Auteur Sujet: La culture du viol  (Lu 344034 fois)

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #200 le: mars 04, 2014, 21:34:52 pm »

Donkey punch, the pirate, strawberry shortcake, le tobogan, etc... oui oui je les connais toutes...



Condonc, j'dois être passé date. Jamais entendu ni lu aucun de ces trucs.

Hors ligne Mademoiselle A

  • Membre
  • Messages: 4059
  • Je sais pas de quoi vous parlez
La culture du viol
« Réponse #201 le: mars 04, 2014, 21:35:49 pm »

J'sais que je comprends mal cette histoire de "culture" du viol, mais quand vous utilisez ce terme, vous le collez au cul de tous les hommes. La société, mais juste les hommes.


Justement, non. Pas juste les hommes.
A

Hors ligne Mademoiselle A

  • Membre
  • Messages: 4059
  • Je sais pas de quoi vous parlez
La culture du viol
« Réponse #202 le: mars 04, 2014, 21:37:45 pm »

Donkey punch, the pirate, strawberry shortcake, le tobogan, etc... oui oui je les connais toutes...



Condonc, j'dois être passé date. Jamais entendu ni lu aucun de ces trucs.

Snookey parle comme si fallait avoir 68 ans et pas d'internet pour ne pas connaître ces termes, mais on s'entend que ça reste une affaire de gars début vingtaine qui consomme beaucoup d'internet (qui aime les calendriers de totons et qui est vaguement douche, aussi).
A

Hors ligne Simone

  • Membre
  • Messages: 6698
    • Presque végé !
La culture du viol
« Réponse #203 le: mars 04, 2014, 21:42:36 pm »
C'est une version vulgaire et extrêmement sexiste de "Il mériterait mon poing sur la yeule", "Il y a des coups de pied au cul qui se perdent", "S'il passait devant mon char, je ne freinerais pas", toutes des choses que j'entends beaucoup plus souvent et qui ne constituent pas de réelles menaces à prendre au sérieux.

Oui, c'est condamnable. Oui, la personne qui a écrit ça est un trou-de-cul qui doit être pointé du doigt. Mais je ne crois pas que ce soit symptomatique d'une banalisation du viol. Au contraire, puisque dans un monde où le viol est banalisé, l'effet hyperbolique désiré par l'imbécile qui a écrit ça serait nul.

Mathieu, c'est ça, la culture du viol. C'est dire à une femme qui parle de sa vie amoureuse qu'elle mérite d'être sodomisée et frappée parce qu'on est en désaccord avec ce qu'elle dit.

Si je te dis quelque chose avec lequel tu es profondément en désaccord et que tu me dis qu'il y a des coups de pied au cul qui se perdent, je vais comprendre que tu es en désaccord et que c'est un sujet qui te touche.

Si je te dis quelque chose avec lequel tu es profondément en désaccord et que tu me dis que je mériterais que tu me donnes un bon coup de pied au cul, je vais trouver que tu es brusque avec moi, mais comme on se connaît relativement bien, je vais supposer que tu essaies de me faire prendre conscience de quelque chose (et, accessoirement, je vais trouver que tu parles comme mon père, mais ceci est une autre histoire).

Si je te dis quelque chose avec lequel tu es profondément en désaccord et que tu me dis que je suis mieux de me taire parce que tu es à moins deux minutes de me crisser un coup de pied au cul, je vais trouver que tu es agressif et que tu dépasses les bornes.

Mais à aucun moment il ne te viendrait à l'idée de me dire que je mérite d'être sodomisée et frappée sur la tête parce que quelque chose que je PENSE s'oppose à quelque chose que tu penses.

Le fait que l'on menace l'auteure du texte de violence sexuelle pour des propos qui ne menacent l'intégrité de rien ni personne, et aussi le fait que vous soyez là à dire que, aille, c'est Internet et il s'en écrit des choses terribles sur Internet, c'est une forme de banalisation.

Si c'était si peu banal, les exemples ne seraient pas nombreux.

Si c'était si peu banal, votre principal argument ne serait pas de dire qu'il s'écrit des choses horribles sur Internet et que c'est un exemple parmi d'autres.

Si c'était si peu banal et que l'effet hyperbolique voulu par le commentateur était réel, il y aurait une faune de gens indignés pour dénoncer ces commentaires, et non pas plein de gens en train de chercher à les dédramatiser.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Hors ligne Mademoiselle A

  • Membre
  • Messages: 4059
  • Je sais pas de quoi vous parlez
La culture du viol
« Réponse #204 le: mars 04, 2014, 21:45:07 pm »
Je suis vraiment beaucoup d'accord avec le dernier message de Simone, je lui mettrais 10 +1 si je pouvais.
A

Hors ligne Simone

  • Membre
  • Messages: 6698
    • Presque végé !
La culture du viol
« Réponse #205 le: mars 04, 2014, 21:45:27 pm »
J'sais que je comprends mal cette histoire de "culture" du viol, mais quand vous utilisez ce terme, vous le collez au cul de tous les hommes. La société, mais juste les hommes.

J'ai pris la peine de donner des exemples où ce sont les hommes qui sont victimes de banalisation en matière de violence sexuelle, et j'ai aussi dit à plusieurs reprises que les femmes contribuent à la culture du viol, en particulier parce qu'elles sont très fortes sur le slut shaming entre elles.

Bref, j'ai dit exactement le contraire.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Hors ligne Simone

  • Membre
  • Messages: 6698
    • Presque végé !
La culture du viol
« Réponse #206 le: mars 04, 2014, 21:47:34 pm »
C'est écrit par le duc de ses dames avec un avatar de chien dans un rond jaune ?

C'est juste l'avatar de base pour les non-membres d'Urbania.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #207 le: mars 04, 2014, 21:49:15 pm »


C'est ce que vous faites présentement, ne pas vous indigner. C'est ça qui me dérange...

Quand j'écoute un vidéo d'Obama sur Youtube, j'appelerai pas la Ligue des Noirs 71 fois pour leur dire qu'un type avec 15 identités différentes, s'amuse a écrire fucking nigger dans les commentaires.

Ton Duc des dames c'est peut-être une femme qui trippe trop fort sur Jésus ou je ne sais quoi, un site féministe va mettre son commentaire dans sa collection, nous présenter ca, et en rajouter sur ma non indignation devant une telle collection.





Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #208 le: mars 04, 2014, 21:52:56 pm »
Kim:

Mais IL Y A une faune de gens qui s'y oppose.

Peu-être est-ce à cause du type de gens que je fréquente sur le web ou le type de site que je visite, mais j'y vois 5 fois plus souvent de mentions d'opposition à cette culture du viol que d'exemples comme ceux que vous copiez ici.

Mais en plus, je ne comprends pas pourquoi tu sembles être plus scandalisée par ce que je considère comme rien d'autre qu'un symptôme qu'au vrai mal dont il découle, soit la trop lente évolution des rapports homme-femme.
Le message ci-haut est une boutade.

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #209 le: mars 04, 2014, 21:59:34 pm »
Mettons au Québec, 10 personnes bizarres, peuvent poivrer 10 commentaires chacun, par jour, sur le même sujet, avec des identités différentes.

