussi se demander qui a stoolé les bénévoles à l’inspectrice de la CCQ. :smiley24:

En réaction, le gouvernement du Québec a annoncé plus tôt ce mois-ci qu’il assouplirait bientôt les règles dans le but de permettre le travail de bénévoles pour certains projets de construction, une décision critiquée par la FTQ-Construction. Le porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière de travail, Marc Picard, a soutenu qu’il y avait une « lente » évolution des mentalités à cet égard au sein de la population, mais que les syndicats ne suivaient pas. Le député a dit croire que les gens réalisent qu’ils paient « de plus en plus d’impôt sans que les services s’améliorent », et que les réglementations sont trop imposantes.


Dans un autre article, on peut lire que la loi va être changée. Un bon move des Libéraux, chapeau (vous pouvez imprimer cette phrase-là, vous ne la verrez pas souvent). :smiley15:

La ministre responsable du Travail, Dominique Vien, a promis mercredi que des modifications à la loi seront apportées rapidement. «Dès cette semaine, le règlement en question sera sur mon bureau et [...] il franchira les étapes nécessaires», a-t-elle assuré au cours de la période de questions à l’Assemblée nationale.


Mad avait aussi raison sur le fait que les bénévoles n'avaient pas eu à payer l'amende :

Pour avoir réalisé des travaux de construction sans détenir leurs cartes de métier, ceux-ci étaient susceptibles de recevoir une amende de 200$ chacun. La CCQ n’a finalement pas imposé de sanctions.


Bref, pas d'amende et on change la loi. On pourrait croire que tout est bien qui finit bien, mais non... Malgré que le gouvernement assouplit les règles, c'est désormais la Commission scolaire des Hautes-Rivières qui interdit les travaux bénévoles dans ses établissements. Vous pouvez écouter l'entrevue de la directrice pleine de mauvaise foi (On n'a pas les moyens d'offrir une seule personne payée pour surperviser les travaux d'autres personnes travaillant bénévolement) qui n'a jamais entendu le mot prioriser de sa vie.

https://www.tvanouvelles.ca/2018/03/29/les-travaux-benevoles-interdits-dans-des-ecoles-1


Évidemment, le syndicat en rajoute :

À la Fédération du personnel de soutien scolaire, affiliée à la Centrale des syndicats du Québec, on se réjouit plutôt de l’interdiction décrétée par la commission scolaire. «Ça coûte cher, le bénévolat, s’il faut refaire les travaux», lance sa vice-présidente, Mélanie Renaud.


Commentaire de la CCQ qui a tout de même de l'allure :

« La priorité de la CCQ est de cibler les contrevenants chroniques, les stratagèmes qui contaminent l'industrie et qui génèrent de la concurrence déloyale. On est donc loin de la chasse aux bénévoles », a précisé la présidente de l'organisme, Diane Lemieux.

Sauf qu'en dire ça c'est avouer à demi-mots que la CCQ avait pas d'affaire à gosser les bénévoles de Saint-Sébastein en premier lieu.
« Modifié: mars 14, 2024, 10:47:01 pm par Ciné »

Ring0

  • Membre
  • *****
  • Messages: 4078
  • Respect: +639
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8119 le: mars 15, 2024, 08:40:54 am »
0
Dans le résidentiel, juste un bonhomme à tout faire

Pas dans le neuf non ?

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8120 le: mars 15, 2024, 11:49:33 am »
0
On recommencera pas ça là...

C'est quoi que tu pensais faire en pointant une histoire de citoyen attaqué par l'état pour avoir travaillé gratuitement ;) ? Quel autre explication pourrait exister ? C'est soit ça, soit un lobby industriel avec un gouvernement corrompu, vu qui n'a pas tant de big pentureur d'école.....

Sauf qu'en dire ça c'est avouer à demi-mots que la CCQ avait pas d'affaire à gosser les bénévoles de Saint-Sébastein en premier lieu.
Es-tu sûr, on parle de changer de changement de règlements à la suite ?, ça indiquerait qu'elle avait peut-être bien d'affaire avec les anciens.
« Modifié: mars 17, 2024, 12:23:20 pm par MadChuck »

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8121 le: mars 15, 2024, 12:20:22 pm »
0
Sauf que tu sais comme moi MadChuck, qu'en légal, il faut que tu sois précis sinon tu vas te faire ramasser. Si tu dis "une femme ressens la pénétration vaginale par un pénis" tu vas en avoir pour dire "ouin, mais telle femme, femme trans, elle a encore un pénis, elle peut pas ressentir la pénétration... ou telle autre a pas de vagin, elle le ressens pas.

Oui bien sûr, ce qui revient avec la journée de la femme en 2024, c'est rendu plus compliqué que bonne journée des Humains femelles adultes. La conversation est assez bizarre parce que

Aye, la société es entrain d'utiliser personne qui menstrue, personne avec vagin au lieu de simplement dire le mot femme devenue taboo et considérer non inclusif.

Des gens qui sont d'accord avec le fait que la société ce tiens loin du mot femme pour désigner le sexe de quelqu'un et semble conscient que ça se fait, au lieu de commencer la conversation par: Je vais te convaincre que c'est une bonne idée, semble souvent la commencé: Tu fabules, bien sur que non personne fait ça puis continue en disant pourquoi c'est une bonne idée de le faire.

Ciné

  • Membre
  • ***
  • Messages: 1069
  • Respect: +127
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8122 le: mars 15, 2024, 02:31:45 pm »
0
On recommencera pas ça là...

C'est quoi que tu pensais faire en pointant une histoire de citoyen pour avoir travaillé gratuitement ;) ? Quel autre explication pourrait exister ? C'est soit ça, soit un lobby industriel avec un gouvernement corrompu, vu qui n'a pas tant de big pentureur d'école.....

Je sais pas, je suis bien naïf et surtout ben tanné.

Je pensais plus à un truc de CNESST. Genre un parent mongol qui s'casse la gueule après avoir installé des échafauds tout croche. Mais calvaire, la fille s'en allait appeler la police.

Je demeure dans un condo et là de ce que je comprends, il y a trop de portes pour qu'on puisse faire ça nous-mêmes. Faut donc payer ou laisser ça de même. :smiley24:

Sauf qu'en dire ça c'est avouer à demi-mots que la CCQ avait pas d'affaire à gosser les bénévoles de Saint-Sébastein en premier lieu.

Es-tu sûr, on parle de changer de changement de règlements à la suite ?, ça indiquerait qu'elle avait peut-être bien d'affaire avec les anciens.

Oui, le règlement est là, mais je pense qu'on est capable de faire la part des choses. Si sa boss dit que la priorité ce n'est pas la chasse aux bénévoles, lâche la police. Me semble qu'un simple avertissement, comme parfois les policiers en donnent eux-mêmes, aurait été largement suffisant pour des gens qui voulaient juster aider et donnent de leur temps en plus.
« Modifié: mars 16, 2024, 02:52:47 am par Ciné »

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8123 le: mars 21, 2024, 01:51:20 pm »
+1
Même chose pour la nouvelle ligue de hockey féminine. Y'a des jambons que ça dérange.

Quand même:
https://www.985fm.ca/audio/614656/un-record-pour-le-match-de-hockey-feminin-entre-montreal-et-toronto
En moins d'une heure, les 21 000 billets disponibles ont trouvé preneur.

Avec les performances du Canadien depuis la retraite de Carey Price.....

El Kabong

  • Empêcheur de tourner en rond et dauphin des -1
  • Membre
  • *****
  • Messages: 6171
  • Données erronées, résultats significatifs.
  • Respect: -236
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8124 le: mars 22, 2024, 05:39:45 pm »
0
dalporto a pas voulu me faire des enfants avant que je lui montre que j'étais capable de dessiner le branchement d'un interrupteur à trois voies.
La prostate est une "three-way valve".
Z

El Kabong

  • Empêcheur de tourner en rond et dauphin des -1
  • Membre
  • *****
  • Messages: 6171
  • Données erronées, résultats significatifs.
  • Respect: -236
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8125 le: mars 22, 2024, 05:42:54 pm »
0
Même chose pour la nouvelle ligue de hockey féminine. Y'a des jambons que ça dérange.

