Auteur Sujet: La culture du viol  (Lu 343153 fois)

Hors ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9196
La culture du viol
« Réponse #7100 le: septembre 30, 2018, 11:52:02 am »

C'est la que tu rajoutes un manque de nuance volontaire.


MadChuck c'est pas que je fais preuve de manque de "nuance volontaire", c'est que j'essaie de de développer une idée, une synthèse d'un changement de société, et quand on s'essaie à cet exercice on nous oppose souvent l'argument "tu généralises", "tu caricatures" ou "tu manques de nuance", oui je manque de nuance, oui c'est volontaire et je n'ai pas forcément tort pour autant. Je généralise, je décrit un changement de vision, d'attitude et je prends un exemple (peut être pas le meilleur) pour décrire ce phénomène, je parts d'un cas particulier pour décrire une généralité, ce genre d'exercice à évidemment des limites, des limites liées au fait qu'il s'agit d'un cas particulier, ça ne veut pas dire pour autant que ma généralisation soit fausse.

Et mon point c'est que certaines personnes qui se positionne aujourd'hui comme victimes auraient été jugées comme des ambitieuses autrefois, et mon point est qu'autrefois ce jugement aurait manqué de nuance, autant qu'on manque de nuance aujourd'hui pour les cataloguer un peu trop rapidement selon moi dans le camp des victimes.

La vidéo que tu me proposes illustres justement exactement mon point de vu sur l'approche que l'on a, si Weinstein se comporte mal c'est à dire abuse clairement de son pouvoir et fait preuve de harcellement dans la vidéo, le comportement de la femme n'est pas clair non plus me semble-t-il, elle ne le repousse pas franchement et accepte même d'ailleur prendre un café avec lui.

"il met ta carrière en jeux, un mauvais mot de sa part pouvant être extrêmement dommageable. C'est pas comme s'il te laisse le temps de calculer si tu veux par ambition coucher avec ou non et ce n'est pas non plus si les conséquences de dire non est uniquement de perdre les contrats avec lui, il avait la réputation de barré les gens de l'industrie en général."

Clairement c'est un sale type et clairement il était connu comme tel. Que pouvait faire cette femme à ce moment là ?

Accepter ses avances ou les refuser. C'est un choix difficile, ma carrière ou la liberté de disposer de mon corps ? Elle a manifestement décidé de mettre sa carrière au premier plan connaissant le personnage et ayant identifié la situation, je ne suis pas là pour la juger, la situation était difficile et compliquée pour autant elle a fait ce choix.

Après il y a un autre problème très grave mais qui pour moi est distinct de l'autre, le fait que ce type est pu continner sans rencontrer de problèmes à se comporter comme cela pendant des années sans être inquiété, ça c'est un gros souci et c'est là que le mouvement de dénonciation metoo a été positif, Stop à l'impunité !

Pour autant ça ne change pas le fait que le dame dans la vidéo s'est sciemment selon moi laissé embarquer dans le jeu malsain du type, ça n'est en rien une circonstance atténuante pour lui, ça ne lui autorise en rien à agir comme il le fait et encore moins ne l'autorise à la violer, mais je me dit que le victimes on une responsabilité aussi, si elle réagissaient et barraient toutes quand il a dépasser les bornes il aurait été contraint à changer.

Je trouve qu'on est dans un schéma psychologique assez semblable à l'expérience de Milgram, dans lequel on se laisse par petite étape embarquer dans une situation qu'on ne souhaitait pas. Est-ce que les expériencés dans Milgram sont responsable de leurs actes ou non ?

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25745
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #7101 le: septembre 30, 2018, 15:06:47 pm »
Dans certains scénario ou les taux d'obéissance vont au delà de 65% ça devient dure de parler de responsabilité, on est juste une machine contrôlable avec certains input qui provoqueront quasi systématiquement les mêmes actions. Tu parles de décisions comme si elle avait pu décider calmement a l'écrit cocher ici pour perdre votre carrière, ici pour vous faire tripoter, choisir et décider requière une certaine liberté de choix et de temps, libre d'une manipulation (comme ton exemple de Milgram).

Elle accepte en rendez vous pour prendre un café dans un lieu public a la place d'être dans une pièce avec la porte barré. Dans sa tête aller prendre un café au resto de l'hôtel c'est relativement sécuritaire bien plus que la situation actuelle, c'était une technique qu'il avait pour rassurer les gens, rendez vous en public qui une fois sur place changeait en privé.