Auteur Sujet: Moyen de pression étudiant  (Lu 682708 fois)

Hors ligne Dogma

  • Membre
  • Messages: 7775
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7250 le: février 26, 2015, 06:55:43 am »
Ils ont toutes les qualités pour travailler à la ville de Montréal ou pour le SPCUM...

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7251 le: février 26, 2015, 10:59:04 am »
http://www.journaldemontreal.com/2015/02/25/lextreme-gauche-haineuse

Ils vivent dans un univers parallèle, qui est celui de la révolution à venir, et se voient comme les soldats du Bien contre le Mal. Le Bien, c’est l’anticapitalisme, le néomarxisme, l’écologie profonde, le féminisme radical et autres variétés doctrinales connues. Le mal, c’est ce qui, d’une manière ou d’une autre, ne se soumet pas à leur vision des choses. Ils l’appellent «la droite».

Et la démocratie ?

Et bien évidemment, le Bien ne débat pas avec le Mal. Il le pourchasse, il le dénonce, il monte contre lui des barricades. Il est en croisade. Pourtant, la démocratie présuppose une diversité de perspectives possibles. Elle relativise les absolus et permet ainsi à des adversaires de discuter raisonnablement, sans s’enfermer dans leurs dogmes respectifs. Ceux qui sont illuminés par leur doctrine comme ils le seraient par une révélation divine ne sont pas faits pour la démocratie.


Ça ressemble beaucoup à se que l'on peut voir dans Indoctrine U:


Ou encore ce qui est arrivé à Ian Lafrenière:
http://www.985fm.ca/lecteur/audio/proces-de-jennifer-pawluck-pour-harcelement-crimin-261147.mp3
« Modifié: février 26, 2015, 11:59:18 am par MadChuck »

Hors ligne El Kabong

  • Membre
  • Messages: 5090
  • Données erronées, résultats significatifs.
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7252 le: février 26, 2015, 19:14:06 pm »
Les Rois enfants. Belle série du JdM.


http://www.journaldemontreal.com/2015/02/24/intimidation-harcelement-et-saccage-a-luqam

http://www.journaldemontreal.com/2015/02/25/uqam--universite-ou-champ-de-bataille

http://www.journaldemontreal.com/2015/02/25/climat-de-peur-entre-les-murs-de-luqam  (supers images, a voir! La destruction de nos biens publics en dit long sur le mépris qu'ils ont du payeur d'impôt et de tout ce système qui leur graisse le cul. )

http://www.journaldemontreal.com/2015/02/25/lextreme-gauche-haineuse

Dans ton torchon extrémiss, ils disent-tu que PKP est un enfant-roi?

Mensonge par omission.
Z

Hors ligne El Kabong

  • Membre
  • Messages: 5090
  • Données erronées, résultats significatifs.
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7253 le: février 26, 2015, 19:18:12 pm »
Ils ont toutes les qualités pour travailler à la ville de Montréal ou pour le SPCUM...
Dogma!!! 
Tu scandalise la bienséance!
 :smiley9:
Pour devenir une #728, il faut de bons contacts, comme avoir un père "cheuf" de police.
Et puis comme #728 est nulle à chier dans ses examens d'admission, son père n'a qu'à téléphoner au "super-cheuf" Duchesneau pour qu'il donne le coup de pouce nécessaire à l'engagement de cette pauvre handicapée de bonne famille qui a besoin d'un travail facile et payant.

C'est comme ça que ça se passe.  Et je défie quiconque de contredire cette version des faits.

 :smiley32:
Z

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7254 le: mars 10, 2015, 13:46:15 pm »
Publié le 10 mars 2015 à 07h46 | Mis à jour à 09h04


Collège Édouard-Montpetit: une assemblée générale tourne à l'affrontement

Le Collège Édouard-Montpetit.... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)


Gabrielle Duchaine
La Presse



Alors que plane la menace d'un deuxième printemps érable, les tensions sont vives dans certaines associations étudiantes. La semaine dernière, une assemblée générale a fini en véritable affrontement au Collège Édouard-Montpetit, à Longueuil, ce qui a forcé l'intervention des agents de sécurité; un élève a même dû se rendre à l'infirmerie.
 