Quand même:
https://www.985fm.ca/audio/614656/un-record-pour-le-match-de-hockey-feminin-entre-montreal-et-toronto
En moins d'une heure, les 21 000 billets disponibles ont trouvé preneur.

Avec les performances du Canadien depuis la retraite de Carey Price.....
L'homme de dix millions qui sniffait tellement qu"il s'est avéré incapable d'apprendre le français?  Et il gagnait?  Halak est pas d'accord.
Z

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8126 le: mars 23, 2024, 06:06:04 am »
0

https://www.youtube.com/watch?v=DiNrhcwYULo


=(


À la télévision, ils font présentement état de 115 morts et de 11 individus (dont 4 assaillants suspectés) arrêtés, d’après les enquêteurs russes.

D’aucuns évoquent un « Bataclan russe » …


EDIT : Il y a vraiment de sacrés cons dans l’espace « commentaires » …

« Modifié: mars 23, 2024, 07:49:09 am par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

Ciné

  • Membre
  • ***
  • Messages: 1069
  • Respect: +127
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8127 le: mars 23, 2024, 08:00:26 am »
0
115 morts! :smiley5:

EDIT : Il y a vraiment de sacrés cons dans l’espace « commentaires » …

Pas une grosse surprise remarque...

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8128 le: mars 23, 2024, 08:02:21 am »
0


Pas une grosse surprise remarque...



En effet...
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

Ciné

  • Membre
  • ***
  • Messages: 1069
  • Respect: +127
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8129 le: mars 23, 2024, 08:05:49 am »
0
(Moscou) Le Kremlin a annoncé samedi l’arrestation de 11 personnes, dont « quatre » assaillants, après l’attaque menée dans une salle de concert de la banlieue de Moscou la veille, qui a fait au moins 115 morts et a été revendiquée par le groupe djihadiste État islamique (EI).

Je ne sais pas si les sept autres personnes sont impliquées de près ou de loin, mais je plains en esti celui ou celle qui se ferait arrêter par erreur 1) en Russie, 2) dans une situation comme celle-là.

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14348
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1828
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8130 le: mars 23, 2024, 09:55:18 am »
0
C'est beaucoup mieux d'arrêter et de torture 100 innocents que de laisser un seul coupable en liberté.

-Deep Purple

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8131 le: mars 23, 2024, 09:59:59 am »
0

Nouveau bilan provisoire : au moins 133 morts…


Vladimir Poutine vient de prendre la parole. Il a notamment dit qu’ils feraient tout pour découvrir le réseau qui était derrière cet « attentat terroriste », cette « tuerie de masse ». Que les services des forces de l’ordre russes étaient à la recherche d'informations relatives à ceux qui ont assuré le déplacement desdits terroristes, qui ont assuré la logistique relative aux caches d’armes, qui ont aidé les « auteurs » de ce « massacre », etc. Il a dit que les commanditaires, les organisateurs et tous ceux qui étaient derrière cet attentat feraient face aux conséquences inévitables de leurs actes et seraient punis. Il n’a en revanche pas explicitement mentionné l’État islamique. Il n’a pas directement dit que l’Ukraine avait commandité l’attentat, mais il a fait un lien entre l’Ukraine et cette tragédie, chose que redoutaient les autorités ukrainiennes, qui nient toute implication dans cet évènement et qui estiment quant à elles que Moscou aurait pu faciliter cette attaque terroriste revendiquée par l’État islamique-Khorassan (EI-K). Il a dit que les 4 assaillants suspectés et arrêtés avaient tenté de fuir, qu’ils étaient en cavale en direction de l’Ukraine et que la « partie ukrainienne » avait préparé une « fenêtre de passage » pour leur permettre de traverser la frontière. Il a par ailleurs dit que ces individus étaient venus assassiner « nos citoyens », qu’ils avaient l’intention de tuer les gens à bout portant, tels les « nazis » dans les territoires qu’ils avaient occupés : exécution, acte de terreur. Cette référence aux « nazis » est une constante dans le discours de Vladimir Poutine depuis plusieurs années. Enfin, ce dernier a dit souhaiter une coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme.


« La Russie aurait-elle pu prévoir une telle offensive ? Rien n’est moins sûr, mais vendredi soir, les États-Unis ont indiqué avoir appliqué une politique de longue date de "devoir d’alerte", en vertu de laquelle les États-Unis préviennent les pays visés lorsqu’ils reçoivent des renseignements sur des menaces spécifiques d’enlèvements ou d’assassinats, a déclaré Adrienne Watson, porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain.

Le 7 mars dernier, l’ambassade américaine en Russie avait averti ses citoyens qu’elle "suivait de près des informations selon lesquelles des extrémistes ont des plans imminents de cibler de grands rassemblements à Moscou, y compris des concerts, et il convient de conseiller aux citoyens américains d’éviter les grands rassemblements au cours des prochaines 48 heures".

Le 19 mars 2024, Vladimir Poutine avait pris la parole devant le bureau du FSB et avait indiqué que "les déclarations provocantes récentes d’un certain nombre de responsables occidentaux sur de possibles attaques terroristes en Russie n’étaient que du chantage pur et simple" et une tentative « d'intimider et de déstabiliser notre société ». » https://www.ladepeche.fr/2024/03/23/attaque-armee-a-moscou-des-extremistes-ont-des-plans-imminents-les-etats-unis-avaient-prevenu-le-kremlin-dun-potentiel-danger-11844416.php


Tout à l’heure, j'ai brièvement vu (à la télé) une vidéo (probablement de propagande russe, d’après les intervenants) de l’un des individus arrêtés, mais je suis arrivée trop tard, je n’ai pas eu le temps d’entendre ce qu’il disait… Il était à genoux, les mains derrière le dos, je crois… Ah, un journaliste vient de reparler de cette vidéo, qui contiendrait « des aveux très étranges » : l’individu en question aurait, selon ses dires (prononcés dans un contexte dont nous n'avons pas connaissance), « été poussé par des inconnus à tuer – en échange d’argent – le plus de personnes possible à Moscou » … EDIT : Les vidéos viennent de repasser à la télé... Deux individus (probablement malmenés), visages floutés ; l'un à genoux, les mains derrière le dos, et l'autre à plat ventre sur le sol, mains derrière le dos et tenu par les cheveux... Une sorte d'"interrogatoire musclé" en pleine "rue" ... 


On ne connaîtra probablement pas toute la vérité...

« Modifié: mars 23, 2024, 03:26:39 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

El Kabong

  • Empêcheur de tourner en rond et dauphin des -1
  • Membre
  • *****
  • Messages: 6171
  • Données erronées, résultats significatifs.
  • Respect: -236
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8132 le: mars 23, 2024, 04:40:15 pm »
0
L'état islamique est une création de CIA.

Acheter, former et armer des idiots utiles pour leur faire commettre l'impensable, c'est typique de cette organisation criminelle.  Ça se nomme du terrorisme d'État.  Spécialité US-Israël.

Et "genocide Joe" Biden a signé l'autorisation.
Si ce n'est pas le cas?  Déni plausible pour les juristes...

