Auteur Sujet: La culture du viol  (Lu 344045 fois)

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #600 le: mars 12, 2014, 13:43:04 pm »


Vas-tu me dire que c'est toi qui a raison et le dictionnaire qui a tort?


L'esprit de domination dans le mot régner est dans toutes les définitions de tous les dictionnaires.

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #601 le: mars 12, 2014, 13:45:19 pm »

http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/regner/

régner, verbe intransitif
Sens 1 Gouverner en monarque [Politique]. Synonyme gouverner Anglais to rule, to reign
Sens 2 Dominer. Anglais to rule
Sens 3 Prédominer, s'établir, exister. Anglais to reign

régner : 4 synonymes.
Synonymes contrôler, gouverner, régenter, régir.

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/régner/67678

Exercer le pouvoir suprême dans un État en tant que souverain : Bonaparte a régné sous le nom de Napoléon Ier.
Exercer sur un lieu, un groupe une domination totale : Philosophe qui a régné sur une génération d'intellectuels.
Exercer son pouvoir, avoir un rôle, une influence prépondérante sur quelque chose : Faire régner la justice sur le monde.
Être bien établi quelque part : Les opinions qui régnaient en France à cette époque.
Se manifester quelque part, en parlant d'un état, d'un sentiment : Le silence régnait dans la classe.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7304
La culture du viol
« Réponse #602 le: mars 12, 2014, 13:49:13 pm »
Les deux thèmes (viol/consentement) peuvent donc être présents sans que ce soit contradictoire.

Tu joues sur les mots là non?

Les deux langues (français/anglais) sont présentes au Québec sans qu'elles soient contradictoires. Pourtant il y en a clairement une qui domine en ce moment non?

Moi, je le vois un peu comme ça. Ta liste d'exemples démontre bien comment la culture du viol peut se manifester et oui, ça existe, mais jamais je vais admettre que le slut shaming, par exemple, fait partie du discours dominant.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Hors ligne rasemotte

  • Membre
  • Messages: 1770
  • Rahlala
La culture du viol
« Réponse #603 le: mars 12, 2014, 13:49:52 pm »
Je pense que pour la très grande majorité des gens le terme ''régner'' signifie ''dominer''.

Autre chose, dans mon entourage la culture du viol est inexistante. Je suppose donc que je fréquente des gens qui ne sont pas dans le vent.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7304
La culture du viol
« Réponse #604 le: mars 12, 2014, 14:00:21 pm »
Vas-tu me dire que c'est toi qui a raison et le dictionnaire qui a tort?

Es-tu d'accord que si on dit par exemple "la bonne entente règne" ou "le silence règne" c'est qu'ils prennent le dessus sur le reste? Dans ce sens là, est-ce que la culture du viol règne dans notre société?
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #605 le: mars 12, 2014, 14:16:13 pm »

Ce que les féministes ne seront jamais capables d'admettre, c'est que la culture du viol est elle-même alimentée par une bonne proportion de femmes, à peu près la moitié semble-t-il, pour qui le viol fait partie de leur imaginaire sexuel fantasmé.  Combien de fois une fille m'a demandé d'arrêter alors que dans le fond elle voulait juste se sentir forcée ?  je ne les compte plus.

Sur ce point je rejoins le commentaire du Jam plus haut : le viol prend ses racines dans la nuit des temps et fera toujours partie de l'univers fantasmagorique des hommes et des femmes.

Mais tout ce que je viens de dire n'est pas une tolérance face au vrai viol.  Je pense que les adultes qui sont sains et équilibrés vont toujours pouvoir faire la différence entre le viol comme jeu sexuel et le viol véritable.

Hors ligne Simone

  • Membre
  • Messages: 6698
    • Presque végé !
La culture du viol
« Réponse #606 le: mars 12, 2014, 14:22:09 pm »
1: Chacune de tes références confirme qu'il est possible d'utiliser le mot dans le sens où je l'ai employé.
2: En tant qu'émetteur, le sens que je choisis devrait primer sur la lecture que tu en fais, surtout si je suis là pour préciser ma pensée (ce que j'ai fait).
3: Tu te sers d'une phrase où je dis que la culture du viol règne "parmi les associations étudiantes" pour prétendre que j'ai dit que la culture du viol prédomine sur la culture du consentement, ce que je n'ai pas dit et ce dont il n'est pas question. Ai-je besoin de te dire à quel point cette généralisation est grossière et ridicule? Ai-je vraiment besoin de te dire que quand quelqu'un dit que quelque chose règne "parmi les associations étudiantes", il veut bien circonscrire l'objet de sa phrase aux associations étudiantes et non pas à partout ailleurs? Ai-je besoin de te dire que tu te bases sur une interprétation fausse de mes paroles, ce qui n'est guère pertinent dans le contexte?