10 jours = impression de 1000 personnes qui veulent maganer des bonnefemmes.

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #210 le: mars 04, 2014, 22:08:26 pm »
C'est comme moi, mettons que Serge43 m'envoie chier, ca s'peut que je lui donne mon adresse en lui disant " quand tu veux mon osti".

A l'autre bout du fil, c'est peut-être une fillette de 13 ans qui provoque a journée longue, a 8 places en même temps, avec 3 nicks a chaque place.

On se fait pogner. J'pas dur a prendre au jeu dans ces affaires la. Pour moi, j'ai affaire a un Serge de 43.

D'autres se font pogner au moindre donkey punch.

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25745
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #211 le: mars 04, 2014, 22:11:17 pm »
Si je te dis quelque chose avec lequel tu es profondément en désaccord et que tu me dis que je suis mieux de me taire parce que tu es à moins deux minutes de me crisser un coup de pied au cul, je vais trouver que tu es agressif et que tu dépasses les bornes.

Mais à aucun moment il ne te viendrait à l'idée de me dire que je mérite d'être sodomisée et frappée sur la tête parce que quelque chose que je PENSE s'oppose à quelque chose que tu penses.

Le fait que l'on menace l'auteure du texte de violence sexuelle pour des propos qui ne menacent l'intégrité de rien ni personne, et aussi le fait que vous soyez là à dire que, aille, c'est Internet et il s'en écrit des choses terribles sur Internet, c'est une forme de banalisation.

Oui bien sur, c'est bien vrai.

Ce que les gens affirme je pense, c'Est que c'est banalisation est aussi vrai sinon plus pour d'autre forme de violences, racisme, sexisme, et pas mal tous les isme sur Internet.

Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #212 le: mars 04, 2014, 22:17:58 pm »
Voilà.

Je comprends que le viol est un sujet sensible.

Je sais aussi qu'en tant qu'homme blanc occidental avec un minimum de robustesse, c'est une réalité à laquelle je n'aurai jamais à être confronté, ce qui m'empêche d'avoir la même sensibilité envers ce type de violence précis.

Mais j'ai de la difficulté à comprendre la différence entre "J'ai le goût de t'etrangler" et "J'ai le goût de te punir avec ma graine".
Le message ci-haut est une boutade.

Hors ligne Mademoiselle A

  • Membre
  • Messages: 4059
  • Je sais pas de quoi vous parlez
La culture du viol
« Réponse #213 le: mars 04, 2014, 22:22:29 pm »
Voilà.

Je comprends que le viol est un sujet sensible.

Je sais aussi qu'en tant qu'homme blanc occidental avec un minimum de robustesse, c'est une réalité à laquelle je n'aurai jamais à être confronté, ce qui m'empêche d'avoir la même sensibilité envers ce type de violence précis.

Mais j'ai de la difficulté à comprendre la différence entre "J'ai le goût de t'etrangler" et "J'ai le goût de te punir avec ma graine".

Mais c'est exactement ça, l'affaire. C'est ce que Pontiak dit, c'est ce que beaucoup d'hommes disent, je crois. Et sans vouloir tomber dans le ''t'es pas une fille, tu peux pas comprendre'', je pense vraiment qu'il y a une part de ça.  Pour moi il y a une crisse de grosse différence entre les deux.
A

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #214 le: mars 04, 2014, 22:29:05 pm »
Moi, j'comprends rien, ni personne dans ce sujet.


Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25745
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #215 le: mars 04, 2014, 22:35:11 pm »
Pour moi il y a une crisse de grosse différence entre les deux.

Faut dire que la banalisation de la violence est beaucoup plus forte et depuis toujours, Hotline miami avait pas mal pu tous faire côter violence mais le viol à vraiment pas passer, au hockey si un joueur en sodomiserait un autre sur la glace il aurait pas mal plus que 5 minutes de pénalités, etc... (dans le cinéma en général aussi, le viol n'est jamais présenté à la légère je pense).

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #216 le: mars 04, 2014, 22:41:38 pm »
La A, assise sur ton visage, serait-ce une menace de viol?

Dois-je m'indigner? Ou me faire une crisse de belle image mentale de la scène?

M'en va me coucher.

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #217 le: mars 04, 2014, 22:45:13 pm »
au hockey si un joueur en sodomiserait un autre sur la glace il aurait pas mal plus que 5 minutes de pénalités, etc...

Ah man, osti que t'es un sérieux-drôle. Meilleure ligne de la semaine.

Hors ligne Mademoiselle A

  • Membre
  • Messages: 4059
  • Je sais pas de quoi vous parlez
La culture du viol
« Réponse #218 le: mars 04, 2014, 22:45:33 pm »
Non, moi je m'assois juste sur un visage après qu'on me l'aie demandé.

Bonne nuit!
A

Hors ligne Wotan

  • Membre
  • Messages: 3602
La culture du viol
« Réponse #219 le: mars 04, 2014, 22:53:55 pm »

Donkey punch, the pirate, strawberry shortcake, le tobogan, etc... oui oui je les connais toutes...



Condonc, j'dois être passé date. Jamais entendu ni lu aucun de ces trucs.

Ah ça me rassure.

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #220 le: mars 05, 2014, 01:11:49 am »


La A, assise sur ton visage, serait-ce une menace de viol?

Dois-je m'indigner? Ou me faire une crisse de belle image mentale de la scène?


Non, moi je m'assois juste sur un visage après qu'on me l'aie demandé.


Pour vrai on n'a qu'à demander ?  j'ai très hâte de te revoir.

.
« Modifié: mars 05, 2014, 01:49:26 am par Temporel »

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #221 le: mars 05, 2014, 01:31:50 am »

Quelqu'un pour dénoncer ce genre d'humour ?  quelqu'un pour s'indigner de cette banalisation du facesitting ?

Je comprends très bien de quoi Simone veut parler et ce qu'elle nomme culture du viol.   Au final, j'en retiens quoi ?  la culture du viol c'est mal, il faut donc bannir cette culture, en commençant par s'indigner et dénoncer tous ses aspects, sinon ça veut dire qu'on y participe.  À première vue, ça peut paraître jouable, mais dans la liste que Simone a écrite, y a des points là-dedans où je me suis dit : ben voyons donc, sont folles !

Cinq gars qui se parlent en privé au sujet d'une autre personne peuvent ben penser et dire ce qu'ils veulent, c'est pas des affaires de personne d'autre.  Ce n'est pas supposé sortir de l'espace privé.  Se servir de ça contre eux n'est pas loyal de la part d'Anne-Marie Roy, car la discussion ne la concernait pas.   Ce n'est pas parce que quelqu'un parle de nous que ça nous concerne automatiquement.  Ce n'est pas comme si elle avait reçu des lettres anonymes ou subi un quelconque harcèlement public.