L'Empire s'écroule dans la haine et la destruction.
Z

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8133 le: mars 23, 2024, 08:51:42 pm »
0

Ton commentaire dépourvu de nuances ne m’étonne guère, évidemment… Je m'y attendais... Tu rédiges peu ou prou le même message à chaque fois… Autant le « copier », ainsi tu n’auras plus qu’à le « coller » la prochaine fois (gain de temps) …


L’État islamique n'aurait peut-être pas existé sans l’intervention militaire américaine de 2003 en Irak. La création de Daech est en quelque sorte une réaction à l'invasion. « La résistance, qui s’active dans la foulée de l’invasion américaine, se mobilise contre ce fait irrecevable qui consiste à marginaliser la communauté sunnite qui a dirigé le pays depuis des décennies, bien avant Saddam Hussein […]. Les sunnites n’admettent pas à l’époque de se voir supplanter par des chiites qu’ils considèrent comme hérétiques, et par des Kurdes qui sont des non-arabes. »

En 2011, les Américains entamèrent leur retrait, mais cela coïncida avec le début des Printemps arabes, notamment en Syrie. Ce fut l’occasion pour les djihadistes irakiens d’aller en Syrie, sur un terrain plus facile et pour s’y établir. Trois ans plus tard, ils revinrent « plus forts que jamais » en Irak…

Calamiteuse intervention américaine en 2003 + calamiteuse gestion du bourbier moyen-oriental qu'elle a engendré.

Reste que les États-Unis ne sont pas les seuls acteurs ou responsables… Et pour ma part, je ne mettrai pas à chaque fois tout sur le dos des USA, que je ne porte par ailleurs pas particulièrement dans mon cœur (en ce qui me concerne, il ne s’agit pas d’une haine aveugle, ni même d’une haine tout court, mais plutôt d’un certain « détachement » ou « manque d’intérêt », car ils ne me passionnent pas spécialement) … Par exemple, en l’espèce, je ne pense pas que les États-Unis soient les commanditaires de l’attaque terroriste susmentionnée, que la CIA ait eu l’intention d’organiser ladite attaque en Russie. Quel que soit le « commanditaire » de cette attaque, cette dernière est condamnable et déplorable, de toute façon.


Wikipédia :

Citer
Lors des guerres successives d'Irak depuis les années 1980 et notamment l'invasion de 2003, les États-Unis et leurs alliés ont détruit l'ensemble des infrastructures du pays engendrant un chaos aussi bien matériel que culturel. De plus, les fausses accusations d'armes de destruction massive et les scandales liés à la torture dans les prisons, notamment le scandale d'Abou Ghraib, minent la confiance du peuple irakien envers les Occidentaux. Cela crée un profond sentiment anti-américain, notamment chez les anciens cadres de l'armée irakienne qui fournissent la structure de base de l'armée de l'État islamique.

Selon le quotidien britannique The Guardian, citant une source anonyme, c'est derrière les murs de la prison américaine de Camp Bucca située près du port d'Umm Qasr, perdue dans le désert irakien, que les futurs leaders de l'organisation ont ébauché leur réseau à partir de 2004 […]. Richard Barret, spécialiste du contre-terrorisme, analyse que l'enfermement favorisant la radicalisation, de hauts gradés baasistes de l’armée de Saddam Hussein se sont retrouvés aux côtés de terroristes chevronnés d’Al-Qaïda et les deux groupes, s’ils ont des méthodes différentes, se sont découvert une communauté d’intérêt et se sont échangé leurs compétences.


Un podcast intéressant (2018) : https://www.radiofrance.fr/franceculture/daech-a-t-il-ete-cree-par-les-etats-unis-7195622 :

Citer
On ne peut pas dire qu’il n’y a aucun lien entre Daech et les États-Unis, dans la mesure où l’invasion américaine en Irak en 2003 a été un terreau fertile pour l’émergence de Daech. En revanche, l’on ne peut pas dire non plus que Daech est une construction des États-Unis puisqu’on connaît maintenant de manière assez claire les origines de Daech. Ce sont en grande partie d’anciens baasistes, c’est-à-dire les anciens membres du parti de Saddam Hussein, qui avaient été un peu mis au ban après l’invasion américaine de 2003, et puis aussi les mouvements djihadistes locaux qui se sont un peu alliés sur le mode de la rancœur sunnite en Irak. Après l’invasion en Irak, les sunnites ont eu un peu l’impression d’être rejetés de la société, d’être un peu les parias, et c’est sur cette hargne qu’ils se sont organisés et qu’ils ont fantasmé au fur et à mesure ce projet de califat.

Je pense qu’il y a un imaginaire très largement anti-impérialiste ici en Occident, paradoxalement, qui est issu de l’histoire de l’impérialisme occidental. L’Occident domine au niveau mondial depuis plusieurs siècles et donc, on a une espèce de croyance assez profonde que tous les mouvements sociaux et politiques à travers le monde ne peuvent qu’être une création de l’Occident. C’est quelque chose qui n’est pas si éloigné de l’imaginaire colonial. Un peu comme si les personnes du Moyen-Orient ne pouvaient rien faire par elles-mêmes. S’il y a des mouvements dans ces pays du monde, ça ne peut qu’être par quelque chose qui a été conçu, imaginé par les Occidentaux. C’est une forme de culturalisme, aussi. C’est un peu dénier aux habitants de ces régions du monde une capacité propre à s’organiser et à se soulever politiquement.


On peut comprendre que de grandes puissances comme les USA, la Russie ou les puissances des monarchies du Golfe arabique fassent usage de leurs services secrets pour influencer les pouvoirs politiques ou des pouvoirs insurrectionnels…

Oui, c’est le cas, mais dans une logique complexe et multiple. C’est la pensée par intérêt. Le fait de penser que les faits politiques sont toujours le fruit d’intérêts particuliers… Alors, c’est vrai, mais les logiques de pression, d’intérêt ne sont pas « monocausales ». Très certainement, les USA, les services secrets américains font des choses au Moyen-Orient et influencent les acteurs du Moyen-Orient, mais à côté de ça, il y a aussi d’autres acteurs qui sont en jeu, et puis surtout, les populations locales sont quand même « acteurs » à part entière. C’est ça qu’on a tendance à oublier dans ce type de raisonnement. C’est, en fait, de penser que les habitants de ces régions du monde ne seraient que des marionnettes d’intérêts étrangers. En fait, c’est une rencontre entre à la fois des intérêts étrangers qui peuvent exister et des intérêts locaux qui existent aussi.


Quel aurait pu être l’intérêt géopolitique ou stratégique des USA de faire émerger ou de contribuer à l’émergence d’une puissance et d’un califat islamique comme Daech…

L’interventionnisme occidental au Moyen-Orient est plutôt en recul et les USA ont plutôt envie de se désengager de la région depuis plusieurs années et donc, ça ne colle pas à ce récit. Parenthèse : croire qu’on pourrait favoriser Daech pour pouvoir in fine favoriser les Frères musulmans, c’est très mal connaître les mouvements islamistes, car ce n’est pas du tout la même idéologie. On a tendance à penser que les courants radicaux islamistes font tous partie de la même famille idéologique, mais les Frères musulmans et l’idéologie propre à Daech et Al-Qaïda, ce sont deux familles idéologiques différentes.


Rôle que peuvent jouer localement les pétromonarchies du Golfe ? L’Arabie Saoudite et le Qatar ont financé, assisté, parfois fourni des armes à Daech.

Oui, il y a eu des financements, qui ne sont pas forcément des financements étatiques, contrairement à ce qu’on pourrait penser. C’est plutôt une logique de mécénat, c’est-à-dire des hommes d’affaires assez fortunés qui ont participé à des financements de l’État islamique. Mais il ne faut pas penser que c’est la principale source de financement de Daech. Daech s’est surtout autofinancé, en rackettant les populations locales, en imposant un impôt pseudo-révolutionnaire, en mettant directement la main sur des bouches pétrolières de manière à pouvoir avoir directement le pétrole et pouvoir le vendre de manière directe. Les sources de financement sont multiples et j’ai envie de dire que Daech est finalement assez autonome financièrement, malheureusement.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Finances_de_l%27%C3%89tat_islamique

D’ailleurs, il faut rappeler que le raisonnement complotiste à l’égard des attentats a vraiment trouvé sa source dans le 11 septembre 2001, en tout cas dans tout le récit qui a été donné autour du 11 septembre. Ça a été un évènement très traumatique dans l’opinion publique et un évènement auquel on a donné une couleur très civilisationnelle. On a tout de suite dit : c’est l’Occident qui a été attaqué et cela justifie toute une série de politiques, notamment sécuritaires, et aussi l’invasion de l’Irak, de l’Afghanistan, etc. Et ça, ça a été un traumatisme qui, justement, a fait qu’une certaine partie de nos concitoyens ont eu l’impression que c’était un récit qui devenait un prétexte à d’autres injustices, et c’est à ce moment-là que les théories du complot sont venues s’engouffrer comme une espèce d’alternative, c’est-à-dire un récit alternatif à ce qui serait le discours officiel, et c’est dans cette structuration entre récit officiel et récit alternatif qu’on est toujours actuellement dans cette rhétorique autour de Daech.