Bref, peux-tu lâcher le morceau et cesser d'enculer des mouches pour qu'on puisse débattre de l'objet de ce fil et non de l'interprétation toute croche que tu fais de mes paroles? Parce que moi, tout ce que je vois, c'est que tu manques d'arguments et que tu t'accroches les pieds dans des détails d'un message écrit il y a 12 jours alors que nous ne cessons de raffiner et de préciser notre pensée. C'est un brin ridicule, tu en conviendras.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Hors ligne Mademoiselle A

  • Membre
  • Messages: 4059
  • Je sais pas de quoi vous parlez
La culture du viol
« Réponse #607 le: mars 12, 2014, 14:25:47 pm »

Ce que les féministes ne seront jamais capables d'admettre, c'est que la culture du viol est elle-même alimentée par une bonne proportion de femmes, à peu près la moitié semble-t-il, pour qui le viol fait partie de leur imaginaire sexuel fantasmé.  Combien de fois une fille m'a demandé d'arrêter alors que dans le fond elle voulait juste se sentir forcée ?  je ne les compte plus.

Je sais bien que tu écris ces affaires-là juste pour faire réagir mais... sapristi de sapristi.
A

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #608 le: mars 12, 2014, 14:27:35 pm »

Oui, je veux vous faire réagir, mais ce que j'ai écrit est quand même tout à fait authentique.

T'en penses quoi toi ?

.
« Modifié: mars 12, 2014, 14:30:09 pm par Temporel »

Hors ligne BushMustDie

  • Membre
  • Messages: 1482
La culture du viol
« Réponse #609 le: mars 12, 2014, 14:32:35 pm »
Sapristi de sapristi, Tempo a violé tellement de filles qu'il ne les compte plus!!!

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #610 le: mars 12, 2014, 14:39:18 pm »
Je ne nie pas le fait que pas mal de femmes puissent dans le cadre d'un jeu érotique s'inspirer de situations tel que le viol mais franchement je pense que ça reste minoritaire et faut pas croire que les femmes fantasme sur le viol.

En revanche je suis d'accord sur le fait que la séduction joue en grande partie sur un jeu implicite entre l'homme et la femme dans lequel la plupart du temps le jeu consiste à ce que l'homme arrive à abattre les barrieres défensives de la femme barrieres psychologique je veux dire pour la "gagner" la laisser être séduite, la laisser entrer dans son intimité, mais là on est loin du viol. J'ai d'ailleurs souvent trouvé que les rares fois ou ce jeu s'est inversé la femme devenait soudain moins attrayante et le jeu de sséduction moins intéressant.
« Modifié: mars 12, 2014, 14:41:36 pm par Le Jam »

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #611 le: mars 12, 2014, 14:46:11 pm »


Je ne nie pas le fait que pas mal de femmes puissent dans le cadre d'un jeu érotique s'inspirer de situations tel que le viol mais franchement je pense que ça reste minoritaire et faut pas croire que les femmes fantasme sur le viol.



Je n'ai pas sorti ça d'un chapeau, hein…   je le crois parce que plusieurs femmes me l'ont dit, c'est tout.

Et elles ne disent pas bêtement : je rêve de me faire violer.   Attention à l'interprétation que tu en fais.

Hors ligne Wolfkiller

  • Membre
  • Messages: 10378
  • mi-homme, mi-cannabis
La culture du viol
« Réponse #612 le: mars 12, 2014, 14:49:06 pm »
intéressante définition, que celle que tu rapportes, mad.

Wolf: On dirait que tu stickes sur les photos, mais Simone a donné une longue liste d'exemples à un moment donné, beaucoup plus pertinent, et je ne t'ai pas lu te questionner la dessus.

J'ai pas vu ça en effet. Peux-tu la copier?

J'cherche pas à discréditer personne en passant, juste comprendre ;)
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

En ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15468
La culture du viol
« Réponse #613 le: mars 12, 2014, 14:58:23 pm »


Je ne nie pas le fait que pas mal de femmes puissent dans le cadre d'un jeu érotique s'inspirer de situations tel que le viol mais franchement je pense que ça reste minoritaire et faut pas croire que les femmes fantasme sur le viol.



Je n'ai pas sorti ça d'un chapeau, hein…   je le crois parce que plusieurs femmes me l'ont dit, c'est tout.

Et elles ne disent pas bêtement : je rêve de me faire violer.   Attention à l'interprétation que tu en fais.

Tu penses pas qu'il y a une différence entre contrôler une scène de viol fictive avec un  gars que tu désires et/ou aime et qu'un inconnu te force à baiser?
« Modifié: mars 12, 2014, 15:15:01 pm par MadChuck »

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #614 le: mars 12, 2014, 15:03:54 pm »

Cibole de criss, c'est ça que je viens de dire, qu'il y a une différence.  On parle de culture du viol là, pas de viol.