Des élèves du plus grand cégep francophone de la province tentaient de faire changer les règles entourant les votes de grève pour faire de leur association la première au Québec à les tenir de manière électronique.

L'assemblée a été si houleuse qu'elle a dû être levée avant que les quelque 400 jeunes présents puissent se prononcer sur la question, ce qui a provoqué la colère de plusieurs. La situation a vite dégénéré en séance de brasse-camarade.

Des élèves auraient d'abord tenté de s'en prendre physiquement au président d'assemblée, puis des élèves des deux camps s'en sont pris les uns aux autres. «Ils se sont poussés. Il y a des gens qui se sont envoyé promener, mais il n'y a pas eu de coups», a assuré le porte-parole de l'association étudiante, Jancarlo Lapa.


Un employé du cégep s'est alors interposé. Les agents de sécurité ont été appelés au cas où la situation aurait dégénéré. Un élève qui était sur la ligne de front a fait une crise de panique. Il a dû être transporté à l'infirmerie.

Changer les règles du vote

«Il y avait beaucoup de tension», a confié Maxime Berthiaume, qui est à l'origine de la proposition sur le mode de scrutin électronique en cas de grève.

C'est pour que le processus soit «plus démocratique» et que «tout le monde puisse voter» que le jeune homme a fait cette proposition après avoir déposé une pétition à ce sujet à la direction de son association étudiante.

«Actuellement, ceux qui travaillent ou qui ont un empêchement perdent leur droit de vote. Pendant la dernière grève, j'allais aux assemblées et je trouvais ça fou que 500 personnes décident pour tous les autres étudiants sur un sujet aussi important.»

Une idée qui séduit la direction de l'établissement. «Plus d'étudiants peuvent s'exprimer, mieux c'est», dit le directeur des communications Alain Legault, qui assure que l'établissement est prêt à accommoder les élèves en leur fournissant l'outil informatique s'ils choisissent d'aller de l'avant.

«Et le fait qu'il y ait eu 400 personnes présentes à l'assemblée montre qu'ils sont préoccupés par la question.»

Pour faire passer sa proposition, Maxime Berthiaume avait récolté beaucoup d'appuis. Ceux en faveur d'un changement aux règles étaient nombreux lors de l'assemblée. Certains vivaient leur première expérience de démocratie étudiante; d'autres y étaient parce qu'ils ne veulent surtout pas revivre une nouvelle grève.

Conflits et tensions

Selon M. Berthiaume, les opposants à son projet ont fait exprès pour ralentir le déroulement de la rencontre, en multipliant les procédures pour «écoeurer le monde» afin que les élèves n'aient pas le temps de se prononcer.

Selon Jancarlo Lapa, c'est plutôt un manque d'expérience du président d'assemblée, combiné à la présence de nombreux néophytes, qui a ralenti les choses.

Quoi qu'il en soit, lorsque ceux qui étaient venus dans le seul but de faire changer le mode de votation se sont rendu compte qu'ils n'auraient ironiquement pas le temps de voter, la colère a éclaté.

«Ce qui s'est passé, on n'en veut plus», tranche M. Lapa. L'association étudiante a publié sur sa page Facebook une longue lettre d'excuses, condamnant du même coup les actes de violence. Elle offrira des ateliers de formation pour expliquer les règles de l'assemblée générale. «Parce que c'est fâchant d'assister et de ne pas savoir comment ça marche.»

Un comité a aussi été mis sur pied pour étudier la proposition de Maxime Berthiaume. Si jamais elle est acceptée, le cégep deviendrait vraisemblablement le premier à fonctionner avec un mode de scrutin électronique plutôt qu'à main levée. «C'est dur de faire bouger les choses. On a l'impression qu'ils ne veulent pas de changement.»