« Modifié: mars 23, 2024, 09:15:43 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8134 le: mars 24, 2024, 12:55:49 pm »
0
L'Idée qu'un des pays et dictateur qui a le plus violemment fait la guerre à ISIS et autre faction du genre (en Russie et ailleur), serait a l'abris d'une attaque est un peu étrange:

https://en.wikipedia.org/wiki/Russian_intervention_in_the_Syrian_civil_war
https://foreignpolicy.com/2023/05/09/islamic-state-afghanistan-khorasan-propaganda-russia-ukraine-war/

Si leur histoire d,inconnue sur télégram qui les payent est vrai, ça peut-être bien des gens, Ukraine, Américains, etc...

Les gens on tu vraiment une grande connaissance du Tadjikistan pour avoir des opinions fort sur ce qui se passe ?

Je ne sais pas si les sept autres personnes sont impliquées de près ou de loin, mais je plains en esti celui ou celle qui se ferait arrêter par erreur 1) en Russie, 2) dans une situation comme celle-là.

À voir leur technique avancée d'interrogation de couper et essayer de leur faire manger leur oreilles.... ils auraient quand même pas inventé des histoires que l'État russe voulait entendre.
« Modifié: mars 24, 2024, 06:02:10 pm par MadChuck »

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11410
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8135 le: mars 24, 2024, 03:41:59 pm »
0
"À voir leur technique avancée d'interrogation de couper et essayer de leur faire manger leur oreilles.... ils auraient quand même pas inventé des histoires que l'État russe voulait entendre."

Pourtant, c'est exactement pourquoi les techniques de tortures ne sont pas efficaces, les faux aveux.

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8136 le: mars 24, 2024, 03:42:39 pm »
0

De toute façon, ce n’est pas la première fois que l’EI revendique avoir commis un attentat en Russie. Il avait par exemple déjà revendiqué l'attaque ayant eu lieu en 2017 dans un supermarché de Saint-Pétersbourg.

Deux semaines avant l'attentat du Crocus City Hall, les autorités russes avaient annoncé avoir tué des membres présumés d'une cellule de l'EI-K, la branche afghane de l’EI, dans la région de Kalouga, au sud-ouest de Moscou. Ils étaient soupçonnés de fomenter un attentat contre une synagogue de la capitale. Le 3 mars dernier, six combattants présumés de l'EI-K avaient été tués par les forces russes en Ingouchie, dans le Caucase russe.

L'EI-K porte un regard critique sur la guerre menée par Moscou en Ukraine et sur ses interventions en Afrique, en Syrie, en Afghanistan et en Tchétchénie.

Ce groupe "fait une fixation sur la Russie depuis deux ans, critiquant fréquemment le président Vladimir Poutine dans sa propagande", a déclaré au New York Times Colin P. Clarke, analyste spécialiste du terrorisme au sein de la société de conseil en sécurité Soufan Group. "L'EI-K accuse le Kremlin d'avoir du sang musulman [sur] les mains, faisant référence aux interventions de Moscou en Afghanistan, en Tchétchénie et en Syrie".

Dans son communiqué, l'EI précise que l'attentat de vendredi s'inscrit "dans le contexte (…) de la guerre faisant rage" entre le groupe et "les pays combattant l'islam". Mais cela n'a rien de nouveau : Moscou et l'EI "ont un long contentieux", a rappelé vendredi sur Franceinfo Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste du jihadisme.

En Tchétchénie, les rebelles séparatistes se sont peu à peu islamisés après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996), jusqu'à l'allégeance à l'EI de la rébellion armée islamiste dans le Caucase russe, en juin 2015. La même année, Vladimir Poutine a ouvert un nouveau "front" à l'étranger avec le groupe jihadiste en lançant des interventions militaires sur le sol syrien, pour soutenir le président Bachar al-Assad. Dans ce cadre, l'armée russe a mené des frappes contre des positions de l'EI.

Enfin, les groupes islamistes au Sahel dénoncent régulièrement la Russie et les groupes paramilitaires présents sur le continent africain, comme Wagner. Toutes ces interventions russes sont autant de raisons pour l'EI de cibler Moscou. L'organisation a ainsi revendiqué l'attentat-suicide contre l'ambassade russe à Kaboul (Afghanistan), qui a tué six personnes en septembre 2022.

Moscou est par ailleurs confronté au terrorisme islamiste sur son territoire, plus particulièrement dans le Caucase russe, où les séparatistes se sont pour certains ralliés à l'EI. Ces dernières années, le groupe terroriste a notamment revendiqué une fusillade ayant fait cinq morts en février 2018 dans le Daghestan, le meurtre de deux policiers à Astrakhan, en avril 2017, ou une autre fusillade ayant tué une personne le 29 décembre 2015, à nouveau dans le Daghestan.

"À un moment, l'EI a eu une forme d'émirat dans le Caucase qui a été totalement éliminé par les Russes. Les prisons russes sont également pleines de jihadistes de l'EI ou d'autres factions, donc le contentieux est très ancien", commente Wassim Nasr. Près de 4 500 Russes, notamment originaires de cette région, ont combattu aux côtés de l'EI, selon les autorités. L'organisation n'aurait donc pas eu de peine à recruter pour mener une attaque sur le sol russe.

Reste à savoir comment cet attentat a pu se produire sans être déjoué par les autorités russes, pourtant sur le qui-vive dans un contexte de guerre en Ukraine. "Il y a encore beaucoup de questions qui restent sans réponse compte tenu du fait que la Russie est un pays en guerre avec une surveillance importante", remarque auprès de BFMTV David Rigoulet-Roze. D'après ce chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques, également consultant en relations internationales, l'attaque "soulève un certain nombre d'interrogations sur la performance des services" de renseignements russes.

Il pourrait s'avérer difficile de faire toute la lumière sur ce point. Après la prise d'otages de Beslan par un commando tchétchène en 2004, le pouvoir russe avait verrouillé l'enquête sur les éventuelles failles de sécurité.

https://www.francetvinfo.fr/monde/russie/attaque-terroriste-pres-de-moscou/attentat-terroriste-pres-de-moscou-pourquoi-le-groupe-jihadiste-etat-islamique-qui-revendique-l-attaque-vise-t-il-la-russie_6442624.html

https://www.tf1info.fr/international/attentat-moscou-nombreux-morts-le-groupe-etat-islamique-a-t-il-cible-la-russie-2290374.html

https://www.liberation.fr/international/quest-ce-que-lei-k-cette-filiale-de-letat-islamique-qui-pourrait-etre-derriere-lattaque-terroriste-dune-salle-de-concert-pres-de-moscou-20240323_KFZXNM6XRBB3JCFJRQ3G2BXV74/

https://www.huffingtonpost.fr/international/article/apres-l-attaque-de-moscou-pourquoi-vladimir-poutine-ne-commente-pas-la-revendication-de-daech_231678.html

Etc.


« Reste à savoir comment cet attentat a pu se produire sans être déjoué par les autorités russes, pourtant sur le qui-vive dans un contexte de guerre en Ukraine. » : Peut-être étaient-elles justement trop concentrées sur cette dernière ? Peut-être avaient-elles les yeux trop rivés sur cette dernière ?