Sa réaction par rapport à ça est totalement disproportionnée.  Pis oui criss de folle, comme j'aurais dit criss de fou, comme dans virer fou, devenir fou.  Il n'y a qu'un seul coupable ici, et c'est la personne qui a rendu la discussion publique.  Cinq gars qui niaisent entre eux, aussi cons soient-ils, c'est juste cinq gars qui niaisent entre eux.  Là Anne-Marie Roy se sert de cet exemple car elle veut nous faire comprendre que c'est inacceptable et qu'il faut enrayer ce phénomène des gars qui parlent comme ça des filles quand ils sont entre eux.  Et aussi par ricochet enrayer le même phénomène chez les filles qui parlent comme ça entre elles des autres filles.  Elle veut changer les mentalités.  Elle veut détruire la culture du viol.  Et elle semble déterminée en plus.  Mais elle s'y prend bien mal en partant en salissant l'image publique de cinq gars qui ne lui avaient rien fait.

C'est bien beau s'abreuver l'esprit avec les études féministes, mais faut aussi être ouverte à autre chose.  L'être humain est infiniment trop complexe pour en être réduit à se faire analyser que sous la lorgnette du féminisme.


.
« Modifié: mars 05, 2014, 02:47:11 am par Temporel »

Hors ligne Cyberwing

  • Membre
  • Messages: 1113
    • RadioForum
La culture du viol
« Réponse #222 le: mars 05, 2014, 01:50:12 am »
Question à 100 piasses...

On appelle ça comment en français un facesitting ?

Un asseoiement du visage ?


Mademoiselle A, Lisa...?  :smiley9:
« Modifié: mars 05, 2014, 02:19:21 am par Cyberwing »

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #223 le: mars 05, 2014, 04:14:41 am »
Le fait que l'on menace l'auteure du texte de violence sexuelle pour des propos qui ne menacent l'intégrité de rien ni personne, et aussi le fait que vous soyez là à dire que, aille, c'est Internet et il s'en écrit des choses terribles sur Internet, c'est une forme de banalisation.


Une banalisation de quoi ? Du viol ? De la violence ?

Moi ce que je ne comprends pas c'est que dans l'exemple présent ce qui est répréhensible ou critiquable c'est la violence et la vulgarité dont fait part l'auteur de cette remarque. Le fait que ce soit des propos sexuels ou racistes pour moi n'apporte rien de plus, ce sont des propos violents, haineux, peut-être des menaces mais le fait qu'ils aient une orientation sexuelle ne change rien et n'apporte rien. Je n'aime pas l'aspect "viol" qui lui donnerait une gravité particulière par rapport à d'autres propos violent, comme si le fait qu'il s'agisse de propos liés au viol lui donnait une légitimité particulière, une gravité de plus, selon moi ça n'est pas plus grave que si le type s'adressait à un autre type et lui disait qu'il méritait d'être attaché et torturé. On n'a pas à se choquer parce que ces "menaces" on un aspect sexuel, ce qui est choquant ce sont les menaces tout court, pas le fait qu'elles aient un caractère sexuel. Les menaces ont le même but, choquer, menacer, faire peur éventuellement et le fait qu'il y ait une composante sexuelle ou raciste ne lui donne pas de gravité particulière par rapport à une autre menace. C'est ça que je reproche aux féministes mais aussi à d'autres groupes comme les lobbys homosexuels lors d'une menace homophobe par exemple. Quand on tient de tels propos on cherche à blesser la où ça fait mal si il s'agit d'un handicapé on va choisir l'optique handicap car ça fait plus mal, un homosexuel on va choisir l'optique homo, un type standard ça va être plus complexe mais on va se choquer plus parce qu'il y a une optique "viol" alors qu'on ne se choquera pas plus quand on on va chier sur un catholique pratiquant en disant par exemple qu'on veut "chier sur le cadavre de Jésus" (j'invente là). Moi je refuse de faire une exception ou des catégories spécifiques pour tel ou telle communauté car ici je ne voit que des propos vulgaires et violents, le fait qu'ils s'adressent à une femmes et donc orienté selon ce biais là ne lui donne ni plus de gravité ni moins que si ils s'adressaient à un homme ou un quidam. Il n'y a donc dans ce cas là pas de culture du viol pour moi mais une culture de la violence verbale, une violence qui n'a pas necessairement de sexe. Pour moi les insultes racistes, homophobes n'existent pas, il est inutile de rajouter "insultes sexistes" ça ne donnepas de légitimité supplémentaire c'est l'insulte qui est répréhensible pas l'adjectif qu'on veut bien mettre derrière.

Pourquoi se choquer d'avantage parce que ces menaces ces insultes ont un aspect "viol". te choquerais-tu de la même manière si il s'agissait de propos de torture par exemple ? Me dirais-tu qu'il y a une culture de la torture ?! Si tu me dis oui c'est donc que ce topic n'a pas de raison d'être parce que tu me rejoindras dans l'idée que c'est la violence qui te choque et pas sa composante sexuelle. Si tu me réponds non c'est que tu penses qu'il est plus grave de violer que de torturer.

Moi j'en ai assez de cette culture du féminisme qui cherche à créer une échelle de la violence dans laquelle mettre une main au fesse d'une femme serait plus grave que de foutre son poing sur la gueule d'un type. Il n'y a pas de culture du viol, il y a une violence latente qui se révèle sur internet parce que c'est un lieu de relative impunité et c'est bien qu'internet existe car on peut voir la société sans fare, sans faux semblant, les gens tels qu'ils sont et tel qu'ils pensent vraiment.

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #224 le: mars 05, 2014, 05:28:19 am »

Je me demande pourquoi les gars ont changé d'idée concernant la poursuite.  C'est très grave ce qu'Anne-Marie Roy a décidé de leur faire subir comme affront, surtout que c'est peut-être aussi juste pour faire parler d'elle et se faire un nom à leurs dépens.  Ensuite, quand on lit ça dans le journal  aujourd'hui, je commence à trouver qu'on va loin pas mal dans l'atteinte à la réputation :

Des leaders étudiants avaient démissionné de leur poste après la publication de propos sexuels dégradants qu'ils avaient tenus pendant une conversation privée sur la présidente de la fédération étudiante locale, Anne-Marie Roy.  Les jeunes en question avaient notamment évoqué la possibilité de la «punir» par des actes sexuels.

Évoqué la possibilité… rien de moins.  Hey, c'est grave ce qu'il fait Vincent Larouche, de laisser sous-entendre qu'ils étaient en train de parler de quelque chose qu'ils auraient pu faire pour vrai.

C'est ça que vous voulez comme société, vous ?  que des moralisateurs soient juges et contrôlent ce qu'on va se dire en privé et la façon dont on le dit ?   on va commencer à s'espionner pour se prendre chacun en défaut à la moindre pensée jugée immorale ou monstrueuse ?

Si c'est ça, c'est que vous êtes tous en train de devenir fous.
.
« Modifié: mars 05, 2014, 05:32:13 am par Temporel »

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #225 le: mars 05, 2014, 05:41:44 am »

Je me demande pourquoi les gars ont changé d'idée concernant la poursuite.  C'est très grave ce qu'Anne-Marie Roy a décidé de leur faire subir comme affront, surtout que c'est peut-être aussi juste pour faire parler d'elle et se faire un nom à leurs dépens.  Ensuite, quand on lit ça dans le journal  aujourd'hui, je commence à trouver qu'on va loin pas mal dans l'atteinte à la réputation :

Des leaders étudiants avaient démissionné de leur poste après la publication de propos sexuels dégradants qu'ils avaient tenus pendant une conversation privée sur la présidente de la fédération étudiante locale, Anne-Marie Roy.  Les jeunes en question avaient notamment évoqué la possibilité de la «punir» par des actes sexuels.