D'ailleurs, les tensions restent vives. Une manifestation est organisée ce matin devant les locaux de l'association étudiante pour«défendre le droit à la démocratie».

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7255 le: mars 10, 2015, 13:50:03 pm »
Belle gang de pourris des assos étudiantes qui font exprès d'étirer les procédures et d'écoeurer les étudiants ordinaires. Encore une fois. Et après ça va venir s'autoproclamer représentant de la jeunesse, ça va chialer que le gouvernement est anti-démocratique, etc. Ils la veulent leur grève, et ils font tout pour l'avoir, mais la vaste majorité de ceux qu'ils prétendent représenter n'en veut pas.

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7256 le: mars 10, 2015, 14:05:35 pm »
Pas vouloir laisser le monde voter sur comment voter ça devient pas mal le summon de l'anti démocratie.

Hors ligne Jay.

  • Membre
  • Messages: 8835
  • Fifille Victimisante
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7257 le: mars 10, 2015, 14:41:29 pm »
On en a parlé de long en large en 2012, c'est pas si facile que ça d'implanter le vote électronique.

On peut pas voter électroniquement au municipal, au provincial et au fédéral non plus.

Personne de nous n'était à cette assemblée, mais
1) souvent, c'est pas tant les représentants des associations étudiantes qui bloquent et rallongent que tous ceux qui veulent parler (ou souvent, s'écouter parler)

2) les codes pour le fonctionnement des assemblées, comme le code Morin, rendent souvent les procédures longues et difficiles à comprendre par bout.

Additionner 1+2 avec 400 personnes, ça peut donner quelque chose comme ça: trop long pour venir à bout de l'agenda. Particulièrement dans le cas de vote de grève ou autres gros votes comme changer le mode de votation pour le cégep au complet pour cette fois-ci ou pour tous les prochains votes ou votes de grève à venir.

Je ne dis pas qu'il y a personne de mal intentionné dans le lot. Juste qu'une assemblée C'EST long, plate, compliqué, frustrant, épuisant et le vote électronique implique beaucoup de considérations au niveau de la sécurité, des structures disponibles, de l'aide du cégep pour fournir l'outil sur le portail, sur la perte de participation et d'espace de discussion pour discuter des questions sur lesquelles voter et les modalités.
J'avais une idée de signature géniale, mais je ne m'en rappelle plus.

Hors ligne plsavaria

  • Membre
  • Messages: 4022
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7258 le: mars 10, 2015, 14:45:38 pm »
On en a parlé de long en large en 2012, c'est pas si facile que ça d'implanter le vote électronique.


Je suppose qu'il y a quand même quelques cégépiens qui ont des liens de tissés avec les organisations politiques provinciales majeures, qui utilisent le vote électronique (du moins, c'était le cas pour la course à la chefferie du PQ y'a 10 ans). Ils pourraient leur demander leurs procédures.

Côté code Morin et mauvaise foi, je me souviens qu'après avoir ouvert un débat sur les modalités d'une grève (l'assemblée portait sur la participation de l'asso à une grève générale, à mandat déterminé de 3 jours, ou à mandat indéterminé reconductible aux 3 jours), c'était rendu à ''débattre'' (+vote)si l'asso était pour fournir nourriture aux gréviste.
Puis ce qui serait servi. Puis de quel type de pâtes. Puis de quel type de sauce. Et des assaisonnements. Environ 15 minutes juste sur ça.

200 personnes présentes dont 95%+ voulant juste voter pour ou contre la grève et partir...
« Modifié: mars 10, 2015, 14:51:12 pm par plsavaria »

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7259 le: mars 10, 2015, 14:46:58 pm »
On en a parlé de long en large en 2012, c'est pas si facile que ça d'implanter le vote électronique.

Un vrai bon système, c'est pas facile.

Accepter des votes par e-mail (en acceptant seulement les emails venant de leur compte étudiant qui sont dans un mailing list), avec un simple texte = oui / non, c'est assez simple non ?

