Ceci est un forum public. Les Cowboys Fringants dalporto se dissocient des opinions émises sur ce forum.

 L'Encyclopédie du Peuple

Auteur Sujet: Le française  (Lu 5334 fois)

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #100 le: novembre 23, 2020, 08:50:11 am »
0
La situation du français en Amérique n'est pas celle du néerlandais en Europe.

Les Néerlandais aussi se plaignent du fait qu'il est souvent impossible de se faire servir en néerlandais à Amsterdam et dans le Randstad.

C'est peut-être le propre d'une certaine catégorie de grandes villes internationales.

sharl

  • Membre
  • *****
  • Messages: 7272
  • Respect: -338
Le française
« Réponse #101 le: novembre 23, 2020, 10:44:45 am »
0
La situation du français en Amérique n'est pas celle du néerlandais en Europe.

Les Néerlandais aussi se plaignent du fait qu'il est souvent impossible de se faire servir en néerlandais à Amsterdam et dans le Randstad.

C'est peut-être le propre d'une certaine catégorie de grandes villes internationales.

Le conflit linguiste et politique est aussi très relevé, voire épidermique, en Belgique entre Wallons et Flamands et ressemble passablement à celui du Québec.

Je ne suis resté que quelques jours dans ce pays, mais j'y ai été confronté deux fois (avec un caissier dans une station de métro à Bruxelles et avec un serveur dans un resto d'une ville flamande).

p.s. Ça me rappelle coloré temps où chaque pays européen avait sa propre devise,,,


 
« Modifié: novembre 23, 2020, 11:21:13 am par sharl »

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 27802
  • Ing. BBQ
  • Respect: +1567
Le française
« Réponse #102 le: novembre 23, 2020, 01:44:52 pm »
0
Je ne suis pas sur comment la protection du français peut se faire sans un côté identitaire.

Identitaire est davantage synonyme de Québécois de souche pour moi. Or, en 2020 c'est loin d'être juste les Québécois de souche qui parlent français au Québec et tiennent à préserver la langue. Et à l'inverse, comme on l'a vu dans le sondage, il y a aussi des Québécois qui s'en foutent.

A peut-être, parce qu'on dirait que quelqu'un français qui tient à préserver la langue c'est presque par définition parce que parler français fait partie de son identité.

On peut avoir des raisons "rationnelles" d'aimer l'idée de la préservation d'une langue, mais les actions sont ultimement toujours soutenue par des émotions fortes qui les motives et ça va habituellement jouer dans les peurs humaines ancestrales, la protection d'une langue se fera si elle fait partie de l'identité de ceux qui la parlent et qu'ils ont une peur au ventre de la voir irrationnel et inexplicable de la voir disparaître (même bien des anglais américains ont cette peur).

Citation de: Ringo
Si tu passes 6 mois de ta vie au Québec à chaque année, vis-tu au Québec ? Peut-être un peu.

Si tu travailles 75 heures semaine pendant les 6 mois, c'est vraiment y travaille plus qu'i vivre, un peu comme un scientifique en Antarctique, avec cette quantité de travail et sur ce genre d'emplacement, la participation a la communauté, la culture, la politique de l'endroit doit être très très mince.


Poune-Keuz

  • 🤷
  • Membre
  • ****
  • Messages: 3674
  • Allons-y, Alonso!
  • Respect: +251
Le française
« Réponse #103 le: novembre 24, 2020, 12:17:05 pm »
0
Moi je suis bien pour préserver notre différence mais quand le combat est mené par des gens du Bloc ou du PQ, ça s'associe rapidement à des idées un peu trop identitaires/nationalistes à mon goût. Dommage.

C'est vrai que ça peut être repoussant parfois que des idées "nationalistes" puissent être récupérées par une frange plutôt xénophobes des partis mentionnés. Oui c'est dommage mais d'être tenté de laisser complètement ça pour cette raison, n'est pas une bonne idée à mon avis.  Beaucoup de jeunes ont ce réflexe de faire l'équation du type idée qui vient du PQ= identitaire= la meute= xénophobe donc je vais me positionner à l'autre extrême pour être bien certain que que je ne sois pas associé à ça...

Tsé Québec Solidaire sont souverainistes aux dernières nouvelles. Pourquoi ne pas épouser ce type de nationaliste pour ceux qui sont plus à gauche et laisser faire les xénophobes ou ceux qui sont nationalistes pour les mauvaises raisons?



Oui je suis tout à fait d'accord, et je me retrouve beaucoup plus dans les idées de QS que le PQ. Mais tout comme QS (je crois), certaines causes sont devenues plus importantes pour moi que la souveraineté du Québec. Je serai également toujours pour la protection du français, mais d'une façon qui inclut réellement tous les gens qui "vivent" au Québec.

Par exemple, l'histoire de la députée libérale (Emmanuella Lambropoulos) et sa question sur la situation du français au Québec - j'ai vu la vidéo, c'était un peu maladroit mais vraiment pas de quoi capoter comme le Bloc l'a fait, et ne méritait pas tous les articles qui ont suivi... J'aurais peut-être réagi différemment à cette histoire il y a 10-15 ans mais plus maintenant.


@Ciné: nationaliste dans le sense péjoratif du terme. C'est un terme très peu positif par ici.

Wolfkiller

  • My name is Wolfkiller and I'm a nympho
  • Membre
  • ******
  • Messages: 11186
  • mi-homme, mi-cannabis
  • Respect: +810
Le française
« Réponse #104 le: novembre 24, 2020, 12:24:55 pm »
+1
Lambropoulos en 2014 a Tweeté "Nous ne pouvons laisser ces racistes gagner une majorité" en parlant du PQ. C'est une anglophone qui méprise et a toujours méprisé les francos, elle mérite amplement toute la shit qu'elle reçoit.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Poune-Keuz

  • 🤷
  • Membre
  • ****
  • Messages: 3674
  • Allons-y, Alonso!
  • Respect: +251
Le française
« Réponse #105 le: novembre 24, 2020, 12:25:12 pm »
0
La situation du français en Amérique n'est pas celle du néerlandais en Europe.

Les Néerlandais aussi se plaignent du fait qu'il est souvent impossible de se faire servir en néerlandais à Amsterdam et dans le Randstad.