Évoqué la possibilité… rien de moins.  Hey, c'est grave ce qu'il fait Vincent Larouche, de laisser sous-entendre qu'ils étaient en train de parler de quelque chose qu'ils auraient pu faire pour vrai.

C'est ça que vous voulez comme société, vous ?  que des moralisateurs soient juges et contrôlent ce qu'on va se dire en privé et la façon dont on le dit ?   on va commencer à s'espionner pour se prendre chacun en défaut à la moindre pensée jugée immorale ou monstrueuse ?

Si c'est ça, c'est que vous êtes tous en train de devenir fous.
.

C'est un sujet complexe parce que ce n'est pas parce que des propos ont été exprimé en privé qu'ils ne sont pas condamnables je pense notemment en matière de terrorisme si on tient des propos de projets de terrorisme avec ses copains en privés on peut être condamné pour ça, préparer des actes terroristes ou des actes violents voir planifier un viol même si c'est en privé ça peut donner lieu à des poursuites.

Moi je pense que rapporter ou publier des propos privés sans le consentement des auteurs peut en effet être condamné car si on est pas de la police on est pas mandaté pour diffusé des photos ou des propos privés c'est une forme d'atteinte à la vie privée. En même temps lorsque des politiques s'exprime par exemple ils font souvent référence à des conversations qu'ils en eu en privé avec tel ou tel collègue et on ne va pas condamner ces gens là à chaque fois, sur la forme c'est un sujet complexe je pense d'un point de vu juridique.

Par contre plus largement je pense que tu as bien compris l'idée de cette dame, l'idée c'est de dire implicitement aux gens et aux jeunes en particulier que la police de la pensée est partout et qu'elle surveille même ce qu'ils peuvent se dire entre eux, le but ultime serait même de pouvoir surveiller la pensée des gens, c'est assez abominable.

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La culture du viol
« Réponse #226 le: mars 05, 2014, 05:48:25 am »


C'est un sujet complexe parce que ce n'est pas parce que des propos ont été exprimé en privé qu'ils ne sont pas condamnables je pense notemment en matière de terrorisme si on tient des propos de projets de terrorisme avec ses copains en privés on peut être condamné pour ça, préparer des actes terroristes ou des actes violents voir planifier un viol même si c'est en privé ça peut donner lieu à des poursuites.


Ben là on parle pas du tout de la même chose si tu parles de criminalité et de complot.

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #227 le: mars 05, 2014, 06:10:40 am »


C'est un sujet complexe parce que ce n'est pas parce que des propos ont été exprimé en privé qu'ils ne sont pas condamnables je pense notemment en matière de terrorisme si on tient des propos de projets de terrorisme avec ses copains en privés on peut être condamné pour ça, préparer des actes terroristes ou des actes violents voir planifier un viol même si c'est en privé ça peut donner lieu à des poursuites.


Ben là on parle pas du tout de la même chose si tu parles de criminalité et de complot.

Bin c'est ce à quoi semble faire référence l'article, une forme de complot pour punir sexuellement la personne non ? Après on ne sait pas et on ne saura probablement jamais ce qui s'est vraiment dit, ce ne sont que des oui dire tout ça.
« Modifié: mars 05, 2014, 08:52:52 am par Le Jam »

Hors ligne Simone

  • Membre
  • Messages: 6698
    • Presque végé !
La culture du viol
« Réponse #228 le: mars 05, 2014, 08:26:57 am »
Si je te dis quelque chose avec lequel tu es profondément en désaccord et que tu me dis que je suis mieux de me taire parce que tu es à moins deux minutes de me crisser un coup de pied au cul, je vais trouver que tu es agressif et que tu dépasses les bornes.

Mais à aucun moment il ne te viendrait à l'idée de me dire que je mérite d'être sodomisée et frappée sur la tête parce que quelque chose que je PENSE s'oppose à quelque chose que tu penses.

Le fait que l'on menace l'auteure du texte de violence sexuelle pour des propos qui ne menacent l'intégrité de rien ni personne, et aussi le fait que vous soyez là à dire que, aille, c'est Internet et il s'en écrit des choses terribles sur Internet, c'est une forme de banalisation.

Oui bien sur, c'est bien vrai.

Ce que les gens affirme je pense, c'Est que c'est banalisation est aussi vrai sinon plus pour d'autre forme de violences, racisme, sexisme, et pas mal tous les isme sur Internet.

J'ai compris cet argument, mais je pense que vous (les gens qui l'affirment?) mélangez deux choses:

- Le fait qu'Internet a peu à peu repoussé les limites du transgressif jusque dans le très très loin.

- Le fait que l'imaginaire de la violence sexuelle et des relations de pouvoir sexuées tend à être banalisé à un point où les discours sociaux en sont venus à les absorber et même à les diffuser tacitement.

Je pense que le premier reflète en partie le second, mais le problème va bien plus loin qu'Internet et il est bien plus généralisé que ça.

Je reviens au questionnement de Jay au tout début de ce fil: depuis quand est-ce que c'est devenu normal ou acceptable de dire qu'il faudrait "replacer" ou "corriger" une personne en la fourrant un bon coup? Sérieusement, WTF?
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Hors ligne Simone

  • Membre
  • Messages: 6698
    • Presque végé !
La culture du viol
« Réponse #229 le: mars 05, 2014, 08:28:18 am »
Mais en plus, je ne comprends pas pourquoi tu sembles être plus scandalisée par ce que je considère comme rien d'autre qu'un symptôme qu'au vrai mal dont il découle, soit la trop lente évolution des rapports homme-femme.

Je pense que j'aimerais beaucoup comprendre ce que tu veux dire par ça.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Hors ligne Wolfkiller

  • Membre
  • Messages: 10378
  • mi-homme, mi-cannabis
La culture du viol
« Réponse #230 le: mars 05, 2014, 08:33:34 am »

Je reviens au questionnement de Jay au tout début de ce fil: depuis quand est-ce que c'est devenu normal ou acceptable de dire qu'il faudrait "replacer" ou "corriger" une personne en la fourrant un bon coup?

J'dirais fin 2007, début 2008.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #231 le: mars 05, 2014, 08:42:58 am »
Mais en plus, je ne comprends pas pourquoi tu sembles être plus scandalisée par ce que je considère comme rien d'autre qu'un symptôme qu'au vrai mal dont il découle, soit la trop lente évolution des rapports homme-femme.

Je pense que j'aimerais beaucoup comprendre ce que tu veux dire par ça.

Pendant des centaines d'années, on a vécu dans un système patriarcal où l'homme détenait toutes les positions de pouvoir et que la femme jouait trop souvent un rôle de second plan.

En moins d'un siècle, on a complètement redéfini les rapports entre les deux sexes pendant que la femme s'est mise à prendre rapidement la place qui lui a toujours été due dans la société. Est-ce possible que ce changement rapide dans nos rôles mutuels subit quelques ratés à ses débuts?