J'ai dit qu'environ la moitié des femmes sont attirées elles-mêmes par la culture du viol, pour leur propre besoin et/ou leur propre envie de l'intégrer dans leur imaginaire sexuel fantasmé.

.
« Modifié: mars 12, 2014, 15:07:29 pm par Temporel »

En ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15468
La culture du viol
« Réponse #615 le: mars 12, 2014, 15:08:28 pm »

Cibole de criss, c'est ça que je viens de dire, qu'il y a une différence.  On parle de culture du viol là, pas de viol.

J'ai dit qu'environ la moitié des femmes sont attirées elles-mêmes par la culture du viol, pour leur propre besoin, leurs propres envies de l'intégrer dans leur imaginaire sexuel fantasmé.

.

Ben va au bout de ton point ou exprime toi mieux.

Tu dis que plein de femmes aime simuler le viol donc , elle sont en grande partie responsable de la culture du viol?
« Modifié: mars 12, 2014, 15:15:10 pm par MadChuck »

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #616 le: mars 12, 2014, 15:10:06 pm »


Ben va au bout de ton point ou exprime toi mieux.


Ben là, ça te prend quoi ?  Il manque quoi à mon commentaire précédent ?



Mais tout ce que je viens de dire n'est pas une tolérance face au vrai viol.  Je pense que les adultes qui sont sains et équilibrés vont toujours pouvoir faire la différence entre le viol comme jeu sexuel et le viol véritable.


Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #617 le: mars 12, 2014, 15:13:16 pm »


Tu dis que plein de femmes aime simuler le viol donc , elle sont en grande partie responsable de la culture du viol?


Non, il n'y a personne qui est responsable de quoi que ce soit.  La culture du viol existe, point.  Et ça remonte à la nuit des temps.  Tu ne crois quand même pas que ce sont les humains qui choisissent ou qui décident ce qui est enfoui au plus profond d'eux-mêmes et qui constitue une partie intrinsèque de leur nature ?

En ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15468
La culture du viol
« Réponse #618 le: mars 12, 2014, 15:13:56 pm »


Ben va au bout de ton point ou exprime toi mieux.


Ben là, ça te prend quoi ?  Il manque quoi à mon commentaire précédent ?



Mais tout ce que je viens de dire n'est pas une tolérance face au vrai viol.  Je pense que les adultes qui sont sains et équilibrés vont toujours pouvoir faire la différence entre le viol comme jeu sexuel et le viol véritable.


Je lis une évidence là.. Qui n'est pas d'accord avec ça?

Y'a ça qui m'intrigue par contre


Ce que les féministes ne seront jamais capables d'admettre, c'est que la culture du viol est elle-même alimentée par une bonne proportion de femmes, à peu près la moitié semble-t-il, pour qui le viol fait partie de leur imaginaire sexuel fantasmé.


Je répète: Tu dis que plein de femmes aime simuler le viol donc , elle sont en grande partie responsable de la culture du viol (qui n'est pas le vrai viol)?

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #619 le: mars 12, 2014, 15:15:33 pm »

J'ai répondu à ça juste au-dessus de ton message que tu as dû écrire en même temps que je te répondais.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7304
La culture du viol
« Réponse #620 le: mars 12, 2014, 15:15:39 pm »
Et elles ne disent pas bêtement : je rêve de me faire violer.

Voilà.

On s'entend qu'elles rêvent d'être "contraintes", mais dans leur fantasme c'est par un inconnu :

1) beau et séduisant
2) qui ne va pas leur transmettre d'ITS
3) dont elles ne vont pas tomber enceinte
4) qui ne va pas leur crisser une volée

Bref, un fantasme qui se termine par la femme bien dans sa peau qui va pouvoir rentrer travailler le lendemain sans avoir un œil au beurre noir et la lèvre fendue et sans passer la nuit au poste de police à se faire fouiller dans le chantier pour qu'on y prélève des échantillons de sperme.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #621 le: mars 12, 2014, 15:18:59 pm »
Vas-tu me dire que c'est toi qui a raison et le dictionnaire qui a tort?

Comme Temporel ne se trompe jamais, la réponse me semble évidente.
Le message ci-haut est une boutade.

En ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15468
La culture du viol
« Réponse #622 le: mars 12, 2014, 15:20:09 pm »

J'ai répondu à ça juste au-dessus de ton message que tu as dû écrire en même temps que je te répondais.

Selon toi les femmes alimentent en grande partie la culture du viol et tu dis après que personne n'est responsable.

Ta réponse ne me satisfait pas.

Tu peux te rattraper et dire que tu ne penses pas ça ou que c'est mal formulé.


Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #623 le: mars 12, 2014, 15:20:58 pm »



Vas-tu me dire que c'est toi qui a raison et le dictionnaire qui a tort?


Comme Temporel ne se trompe jamais, la réponse me semble évidente.


Ah mauvaise foi.  Les dictionnaires me donnent raison à propos du mot régner.  C'est Simone qui se trompe, là.

Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #624 le: mars 12, 2014, 15:22:32 pm »
Je boutais.

Et il faut bien que je sois gentil avec elle si je veux qu'elle reste mon amie. Je ne peux quand même pas la forcer à l'être avec mon pénis.
Le message ci-haut est une boutade.

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #625 le: mars 12, 2014, 15:23:21 pm »


Selon toi les femmes alimentent en grande partie la culture du viol et tu dis après que personne n'est responsable.

Ta réponse ne me satisfait pas.

Tu peux te rattraper et dire que tu ne penses pas ça ou que c'est mal formulé.



Premièrement, je ne dis pas LES femmes, je dis DES femmes, environ la moitié de l'ensemble, donc.

Elles sont attirées par la culture du viol, et elles l'alimentent en même temps, ça fait partie de la nature humaine, de l'histoire humaine, et c'est normal que ça s'exprime chez une grande partie d'entre eux, d'une façon ou d'une autre.

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25745
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #626 le: mars 12, 2014, 15:24:36 pm »
Ah mauvaise foi.  Les dictionnaires me donnent raison à propos du mot régner.  C'est Simone qui se trompe, là.

Bien si elle veut le dire par le sens de:
Se manifester quelque part, en parlant d'un état, d'un sentiment.

C'est au pire une image poussé / exagéré mais dans le correct, anyway, tu es le premier à reprocher le monde qui t'obstine sur ce que tu voulais dire / te comprenne mal.

Citer
Selon toi les femmes alimentent en grande partie la culture du viol et tu dis après que personne n'est responsable.

À moins que je me trompe, de base l'humain est un violeur (comme la plupart des animaux), des gens sont responsables de la disparition de la culture du viol, pas vraiment de son apparition. Bref de base les humains (homme et femme) alimente cette culture du viol, il en sont pas "responsable" dans le sens décisions consciente et voulu de le faire, les gens alimente la culture de la nourriture, de la violence, de l'envie, de la peur, etc... mais sans en être responsable, c'est la de base. Y'a pas des gens responsables de la pauvreté dans le monde, mais des gens responsable de la richesse, la pauvreté c'est l'humain de base.

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #627 le: mars 12, 2014, 15:26:47 pm »



Ah mauvaise foi.  Les dictionnaires me donnent raison à propos du mot régner.  C'est Simone qui se trompe, là.


Bien si elle veut le dire par le sens de:
Se manifester quelque part, en parlant d'un état, d'un sentiment.


Même dans ce sens-là, le mot régner implique que le sentiment ou l'état qui se manifeste le fasse d'une façon dominante.  Arrêtez de revenir là-dessus, c'est réglé : régner = dominer.

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25745
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #628 le: mars 12, 2014, 15:30:55 pm »
Même dans ce sens-là, le mot régner implique que le sentiment ou l'état qui se manifeste le fasse d'une façon dominante.  Arrêtez de revenir là-dessus, c'est réglé : régner = dominer.

Sauf quand c'est évident que non. Comme quand on va dire que Bob Hartley dirige son équipe sous un règne de terreur, on va comprendre que la peur du coach et des conséquences est présent dans le vestiaires, mais personne va penser que c'est l'émotion dominante chez les joueurs en tout temps.

Ici c'est utilisé comme une image (comme pour règne de terreur du coach de hockey) et non pas "correctement, qui implique une domination".

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #629 le: mars 12, 2014, 15:33:27 pm »


Sauf quand c'est évident que non. Comme quand on va dire que Bob Hartley dirige son équipe sous un règne de terreur, on va comprendre que la peur du coach et des conséquences est présent dans le vestiaires, mais personne va penser que c'est l'émotion dominante chez les joueurs en tout temps.


Le règne de terreur domine dans le vestiaire, c'est ça que ça veut dire.  Merci bonsoir.

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 11196
  • Jeannette officielle du forum
La culture du viol
« Réponse #630 le: mars 12, 2014, 15:36:39 pm »
Wolfkiller, première page:

Je sais que le terme culture du viol fait tiquer quelques uns, mais il faut comprendre que c'est un terme issu des études féministes, et donc compris dans le grand cercle des études sociologiques. En sociologie, la culture a une définition particulière qui est différente de celle qui est généralement admise par tous (ensemble des connaissances ou des acquis de l'être humain).