C'est peut-être le propre d'une certaine catégorie de grandes villes internationales.

Oui en effet, je trouvais que la question se posait. Certaines personnes se plaignent ici, surtout ceux de la "campagne". En plus que le pays est aussi entouré de la France et l'Allemagne qui ont des langues plus dominantes que le néerlandais, mettons.

Amsterdam c'est "pire" que les autres capitales/grandes villes d'Europe, il y a vraiment beaucoup de jeunes dans le service à la clientèle/restos/bars etc. qui ne parlent pas un mot de néerlandais, mais tous les Néerlandais parlent anglais. Et tu peux très très facilement habiter ici sans ne jamais apprendre la langue, contrairement à Berlin ou c'est beaucoup plus difficile (même si faisable).

Si j'avais voulu m'installer de façon permanente aux Pays-Bas, j'aurais pris des cours (offerts gratuitement par mon employeur, sharl), ne serait-ce que par respect (et pour les exigences de la résidence permanente). Mais je n'aurais sûrement pas atteint un très haut niveau surtout au début. Et je me considère comme habitante des Pays-Bas depuis les 3 dernières années, donc j'imagine qu'on a des expats dans la même situation à Montréal.

D'ailleurs, parlant d'expats à Montréal, j'aime la vision de ce gars à qui je suis abonnée sur youtube:

https://www.youtube.com/watch?v=96-wfFfWmqU
« Modifié: novembre 24, 2020, 12:47:48 pm par Poune-Keuz »

Poune-Keuz

  • 🤷
  • Membre
  • ****
  • Messages: 3674
  • Allons-y, Alonso!
  • Respect: +251
Le française
« Réponse #106 le: novembre 24, 2020, 12:27:17 pm »
0
Lambropoulos en 2014 a Tweeté "Nous ne pouvons laisser ces racistes gagner une majorité" en parlant du PQ. C'est une anglophone qui méprise et a toujours méprisé les francos, elle mérite amplement toute la shit qu'elle reçoit.

Bof. Écoute, j'la connais pas du tout, mais je ne dirais pas qu'elle méprise les francos juste parce qu'elle traite le PQ de raciste, surtout en 2014...

Cinéphile

  • Membre
  • ******
  • Messages: 9999
  • Respect: +947
Le française
« Réponse #107 le: novembre 24, 2020, 12:45:50 pm »
0

Par exemple, l'histoire de la députée libérale (Emmanuella Lambropoulos) et sa question sur la situation du français au Québec - j'ai vu la vidéo, c'était un peu maladroit mais vraiment pas de quoi capoter comme le Bloc l'a fait, et ne méritait pas tous les articles qui ont suivi... J'aurais peut-être réagi différemment à cette histoire il y a 10-15 ans mais plus maintenant.

Poune, c'est pas comme si elle travaillait pour le ministère chasse et pêche, elle était siégeait sur le fuckin' comité des langues officielles. Tant mieux si elle n'y est plus, je suis pas inquiet qu'ils trouveront une députée autrement plus compétente pour la remplacer.

@Ciné: nationaliste dans le sense péjoratif du terme. C'est un terme très peu positif par ici.

Ok, oui.
« Modifié: novembre 24, 2020, 12:48:51 pm par Cinéphile »
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Poune-Keuz

  • 🤷
  • Membre
  • ****
  • Messages: 3674
  • Allons-y, Alonso!
  • Respect: +251
Le française
« Réponse #108 le: novembre 24, 2020, 12:56:23 pm »
0
Mais as-tu écouté sa question? Comme j'ai dit c'était maladroit, mais j'ai vraiment pas trouvé ça si pire que ça? Il me semble qu'elle doutait que la situation du français s'empirait dans l'ensemble de la province (pas seulement à Montréal), mais qu'elle demandait (à Mélanie Joly je pense?) ce qui était la cause de cette situation selon elle.

Cinéphile

  • Membre
  • ******
  • Messages: 9999
  • Respect: +947
Le française
« Réponse #109 le: novembre 24, 2020, 01:07:31 pm »
0
D'ailleurs, parlant d'expats à Montréal, j'aime la vision de ce gars à qui je suis abonnée sur youtube

Oui, y a des choses intéressantes là-dedans. On fait dur en maudit d'offrir un menu anglais à quelqu'un qui essaie de parler français et, comme on l'a tous vécu au moins une fois, de voir que tout le monde se met à parler anglais ausitôt qu'il y a un anglophone sur dix dans une pièce. :smiley24:
« Modifié: novembre 24, 2020, 02:00:32 pm par Cinéphile »
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Tam!

  • Membre
  • *******
  • Messages: 16720
  • Respect: +1743
Le française
« Réponse #110 le: novembre 24, 2020, 01:09:28 pm »
0
Mais as-tu écouté sa question? Comme j'ai dit c'était maladroit, mais j'ai vraiment pas trouvé ça si pire que ça? Il me semble qu'elle doutait que la situation du français s'empirait dans l'ensemble de la province (pas seulement à Montréal), mais qu'elle demandait (à Mélanie Joly je pense?) ce qui était la cause de cette situation selon elle.

"Mme Lambropoulos est sur le grill après avoir demandé la semaine dernière des preuves, en levant les yeux au ciel, que le français recule au Québec." (Journal de Montréal.)

Si ça ce n'est pas condescendant....en anglais en plus!

Le fait qu'il y a eu peu pu pas de gens pour la défendre montre qu'elle a erré solidement.

Je suis content que la réaction ait été aussi vives à ses commentaires (même de la part de ses collègues libéraux, c'est tout dire) mais aussi à l'histoire du service à la clientèle en anglais seulement dans les commerces du centre-ville.  Je me serais attendu qu'on hausse les épaules comme d'habitude ou pire qu'on ridiculise ceux qui réagissent en disant qu'ils sont fermés d'esprit.

Je suis tanné que ceux qui défendent la langue française et réagissent à ce genre de situations passent pour des identitaires intolérants. C'est surtout ça mon point. Là avec cet épisode on voit que ce n'est pas réservé à une frange plus "extrême". 

Je me désole que la gauche soit las de ces questions de langues ou du nationalisme en générale. Elle doit se réapproprier ça à mon avis.