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7260 le: mars 10, 2015, 14:55:08 pm »
Sans avoir un vote électronique, un bureau de vote ouvert pendant mettons 2 ou 3 jours, où on compile les votes des étudiants sur une question x, me semble que ça serait assez simple. Les AG pourrait quand même servir pour débattre. Mais le monde resterait pas des heures pour rien juste pour voter si ça leur tentent pas ou ne peuvent pas.


Mais même à ça là, c'est juste incroyable tout le pouvoir que peut avoir une asso étudiante. C'est inconcevable et ça n'a pas vraiment de légitimité.   

Hors ligne Jay.

  • Membre
  • Messages: 8835
  • Fifille Victimisante
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7261 le: mars 10, 2015, 15:09:13 pm »
On en a parlé de long en large en 2012, c'est pas si facile que ça d'implanter le vote électronique.

Un vrai bon système, c'est pas facile.

Accepter des votes par e-mail (en acceptant seulement les emails venant de leur compte étudiant qui sont dans un mailing list), avec un simple texte = oui / non, c'est assez simple non ?

Ca me semble être une solution pas pire. Je me souviens qu'elle avait été écartée pour une raison qui avait de l'allure, mais je ne me souviens pas quoi.

Citation de: Evergreen
Sans avoir un vote électronique, un bureau de vote ouvert pendant mettons 2 ou 3 jours, où on compile les votes des étudiants sur une question x, me semble que ça serait assez simple. Les AG pourrait quand même servir pour débattre. Mais le monde resterait pas des heures pour rien juste pour voter si ça leur tentent pas ou ne peuvent pas.


Mais même à ça là, c'est juste incroyable tout le pouvoir que peut avoir une asso étudiante. C'est inconcevable et ça n'a pas vraiment de légitimité. 

Ca je te l'accorde. C'est un bon moyen de fonctionnement à l'échelle d'un cégep (le faire pour un département ça peut être plus de trouble, d'avoir des personnes disponibles pour remplir ces heures d'ouverture, c'est faisable, mais mettons que les gens qui veulent ce genre de moyens sont rarement ceux qui se proposent pour aider pour mettre en branle leurs demandes. En 2012 on se faisait chialer après par les programmes de certificat de soir qui disaient ne pas pouvoir être là le jour. On a fait le vote suivant de reconduction le soir et ils étaient maximum 3 ou 4 à s'être déplacé).

Le noeud, c'est de voter sur la question. En assemblée, avec les discussions, les amendements, et ci et ça, on peut plus souvent arriver à trouver une question qui convient au plus grand nombre d'étudiants possible. Et il faut être assez de personnes pour avoir le quorum et pouvoir voter sur la question. En dehors des votes important comme des votes de grèves, il y a fuckall qui se présentent. Appelle un vote important, là on manque de place. Met la possibilité qu'au pire on va voter dans les jours qui suivent, il n'y aura pas un chat.

Et juste pour rappeler, le pouvoir de l'association étudiante reste dans les mains de ceux qui participent aux assemblées. Pas au président, au secrétaire ou autre. Ceux qui sont assis dans la salle, qui parlent et qui votent. Je ne sais pas ce qu'il faudrait enlever comme pouvoir ni entre les mains de qui il faudrait le mettre en échange.
J'avais une idée de signature géniale, mais je ne m'en rappelle plus.

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7262 le: mars 10, 2015, 15:24:52 pm »
Non mais je veux dire, tu t'inscris dans un programme x pendant 3-4 ans parce que c'est ce que tu souhaites faire dans ta vie. Tu sacrifies ces années de salaire sur les bancs d'école. Tu sacrifies des milliers d'heures pour tes cours, études et travaux. En quoi une asso devrait avoir du pouvoir et des droits sur ça ? En quoi ça les regarde ? Et même en quoi, toi l'étudiant-e, tu devrais à avoir à te préoccuper de ça ? Si tu veux militer, tu y vas dans un parti politique, un groupe de pression quelconque.

C'est un peu ça que j'ai de la misère à comprendre. Pourquoi ça existe et pourquoi ça a autant de pouvoir sur la vie des gens. Il devrait juste ne rien avoir.     