Beaucoup de gens encore vivants aujourd'hui étaient présents à l'époque où la femme n'avait pas le droit de vote et que de "corriger" physiquement sa femme désobéissante n'était pas particulièrement mal vu ni considéré comme un acte criminel. On ne parlait pas de sexe en dehors de la chambre à coucher. La pornographie n'existait à peu près pas. Que tout le monde soit tout à fait à l'aise avec toutes ces nouvelles données serait la chose vraiment surprenante. Souhaitable, on s'entend là-dessus.

Et je le répète pour la millième fois: CES PROPOS SONT INACCEPTABLES, on est d'accord à 100%. Mais ils ne sont pas issus d'une "culture du viol", mais probablement d'une poignée de côlons en manque de sexe qui ont trop regardé de porn.
Le message ci-haut est une boutade.

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #232 le: mars 05, 2014, 08:46:53 am »

- Le fait qu'Internet a peu à peu repoussé les limites du transgressif jusque dans le très très loin.


Je ne pense pas qu'Internet ait repoussé les limites du transgressif, l'anonymat relatif dont bénéficie internet permet simplment une expression plus aisée. Ce qui est ou non transgressif n'a pas évoluer plus que ça à cause ou parcequ'il y a internet, c'est juste que ce discours transgressif est plus audible, plus libéré et moi je pense que c'est une bonne chose.


- Le fait que l'imaginaire de la violence sexuelle et des relations de pouvoir sexuées tend à être banalisé à un point où les discours sociaux en sont venus à les absorber et même à les diffuser tacitement.

Les relations sexuées saines sont très souvent des relations de pouvoir et de soumission, le sexe est très souvent un rapport de pouvoir, de dominant et dominé, je sais que ce discours sonne un peu bateau mais c'est vrai, les rôles peuvent parfois s'inverser mais le rapport de domination est classique dans un rapport sexuel et je ne vois pas en quoi qui doit avoir à porter un jugement sur la nature des rapports entre deux individus consentant, j'insiste consentant, le problème du viol c'est le non consentement d'un des deux protagoniste pas le rapport de force ou de domination. D'ailleurs je pense que c'est une erreur de penser que sous pretexte qu'il peut exister un rapport de domination dans l'acte sexuel de croire que ce rapport de domination va se répercuter dans l'ensemble des rapports de ce même couple. Je pense que le deal implicite du rapport sexuel est justement que cet aspect dominant/dominé peut se limiter uniquement au sexe et ne pas s'appliquer à l'intégralité des rapports au sein du couple.


Je reviens au questionnement de Jay au tout début de ce fil: depuis quand est-ce que c'est devenu normal ou acceptable de dire qu'il faudrait "replacer" ou "corriger" une personne en la fourrant un bon coup? Sérieusement, WTF?

Mais "acceptable" qu'est-ce que ce là implique de plus ou moins quand quelque chose est acceptable ou non, qu'est-ce que ça change ? Que peux-tu faire contre une personne qui aurait un discours que tu juges inacceptable ? Tu veux condamner cette personne pour son discours ? Légiférer pour que certains propos soient condamnés en raison de leur "inacceptabilité" ? Il n'y a pas assez de loi comme ça contre l'appel à la haine, la diffamation, la menace etc...

Moi je pense que quand un discours prononcé est jugé inacceptable dénonce-le, critique le, ignore le ! Que faire d'autre, baillonner la personne ne changera rien, elle ne sera qu'un peu plus clandestine et sa haine ou sa pensée n'en sera que plus grandissante.
« Modifié: mars 05, 2014, 08:49:07 am par Le Jam »

Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #233 le: mars 05, 2014, 08:47:47 am »
Je reviens au questionnement de Jay au tout début de ce fil: depuis quand est-ce que c'est devenu normal ou acceptable de dire qu'il faudrait "replacer" ou "corriger" une personne en la fourrant un bon coup? Sérieusement, WTF?

Jamais.


JAMAIS.

J'ai décidé de partir une discussion sur ce sujet avec comme phrase initiale: "c'est un sujet important et un problème majeur qui mérite son propre fil de discussion."

Puis, j'ai voulu ajouter mon point de vue sur le sujet en disant que notre compréhension du problème et de ses causes est peut-être à côté de la track.
Le message ci-haut est une boutade.

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #234 le: mars 05, 2014, 08:48:24 am »
Je ne veux pas que Simone poursuive sa route en direction du féminisme radical. Qu'on lui fasse un bon Tobogan ou un The Pirate pour la replacer avant qu'il ne soit trop tard.

Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #235 le: mars 05, 2014, 08:49:01 am »
Je ne veux pas que Simone poursuive sa route en direction du féminisme radical. Qu'on lui fasse un bon Tobogan ou un The Pirate pour la replacer avant qu'il ne soit trop tard.

Pontiak, tu es nono.
Le message ci-haut est une boutade.

Hors ligne sharl

  • Membre
  • Messages: 6121
La culture du viol
« Réponse #236 le: mars 05, 2014, 08:53:50 am »

Je reviens au questionnement de Jay au tout début de ce fil: depuis quand est-ce que c'est devenu normal ou acceptable de dire qu'il faudrait "replacer" ou "corriger" une personne en la fourrant un bon coup?

J'dirais fin 2007, début 2008.


Peut-être bien avant, faudrait que le relise les comédies d'Aristophane au temps de la Grèce antique et je crois que le héros des Rois maudits a voulu enculer sa vieille tante qui le privait de son héritage.

Puis, pourquoi aurait-on le droit de dire "maudit Christ" et insulter les croyants -- d'autant qu'il ne nous a rien fait.

Vous connaissez les Précieuses ridicules de Molière?

Il y a quelque chose qui tient de l'hystérie paranoïde dans cette campagne féministe d'une présumée "culture du viol"!  
« Modifié: mars 05, 2014, 09:00:17 am par sharl »

Hors ligne Simone

  • Membre
  • Messages: 6698
    • Presque végé !
La culture du viol
« Réponse #237 le: mars 05, 2014, 08:54:56 am »
Cinq gars qui se parlent en privé au sujet d'une autre personne peuvent ben penser et dire ce qu'ils veulent, c'est pas des affaires de personne d'autre.  Ce n'est pas supposé sortir de l'espace privé.  Se servir de ça contre eux n'est pas loyal de la part d'Anne-Marie Roy, car la discussion ne la concernait pas.   Ce n'est pas parce que quelqu'un parle de nous que ça nous concerne automatiquement.  Ce n'est pas comme si elle avait reçu des lettres anonymes ou subi un quelconque harcèlement public.

Sa réaction par rapport à ça est totalement disproportionnée.  Pis oui criss de folle, comme j'aurais dit criss de fou, comme dans virer fou, devenir fou.  Il n'y a qu'un seul coupable ici, et c'est la personne qui a rendu la discussion publique.  Cinq gars qui niaisent entre eux, aussi cons soient-ils, c'est juste cinq gars qui niaisent entre eux.

Tu choisis volontairement de simplifier l'enjeu en disant qu'il ne s'agit que d'une conversation privée.