« Modifié: novembre 24, 2020, 02:13:40 pm par Tam! »

Cinéphile

  • Membre
  • ******
  • Messages: 9999
  • Respect: +947
Le française
« Réponse #111 le: novembre 24, 2020, 01:21:14 pm »
0
Mais as-tu écouté sa question? Comme j'ai dit c'était maladroit, mais j'ai vraiment pas trouvé ça si pire que ça? Il me semble qu'elle doutait que la situation du français s'empirait dans l'ensemble de la province (pas seulement à Montréal), mais qu'elle demandait (à Mélanie Joly je pense?) ce qui était la cause de cette situation selon elle.

Bien sûr. Mais peu importe la suite de la question, juste que sa prémisse soit : "On entend dire que le français décline au Québec" + "Je vais donner le bénéfice du doute" + "Je vais avoir besoin de preuves pour le coire", ça démontre que c'est quelqu'un qui n'est absolument pas au courant de ce qui se passe au Québec. Et ce, malgré qu'elle soit née à Montréal et y soit députée. Je ne doute pas qu'elle ait de l'expertise dans d'autres dossiers, mais le comité des langues officielles c'est clairement pas sa place.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 27802
  • Ing. BBQ
  • Respect: +1567
Le française
« Réponse #112 le: novembre 24, 2020, 01:26:59 pm »
0
Je me désole que la gauche soit las de ces questions de langues ou du nationalisme en générale. Elle doit se réapproprier ça à mon avis.

Je me demande si cette adéquation est anglo-saxonne, les gilets jaunes qui était un mouvement ultra gauchistes (mouvement qui exigeait l'élimination rapide des sans abris, revenu minimum garantie, impôt plus progressif, retraite collective, écologie) n'avait pas de problème à parler d'identité et de nationalisme.

La gauche semble encore à l'aise de faire du nationalisme via la promotions de certains achat locaux.

Citation de: Poune
Je serai également toujours pour la protection du français, mais d'une façon qui inclut réellement tous les gens qui "vivent" au Québec.

Y'a quand même une tension ici, qui ne me semble pas évidente.

Une politique de protection du Français qui inclut les Québécois qui veulent juste vivre leur vie en Anglais et éduquer leur enfants en Anglais et avoir le moins a faire possible avec cette langue inférieur est pas très loin de ce que l'on a en ce moment et ce que le PQ a en tête j'ai l'impression.

Mais as-tu écouté sa question? Comme j'ai dit c'était maladroit, mais j'ai vraiment pas trouvé ça si pire que ça? Il me semble qu'elle doutait que la situation du français s'empirait dans l'ensemble de la province (pas seulement à Montréal), mais qu'elle demandait (à Mélanie Joly je pense?) ce qui était la cause de cette situation selon elle.

C'est un peu Trumpiste ( tu es élu et sur le comité des langues officielles, tu es sensé être plus au courant de ça qu'à ceux à qui tu poses la question non ?), mais aussi:
Elle a été critiquée pour ses propos, mais également pour son langage non-verbal, alors qu'elle a souri et roulé des yeux pendant son intervention, en plus d'imiter des signes de guillemets avec ses doigts au moment de prononcer le mot «déclin».

Peut on écouter la question je pense: https://www.youtube.com/watch?v=aWua2-ISmbU
Autour de 5:00
Le fait que la réunion du comité sur les langues officielles du Québec ce passe en bonne partie en Anglais parce que quelqu'un née au Québec, éduqué jusqu'à la maîtrise au Québec, élu dans le système politique au Québec et ne parle pas tellement français dans le contexte est un peu drôle, mais oui ça semble un cas de lire dans les propos et le langage non-verbale la pire interprétation possible, ce qui n'est pas nécessairement la mauvaise interprétation vu l'historique de ses propos.

C'est une question qui se demande bien sur, mais lit les rapports et apporte pourquoi tu as des doutes.
« Modifié: novembre 24, 2020, 01:40:28 pm par MadChuck »

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #113 le: novembre 24, 2020, 01:56:23 pm »
+1
Je pense que ton dude a bien résumé la situation du français à Montréal, ça aurait été intéressant une personne en Estrie et une au Saguenay pendant un an mettons.

L'affaire, c'est qu'au-delà des individus, ce serait plus simple pour bcp bcp de gens (dont plusieurs en position de pouvoir) si le Québec était unilingue anglophone. Dès qu'on comprend ça, on peut aussi voir dans l'histoire tous les moments où plusieurs forces politiques et commerciales ont tentées d'y arriver (je ne suis pas complotiste, mais pour ça j'y crois).

C'est pour cela que je milite activement pour la préservation du français. Et pour moi, ça passe par un pays, parce que ça va nous permettre justement de souffler un peu, je pense, de tenir toujours le français à bout de bras.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Cinéphile

  • Membre
  • ******
  • Messages: 9999
  • Respect: +947
Le française
« Réponse #114 le: novembre 24, 2020, 02:06:30 pm »
0
C'est pour cela que je milite activement pour la préservation du français. Et pour moi, ça passe par un pays, parce que ça va nous permettre justement de souffler un peu, je pense, de tenir toujours le français à bout de bras.

Bien d'acccord.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #115 le: novembre 24, 2020, 02:57:44 pm »
0
Sur quelle année de référence se base-t-on pour affirmer que le français est en déclin dans l'espace publique au Québec ? 1759 ?

Est-ce que la situation est pire qu'il y a 5 ans ? 10 ans ? 15 ans ? Par expérience je dirais non, mais bon, je ne fréquente pas beaucoup les Tim Horton du centre-ville.

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #116 le: novembre 24, 2020, 03:14:23 pm »
0
La situation de l'anglais au travail fait l'objet d'une étude de stat can, c'est intéressant: https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/as-sa/98-200-x/2016031/98-200-x2016031-fra.cfm

C'est pas en blanc et noir, mais on voit quand même que le français est en recul au profit d'une utilisation du français à égalité avec l'anglais. Et on voit un recul du français dans les grandes régions métropolitaines.