Hors ligne Jay.

  • Membre
  • Messages: 8835
  • Fifille Victimisante
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7263 le: mars 10, 2015, 15:40:54 pm »
Sûrement que d'autres pourraient avoir des meilleures réponses que moi, mais la mienne est que la raison d'être des associations étudiantes ne se limitent pas aux grèves, mais au fonctionnement des "petites affaires". Je ne peux pas parler des méga associations comme il y a à l'UQAM, mais dans les départements par où je suis passée, en dehors des temps de grèves, on discutait en assemblée, ou dans des différents comités

- de la fichue photocopieuse qu'on avait loué pour offrir des photocopies à bas prix aux étudiants qui arrivait à échéance et qu'on s'est vu contraint d'acheter à un certain moment parce qu'on avait jamais le quorum pour voter.

- des activités pour l'accueuil des nouveaux étudiants, finissants, et autres partys

- des activités de réseautage professionnel, de visites en milieux de travail, etc.

- du budget de l'association (si on a un local étudiant, il se peut par exemple que l'on doive acheter un micro-ondes ou une bouilloire, par exemple)

- A agir en tant que pont entre les étudiants et l'administration / corps professoral, participer à des rencontres pour le bon fonctionnement / amélioration du département

- etc.
J'avais une idée de signature géniale, mais je ne m'en rappelle plus.

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7264 le: mars 10, 2015, 15:47:25 pm »
Non mais je veux dire, tu t'inscris dans un programme x pendant 3-4 ans parce que c'est ce que tu souhaites faire dans ta vie. Tu sacrifies ces années de salaire sur les bancs d'école. Tu sacrifies des milliers d'heures pour tes cours, études et travaux. En quoi une asso devrait avoir du pouvoir et des droits sur ça ? En quoi ça les regarde ? Et même en quoi, toi l'étudiant-e, tu devrais à avoir à te préoccuper de ça ? Si tu veux militer, tu y vas dans un parti politique, un groupe de pression quelconque.

C'est un peu ça que j'ai de la misère à comprendre. Pourquoi ça existe et pourquoi ça a autant de pouvoir sur la vie des gens. Il devrait juste ne rien avoir.     

Les assos existent pour représenter les étudiants face aux diverses instances de l'université : département, programmes, faculté, etc.

Pourquoi ça existe ? Parce qu'à un moment donné, un nombre significatif d'étudiants ont décider d'en instaurer une en fonction de ce que la loi prévoit ou du règlement de l'université.

Les assos ont des assemblés générales où les membres peuvent y partager leurs opinions et même forcer l'exécutif faire quelque chose ou à ne pas faire quelque chose. La formule Rand s'applique, tu payes une cotisation obligatoire et ils te représentent/font des activités pour toi. N'importe qui peut démissionner d'une association étudiante et se faire rembourser sa cotisation si les règlements généraux de l'association le permet.

Une association étudiante c'est le même principe qu'une association sous le sens de la loi sur les compagnies/loi sur les sociétés par actions du Québec. Donc, les décisions lies tous les membres, même les décisions de levés de cours. Une asso pourrait même adopter un règlement imposant des amendes envers les membres qui ne respectent pas les décisions.

Un étudiant qui veut aller à l'université doit s'attendre à ce genre de chose, parce que les assos étudiantes ça existe depuis longtemps et c'est pas prêt de disparaître. Alors perdre quelques jours d'école parce que l'assos vote une levé de cours, c'est pas la fin du monde et personne va me faire brailler, à 20 ans, de devoir attendre quelques-jours, voir un mois avant d'aller sur le marché du travail.

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7265 le: mars 10, 2015, 15:49:58 pm »
En génie, L'association étudiante était un nom donnée au service de café gratuit, je sais pas si les gens savaient à quoi d'autre ça servait.

C'était fait par des employés qu'on payaient et ça coûtait 30$ chaque par session pour avoir du café à volonté, pas un mauvais deal pour les utilisateurs.