Ce n'est pas seulement une conversation privée, c'est une conversation au cours de laquelle cinq personnes décrivent des actes sexuels et emploient une expression qui nie le consentement d'Anne-Marie Roy, le tout parce qu'elle a eu accès à une position de pouvoir et qu'ils en sont fâchés.

La lecture de la situation ne peut pas s'effectuer à l'extérieur de ce contexte, et tenter, pour minimiser l'enjeu dont il est question, de l'omettre ou pire, de renverser la situation en faisant des victimes des cinq personnes qui ont participé à la discussion, c'est vraiment démontrer à quel point il n'y a pas d'arguments pour soutenir que ce n'est pas grave.

Si c'était seulement cinq personnes qui déconnent entre elles, ce ne serait effectivement pas très grave.

Or, il y a bien plus que ça. Il y a tout un ensemble de facteurs qui font que cette conversation sort du domaine de l'humour, notamment le fait que la conversation émane de personnes déçues ou amères qui convoitaient la position qu'occupe Anne-Marie Roy présentement.

Là Anne-Marie Roy se sert de cet exemple car elle veut nous faire comprendre que c'est inacceptable et qu'il faut enrayer ce phénomène des gars qui parlent comme ça des filles quand ils sont entre eux.  Et aussi par ricochet enrayer le même phénomène chez les filles qui parlent comme ça entre elles des autres filles.  Elle veut changer les mentalités.  Elle veut détruire la culture du viol.  Et elle semble déterminée en plus.  Mais elle s'y prend bien mal en partant en salissant l'image publique de cinq gars qui ne lui avaient rien fait.

Sauf que c'est faux.

Anne-Marie Roy a seulement voulu dénoncer la misogynie et le machisme des propos de gens qui sont supposés représenter l'ensemble de la population étudiante, dont les femmes.

Les commentateurs ont parlé de culture du viol et dénoncent la culture du viol.

Elle-même n'a jamais employé ces mots, ou elle eu à les commenter après coup, quand ça c'est ramassé dans les médias, mais ce n'est pas son initiative.

Tu ne peux pas inventer des faits qui ne se sont pas passés pour donner du poids à ton opinion, c'est malhonnête (et ridicule).

Par ailleurs, je vois mal comment Anne-Marie Roy peut être accusée de salir l'image publique de gens dont les propos sont rapportés textuellement au moyen de captures d'écran. Si ces messieurs ne peuvent endosser leur propos pour le bien de leur image publique, ils auraient peut-être dû y réfléchir à deux fois avant de les formuler.

C'est bien beau s'abreuver l'esprit avec les études féministes, mais faut aussi être ouverte à autre chose.  L'être humain est infiniment trop complexe pour en être réduit à se faire analyser que sous la lorgnette du féminisme.

Tu dis ça juste pour me provoquer, alors jouons le jeu: c'est cave en maudit comme remarque.

1: C'est un enjeu issu des études féministes, c'est normal de l'analyser avec les outils dont on dispose pour le faire, soit les théories féministes.
2: Pour mieux expliquer le terme et l'enjeu qui en découle, j'ai puisé des définitions et des concepts issus de la sociologie (la définition de de culture, notamment) et des études culturelles (la notion de codage des discours dominants). Je pense que ça montre que mon analyse du monde ne se limite pas aux études féministes.
3: Fou comme chaque fois qu'une femme prend position au sujet d'un enjeu féministe, il devient impérieux de lui coller cette étiquette. Je ne t'ai pas entendu t'empresser de me dire que je faisais une lecture du monde déformée par la lorgnette féministe quand je disais que l'augmentation des frais de scolarité allait directement menacer l'accès aux études de plusieurs étudiants au statut précaire, notamment les femmes monoparentales.

Faque, quand je pense comme toi, je peux être féministe, pis le reste du temps, j'suis une criss de folle?

No shit.
« Modifié: mars 05, 2014, 09:56:42 am par Simone »
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #238 le: mars 05, 2014, 08:57:30 am »
Je reviens au questionnement de Jay au tout début de ce fil: depuis quand est-ce que c'est devenu normal ou acceptable de dire qu'il faudrait "replacer" ou "corriger" une personne en la fourrant un bon coup? Sérieusement, WTF?

Jamais.


JAMAIS.


Dans la vraie vie, avec de vrais propos et de vraies intentions, mon Dieu, épargnez celui qui osera.

Entendez vous ca vous, dans la vraie vie, des propos du genre, backés par de vraies intentions? J'parle d'intentions de punir, de faire taire, par le viol?

Je ne crois pas avoir déjà eu la chance d'en tolérer.

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La culture du viol
« Réponse #239 le: mars 05, 2014, 08:58:47 am »
Je ne veux pas que Simone poursuive sa route en direction du féminisme radical. Qu'on lui fasse un bon Tobogan ou un The Pirate pour la replacer avant qu'il ne soit trop tard.

Pontiak, tu es nono.

J'espère que tu vas me shortcaker pour me replacer.

Hors ligne Jay.

  • Membre
  • Messages: 8855
  • Fifille Victimisante
La culture du viol
« Réponse #240 le: mars 05, 2014, 08:59:19 am »
Je pense qu'on infère pas mal d'intentions  à cette fille alors que, la seule chose que je sais c'est qu'on lui a envoyé les photos et qu'elle ne les a pas gardé pour elle. Autant que je respecte beaucoup le principe de la vie de la vie privée, je la comprends d'avoir le goût de montrer aux autres à quel point ils sont caves.


J'étais de votre bord au début, mais c'est avec ça que je débarque.

Sur les milliers de commentaires haineux qu'on peut lire partout sur Internet chaque jour (parce que oui, des choses terribles existent sur Internet), mettant en vedette toutes sortes de crimes, je comprends encore mal pourquoi ceux concernant uniquement le viol font partie d'un phénomène plus spécifique que les autres.

Je pense que c'est surtout le fait d'analyser la société sous un angle en particulier et que dans le monde d'aujourd'hui c'est assez difficile d'exclure l'Internet vu que c'est entremêlé avec le reste. La game peut être différente, mais nos relations sociales passent aussi par le virtuel. En plus on  parle sur un forum, c'est dur de ne pas passer par des exemples qui se trouvent en ligne.

Et si on parle de toutes ces journalistes/éditorialistes/bloggeuses qui se ramassent plus souvent qu'autrement avec des commentaires qui parlent de violence sexuelle, je trouve ça facile de juste dire "bah, c'est l'Internet, hein!". Est-ce que ça commence juste à compter quand elles reçoivent des lettres ou des appels? Et le Nacho Libre, s'il publie la farce du chloroforme sur sa page Facebook, mais pas devant sa porte, est-ce que ça entre dans le "c'est comme ça que ça marche sur Internet"? (C'est pas dit agressivement, c'est le genre de questions qui m'intéressent)

 On parle de culture du viol, on regarde autour en pensant avec ces lunettes-là. Si on me dit qu'on vit aussi dans une société homophobe ou raciste, je ne dirai pas que c'est faux parce qu'on vit plutôt dans une culture du viol. Et c'est toujours sain de changer nos lunettes de temps en temps pour mieux comprendre le monde qui nous entoure et aussi retourner à un autre angle pour le réévaluer à la lumière des autres. Pour moi, réfléchir au concept de culture du viol ne soustrait pas les autres réalités. Dans le tas de toutes les choses affreuses qui se disent et qui se font, il y en a en lien avec le viol et si on veut réfléchir à cet aspect-là en particulier, il y a le concept de culture du viol. Et vu que les études féministes sont assez bien ancrée, c'est un concept qui a pu être réfléchi encore et encore.
« Modifié: mars 05, 2014, 09:22:29 am par Jay. »
J'avais une idée de signature géniale, mais je ne m'en rappelle plus.