La culture, au sens sociologique du terme, c'est ce qui distingue une société d'une autre. Michel de Certeau avait une belle expression pour résumer la chose, il disait: "les arts de faire". La façon de cuisiner, la façon de parler (les fameux accents), les sports nationaux, les goûts culturels... Toutes ces choses sont englobées par le terme "culture", qui peut être défini comme "l'ensemble des structures sociales et des manifestations intellectuelles, artistiques, religieuses qui définissent une civilisation, une société par rapport à une autre".

L'expression culture du viol doit être comprise dans cette définition de la culture, c'est à dire une culture qui, dans ses discours dominants, normalise, tolère, banalise ou trivialise le viol ou la violence de nature sexuelle. C'est donc une culture qui n'a pas mis en place un système suffisamment cohérent de stigmatisation, de dénonciation et de prévention de la violence sexuelle, c'est-à-dire une culture au sein de laquelle il est possible de banaliser la violence sexuelle sans que cela ne soit systématiquement condamné. Certaines sociétés ont une culture du viol beaucoup plus agressive (c'est le cas des sociétés où il est normal de violer quelqu'un pour le punir et/ou le guérir de son orientation sexuelle, ou des sociétés où il est normal de ne pas demander le consentement d'une femme avant l'acte sexuel puisque la femme doit obligatoirement se conformer au désir de l'homme, par exemple), mais la culture nord-américaine n'est clairement pas blanche comme neige à ce sujet.

La banalisation de la violence sexuelle, c'est:

  • Quand on fait des blagues qui impliquent des propos dégradants ou violents sexuellement et qu'on se dédouane de la portée de nos paroles sous le couvert de l'humour
  • Quand on utilise un vocabulaire sexuel pour valider une relation de pouvoir, même quand c'est à la blague ou avec l'intention de rigoler (parce non, dire "t'es ma pute" à son partenaire, ça n'a rien d'anodin)
  • Quand on dit aux femmes quels vêtements porter et quels endroits éviter, parce qu'on suppose qu'elles portent au moins une partie du fardeau de l'agression sexuelle quand elles sont victimes (rappelez-vous la délicieuse discussion qu'on a eu ici au sujet de Lara Logan...)
  • Quand on blâme des victimes d'agression sexuelle pour leur agression, parce qu'elles n'auraient pas dû suivre leur agresseur (c'est ce que Gilles Proulx disait de la petite fille battue et laissée pour morte, ça et le fait qu'elle était une petite charrue, notamment), parce qu'elles n'auraient pas dû avoir des contacts intimes avec une personne tout en lui refusant son consentement sexuel parce que c'est jouer avec le feu (voir plus haut dans cette même discussion), parce qu'elles n'auraient pas dû laisser leur verre d'alcool sans surveillance, etc.
  • Quand on oblige les jeunes victimes de viol collectif à changer d'école parce qu'on n'a pas le courage de prendre les mesures disciplinaires qui s'imposent à l'égard des agresseurs et qu'il est plus simple de déplacer la victime que les 5-6-7-10 gars qui lui sont passés dessus juste parce qu'elle était passed out
  • Quand on banalise les violences sexuelles faites en prison parce qu'on considère que le viol fait partie des éléments dissuasifs face à l'incarcération/parce qu'on pense que c'est le prix à payer pour avoir commis un tout autre crime
  • Quand on prétend que les travailleurs du sexe ne peuvent subir de violence sexuelle puisque que c'est leur job d'échanger des faveurs sexuelles contre de l'argent, ou quand on refuse d'endosser des projets de loi permettant aux travailleurs du sexe d'offrir leurs services dans des endroits où ils sont en sécurité parce qu'on refuse de reconnaître qu'il s'agit d'un vrai travail
  • Quand on considère que la violence sexuelle ne peut exister entre conjoints ou époux et qu'une agression sexuelle à l'intérieur d'une relation conjugale n'est qu'un peu de sexe "à la dure"
  • Quand les activités d'intégration dans les universités sont truffées de mises en scène pour reproduire des discours sexuels de hiérarchisation ou de domination, comme les Pimps et les Putes Zèbres de Comm-UQAM, et qu'on taxe les gens qui dénoncent ces pratiques de coincées ou de mal-baisées parce qu'il n'y a rien de mal à établir des rapports sexuels de domination entre des gens qui ne se connaissent même pas (mettons...)
  • Quand on examine l'histoire de Woody Allen et de sa fille adoptive, Dylan, et qu'on écrit un article pour dire qu'il est impossible que Woody Allen ait agressé sa fille dans un petit grenier fermé puisqu'il est claustrophobe (et qu'on considère avoir ainsi sauvé les meubles et qu'il n'y a plus lieu de penser à cette histoire)
  • Quand on banalise la violence verbale ou psychologique à caractère sexuel pour la simple et bonne raison qu'elle ne mènera jamais à la violence sexuelle physique (c'est arrivé ici même, dans cette discussion)

Des choses qui arrivent quotidiennement, pour lesquelles nous sommes tous capables de nommer un exemple, et qui ne nous apparaissaient même pas comme un symptôme de la culture du viol tellement elles sont répandues et tacitement acceptées par le discours dominant (n'est-ce pas que vous n'aviez jamais pensé qu'il fallait dénoncer les violences sexuelles vécues en prison?).