"Dans la RMR de Montréal, l’utilisation prédominante (uniquement ou surtout) du français est passée de 72,2 % en 2006 à 69,6 % en 2016. Il en va de même pour l’anglais, dont l’utilisation prédominante a connu un recul entre 2006 (19,1 %) et 2016 (17,9 %). C’est l’utilisation à égalité avec une autre langue qui explique l’augmentation globale de l’utilisation du français (de 91,5 % en 2006 à 91,8 % en 2016) comme de l’anglais (de 55,8 % en 2006 à 57,8 % en 2016) à Montréal."
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #117 le: novembre 24, 2020, 03:16:25 pm »
0
Au niveau des familles, un anglophone du Québec est plus susceptible de conserver son anglais tout en vivant en français, alors que l'inverse est beaucoup moins probable.

"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Cinéphile

  • Membre
  • ******
  • Messages: 9999
  • Respect: +947
Le française
« Réponse #118 le: novembre 24, 2020, 03:16:53 pm »
+1
Est-ce que la situation est pire qu'il y a 5 ans ? 10 ans ? 15 ans ?

Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #119 le: novembre 24, 2020, 03:17:32 pm »
+2
Tsé, un bilinguisme à sens unique, j'appelle pas ça un bilinguisme.

Le Québec veut rester à l'intérieur du Canada, fine. Par contre, qu'on vienne mettre des VRAIES mesures pour soutenir le français comme une des deux langues officielles du pays.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #120 le: novembre 24, 2020, 03:18:26 pm »
+1
On a 66% de bilingues, et on voudrait encore plus d'accès à l'école anglophone pour les francophones et les immigrants au Québec. Ca c'est NON pour moi.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #121 le: novembre 24, 2020, 03:27:20 pm »
0
Le Québec veut rester à l'intérieur du Canada, fine. Par contre, qu'on vienne mettre des VRAIES mesures pour soutenir le français comme une des deux langues officielles du pays.

Quelles mesures aimerais-tu voir être adoptées ?

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #122 le: novembre 24, 2020, 03:36:28 pm »
0
Cours de français dès la première année au secteur anglophone, examens de compétence pour graduer au secondaire (langue seconde), exigence de maitrise du français variable selon tous les niveaux d'emploi gouvernemental / juges / sénateurs / députés, financement adéquat des écoles / universités / collèges francophones dans le ROC, possibilité pour TOUT travailleur de la fonction publique n'importe où au Canada d'envoyer ses enfants à l'école française / garderie française.

Ce sont des exemples de ce qui me passe par la tête, mais je suis sure que des gens plus brillants que moi ont sortis de meilleures idées que moi bien avant moi.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #123 le: novembre 24, 2020, 03:42:14 pm »
0
La situation de l'anglais au travail fait l'objet d'une étude de stat can, c'est intéressant: https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/as-sa/98-200-x/2016031/98-200-x2016031-fra.cfm

Ça c'est intéressant:

Au Québec, les travailleurs de langue maternelle anglaise ou tierce sont de plus en plus nombreux à utiliser le français comme langue principale de travail ou à égalité avec l’anglaisNote 6 (tableau 2). En 2016, 48,1 % des travailleurs de langue maternelle tierce utilisaient principalement (uniquement ou surtout) le français au travail, comparativement à 46,5 % en 2006. De même, 24,7 % des travailleurs de langue maternelle anglaise utilisaient principalement le français au travail en 2016, comparativement à 23,3 % en 2006. Chez ces deux groupes, l’utilisation du français à égalité avec l’anglais a également connu une croissance importante depuis 2006, soit de près de six points de pourcentage chez le premier et de près de quatre points chez le second.

Donc l'usage du français augmente chez les Anglos et Allos.

À l’inverse, 91,4 % des travailleurs de langue maternelle française ont déclaré utiliser principalement le français au travail en 2016, en baisse par rapport à 2006 (93,0 %). Cette baisse s’est produite principalement au profit de la hausse de la proportion de ces travailleurs qui utilisent le français à égalité avec une autre langue, l’anglais dans la plupart des cas. Ainsi, entre 2006 et 2016, la proportion des travailleurs de langue maternelle française qui utilisaient le français à égalité avec une autre langue au travail est passée de 2,9 % à 4,3 %Note 7.


Et l'usage du français diminue chez les Francos.


Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #124 le: novembre 24, 2020, 03:46:00 pm »
+1
Oui ! Ca montre quand même que les mesures de scolarisation en français servent quand même assez bien. On a des super beaux exemples de réussite d'enfants de la loi 101.

Le travail à faire est au niveau du milieu de travail selon moi! Et de rendre les jeunes franco fiers de leur langue.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 27802
  • Ing. BBQ
  • Respect: +1567
Le française
« Réponse #125 le: novembre 24, 2020, 04:13:36 pm »
+1
Sur quelle année de référence se base-t-on pour affirmer que le français est en déclin dans l'espace publique au Québec ? 1759 ?

Est-ce que la situation est pire qu'il y a 5 ans ? 10 ans ? 15 ans ? Par expérience je dirais non, mais bon, je ne fréquente pas beaucoup les Tim Horton du centre-ville.

Un humain me semble une terrible référence à utiliser, mais par expérience il me semble que dans les 10 dernières année Vaudreuil-Dorion est passé de criss pas besoin d'aller loin pour s'en retourner dans le Québec Francophone a un endroit qui roule maintenant sur le Allo/Hi a bien des places avec même du service à l'auto de chaîne fast food pas toujours 100% évident en Français.

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #126 le: novembre 24, 2020, 04:14:20 pm »
0
Cours de français dès la première année au secteur anglophone, examens de compétence pour graduer au secondaire (langue seconde),

Ça a du sens.

exigence de maitrise du français variable selon tous les niveaux d'emploi gouvernemental / juges / sénateurs / députés,

Pas sur... Il faudrait que ça marche des 2 côtés. Ça voudrait dire qu'un unilingue francophone ne pourrait pas devenir député dans Lanaudière ? Qu'un unilingue anglophone ne pourrais pas être juge à la cours municipale de Red Deer ? Come on.


financement adéquat des écoles / universités / collèges francophones dans le ROC, possibilité pour TOUT travailleur de la fonction publique n'importe où au Canada d'envoyer ses enfants à l'école française / garderie française.