Hors ligne sharl

  • Membre
  • Messages: 6102
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7266 le: mars 10, 2015, 15:55:46 pm »
Quand tu payes pour un cours, tu achètes un service à délivrer dans un temps et une manière donnés conduisant à l'octroi d'un bien (des crédits). Ce n'est pas l'association qui l'achète, mais toi.

En rien une association étudiante, ou autre, n'a le droit de t'en priver.

Mais bon! Ces problèmes proviennent principalement de programmes-bidons, farcis de cours qui n'ont pas plus de valeur qu'un courant d'air,,,



Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7267 le: mars 10, 2015, 15:56:21 pm »
En génie, L'association étudiante était un nom donnée au service de café gratuit, je sais pas si les gens savaient à quoi d'autre ça servait.

C'était fait par des employés qu'on payaient et ça coûtait 30$ chaque par session pour avoir du café à volonté, pas un mauvais deal pour les utilisateurs.

Certaines assos sont plus de service. Ça dépend du budget de l'asso aussi. En droit on avait un budget de 100K$ et la moitié allait à nos 23 comités qui organisaient plein d'affaires toute l'année et le reste servait à organiser d'autres trucs, genre journée carrière, colloque, concours de plaidoiries, etc...

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7268 le: mars 19, 2015, 13:23:07 pm »
Ever, toi qui te demande à quoi ça sert une asso, je t'invite à lire le jugement qui déboute Laurent Proulx dans sa tentative de faire annuler quelques articles de la loi sur les associations étudiantes. 300 paragraphes de lecture !

http://soquij.qc.ca/decisions/fr/51159970-1.doc

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201503/19/01-4853676-fin-de-ladhesion-automatique-aux-associations-laurent-proulx-deboute.php

Hors ligne Gilbert Du Motier

  • Membre
  • Messages: 2197
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7269 le: mars 19, 2015, 17:21:35 pm »
Martine Desjardins qui rit quasiment de la grêve. Un vote de grêve qui est passé par un vote, malgré le patentage démocratique qui avantage les enfants rois. Sur ce même vote, 3 noms inscrits au crayon qui sortent de nul-part, dont un qui n'est pas membre de l'asso, donc inapte, normalement, a voter...Les syndicaleux qui cherchent a se distancier de cette criss de gang de fous la, et des meilleures.

Hors ligne El Kabong

  • Membre
  • Messages: 5090
  • Données erronées, résultats significatifs.
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7270 le: mars 19, 2015, 20:30:55 pm »
Martine Desjardins qui rit quasiment de la grêve. Un vote de grêve qui est passé par un vote, malgré le patentage démocratique qui avantage les enfants rois. Sur ce même vote, 3 noms inscrits au crayon qui sortent de nul-part, dont un qui n'est pas membre de l'asso, donc inapte, normalement, a voter...Les syndicaleux qui cherchent a se distancier de cette criss de gang de fous la, et des meilleures.
Et t'es où quand le 1% nous vole un référendum sur la souveraineté?

Grève étudiante?  Babiole pour amuser les journaleux et faire frustrer les bourgeois évachés dans leurs chars à 84 paiements.
Z

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7271 le: mars 21, 2015, 03:12:52 am »
Grève étudiante: l'AFESPED sera dissoute

La mobilisation pour ce printemps 2015 rencontre plusieurs obstacles sur son chemin. Des étudiants contestent de plus en plus la légitimité des votes de grève.

 
Ma Presse

Louise Leduc
La Presse


Gros revers pour les partisans d'un printemps érable, version 2015.  L'Association facultaire étudiante de science politique et de droit de l'UQAM, l'une des figures de proue du mouvement contre l'austérité, a perdu son référendum et sera dissoute, selon toute vraisemblance.
 

«À la question: Étant donné que l'UQAM reconnaît les associations étudiantes sur la base de leur représentativité, estimez-vous que l'Association facultaire étudiante de science politique et de droit de l'UQAM (AFESPED) est représentative des intérêts des étudiantes, étudiants de la Faculté de science politique et de droit?», la réponse a été «non» à 52%, avec un taux de participation de 58%.