Hier, j’ai entendu Andreï Vaitovich dire à la télé que : « Dans un état policier où tout est contrôlé et surveillé, avec la salle de spectacle située à 5 minutes en voiture du quartier gouvernemental, les forces spéciales interviennent plus d'une heure après, laissant les terroristes massacrer les gens. C’est incompréhensible. » https://twitter.com/i/status/1771814643985453247

(Pour lui, c’était un « choc », mais pas vraiment un « choc inattendu » (cf. les alertes antérieures). Par ailleurs, il a remis en question les propos de Vladimir Poutine selon lesquels les 4 assaillants suspectés et arrêtés étaient en train de fuir « en direction de l’Ukraine ».
Si vous cliquez sur le lien, vous pourrez regarder la vidéo relative à l'une de ses prises de parole.)


Par ailleurs, lorsqu’il est question des opposants à Vladimir Poutine, les autorités russes sont en quelque sorte capables d’intervenir en quelques secondes, comme s’il y avait en permanence un policier derrière chaque opposant…

Néanmoins, comme l’a souligné un autre intervenant (ancien médecin en chef du GIGN, je crois), en pareil cas, le temps paraît de toute façon toujours trop long aux victimes, aux témoins ou aux individus qui attendent. (En France, la Force d'intervention du GIGN qui fait partie du détachement d'intervention d'urgence doit par exemple être prête à partir en moins de 30 minutes. Ensuite, il faut ajouter le temps d'arriver sur les lieux...) En outre, un autre intervenant a précisé que, même si l’idée d’une absence de policiers dans les parages le laissait quelque peu perplexe, aucun État n’est infaillible ou intouchable, et il ne peut pas y avoir de policiers partout, notamment lorsqu’il est question d’une « grande ville » … Il a également été dit qu'il était toujours plus facile de critiquer autrui…

Un monsieur a formulé l’idée suivante : contrairement à un pays comme la France, par exemple, où les enquêtes permettent généralement d’y voir ultérieurement plus clair, en l’espèce, plus le temps passera, moins on sera susceptible de connaître la vérité, de savoir ce qui s’est réellement passé, car Vladimir Poutine va progressivement élaborer une « vérité officielle », chercher à établir certains liens, brouiller certaines pistes, etc. Il a dit que ce qui était porté à notre connaissance dans la foulée de l’évènement constituait probablement le plus « gros » de ce que l’on pouvait vraiment savoir à propos dudit évènement.


Bref, il y a plus de questions et d’hypothèses (ou de « possibilités ») que de réponses…

« Modifié: mars 24, 2024, 05:20:29 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8137 le: mars 24, 2024, 06:01:16 pm »
0
Pourtant, c'est exactement pourquoi les techniques de tortures ne sont pas efficaces, les faux aveux.

La je ne sais pu si c'est de l'humour avancé et moi qui manque le sarcasme

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8138 le: mars 24, 2024, 06:12:43 pm »
0
Hier, j’ai entendu Andreï Vaitovich dire à la télé que : « Dans un état policier où tout est contrôlé et surveillé, avec la salle de spectacle située à 5 minutes en voiture du quartier gouvernemental, les forces spéciales interviennent plus d'une heure après, laissant les terroristes massacrer les gens. C’est incompréhensible. »...... (En France, la Force d'intervention du GIGN qui fait partie du détachement d'intervention d'urgence doit par exemple être prête à partir en moins de 30 minutes. Ensuite, il faut ajouter le temps d'arriver sur les lieux...)

Peux-être mis en place après le fiasco du Bataclan ? ça la prit presque 3 heures pour la police pour entrer et arrêter le massacre, le contexte de terroriste prêt à se faire exploser (et leurs otages) peut rendre les interventions un peu plus touchées pour la police ordinaire qui va attendre les spécialistes qui prendront plus de temps à arriver. Même en France ça semble avoir été assez difficile d'y mettre les choses aux claires, la police et le politique voulant se protéger.

Snookey

  • Membre
  • ******
  • Messages: 11410
  • Respect: +749
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8139 le: mars 24, 2024, 06:13:21 pm »
0
@Mad:

Pourtant je suis très sérieux dans ce que j'ai affirmé.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8140 le: mars 24, 2024, 06:20:38 pm »
0
@Mad:
Pourtant je suis très sérieux dans ce que j'ai affirmé.

Là, je ne suis définitivement plus sûr (à moins que ce soit 3-4ième niveau), penses-tu que la phrase:
À voir leur technique avancée d'interrogation de couper et essayer de leur faire manger leur oreilles.... ils auraient quand même pas inventé des histoires que l'État russe voulait entendre.


Surtout avec le bout, que le tortureur voulait entendre, n'était pas un sous-entendu qu'ils risquent de répéter tout ce que leur interrogateur leur suggère ?

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14348
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1828
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8141 le: mars 24, 2024, 06:36:26 pm »
0
Tu penses que quelqu'un sous la torture ne finirait jamais par avouer à peu près tout et son contraire pour que s'arrête la dite torture?

Ça prendrait de la conviction en estie.

https://www.youtube.com/watch?v=a_Pwz2CEpZM

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8142 le: mars 24, 2024, 07:02:49 pm »
+1

@MadChuck


À la suite des attentats du 13 novembre 2015, une nouvelle doctrine d’intervention des unités, adaptée à la menace et à l’évaluation des modes d’action terroristes, a été élaborée. Elle a permis au ministre de l’Intérieur d’annoncer la mise en œuvre, le 19 avril 2016, d’un schéma national d’intervention (SNI) : https://www.vie-publique.fr/discours/198726-declaration-de-m-bernard-cazeneuve-ministre-de-linterieur-sur-le-sc ;
https://mobile.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-des-actualites/2016-Actualites/Schema-national-d-intervention-des-forces-de-securite ;
https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/gendinfo/actualites/2016/presentation-du-schema-national-d-intervention ;
https://www.cairn.info/revue-defense-nationale-2017-1-page-53.htm...


Néanmoins, lors de l’attentat du Bataclan, le GIGN n’est pas intervenu.

« L'absence remarquée du GIGN pose aussi question. Si les forces d'élite de la gendarmerie n'ont en théorie pas l'autorisation d'intervenir à Paris, elles auraient pu faire exception à cette règle vu l'urgence. Un constat semble-t-il partagé par le patron du GIGN, puisque celui-ci aurait téléphoné à son homologue de la BRI pendant l'attaque afin de lui offrir son aide. « Ces appels sont restés sans réponse », poursuit Georges Fenech qui souligne que le GIGN avait de toute façon « pour ordre de rester dans sa caserne afin de pouvoir être prêt à intervenir en cas de nouvel attentat ». » https://www.leparisien.fr/faits-divers/attentats-de-paris-l-intervention-du-bataclan-en-accusation-05-07-2016-5941729.php


Rapport : https://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-enq/r3922-t1.asp.

« À 22 h 26, le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) est mis en alerte. Onze minutes plus tôt, son commandant a tenté de joindre les chefs de la BRI de Paris et du RAID, sans y parvenir. D’après les informations recueillies par votre rapporteur, le second rappellera « plus tard » et indiquera être dépourvu d’informations sur la situation.

À 22 h 45, le GIGN reçoit l’ordre de se prépositionner à la Caserne des Célestins, située 18, boulevard Henri-IV, dans le 4e arrondissement de Paris, non loin de la place de la Bastille.

À 22 h 50, vingt-cinq militaires du GIGN, emmenés par leur commandant, quittent Satory. Dix minutes plus tard, vingt militaires supplémentaires font de même tandis que le commandant du GIGN appelle l’officier de liaison placé auprès du préfet de police de Paris pour offrir les services de son unité à la BRI de Paris et au RAID.

À 23 h 15, les premières unités du GIGN arrivent à la Caserne des Célestins. Les suivantes y parviendront entre 23 h 24 et 23 h 43. Quarante-cinq militaires y sont alors présents et gardés en réserve pour intervenir en cas de nouvelle attaque dans la capitale.