L'été dernier j'ai visité une amie qui enseigne au primaire en immersion française dans une petite ville minière full redneck de l'Alberta. Je lui dit en blague qu'elle devait se pogner le cul avec les 3 élèves quelle devait avoir dans sa classe. Elle m'a surpris en me disant que non, les classes d'immersion sont extrêmement en demande et il y a même un tirage au sort pour déterminer qui va avoir la chance d'être en immersion française. Sa commission scolaire aimerait offrir plus de classe d'immersion, mais ils sont incapable de recruter assez de profs, même avec des salaires de plus de 100k par années.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'apprentissage du français est très en vogue au Canada anglais. Le problème, c'est qu'il manque de profs pour satisfaire à la demande.
« Modifié: novembre 24, 2020, 04:17:37 pm par Ring0 »

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #127 le: novembre 24, 2020, 04:25:17 pm »
0
Un humain me semble une terrible référence à utiliser, mais par expérience il me semble que dans les 10 dernières année Vaudreuil-Dorion est passé de criss pas besoin d'aller loin pour s'en retourner dans le Québec Francophone a un endroit qui roule maintenant sur le Allo/Hi a bien des places avec même du service à l'auto de chaîne fast food pas toujours 100% évident en Français.

C'est fort possible. Je dois avouer bien humblement que je ne fréquente pas les services à l'auto des fast foods de la région de Vaudreil-Dorion de façon assidue.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 27802
  • Ing. BBQ
  • Respect: +1567
Le française
« Réponse #128 le: novembre 24, 2020, 04:33:26 pm »
0
Tsé, un bilinguisme à sens unique, j'appelle pas ça un bilinguisme.

Le Québec veut rester à l'intérieur du Canada, fine. Par contre, qu'on vienne mettre des VRAIES mesures pour soutenir le français comme une des deux langues officielles du pays.

Je ne suis pas sûr de suivre cette logique a 100%, le Québec veut rester a l'intérieur du Canada peut importe ce qui s'y passe, qu'on arrête et enlève presque toute les mesures sur les histoires des deux langues officielles au Canada et qui pourrait embêter les Canadian, semble suivre presque autant la route.

Comme Ringo l'exigence du Français hors québec serait poussé , mais on virtuellement pas le droit d'exiger quoi que ce soit d'un élus (éducation, maitrise de langue, etc...) c'est la population qui parle en votant et ça doit être respecter.

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #129 le: novembre 24, 2020, 06:48:17 pm »
0
Tsé, un bilinguisme à sens unique, j'appelle pas ça un bilinguisme.

Le Québec veut rester à l'intérieur du Canada, fine. Par contre, qu'on vienne mettre des VRAIES mesures pour soutenir le français comme une des deux langues officielles du pays.

Je ne suis pas sûr de suivre cette logique a 100%, le Québec veut rester a l'intérieur du Canada peut importe ce qui s'y passe, qu'on arrête et enlève presque toute les mesures sur les histoires des deux langues officielles au Canada et qui pourrait embêter les Canadian, semble suivre presque autant la route.

Comme Ringo l'exigence du Français hors québec serait poussé , mais on virtuellement pas le droit d'exiger quoi que ce soit d'un élus (éducation, maitrise de langue, etc...) c'est la population qui parle en votant et ça doit être respecter.

Tu peux l'exiger pour présenter une candidature.

Ring0: Comme j'ai dit, tu peux avoir un continuum. J'avais fait le TOEFL avant d'entrer à la maitrise à McGill pour vérifier mon niveau d'anglais, et j'étais assez dans le top il me semble, et pourtant mon chum rit souvent de mon anglais.

Y'a même des beaux outils Canadian pour le faire.
https://www.nclc-ael.ca/

"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #130 le: novembre 24, 2020, 06:52:31 pm »
0
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #131 le: novembre 24, 2020, 06:54:05 pm »
0


L'été dernier j'ai visité une amie qui enseigne au primaire en immersion française dans une petite ville minière full redneck de l'Alberta. Je lui dit en blague qu'elle devait se pogner le cul avec les 3 élèves quelle devait avoir dans sa classe. Elle m'a surpris en me disant que non, les classes d'immersion sont extrêmement en demande et il y a même un tirage au sort pour déterminer qui va avoir la chance d'être en immersion française. Sa commission scolaire aimerait offrir plus de classe d'immersion, mais ils sont incapable de recruter assez de profs, même avec des salaires de plus de 100k par années.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'apprentissage du français est très en vogue au Canada anglais. Le problème, c'est qu'il manque de profs pour satisfaire à la demande.

Offre plus de programme de baccalauréat en francais langue seconde dans des universités francophones au ROC, et tu vas avoir plus d'enseignants. BOUM.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • ******
  • Messages: 12977
  • Jeannette officielle du forum
  • Respect: +925
Le française
« Réponse #132 le: novembre 24, 2020, 09:24:28 pm »
0
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Wolfkiller

  • My name is Wolfkiller and I'm a nympho
  • Membre
  • ******
  • Messages: 11186
  • mi-homme, mi-cannabis
  • Respect: +810
Le française
« Réponse #133 le: novembre 24, 2020, 11:47:38 pm »
0
Au début de la pandémie, on a pu l’entendre dire “Les enfants jouent le Lego”.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Poune-Keuz

  • 🤷
  • Membre
  • ****
  • Messages: 3674
  • Allons-y, Alonso!
  • Respect: +251
Le française
« Réponse #134 le: novembre 25, 2020, 05:46:34 am »
0
Bien sûr. Mais peu importe la suite de la question, juste que sa prémisse soit : "On entend dire que le français décline au Québec" + "Je vais donner le bénéfice du doute" + "Je vais avoir besoin de preuves pour le coire", ça démontre que c'est quelqu'un qui n'est absolument pas au courant de ce qui se passe au Québec. Et ce, malgré qu'elle soit née à Montréal et y soit députée. Je ne doute pas qu'elle ait de l'expertise dans d'autres dossiers, mais le comité des langues officielles c'est clairement pas sa place.

Ah ça oui je te l'accorde. Le fait qu'elle fasse partie du comité des langues officielles rend ça pire, elle devrait faire ses propres recherches et ne pas attendre de se faire "convaincre". Dans ce contexte-là c'était déplacé.