Au téléphone, à la permanence de l'AFESPED, on nous a confirmé le résultat, tout en refusant de commenter davantage. «Je n'ai plus aucune légitimité pour le faire», nous a-t-on répondu.

En assemblée générale, l'AFESPED avait voté en faveur d'une grève qui devait commencer mercredi.


Le référendum à l'Association facultaire étudiante des sciences humaines de l'UQAM s'est conclu, lui, par un vote d'appui: 1553 en faveur du maintien de l'AFESH, comparativement à 1000 pour sa dissolution (et 121 abstentions).

La mobilisation pour ce printemps 2015 rencontre plusieurs obstacles sur son chemin. Des étudiants contestent de plus en plus la légitimité des votes de grève.


http://www.lapresse.ca/actualites/education/201503/20/01-4854137-greve-etudiante-lafesped-sera-dissoute.php

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7272 le: mars 21, 2015, 03:15:52 am »
Hahaha. C'est excellent. Le monde de droit a fini de se faire imposer des décisions de marde et de toujours subir. Dommage que l'AFESH, elle, n'a pas été dissoute aussi.


Finalement là, le printemps risque d'être assez calme, avec des syndicats qui veulent pas embarquer et les rares étudiants grévistes qui se déchirent entre eux. 

 :smiley6:
« Modifié: mars 21, 2015, 07:27:05 am par Evergreen Terra »

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7273 le: mars 21, 2015, 07:21:35 am »
Certain qu'il sera calme... les hydrocarbures voyons !

Pour l'AFESPED, c'était écrit dans le ciel que ça allait arriver un jour ou l'autre, j'en connais plusieurs qui en avaient plein le cul ! Quelle idée de représenter deux programmes n'ayant que très peu en commun... le monde en droit sont sorti voter ! C'est de même que ça marche la démocratie étudiante Ever !

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7274 le: mars 21, 2015, 07:28:04 am »
Oui ça a l'air. J'ai pas encore lu ton lien sur le jugement.

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 11148
  • Jeannette officielle du forum
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7275 le: mars 21, 2015, 07:30:36 am »
Ceci dit, tu sais bien Ever, que d'autres associations étudiantes vont se former.

Et que tout étudiant peut se prévaloir de son droit et de se retirer d'une association étudiante. C'est juste qu'ils sont souvent trop lâches/paresseux pour le faire. Après tout, c'est "juste 10$".
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7276 le: mars 21, 2015, 12:02:55 pm »
C'est bien sûr mais au moins la gang de militants professionnels ne pourront plus prétendre représenter d'autres facultés et seront concentrés dans leur propre programme.

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 11148
  • Jeannette officielle du forum
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7277 le: mars 21, 2015, 12:29:32 pm »
Les beaux mongols qui veulent avoir accès à leur cours en tout temps demandent aux étudiants d'appeler la police en cas de piquetage de grève:



Je me demande s'ils font aussi des injonctions durant les grèves des profs, et les grèves de chargés de cours.

"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7278 le: mars 21, 2015, 12:43:50 pm »
Lol. Appeler le 911.

Rien de criminel dans une ligne de piquetage, tant qu'un juge n'a pas rendu une ordonnance, la police peut rien faire.

Leur point 4, comme s'ils pouvaient deviner d'avance qu'un juge allait rendre une ordonnance. Avec 2012, il risque d'y avoir des juges plus frileux parce que plusieurs ordonnances ont fait plus de mal que de bien, sans oublier qu'il y a eu des juges qui ont refusés des injonctions.

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7279 le: mars 21, 2015, 12:46:31 pm »
Ça semble potentiellement mieux que recourir à la violence pour défaire soit même les lignes de piquetage qui serait pas mal leur seul autre option rendu la in dirait.