Hors ligne Simone

  • Membre
  • Messages: 6698
    • Presque végé !
La culture du viol
« Réponse #241 le: mars 05, 2014, 08:59:31 am »
Mais en plus, je ne comprends pas pourquoi tu sembles être plus scandalisée par ce que je considère comme rien d'autre qu'un symptôme qu'au vrai mal dont il découle, soit la trop lente évolution des rapports homme-femme.

Je pense que j'aimerais beaucoup comprendre ce que tu veux dire par ça.

Pendant des centaines d'années, on a vécu dans un système patriarcal où l'homme détenait toutes les positions de pouvoir et que la femme jouait trop souvent un rôle de second plan.

En moins d'un siècle, on a complètement redéfini les rapports entre les deux sexes pendant que la femme s'est mise à prendre rapidement la place qui lui a toujours été due dans la société. Est-ce possible que ce changement rapide dans nos rôles mutuels subit quelques ratés à ses débuts?

Beaucoup de gens encore vivants aujourd'hui étaient présents à l'époque où la femme n'avait pas le droit de vote et que de "corriger" physiquement sa femme désobéissante n'était pas particulièrement mal vu ni considéré comme un acte criminel. On ne parlait pas de sexe en dehors de la chambre à coucher. La pornographie n'existait à peu près pas. Que tout le monde soit tout à fait à l'aise avec toutes ces nouvelles données serait la chose vraiment surprenante. Souhaitable, on s'entend là-dessus.

Et je le répète pour la millième fois: CES PROPOS SONT INACCEPTABLES, on est d'accord à 100%. Mais ils ne sont pas issus d'une "culture du viol", mais probablement d'une poignée de côlons en manque de sexe qui ont trop regardé de porn.

Ok, alors là, on parle quand même de quelque chose qui me préoccupe aussi, et il me semble avoir souvent tenu un discours vaguement masculiniste: je pense que les hommes ont perdu au change dans l'évolution de la société et je dénonce certaines institutions qui semblent nier complètement leurs besoins (genre, le système scolaire basé sur des études de marde de Piaget). Bref: je suis d'accord.

Mais tu dis "beaucoup de gens étaient présents quand les femmes avaient moins de place/de pouvoir dans la société, c'est donc normal que tous ne soient pas à l'aise avec ça". C'est peut-être vrai. Mais les manifestations les plus patentes de la culture du viol émane des jeunes.

Comment peux-tu expliquer ça?
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Richard Enfer

  • Invité
La culture du viol
« Réponse #242 le: mars 05, 2014, 09:04:24 am »

Je reviens au questionnement de Jay au tout début de ce fil: depuis quand est-ce que c'est devenu normal ou acceptable de dire qu'il faudrait "replacer" ou "corriger" une personne en la fourrant un bon coup?

J'dirais fin 2007, début 2008.


Peut-être bien avant, faudrait que le relise les comédies d'Aristophane au temps de la Grèce antique et je crois que le héros des Rois maudits a voulu enculer sa vieille tante qui le privait de son héritage.

Puis, pourquoi aurait-on le droit de dire "maudit Christ" et insulter les croyants -- d'autant qu'il ne nous a rien fait.

Vous connaissez les Précieuses ridicules de Molière?

Il y a quelque chose qui tient de l'hystérie paranoïde dans cette campagne féministe d'une présumée "culture du viol"! De toute façon, qui voudrait enculer de maudites folles,,,


Prenons 5 forumeux lambdas dans un fil qui parlent de toi et disent, le petit cave à Sharl, on va y crisser une baguette de billard dans le cul et s'il aime ça on sort la bouteille de vin, on y enfonce pis on la casse... Tu vas crier Au viol, te connaissant. Réfléchis, câlisse et arrête de faire ton culturé avec des références sans rapport...

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #243 le: mars 05, 2014, 09:05:31 am »

Ce n'est pas seulement une conversation privée, c'est une conversation au cours de laquelle cinq personnes décrivent des actes sexuels et emploient une expression qui nie le consentement d'Anne-Marie Roy, le tout parce qu'elle a eu accès à une position de pouvoir et qu'ils en sont fâchés.

Et alors sur le fond il n'a pas tout à fait tors, il a peut-être juste voulu partager avec ses potes son fantasme dedomination sexuelle sur cette femme qu'il deteste, fantasme puéril, ridicule, inquétant mais c'est son fantasme, laisse-lui son fantasme.


Par ailleurs, je vois mal comment Anne-Marie Roy peut être accusée de salir l'image publique de gens dont les propos sont rapportés textuellement au moyen de captures d'écran. Si ces messieurs ne peuvent endosser leur propos pour le bien de leur image publique, ils auraient peut-être dû y réfléchir à deux fois avant de les formuler.

C'est un peu dur, c'est le droit à la vie privée qui est en jeu, je n'ai pas forcément envie d'afficher publiquement toutes mes pensées et toutes mes opinions peut-être simplment parce que mes opinions étant tellement nouvelles et révolutionnaire que la société n'est pas prête à les entendre et parce que j'ai peur d'être exclu de la société à cause de mes opinions. Il y a des limites à la transparence non ? Par ailleurs un discours émis en privé et entre personnes qui se connaissent s'adresse à des interlocuteurs définis, ce discours n'a pas pour vocation d'être universel, il peut se passer de certains détails compris implictement par les interlocuteurs. Cet argument est malhonnéte et tu le sais.
« Modifié: mars 05, 2014, 09:35:01 am par Le Jam »

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #244 le: mars 05, 2014, 09:08:32 am »

Je reviens au questionnement de Jay au tout début de ce fil: depuis quand est-ce que c'est devenu normal ou acceptable de dire qu'il faudrait "replacer" ou "corriger" une personne en la fourrant un bon coup?

J'dirais fin 2007, début 2008.


Peut-être bien avant, faudrait que le relise les comédies d'Aristophane au temps de la Grèce antique et je crois que le héros des Rois maudits a voulu enculer sa vieille tante qui le privait de son héritage.

Puis, pourquoi aurait-on le droit de dire "maudit Christ" et insulter les croyants -- d'autant qu'il ne nous a rien fait.

Vous connaissez les Précieuses ridicules de Molière?

Il y a quelque chose qui tient de l'hystérie paranoïde dans cette campagne féministe d'une présumée "culture du viol"! De toute façon, qui voudrait enculer de maudites folles,,,


Prenons 5 forumeux lambdas dans un fil qui parlent de toi et disent, le petit cave à Sharl, on va y crisser une baguette de billard dans le cul et s'il aime ça on sort la bouteille de vin, on y enfonce pis on la casse... Tu vas crier Au viol, te connaissant. Réfléchis, câlisse et arrête de faire ton culturé avec des références sans rapport...