À l’inverse, 91,4 % des travailleurs de langue maternelle française ont déclaré utiliser principalement le français au travail en 2016, en baisse par rapport à 2006 (93,0 %). Cette baisse s’est produite principalement au profit de la hausse de la proportion de ces travailleurs qui utilisent le français à égalité avec une autre langue, l’anglais dans la plupart des cas. Ainsi, entre 2006 et 2016, la proportion des travailleurs de langue maternelle française qui utilisaient le français à égalité avec une autre langue au travail est passée de 2,9 % à 4,3 %Note 7.


Et l'usage du français diminue chez les Francos.



Mais on n'en a pas la cause. Stat Can dit que c'est entre autres influencé par une croissance dans certaines professions où les personnes sont plus susceptibles d’utiliser l’anglais au travail, par exemple. Est-ce vraiment un recul du français? Ça pourrait aussi être parce qu'on a plus de compagnies qui font affaire à l'international, donc un besoin plus grand d'utiliser l'anglais avec des clients/collègues à l'extérieur du Québec? Utiliser le français à égalité avec l'anglais vs. majoritairement le français, je ne vois pas ça comme étant nécessairement négatif pour l'état du français au Québec.


(Sur une note plus personnelle: j'espère trouver un emploi où je peux utiliser l'anglais minimum à égalité avec le français, si ce n'est pas plus. J'aurais beaucoup de difficulté à retourner dans un environnement de travail 100% franco - mais ça peut changer, je sais pas!)
« Modifié: novembre 25, 2020, 06:15:57 am par Poune-Keuz »

Simone

  • Membre
  • *****
  • Messages: 7012
  • Respect: +944
    • Presque végé !
Le française
« Réponse #135 le: novembre 25, 2020, 07:54:40 am »
+1
Le fait que la réunion du comité sur les langues officielles du Québec ce passe en bonne partie en Anglais parce que quelqu'un née au Québec, éduqué jusqu'à la maîtrise au Québec, élu dans le système politique au Québec et ne parle pas tellement français dans le contexte est un peu drôle, mais oui ça semble un cas de lire dans les propos et le langage non-verbale la pire interprétation possible, ce qui n'est pas nécessairement la mauvaise interprétation vu l'historique de ses propos.

C'est une question qui se demande bien sur, mais lit les rapports et apporte pourquoi tu as des doutes.

C'est parce que tu comprends mal le mandat de la Loi sur les langues officielles (pas mal tout le monde, ce n'est pas une critique), qui vise à s'assurer que tous les Canadiens puissent avoir des services et de la formation dans la langue officielle de leur choix, même lorsqu'ils ne constituent pas la majorité linguistique d'une communauté. Il y a des critères précis qui déterminent, en fonction du nombre de locuteurs sur un territoire, l'obligation du gouvernement fédéral de fournir un point de service où des employés peuvent s'exprimer dans les deux langues et d'émettre des communications dans les deux langues officielles pour ce territoire donné. La plupart du temps, il suffit de 500 locuteurs qui déclarent utiliser l'autre langue officielle (que celle de la majorité linguistique sur le territoire donné) pour qu'on attribue le statut de CLOSM (communauté de langues officielles en situation minoritaire). Avec ces critères, ceci dit, il y a même des CLOSM dans le Grand Montréal (chez vous, à Vaudreuil, ça en est une, par exemple), et en fait, il y a seulement deux régions au Québec dans lesquelles on ne retrouve pas de CLOSM (Bas-Saint-Laurent et Saguenay-Lac-St-Jean), donc le gouvernement fédéral fournit des services bilingues presque partout dans la province, même si la langue officielle de la province est le français. Pour les francophones hors Québec, c'est une planche de salut, parce que cela permet à de très petites communautés de pouvoir continuer de vivre en français. Pour les anglophones du Québec, c'est un peu différent, parce qu'on ne peut pas considérer que la minorité linguistique du Québec (les anglophones) est menacée, même qu'historiquement, elle a des privilèges que n'ont pas du tout les francophones hors Québec. Mais ce n'est pas le rôle de la Loi sur les langues officielles de favoriser la majorité linguistique d'une province, c'est plutôt à la province de mettre en place les institutions nécessaires pour protéger et promouvoir la langue qu'ils ont choisi comme langue officielle. Et il y a le ministère du Patrimoine canadien qui fait aussi quelques activités de promotion de la langue, mais surtout de la diversité linguistique, puisque c'est ça, le "patrimoine canadien". D'ailleurs, il y a un débat exploratoire en chambre aujourd'hui sur le déclin du français à Montréal, et c'est Patrimoine qui va coordonner les interventions.

Bref, tout ça pour dire que le mandat du comité permanent des parlementaires sur les Langues officielles, c'est de voter les budgets, les politiques et les initiatives qui touchent la LLO, et la majorité du temps, c'est pour appuyer des initiatives qui favorisent les CLOSM, donc les anglophones au Québec. En ce sens, c'est tout à fait cohérent que Lambropoulos ait été choisie comme représentante du Québec dans le comité sur les Langues officielles, parce qu'elle représente exactement les intérêts des CLOSM québécois. Aussi, les discussions ont lieu en anglais dans l'extrait, mais elles ont aussi lieu en français, il y a de l'interprétation disponible pour les parlementaires pour tous les comités.

Comprends-moi bien: qu'une personne née au Québec, vivant au Québec et scolarisée au Québec, puisse ne parler un traître mot de français, et que des gens votent pour elle quand même, et même peut-être expressément pour ça, c'est d'une absurdité totale. Elle fait partie de cette (heureusement) faible proportion d'anglophones québécois qui pleurent les privilèges perdus de la bourgeoisie anglo-montréalaise et qui va défendre bec et ongles son droit à ne PAS parler français. Lambropoulos n'est pas à se première sortie contre les Québécois et leur désir de protéger la langue, c'est une femme qui est notoirement contre la loi 101, c'est une vipère, et sa présence sur le comité des Langues officielles était une erreur, et toute la population (sauf les comme elle) sera mieux servie par un autre représentant. Mais ce n'est pas avec les outils de la Loi sur les langues officielles que l'on va pouvoir protéger le français à Montréal.