Le mot culture vous dérange, soit, mais il est approprié pour décrire un ensemble de traits culturels qui émergent de notre société et qui la caractérisent.

Ce qui est bien avec la culture, cependant, c'est qu'elle définit un ensemble d'individus, pas les individus à proprement parler. Personne n'est obligé de consentir à la culture du viol, ni n'est obligé d'y prendre part. Mais il faut quand même commencer par prendre conscience qu'elle existe....


"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 11196
  • Jeannette officielle du forum
La culture du viol
« Réponse #631 le: mars 12, 2014, 15:37:28 pm »
Cinéphile:

Pas présents dans le discours dominant, mais que des associations étudiantes en fasse leur thème d'initiation avec le consentement du département, ça c'est quoi donc?
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25745
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #632 le: mars 12, 2014, 15:40:24 pm »
Cinéphile:

Pas présents dans le discours dominant, mais que des associations étudiantes en fasse leur thème d'initiation avec le consentement du département, ça c'est quoi donc?

Y'a peut-être un incompris.

Peut-être veut-il dire que:
La blague sur le viol est présent dans le discours "dominant" ou du moins discours non marginal. Le fait que le viol serait correct non (outre pour les cas homme-homme en milieu carcéral pour les ex-violeur eux même).

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 11196
  • Jeannette officielle du forum
La culture du viol
« Réponse #633 le: mars 12, 2014, 16:17:15 pm »
Initiations aussi, on dit que c'est pour rire, mais c'est pas vraiment de "l'humour".
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne sharl

  • Membre
  • Messages: 6121
La culture du viol
« Réponse #634 le: mars 12, 2014, 16:17:19 pm »
Culture du viol.

Il doit y avoir de la "culture" associée au "viol" pour avoir une "culture du viol".

Et où retrouve-t-on cela de manière combinée et contemporaine?

Dans la forme la plus hard du hip-hop, où effectivement on peut parler d'un produit culturel populaire qui banalise le viol au point d'en faire un mode de vie. Par extension, on peut parler d'autres formes actuelles d'art, notamment l'humour et peut-être même la publicité.

Donc, pour qu'il y ait une "culture du viol", il faut quatre ingrédients: 1. un produit culturel, 2. des artistes, 3. le thème du viol banalisé voire promu et 4. une popularité ou un  impact suffisamment grand  pour que cela soit significatif.

On est bien loin des généralités retenues par nos propagandistes de la "culture du viol" qui ferait quasiment de nous tous des violeurs.
« Modifié: mars 12, 2014, 16:19:06 pm par sharl »

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25745
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #635 le: mars 12, 2014, 16:33:13 pm »
Pour avoir une culture de quelque chose sa ne demande pas d'artiste tous de même.

En sociologie, la culture est définie comme "ce qui est commun à un groupe d'individus" et comme "ce qui le soude". Ainsi, pour une institution internationale comme l'UNESCO : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »

C,est dans notre culture de se tenir a droite quand on croise quelqu'un ou conduit, je ne pense pas que c'est quelque chose qui: est un produit culturel (pas vendu en tout cas), thématique forte chez des artistes

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7304
La culture du viol
« Réponse #636 le: mars 12, 2014, 16:36:57 pm »
Cinéphile:

Pas présents dans le discours dominant, mais que des associations étudiantes en fasse leur thème d'initiation avec le consentement du département, ça c'est quoi donc?

C'est quoi? C'est tout aussi répréhensible que les autres exemples de Simone. Encore une fois je suis d'accord qu'il y a un courant comme tu l'a dis-toi même, mais je doute de ses véritables effet.

Dire, par exemple : "je me suis fait violer par mon examen" n'est pas une banalisation du viol à mes yeux tout comme un point Godwin (expression assez courante sur le Net, avouons-le) n'est pas une banalisation du nazisme.
« Modifié: mars 12, 2014, 16:39:44 pm par Cinéphile »
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #637 le: mars 12, 2014, 17:59:52 pm »
Ce qui est drôle dans cette histoire c'est qu'à chaque fois que sharl poste un truc il se prend un -1, -2, -3. 