Moi je vais me dire que ce gars là à une façon de m'insulter assez créative.

Hors ligne sharl

  • Membre
  • Messages: 6121
La culture du viol
« Réponse #245 le: mars 05, 2014, 09:10:38 am »
Si tu savais tout ce qu'on a pu dire sur moi et j'en ai bien ri, sachant placer les choses dans leur juste perspective.

Et toute cette histoire de "culture du viol" serait du délire hystérique, si ce n'était d'abord de la malhonnête intellectuelle distillée et instrumentalisée par des féministes émasculatrices qui se cherchent une raison d'être!

« Modifié: mars 05, 2014, 09:15:58 am par sharl »

Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #246 le: mars 05, 2014, 09:24:45 am »
Or, il y a bien plus que ça. Il y a tout un ensemble de facteurs qui font que cette conversation sort du domaine de l'humour, notamment le fait que la conversation émane de personnes déçues ou amères qui convoitaient la position qu'occupe Anne-Marie Roy présentement.

Il m'est déjà arrivé après que quelqu'un m'ait fait quelque chose de particulièrement déplaisant comme me couper en voiture à l'entrée d'un pont quand je suis en retard, me prendre la place que j'attendais dans un stationnement ou m'avoir offert un mauvais service dans un restaurant de prononcer la phrase: "Normalement, je serais contre la peine de mort, mais dans ce cas-ci, je ferais exception". Je peux t'assurer que j'étais réellement en crisse contre la personne en question, VRAIMENT en crisse, mais que je n'avais nullement la réelle intention d'entamer un procès contre elle pour m'assurer qu'elle finisse sur la chaise électrique.

Avant hier, je ne savais pas ce qu'est un "donkey punch". Je n'aurais pas pu souhaiter ça à personne, car cela ne fait pas partie de mon imaginaire. En fait, je suis une des seules personnes sur terre qui ne consomme pas vraiment de pornographie sur le net, je ne fréquente pas Urban Dictionary et je ne suis pas au courant de ce genre d'expression vulgaire.

Mais quand je sors d'un film comme Mission: Impossible avec des amis, je joue à l'espion dans les rues avec eux en me cachant contre les vitrines des boutiques et en parlant en code. Quand je suis allé voir le premier Spider-Man, je me rappelle qu'on faisait semblant de lancer des filets d'araignée avec nos poignets et de sauver la ville de dangereux super-vilains.

Tu vas dire que mes métaphores sont boiteuses, mais c'est parce que tu ne réussis pas à penser comme un homme immature. Le gars qui parle de "donkey punch" vient probablement de voir ça dans un vidéo internet et l'utilise pour exprimer de façon hyperbolique sa frustration. Je ne franchirais pas cette limite de mauvais goût personnellement et je trouve que ceux qui le font sont des imbéciles. Mais je vois facilement le lien entre les comportements que j'ai décrits plus haut dans ce message et ceux de ces losers.
Le message ci-haut est une boutade.

Hors ligne M. Bonheur

  • Membre
  • Messages: 13880
  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La culture du viol
« Réponse #247 le: mars 05, 2014, 09:27:33 am »
Mais tu dis "beaucoup de gens étaient présents quand les femmes avaient moins de place/de pouvoir dans la société, c'est donc normal que tous ne soient pas à l'aise avec ça". C'est peut-être vrai. Mais les manifestations les plus patentes de la culture du viol émane des jeunes.

Comment peux-tu expliquer ça?

Précisément parce qu'ils n'ont pas de perspective historique, n'ont pas connu l'époque précédente pré-féminisme et n'ont pas eu de modèles clairs pour les guider sur la bonne manière de se comporter en société et adopter des comportements sociaux sains.
Le message ci-haut est une boutade.

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9197
La culture du viol
« Réponse #248 le: mars 05, 2014, 09:29:43 am »
Et si on parle de toutes ces journalistes/éditorialistes/bloggeuses qui se ramassent plus souvent qu'autrement avec des commentaires qui parlent de violence sexuelle, je trouve ça facile de juste dire "bah, c'est l'Internet, hein!". Est-ce que ça commence juste à compter quand elle reçoit des lettres ou des appels?

Mais si les propos sont inacceptable d'un point de vu de ce que prévoit la loi, il peuvent être condamnés, pas besoin que ces propos se rapportent au viol pour celà, ça ne se limite pas et ne doit pas se limiter à la question du viol. Le sujet que tu abordes dépasse très largement la question de "culture du viol" c'est la question du harcellement notemment et de l'intimidation, il me semble que le sujet n'est pas nouveau qu'il y a déjà eu des affaires et certainement des condamnations chez vous au Canada. L'intimidation, le harcelement sont répréhensibles quand ils sont avérés, ils sont condamnés parfois et je ne vois pas ce que la culture du viol ait à faire là dedans.

J'ai l'impression au contraire que le viol était une question tabou autrefois, on conseillait aux femmes violées de se taire, de cacher leur viol, maintenant elles le dénoncent, elles portent plaintes et c'est bin. ça donne plus de visibilité aux affaire ça donne peut-être l'illusion qu'il y a plus de violqu'autre fois mais pas necessairement, c'est peut-être simplement qu'on en parle plus.

Personnellement je ne sais pas du tout si il y a plus de viols aujourd'hui qu'il y a 50 ou 100 ans, c'est tout à fait possible mais il me semble très difficile de le démontrer car si l'on fait des statistiques sur le sujet on mesurera le nombre de plaintes, le nombres d'affaires, le nombre de condamnations qui sont certainement en augmentations mais qui ne reflète pas strictement la réalité des faits, je pense d'ailleurs qu'il y a de nombreux viols qui restent encore impunis ou confidentiels mais les hommes savent très bien ce qu'ils encourent en cas de viol plus qu'avant en tout cas.

D'autre part et il ne faut pas le négliger il y a aussi des femmes qui utilisent le viol pour se venger en faisant de fausses déclarations de fausses accusation car souvent dans le viol on fait fasse à la parole contre parole, le consentement ou non étant très difficile à démontrer le doute bénéficie je pense souvent à la victime présumée.

En ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15468
La culture du viol
« Réponse #249 le: mars 05, 2014, 09:36:49 am »


J'ai appris une nouvelle expression aujourd'hui: "donkey punch".

Sharl, c'est cute quand tu sors de chez vous de temps en temps.

Je n'avais jamais entendu parler du Donkey punch non plus. Ça ne manquait pas à ma culture. Et tu trouves ça drôle Snookey? Le nom du gars , ce genre d'humour?

eh boy..

Le billet de Murphy Cooper dans le Nightlife cette semaine :

Le Détesteur: culture du viol, des mots qui rendent agressif

Je trouvais ça à propos.


Vraiment. C'est intéressant de voir le réflexe des gars, de dire à l'unisson que c'est pas vrai qu'une couple de féministes vont leur couper la graine quand on aborde ce genre de sujet.