Pour mieux comprendre le contexte, au moment où le GIGN est mis en alerte (22 h 26), les « quinze fonctionnaires de la force d’intervention rapide (FIR) de la BRI de Paris » sont arrivés au Bataclan depuis six minutes (22 h 20). La première équipe du RAID de neuf hommes y arrive à 22 h 48. Lorsque le GIGN arrive à Paris, deux unités policières sont déjà sur place et l’assaut final sera lancé à 0 h 18.

Fallait-il engager le GIGN au Bataclan aux côtés des deux unités policières (BRI et RAID) ? A posteriori, la question peut se poser, mais il ne faut pas oublier le contexte. Paris et Saint-Denis étaient le théâtre d’attaques terroristes multiples (Stade de France, Bataclan, restaurants de l’Est parisien) et personne ne savait alors s’il n’y aurait pas une nouvelle attaque quelque part dans la capitale. »


Pour ce qui est de l'attaque terroriste en Russie, à la suite des propos tenus par Andreï Vaitovich ("c'est incompréhensible"), plusieurs intervenants ont, comme je l'ai souligné, justement tenu à apporter quelques précisions : grosso modo : "de toute façon, les personnes qui attendent trouvent toujours le temps d'intervention trop long", "en France, la Force d'intervention du GIGN qui fait partie du détachement d'intervention d'urgence doit par exemple être prête à partir en moins de 30 minutes en principe + le temps d'arriver sur les lieux, etc. (+ éventuelles difficultés rencontrées)", "je vais éviter de trop m'avancer ou de trop critiquer ce point-là, car je ne connais pas la situation exacte et qu'il est toujours plus facile de critiquer autrui", etc.

« Modifié: mars 24, 2024, 10:09:00 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8143 le: mars 24, 2024, 07:19:49 pm »
0
Tu penses que quelqu'un sous la torture ne finirait jamais par avouer à peu près tout et son contraire pour que s'arrête la dite torture?

Ok, là, vous me rassurez que vous naisiez.

Il semble clairement plaidé coupable et dire qu'il est l'Ukraine et Nato à la fois:
https://twitter.com/i/status/1772026467875967029


dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14348
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1828
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8144 le: mars 24, 2024, 07:56:31 pm »
0
Je n'ai sérieusement aucun idée c'est quoi ton point, j'ai pas trop suivi.

Je réagissais seulement à toi qui réagissait à Snookey qui disait que les tecchniques de tortures sont inefficaces à cause des faux aveux que ça peut produire.

Je ne sais pas si ton point est sémantique et tu veux dire que c'est très efficace dans la mesure où tu peux faire avouer à peu près n'importe quoi à n'importe qui et que là tu t'obstines sur le terme efficace, alors que le point de Snookey est que dans un monde "normal" et des circonstances "normales" ça ne pourrait pas être utilisé en cour pour entre autres cette raison-là.

Si c'est ça, oui en effet, la torture peut être très efficace pour obtenir des renseignements et le mot qu'à choisi Snookey aurait dû être expliqué plus longuement.

Mais là tu postes un vidéo d'un gars en cour(?) qui est sans connaissance, entouré de monde avec le visage voilé et je catche pas trop c'est quoi que je suis en train de regarder.

Donc là j'ai vraiment fuck all idée c'est quoi ton point.

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8145 le: mars 24, 2024, 08:56:43 pm »
0

Son point (formulé de manière ironique) était que, sous la torture, « ils risquent de répéter tout ce que leur tortionnaire leur suggère ». Le point (non ironique) de Snookey était sensiblement le même (= risque de « faux aveux »), je crois.

« Il semble clairement plaider coupable et dire qu'il est l'Ukraine et Nato à la fois » vs « One of the shooters literally unconscious in court » : Encore une « blague » de Chuck, sans doute… (L’individu en question ne peut en réalité rien dire du tout, étant donné qu’il est inconscient.)


Tiens, @MadChuck, des extraits du rapport susmentionné relatifs à « La tuerie de masse au Bataclan et la première riposte des forces de sécurité (21h40-22h00) » et (chose différente) à « La prise d'otages au Bataclan après 22h00 » :


Spoiler for Hiden:

LA TUERIE DE MASSE AU BATACLAN ET LA PREMIÈRE RIPOSTE DES FORCES DE SÉCURITÉ (21H40-22H00)


Peu après 21h40, trois hommes armés de Kalachnikov pénètrent dans la salle de spectacle Le Bataclan située 50, boulevard Voltaire, dans le 11e arrondissement de Paris. […]

À 21h43, les premiers appels « police secours » parviennent à la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP).

À 21h49, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) reçoit un appel et engage des véhicules. Le service d’aide médicale urgente de Paris (SAMU 75) reçoit, quant à lui, un appel à 21h51. Le premier détachement des sapeurs-pompiers arrive sur place très rapidement, vers 21h50, et est immédiatement pris sous le feu des terroristes, à l’angle du boulevard Voltaire et du passage Saint-Pierre Amelot. […]

À 21h51, les policiers de la BAC de nuit du Val-de-Marne arrivent sur place. Ce sont les toutes premières unités à rejoindre la salle de spectacle. […]

Quelques minutes plus tard, aux alentours de 21h54, le commissaire divisionnaire X et son chauffeur, qui s’étaient détournés du Stade de France, arrivent devant le Bataclan. […] Dans les instants qui suivent, entre quinze et trente personnes sortent en courant par l’entrée principale pendant que les tirs continuent. Le commissaire divisionnaire X et son chauffeur pénètrent dans le Bataclan.

Les effectifs de la BAC de nuit du Val-de-Marne positionnés à l’angle du boulevard Voltaire et du passage Saint-Pierre Amelot sont, à quatre reprises, la cible de tirs de Kalachnikov depuis l’issue de secours du Bataclan. Plusieurs fois, ils ripostent au moyen de fusils à pompe. D’après les fonctionnaires de cette BAC que la commission d’enquête a entendus, les échanges de tirs s’écoulent sur une période de près de dix minutes. Après la deuxième ou la troisième rafale, les policiers sont rejoints par quatre militaires de l’opération Sentinelle. Le brigadier-chef T.P. de la BAC en question sollicite alors l’autorisation de les engager afin de pouvoir atteindre le terroriste embusqué derrière l’issue de secours. Devant la commission, il a expliqué avoir reçu pour réponse de la préfecture de police de Paris : « Négatif, vous n’engagez pas les militaires, on n’est pas en zone de guerre ». L’un des militaires lui aurait également indiqué qu’il ne pourrait engager le feu, faute d’avoir reçu un ordre en ce sens. De son côté, le maréchal des logis D., que la commission a également entendu, a indiqué que les militaires n’ont pu ouvrir le feu car ils ne disposaient « pas de visuel sur le terroriste lui-même » et a ajouté que, dans le cas contraire, ils auraient « évidemment fait en sorte de [le] neutraliser ».

Dans le même espace de temps, le commissaire divisionnaire X et son chauffeur progressent à l’intérieur de la salle, favorisés – sans le savoir – par le fait qu’un des terroristes a déjà gagné l’étage tandis qu’un autre est aux prises avec les effectifs de la BAC de nuit du Val-de-Marne depuis le sas de l’issue de secours débouchant sur le passage Saint-Pierre Amelot. Rapidement parvenus devant le bar situé à proximité de l’entrée de la salle de spectacle, ils identifient le troisième terroriste sur la scène, lequel met en joue un otage. Ils tirent à six reprises avec leurs armes de poing, à une distance d’une vingtaine de mètres que la commission a pu évaluer lors de son déplacement au Bataclan, et l’abattent à 21h57. Le terroriste parvient toutefois à actionner son gilet rempli d’explosifs. Dans les instants qui suivent, une succession de tirs venus du balcon intérieur oblige le commissaire divisionnaire et son chauffeur à s’abriter puis à sortir de la salle par l’entrée principale tandis que deux cents à trois cents personnes sortent par la sortie de secours du passage Saint-Pierre Amelot – laissant ainsi supposer que le terroriste qui y était embusqué a alors, lui aussi, rejoint l’étage. L’action exemplaire du commissaire divisionnaire et de son chauffeur met fin à la tuerie de masse.