Hors ligne Haut_perché_dans_un_arbre

  • Membre
  • Messages: 49
  • Voit tout, entend tout.
La culture du viol
« Réponse #638 le: mars 12, 2014, 18:33:46 pm »
Ce qui est drôle dans cette histoire c'est qu'à chaque fois que sharl poste un truc il se prend un -1, -2, -3.

C'est ce qui arrive quand une personne émet des opinions sans suivre la discussion parce qu'elle a la tête dans son cul.

Hors ligne rasemotte

  • Membre
  • Messages: 1770
  • Rahlala
La culture du viol
« Réponse #639 le: mars 12, 2014, 18:40:11 pm »
Ce système de points c'est un peu n'importe quoi et tout le monde le sait. C'est clair que Sharl obtient aussi des -1 de gens qui n'ont même pas pris le temps de le lire.
« Modifié: mars 12, 2014, 18:41:48 pm par rasemotte »

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #640 le: mars 13, 2014, 05:22:18 am »
Ce qui est drôle dans cette histoire c'est qu'à chaque fois que sharl poste un truc il se prend un -1, -2, -3.

C'est ce qui arrive quand une personne émet des opinions sans suivre la discussion parce qu'elle a la tête dans son cul.

Tu t'es pris un -1 pour ça, je soupçonne sharl d'en être l'auteur.

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #641 le: mars 13, 2014, 06:09:46 am »


Je ne nie pas le fait que pas mal de femmes puissent dans le cadre d'un jeu érotique s'inspirer de situations tel que le viol mais franchement je pense que ça reste minoritaire et faut pas croire que les femmes fantasme sur le viol.



Je n'ai pas sorti ça d'un chapeau, hein…   je le crois parce que plusieurs femmes me l'ont dit, c'est tout.

Et elles ne disent pas bêtement : je rêve de me faire violer.   Attention à l'interprétation que tu en fais.

C'est peut-être plus de ne pas avoir a prendre de décision, que d'aller a l'encontre de ce qu'elle exprime de vive voix comme décision.

Autrement dit, elles fantasment peut-être d'un homme qui décide, sans vraiment imposer. Et ca peut s'étendre ailleurs que dans la couchette.

Salut Tempo, je vais te laisser couler seul avec cette affirmation. Mais j'ai déjà entendu le même genre de témoignage. T'en sortira pas.  :smiley36:

En ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15468
La culture du viol
« Réponse #642 le: mars 15, 2014, 13:52:04 pm »
Un texte dd'Yves Boisvert qui aborde le sujet Gab Roy VS Mariloup Wolfe dans lequel il explique notamment pourquoi on ne peut brandir à tout coup la liberté d'expression pour s'en laver les mains.

Il explique bien aussi la différence entre le texte de Roy sur Wolfe et l'humour de George Carlin ou Eddie Murphy.

http://plus.lapresse.ca/screens/41c4-7e80-5321d1ea-bcf0-4845ac1c606d%7C_0.html

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #643 le: mars 15, 2014, 13:57:35 pm »

Ah ouin ?  moi j'ai pas trop compris où est-ce qu'il s'en va avec ça...

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #644 le: mars 15, 2014, 14:01:08 pm »


C'est peut-être plus de ne pas avoir a prendre de décision, que d'aller a l'encontre de ce qu'elle exprime de vive voix comme décision.

Autrement dit, elles fantasment peut-être d'un homme qui décide, sans vraiment imposer.


On peut-tu arrêter de dire LES femmes ?  ce n'est pas un groupe homogène.  Il y a des femmes qui aiment se faire brusquer, d'autres non.  Par expérience, je te dis qu'il y a des femmes qui disent non, mais qui s'attendent quand même à ce qu'on continue, car ça les excite.   La difficulté c'est de savoir à quel genre de femme on a affaire.  Y en a avec qui il faut arrêter, y en a d'autres qui veulent qu'on continue.

En ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15468
La culture du viol
« Réponse #645 le: mars 15, 2014, 14:06:14 pm »

Ah ouin ?  moi j'ai pas trop compris où est-ce qu'il s'en va avec ça...

Il s'en va du bord de Mariloup Wolfe, me semble que c'est clair.

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #646 le: mars 15, 2014, 14:53:29 pm »
Ouin, mais les raisons qu'il donne, je sais pas, c'est bizarre…  je veux dire, c'est tellement subjectif.

Atteinte à l'intégrité ?  violation de l'intimité ?  come on…

Pis tsé, dès le début, Boisvert écrit : Il a récemment écrit une sorte de lettre ouverte à l’artiste où il lui propose ses services sexuels. La lettre de Roy consiste essentiellement à exposer ses fantasmes sur un ton qui se veut très « wild ».

Tu vois bien qu'il n'a rien compris.