C'est d'une absurdité au point où le discours que Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles, prononcera en chambre aujourd'hui, lors du débat, ne portera pas sur les initiatives liées aux langues officielles à Montréal, mais plutôt sur la richesse de la diversité linguistique pour le développement et la relance économique du Grand Montréal, parce que je n'avais aucun contenu pour aborder la promotion du français au Québec.
« Modifié: novembre 25, 2020, 08:10:32 am par Simone »
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #136 le: novembre 25, 2020, 08:39:07 am »
0

Tu peux l'exiger pour présenter une candidature.


Dans le but de ? En quoi le fait qu'un juge municipal à Red Deer parle français contribue-t-il au fait français au Québec ?

Le lien entre la préservation du français au Québec et le bilinguisme dans le ROC est assez mince à mon avis. C'est pas comme si on était submergé d'immigrants saskatchewanais unilingue anglais.

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #137 le: novembre 25, 2020, 08:40:05 am »
0
Offre plus de programme de baccalauréat en francais langue seconde dans des universités francophones au ROC, et tu vas avoir plus d'enseignants. BOUM.

C'est une bonne idée. Je ne sais pas si les programmes actuel fonctionnent à pleine capacité par contre.

Tam!

  • Membre
  • *******
  • Messages: 16720
  • Respect: +1743
Le française
« Réponse #138 le: novembre 25, 2020, 08:46:19 am »
0

(Sur une note plus personnelle: j'espère trouver un emploi où je peux utiliser l'anglais minimum à égalité avec le français, si ce n'est pas plus. J'aurais beaucoup de difficulté à retourner dans un environnement de travail 100% franco - mais ça peut changer, je sais pas!)

Pour quelle(s) raison(s)?

Ring0

  • Membre
  • ****
  • Messages: 2915
  • Respect: +366
Le française
« Réponse #139 le: novembre 25, 2020, 08:59:24 am »
0
Pour quelle(s) raison(s)?

Parce que c'est le fun de brasser des grosses affaires à l'international, et que de facto, quand tu brasses des grosses affaires à l'international, ça se passe en anglais ?

Tam!

  • Membre
  • *******
  • Messages: 16720
  • Respect: +1743
Le française
« Réponse #140 le: novembre 25, 2020, 09:23:48 am »
0
Pour quelle(s) raison(s)?

Parce que c'est le fun de brasser des grosses affaires à l'international, et que de facto, quand tu brasses des grosses affaires à l'international, ça se passe en anglais ?

J'aimerais avoir la réponse de Poune, si elle veut répondre bien sûr. Merci.

Poune-Keuz

  • 🤷
  • Membre
  • ****
  • Messages: 3674
  • Allons-y, Alonso!
  • Respect: +251
Le française
« Réponse #141 le: novembre 25, 2020, 09:28:58 am »
0
Parce que ça fait 8 ans que je travaille en anglais et que je trouve ça vraiment difficile d’exprimer certains concepts en français dans le monde de la tech (et même le language de business en général), où je veux continuer à travailler. C’est sûr que ça s’apprend, mais j’aimerais ne pas perdre mon anglais non plus, d’où l’idée du 50/50 qui me semble très bien.

Et c’est vraiment important pour moi d’avoir un environnement de travail diversifié, idéalement avec des collègues venant d’un peu partout dans le monde, et nécessairement ça se fait surtout en anglais.

Et ce que Ringo a dit, oui, d’une façon ;) Ce n’est pas tant la langue comme telle que les raisons qui nécessitent de parler anglais (type d’industrie, collègues, portée internationale). Mais comme j’ai dit plus haut, il y a aussi dans mon cas une question de confort. Si j’avais le choix de passer une entrevue d’embauche en français ou en anglais, je crois que je choisirais l’anglais.
« Modifié: novembre 25, 2020, 09:35:26 am par Poune-Keuz »

Tam!

  • Membre
  • *******
  • Messages: 16720
  • Respect: +1743
Le française
« Réponse #142 le: novembre 25, 2020, 09:46:04 am »
0

Et c’est vraiment important pour moi d’avoir un environnement de travail diversifié, idéalement avec des collègues venant d’un peu partout dans le monde, et nécessairement ça se fait surtout en anglais.

Ok je comprends tout à fait cet aspect.

Pour ce qui est des termes techniques en français, tu es mieux placée que moi pour le savoir, mais je me dis qu'après une couple de semaines/mois ça ne fini pas par "rentrer" et être naturel? Si tu as réussi à les apprendre en anglais, tu peux les assimiler en français qui est ta langue maternelle, non? 
Mais c'est sûr qu'il y a des domaines où l'anglais est inévitable; j'en suis bien conscient.

Je sais que j'ai peut-être l'air du gars qui ne se mêle pas de ses affaires, mais  ne peux m'empêcher de trouver dommage en quelque part que notre langue maternelle puisse devenir étrangère à ce point, ou du moins être un genre de frein ou désavantage.

Poune-Keuz

  • 🤷
  • Membre
  • ****
  • Messages: 3674
  • Allons-y, Alonso!
  • Respect: +251
Le française
« Réponse #143 le: novembre 25, 2020, 10:08:47 am »
+1
Oui oui comme j’ai dit ça finit par s’apprendre, mais je ne voudrais pas que ça se fasse au détriment de mon anglais, ce qui arriverait dans un environnement 100% franco.

Mais je ne vois pas du tout le français comme étant un désavantage, je suis fière de l’avoir comme langue maternelle et elle est définitivement utile même dans un emploi comme le mien. Ne pas pouvoir s’exprimer correctement en anglais, ça oui c’est un désavantage dans ce domaine, c’est certain.

sharl

  • Membre
  • *****
  • Messages: 7272
  • Respect: -338
Le française
« Réponse #144 le: novembre 25, 2020, 10:28:26 am »
0
Il faut faire un constat froid et global.

Les jours de l'irréductible "village francophone" d'Amérique sont comptés.


La loi 101 a fait fuir des dizaines de milliers de natifs anglophones vers le reste du Canada, notamment Toronto. Quelques dizaines d'années plus tard, on se retrouve au même point cette fois avec des "immigrants" qui eux ne partiront pas. Plus est, à cause de nombreux facteurs (technologie, mondialisation, etc.) l'anglais est devenu le dénominateur commun planétaire. 

La vraie question est de savoir comment passer à l'anglais tout en gardant une culture et une vitalité française pérenne qui ne soit pas une sorte d'acadianisation folklorique. 