À 22h00, la BSPP reçoit une demande de secours pour des personnes blessées par armes à feu, spectateurs parvenus à s’échapper de la salle, qui se trouvent 98, boulevard Beaumarchais. Les pompiers arrivent sur place à 22h04. […]



LA PRISE D’OTAGES AU BATACLAN APRÈS 22H00

Contrairement aux massacres perpétrés en l’espace de quelques minutes sur les terrasses des établissements parisiens, la prise d’otages qui succède à la tuerie au sein de la salle de spectacle dure plusieurs heures. C’est le seul endroit, le soir du 13 novembre, où les forces de sécurité intérieure interviennent alors que les terroristes sont toujours présents.


1. L’organisation des premiers secours

À 22h04, le commandant des opérations de secours (COS) demande l’appui de dix VSAV en prévision d’un bilan qui pourrait s’alourdir et afin d’anticiper la manœuvre d’évacuation des victimes. À la même heure, le RAID est mis en alerte tandis que l’adjoint au chef de l’unité, M. Éric Heip, se rend au ministère de l’Intérieur pour y attendre les premiers effectifs – les effectifs rapides.

À 22h05, la salle d’information et de commandement (SIC) de la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Paris apprend par la SIC de la DSPAP qu’une prise d’otages est en cours au Bataclan ; la première colonne de la BRI de Paris – la force d’intervention rapide (FIR) – reçoit alors pour consigne de se détourner de sa mission initiale et de rejoindre la salle de spectacle. Une seconde colonne, composée de quinze fonctionnaires, prend la direction de La Belle Équipe.

À 22h05 également, le préfet de police de Paris, M. Michel Cadot, arrive au Bataclan. Deux minutes plus tard, le chef du RAID déclenche l’alerte générale, c’est-à-dire le rappel de tous les effectifs. En outre, les antennes situées à Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Rennes et Strasbourg sont mises en pré-alerte.

Le commissaire divisionnaire X a été rejoint à l’extérieur du bâtiment par plusieurs policiers appartenant à différentes unités de la DSPAP, dont la sienne, qu’il avait alertée avant de pénétrer pour la première fois dans la salle. Entendant de nouveaux tirs à l’intérieur, sans doute à l’étage, il entre pour la deuxième fois dans la salle, accompagné par les fonctionnaires arrivés en renfort. Là, les policiers sont la cible de quatre ou cinq tirs dont ils ne parviennent pas à déterminer la provenance. Le commissaire divisionnaire X, qui riposte par deux fois, et les autres policiers tentent alors de « sanctuariser le rez-de-chaussée en interdisant le retour des terroristes ». D’après lui, à compter de ce moment, il n’y aura plus de tirs à l’intérieur du Bataclan.

Rapidement et avant l’arrivée des forces d’intervention spécialisée, les policiers des BAC et de la compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) de Paris, également sur place, commencent à extraire des personnes de la salle
– blessées ou non. […]

Vers 22h10, des policiers de la DSPAP effectuent une reconnaissance pédestre dans le passage Saint-Pierre Amelot jusqu’à la porte arrière du Bataclan. Alertés par des passants, ils se rendent dans une résidence où se sont réfugiés, dans les parties communes et dans les étages, cinquante-deux spectateurs valides et vingt-six personnes blessées par balle. […]

Parce que les assaillants sont présents sur les lieux, les équipes de secours n’ont pas accès à la salle de spectacle, qui se situe alors à l’intérieur de la zone d’exclusion. Celle-ci recouvre le bâtiment du Bataclan, la majeure partie du passage Saint-Pierre Amelot et le boulevard Voltaire de la rue Oberkampf jusqu’au boulevard Richard Lenoir. Dans les premières minutes, les victimes sont donc regroupées par les policiers dans le hall du bâtiment, entre les portes extérieures et les portes intérieures, où se constitue un « nid de blessés » à l’écart de la zone de combat.

Elles sont ensuite évacuées, toujours par les policiers, à l’aide de barrières Vauban servant de brancards dans les premiers instants – des brancards seront ensuite fournis par les équipes de secours au fur et à mesure de leur montée en puissance – vers les postes médicaux avancés (PMA) que les sapeurs-pompiers et le SAMU installent dans le même temps rue Oberkampf. Cette noria d’évacuation ne va cesser jusqu’à l’assaut final donné par les forces d’intervention spécialisée. Elle s’est étoffée au fil des minutes, grâce à l’arrivée d’effectifs supplémentaires qui s’équipent progressivement de gilets pare-balles lourds et de boucliers de protection pour aller chercher les blessés dans la fosse ou dans les coursives.

[…]


2. L’arrivée des forces d’intervention spécialisée

À 22h20, les quinze fonctionnaires de la force d’intervention rapide (FIR) de la BRI de Paris arrivent au Bataclan.

La première colonne de la BRI entre dans le Bataclan dans les instants qui suivent son arrivée sur les lieux et progresse lentement au rez-de-chaussée.

À 22h26, le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) est mis en alerte. Onze minutes plus tôt, son commandant a tenté de joindre les chefs de la BRI de Paris et du RAID, sans y parvenir. D’après les informations recueillies par votre rapporteur, le second rappellera « plus tard » et indiquera être dépourvu d’informations sur la situation.

À 22h28, l’adjoint au chef du RAID arrive devant le Bataclan.

Puis, entre 22h30 et 22h35, la deuxième colonne de la BRI de Paris – qui a d’abord atteint La Belle Équipe – arrive devant la salle de spectacle, portant le nombre de fonctionnaires de la BRI à trente. Ce renfort permet d’accélérer l’évacuation des otages.

À partir de 22h30, le centre national d’information et de coordination (CNICO) de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP) prend contact avec les centres d’information et de commandement (CIC) des directions départementales de la sécurité publique (DDSP) des quatre départements de la grande couronne – Seine-et-Marne, Yvelines, Val-de-Marne et Val-d’Oise – afin de solliciter la mise à disposition de la préfecture de police de Paris de tous les effectifs disponibles. Parallèlement, le CNICO reçoit et transmet au service de veille opérationnelle de la police nationale (SVOPN) les informations communiquées par des proches et des amis de personnes présentes au Bataclan.

Vers 22h40, la majorité des otages valides qui se trouvaient dans la fosse ont quitté la salle et sont pris en charge, à l’entrée du bâtiment, par les policiers qui les fouillent afin de s’assurer qu’ils ne sont pas « piégés » ou qu’un terroriste ne s’est pas dissimulé parmi le flot des personnes évacuées.

À 22h45, le GIGN reçoit l’ordre de se pré-positionner à la Caserne des Célestins, située 18, boulevard Henri IV, dans le 4e arrondissement de Paris, non loin de la place de la Bastille.

À 22h48, l’équipe rapide d’intervention (ERI) du RAID – qui compte neuf hommes – parvient au Bataclan. Cette équipe est accompagnée de médecins. Dotés de gilets et de casques de protection, les deux médecins de pénétration du RAID portent assistance aux blessés situés dans la fosse, sous couverture armée, et coordonnent le dispositif d’extraction des blessés, avec le concours des policiers déjà sur place. Ils réalisent sur les victimes des gestes de sauvetage immédiat et de damage control pré-hospitalier, en posant pansements compressifs et garrots tourniquets. Aucun geste de sauvetage ne devait cependant retarder l’extraction vers le « nid de blessés », la priorité étant de sortir les victimes de la zone de combat.

Dans le hall, les médecins du RAID et de la BRI de Paris ont pour rôle prioritaire de gérer le flux constant de blessés et d’organiser leur évacuation, par ordre de gravité, vers les PMA. La coordination avec les sapeurs-pompiers a été constante. […]

À 22h50, vingt-cinq militaires du GIGN, emmenés par leur commandant, quittent Satory. Dix minutes plus tard, vingt militaires supplémentaires font de même tandis que le commandant du GIGN appelle l’officier de liaison placé auprès du préfet de police de Paris pour offrir les services de son unité à la BRI de Paris et au RAID.