.
« Modifié: mars 15, 2014, 15:02:35 pm par Temporel »

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8922
La culture du viol
« Réponse #647 le: mars 15, 2014, 15:11:00 pm »
Ouin, mais les raisons qu'il donne, je sais pas, c'est bizarre…  je veux dire, c'est tellement subjectif.

Atteinte à l'intégrité ?  violation de l'intimité ?  come on…

Eh oui... ce genre de chose existe en responsabilité civile.

Charte québécoise :

1. Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu'à la sûreté, à l'intégrité et à la liberté de sa personne.

4. Toute personne a droit à la sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation.

49. Une atteinte illicite à un droit ou à une liberté reconnu par la présente Charte confère à la victime le droit d'obtenir la cessation de cette atteinte et la réparation du préjudice moral ou matériel qui en résulte.

En cas d'atteinte illicite et intentionnelle, le tribunal peut en outre condamner son auteur à des dommages-intérêts punitifs.


Bien sûr que c'est en partie subjectif, faut jusqu'à un certain point se mettre dans les souliers de la "victime".

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #648 le: mars 15, 2014, 15:14:33 pm »

Je ne dis pas que ça n'existe pas en responsabilité civile, je dis que ça ne s'applique pas à la lettre écrite par Gab Roy.

Comment peut-on prouver qu'une telle lettre a atteint son intégrité et violé son intimité ?   voyons donc.  Encore des enfantillages.

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8922
La culture du viol
« Réponse #649 le: mars 15, 2014, 15:25:37 pm »

Je ne dis pas que ça n'existe pas en responsabilité civile, je dis que ça ne s'applique pas à la lettre écrite par Gab Roy.

Comment peut-on prouver qu'une telle lettre a atteint son intégrité et violé son intimité ?   voyons donc.  Encore des enfantillages.

Tu te base sur quoi pour dire que ça ne s'applique pas à sa lettre ? Nous sommes dans le champ de la diffamation ici :

"Critères objectifs

L’existence du préjudice et de la faute est déterminée selon une norme objective. Pour le préjudice, le tribunal a recours à la notion de citoyen ordinaire, en se demandant si ce

citoyen estimerait que les propos tenus entachent la réputation du défendeur. Pour la faute, il a recours à la notion de personne raisonnable, en se demandant comment cette personne agirait, dans les mêmes circonstances que le défendeur.

Dans les deux cas, le juge suppose que le citoyen ordinaire et la personne raisonnable tiennent compte de la liberté d’expression, inscrite à la Charte québécoise des droits et libertés de la personne. Un juste équilibre doit être réalisé entre ce droit et le droit à la réputation assuré par le Code civil du Québec. La notion d’intérêt public, aussi inscrite à la Charte, permet de faire l’arbitrage entre ces deux droits."

"Qu’est-ce que la diffamation ?

Selon l’auteur de l’ouvrage La presse et la diffamation, Nicole Vallières, la diffamation se définit comme suit :

« La communication de propos ou d’écrits qui font perdre l’estime ou la considération de quelqu’un ou qui, encore, suscitent à son égard des sentiments défavorables ou désagréables. »

En d’autres mots, la diffamation est une atteinte à la réputation d’une personne physique ou morale, car elle sème envers cette personne, dans l’esprit du citoyen ordinaire et de la société en général, de la déconsidération.

La liberté d’expression est limitée par le droit au respect de la vie privée, le droit à l’image, le droit à la réputation et à la sécurité.  La liberté d’expression n’est donc pas absolue et ce droit fondamental cesse lorsqu’il entre en conflit avec le(s) droit(s) d’une autre personne."

http://www.faitsetcauses.com/2014/03/09/gabriel-roy-et-mariloup-wolfe-les-limites-de-la-diffamation/

Cependant, ça se peut que le juge décide qu'il y a peut-être atteinte, mais pas de préjudice comme dans le cas de Michelle Blanc :

Je me répète à l’effet que je suis neutre au débat mais avouons que les termes, même si ôsés, que Gab Roy à utilisé lors de la rédaction de son texte publié sur le Web relèvent littéralement de la caricature de son imagination fertile.

- Dessin, peinture etc. donnant de quelqu’un ou de quelque chose une image déformée de façon significative, outrée, burlesque. 

- Description comique ou satirique d’une personne, d’une société.

- Représentation infidèle d’une réalité.

N’oublions pas que Mme Wolfe tout comme Mme Blanc est une personne publique que nous voyons à la télévision régulièrement et dont toutes personnes pourraient émettent quelques commentaires que ce soit concernant ses rôles et/ou apparitions publiques.

En bref le tout se jouera sur la défense que fera Gab Roy et/ou son avocat devant le juge qui aura à rendre une décision sur ce dossier car le sujet en est un d’intérêt public.

http://veritejustice.wordpress.com/2014/03/09/mariloup-wolfe-poursuite-perdue-davance/