L'erreur est de considérer le tout comme une "guerre", car elle est perdue d'avance. L'autre erreur est de "s'entêter" comme un boursicoteur incapable de se défaire d'un titre perdant ou un joueur incapable de quitter sa machine-à-sous pensant pouvoir se refaire.

Il faut radicalement changer de paradigme.
« Modifié: novembre 25, 2020, 10:43:21 am par sharl »

Wolfkiller

  • My name is Wolfkiller and I'm a nympho
  • Membre
  • ******
  • Messages: 11186
  • mi-homme, mi-cannabis
  • Respect: +810
Le française
« Réponse #145 le: novembre 25, 2020, 11:32:04 am »
0
On a juste à boycotter le centre-ville de Montréal.

Problem solved.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Cinéphile

  • Membre
  • ******
  • Messages: 9999
  • Respect: +947
Le française
« Réponse #146 le: novembre 25, 2020, 11:39:15 am »
0
Bien sûr. Mais peu importe la suite de la question, juste que sa prémisse soit : "On entend dire que le français décline au Québec" + "Je vais donner le bénéfice du doute" + "Je vais avoir besoin de preuves pour le coire", ça démontre que c'est quelqu'un qui n'est absolument pas au courant de ce qui se passe au Québec. Et ce, malgré qu'elle soit née à Montréal et y soit députée. Je ne doute pas qu'elle ait de l'expertise dans d'autres dossiers, mais le comité des langues officielles c'est clairement pas sa place.

Ah ça oui je te l'accorde. Le fait qu'elle fasse partie du comité des langues officielles rend ça pire, elle devrait faire ses propres recherches et ne pas attendre de se faire "convaincre". Dans ce contexte-là c'était déplacé.

Pour moi, c'est 27 étages au-dessus de déplacé. Si un truc du genre était arrivé à propos de n'importe quel autre enjeu que le déclin du français au Québec, la réaction aurait été bien pire.

"On entend dire que l'équité salariale au Québec n'est pas atteinte" + "Je vais donner le bénéfice du doute" + "Je vais avoir besoin de preuves pour le coire".

"On entend dire qu'il y a de la violence conjugale au Québec" + "Je vais donner le bénéfice du doute" + "Je vais avoir besoin de preuves pour le coire".
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Cinéphile

  • Membre
  • ******
  • Messages: 9999
  • Respect: +947
Le française
« Réponse #147 le: novembre 25, 2020, 12:08:44 pm »
0
Je sais que j'ai peut-être l'air du gars qui ne se mêle pas de ses affaires, mais  ne peux m'empêcher de trouver dommage en quelque part que notre langue maternelle puisse devenir étrangère à ce point, ou du moins être un genre de frein ou désavantage.

Et moi donc. En même temps, le français de Poune demeure pas mal irréprochable. C'est pas comme si elle en avait reperdue, alors ça me réconforte quand même un peu.

Mon bémol c'est plutôt :

Et c’est vraiment important pour moi d’avoir un environnement de travail diversifié, idéalement avec des collègues venant d’un peu partout dans le monde, et nécessairement ça se fait surtout en anglais.

Comme j'en ai un peu parlé précédemment, je côtoie plusieurs nouveaux arrivants (donc venant d'un peu partout dans le monde) qui trippent sur le français. Ils savent tous s'exprimer dans un anglais "correct", mais leur apprentissage constant du français fait en sorte qu'ils s'expriment encore mieux dans cette langue. Et ce, même quand on parle de séries américaines anglophones (à part quand on cite les personnages bien sûr). Je ne suis jamais parti de Montréal pour des raisons linguistiques, même que ça me peine un peu qu'il y ait un francophone de moins, mais autant j'aime écouter des films japonais avec sous-titres angais, autant j'ai plaisir à travailler en français avec ces gens-là.
« Modifié: novembre 25, 2020, 12:27:04 pm par Cinéphile »
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 27802
  • Ing. BBQ
  • Respect: +1567
Le française
« Réponse #148 le: novembre 25, 2020, 02:15:47 pm »
0
Comprends-moi bien: qu'une personne née au Québec, vivant au Québec et scolarisée au Québec, puisse ne parler un traître mot de français, et que des gens votent pour elle quand même, et même peut-être expressément pour ça, c'est d'une absurdité totale. Elle fait partie de cette (heureusement) faible proportion d'anglophones québécois qui pleurent les privilèges perdus de la bourgeoisie anglo-montréalaise et qui va défendre bec et ongles son droit à ne PAS parler français. Lambropoulos n'est pas à se première sortie contre les Québécois et leur désir de protéger la langue, c'est une femme qui est notoirement contre la loi 101, c'est une vipère, et sa présence sur le comité des Langues officielles était une erreur, et toute la population (sauf les comme elle) sera mieux servie par un autre représentant. Mais ce n'est pas avec les outils de la Loi sur les langues officielles que l'on va pouvoir protéger le français à Montréal.

Elle parle quand même un peu français, juste pas a l'aise j'imagine, mais oui c'est exactement ça l'idée (ça aurait pu être n'importe quelle autre rencontre gouvernemental rempli à 100% d'élu Québécois qui doit passer à l'anglais à cause de quelqu'un née ici et éduqué jusqu'à la maîtrise ici).

Et "anglais" on parlent de Grec ici, même pas d'Anglais pour qui il y aurait plus que c'est pas du Français d'impliquer pour eux.

Je ne sais pas si c'est absurde cependant, je comprend mal pourquoi ils ont pas un partie anti-loi 101 plus populaire

sharl

  • Membre
  • *****
  • Messages: 7272
  • Respect: -338
Le française
« Réponse #149 le: novembre 25, 2020, 02:20:57 pm »
0
Voici ce qui me semblerait le plus réaliste, créatif et consensuel:

1. Le Québec est français et communique/opère en cette langue uniquement.

2. En plus du français, tout Québécois doit avoir une excellente connaissance de l'anglais. Pour tous, la maternelle est bilingue. Au primaire et au secondaire, les cours se donnent alternativement en français et en anglais dans des proportions à définir. 

Quoiqu'on fasse, le tout va virer à l'anglais.

Mais au moins, ce programme permettrait de ne pénaliser les Québécois qui vivent dans la belle ville de Québec et en région.