Vers 23h00, la BRI commence à progresser dans les escaliers, ce qui permet à certains spectateurs – encore dissimulés à ce moment-là – de quitter les lieux. […] Trente fonctionnaires supplémentaires de la BRI de Paris parviennent, à leur tour, devant la salle de spectacle.

À 23h09, M. Jean-Michel Fauvergue, chef du RAID, arrive au Bataclan avec une colonne d’assaut. […] Une fois sur place, il prend immédiatement contact avec le chef de la BRI de Paris : « Nous nous répartissons les missions de façon simple : je prends le bas, il prend le haut ». Un tireur de précision – ou sniper – du RAID accompagne la colonne de la BRI à l’étage.

À 23h12, des fonctionnaires du RAID se rendent rue Amelot pour y porter assistance à des personnes blessées. Plusieurs policiers de la DSPAP, à qui l’on annonce que les terroristes se trouvent à cet endroit, se rendent aussi sur les lieux. Ils y sécurisent plusieurs bâtiments où ils rencontrent des spectateurs cachés chez des particuliers ou dans des caves puis retournent devant la salle de spectacle.

À 23h15, les premières unités du GIGN arrivent à la Caserne des Célestins. Les suivantes y parviendront entre 23h24 et 23h43. Quarante-cinq militaires y sont alors présents et gardés en réserve pour intervenir en cas de nouvelle attaque dans la capitale.

À 23h15 également, la progression de la BRI, dans les étages, est stoppée devant une porte close, derrière laquelle se trouvent les deux membres du commando terroriste et une douzaine d’otages. Les premiers demandent d’abord, par le truchement d’un otage, le départ des policiers, requête à laquelle ceux-ci disent ne pouvoir donner suite. Puis, la colonne de la BRI obtient, par l’intermédiaire d’un ou plusieurs otages, un numéro de téléphone : « c’est le coup de téléphone du négociateur à ce numéro qui est le premier contact avec les terroristes, lesquels l’ont rappelé ensuite à plusieurs reprises », a précisé M. Christophe Molmy lors de son audition. Le premier des cinq échanges téléphoniques a lieu à 23h27, les suivants à 23h29, 23h48, 0h05 et 0h18.

Entre-temps, à 23h55, une troisième colonne d’assaut du RAID arrive au Bataclan.

À 23h30, le poste de commandement (PC) de crise de l’état-major de la police judiciaire (EMPJ) prend le relais de la SIC de la DRPJ de Paris et reçoit des appels de personnes cachées dans la salle qui reçoivent pour consigne de s’allonger au sol, de mettre leur téléphone portable en mode « silencieux » et de répondre aux appels. Tous les numéros de téléphone sont transmis au PC de la BRI installé sur place.

Parallèlement, les différentes unités de police continuent d’évacuer les blessés entre le Bataclan et les PMA, situés rue Oberkampf, sous la protection des militaires de l’opération Sentinelle. Au total, il semble que l’intégralité des victimes blessées du rez-de-chaussée ait été évacuée par les forces de police, de la salle de spectacle vers le hall, puis du hall vers les PMA, avant que l’assaut final ne soit donné. « On a vu de très belles réactions de la part des fonctionnaires de police » a notamment souligné M. Jean-Michel Fauvergue. […]

À 0h18, l’assaut est donné, sur autorisation du préfet de police de Paris, par les fonctionnaires de la BRI de Paris, soutenus par les effectifs du RAID, positionnés au rez-de-chaussée. Progressant, dans un couloir très étroit, sous le feu des Kalachnikov, la colonne enjambe les otages, bouclier tactique en tête, et les exfiltre les uns après les autres jusqu’à parvenir à neutraliser les deux terroristes et à libérer tous les otages, vivants. Au cours de l’assaut, l’un des kamikazes réussit à actionner son gilet explosif. Un policier de la BRI est grièvement blessé.

La BRI poursuit sa progression afin de sécuriser l’intégralité des lieux.

Une information selon laquelle un quatrième terroriste armé serait parvenu à s’échapper parvient au PC de crise de l’EMPJ. Elle s’avérera inexacte. […]

Une fois l’assaut terminé, les pompiers pénètrent dans le Bataclan […].

Les opérations de secours s’achèvent à 4h21, lorsque l’ensemble des personnes impliquées sont évacuées au moyen de transports collectifs. 

« Modifié: mars 24, 2024, 10:45:50 pm par Plume »
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • ******
  • Messages: 14348
  • Admin capo di tutti i capi
  • Respect: +1828
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8147 le: mars 25, 2024, 09:57:13 am »
0

Son point (formulé de manière ironique) était que, sous la torture, « ils risquent de répéter tout ce que leur tortionnaire leur suggère ». Le point (non ironique) de Snookey était sensiblement le même (= risque de « faux aveux »), je crois.

« Il semble clairement plaider coupable et dire qu'il est l'Ukraine et Nato à la fois » vs « One of the shooters literally unconscious in court » : Encore une « blague » de Chuck, sans doute… (L’individu en question ne peut en réalité rien dire du tout, étant donné qu’il est inconscient.)


Donc en gros, y'a tellement de couches de sarcasme et d'ironie que pu personne comprend qui dit quoi.

La torture c'est mal, m'voyez?

Plume

  • Sur la Lune
  • Membre
  • ****
  • Messages: 2012
  • Soleil de minuit
  • Respect: +346
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8148 le: mars 25, 2024, 10:03:09 am »
0

Moi, en tout cas, je suis restée sage et sérieuse de A à Z.
« Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (Romain Rolland)

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 32225
  • Ing. BBQ
  • Respect: +2260
N'importe quoi : actualité et société
« Réponse #8149 le: mars 25, 2024, 11:03:37 am »
0
La torture c'est mal, m'voyez?

C'était censé être difficilement plus clair comme ironie-sarcasme dans le premier message, le message ne risque pas de dire ce que la Russie veut entendre sous la torture....

Pour ce qui est de la torture c'est mal, ça dépend, ça doit être excellent pour extraire de l'information, simplement de la bonne autant que de la mauvaise, si tu peux vérifier et si ça te dérange pas trop que la mauvaise soit mauvaise, ça fait souvent du sens.

Y'a beaucoup d'exemple de torture que les policiers ont reçu des médailles et aucun juries de 12 personnes ne les mettrait en prison, un attentat terroriste pour lesquels tu veux savoir en moins d'une heure s'il y a un autre plan en cour étant un bon candidat.

Prend le cas suivant:

Il fait 35 dégréés à l'ombre, 2 heure de l'après midi avec le gros soleil, quelqu'un volent une voiture à une station service.
Après 15 minutes, il découvre qu'il a un bébé sur la banquette arrière, il panique, park la voiture un peu caché a la vue des gens et s'enfuit à pied.
La station service a de belle caméra, on voit très bien la personne bien connu de la police dans la petite communauté, il n'y a pas de toute.
On retrouve le voleur chez lui rapidement et lui demande regarde on se fout de tout, dis nous yé ou le char à ce genre de température, si tu n'as pas laisser les fenêtres ouverte et parké ou il y a beaucoup de gens qui passe, ça peut être très dangereux pour le bébé.
Il nie avoir volé une voiture, il était chez eux toute la journée.
Le policier lui criss une coupe de claque dans face et lève le ton menace de faire pire, le suspect dit ou est la voiture, les pompiers arrivent juste à temps pour sauver le bébé.

La torture faite par les policiers est 100% illégales, ils n'auront aucune conséquences, ce qui est probablement le bon système (essaye de décrire quand c'est correct sur papier serait probablement trop difficile, Il vaut mieux juste faire des exceptions). Les niveaux de tortures acceptables changeront selon la situation, des interrogatoires qui durent plus de 10 heures en pleine nuit sur des chaises pas trop confortable, à plus heavy selon la situation.