Une grève de professeurs à le mérite d'être une grève et est probablement légale.
« Modifié: mars 21, 2015, 12:53:11 pm par MadChuck »

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7280 le: mars 21, 2015, 12:50:34 pm »
Sauf que les injonctions à Gatineau ont vu des affrontements entres manifestants et policiers d'une violence assez spectaculaire pour un campus universitaire...

Les universités devraient reconnaître dans leur "contrat de service" avec l'étudiant que les associations étudiantes peuvent obtenir la levé des cours suite à un vote majoritaire en assemblée générale, ça réglerait bien des problèmes...

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7281 le: mars 21, 2015, 12:52:35 pm »
Rien de criminel dans une ligne de piquetage, tant qu'un juge n'a pas rendu une ordonnance, la police peut rien faire.

Hein? tu peux légalement physiquement empêcher du monde de passer quelque part si tu appelles ça piquetage ? Tu veux dire une ligne symbolique qui laisse les gens passer sans les intimider ? Je doute que ce soit de se genre de ligne dont on parle ici.

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7282 le: mars 21, 2015, 12:57:31 pm »
Trouve moi une infraction criminelle dans la situation où des étudiants font du piquetage pour empêcher d'autres étudiants d'entrer dans un local de cours, ou même un prof.

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7283 le: mars 21, 2015, 13:09:50 pm »
Si je change école pour costco ça change légalement quelque chose, si les étudiants m'empêche d'entrer dans un Costco disont, la police a aucun pouvoir ?

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7284 le: mars 21, 2015, 13:18:45 pm »
Si je change école pour costco ça change légalement quelque chose, si les étudiants m'empêche d'entrer dans un Costco disont, la police a aucun pouvoir ?


La police va avoir un pouvoir uniquement lorsqu'un acte criminel est commis, parce que le piquetage est protégé par la liberté d'expression. Si le piquetage fait en sorte qu'il y a méfait, la police peut intervenir. Même chose pour attroupement illégal ou trouble de la paix publique.

Le méfait est le plus évident, mais encore là il faut que ce soit le propriétaire du lieu qui demande l'intervention, pas 2-3 ti-clins qui veulent avoir accès à leurs cours.


Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 11148
  • Jeannette officielle du forum
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7285 le: mars 21, 2015, 13:24:38 pm »
J'ai rarement vu des lignes de piquetage empêcher quelqu'un de rentrer dans un établissement.

Pour les salles de cours, j'imagine que ca va par Asso, mais nous c'était tres clair que cetait une présence pour indiquer aux gens qui n'étaient pas a l,ag que les cours étaient leves et raisonner avec eux. De toute façon nous avions l'appui de notre département et les profs et charges de cours ne se pointaient pas, où se pointaient, voyaient la ligne de piquetage et régirait de bord.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7286 le: mars 21, 2015, 13:25:38 pm »
Oui piquetage en laissant le droit de passage et sans intimidation c'est protéger et coder pour quand il s'agit de grève.

Je parle s'il t'empêcher physiquement de passer, c'est pu de l'expression et c'est pas légal tous de même ?

Lisa c'est bien écrit vous avez le droit a vos cours, ça s'adresse pas aux gens qui perturbent en rien les cours et leur accès comme tu parles.

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 11148
  • Jeannette officielle du forum
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7287 le: mars 21, 2015, 13:30:58 pm »
Je n'ai jamais vu de ligne de piquetage qui t'empêche physiquement de passer, si on comprend que si ya une ligne de piquetage devant l'entrée principale du cégep, ya aussi deux cents autres entrées pour arriver dans le cégep qui ne sont pas piquetées.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7288 le: mars 21, 2015, 13:34:47 pm »
Je n'ai jamais vu de ligne de piquetage qui t'empêche physiquement de passer, si on comprend que si ya une ligne de piquetage devant l'entrée principale du cégep, ya aussi deux cents autres entrées pour arriver dans le cégep qui ne sont pas piquetées.

Y' avaient pas eu des cas encore pire, des gens qui entraient dans les classes elle même pour arrêter le cours ?

Hors ligne Snookey

  • Membre
  • Messages: 8894
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7289 le: mars 21, 2015, 13:39:49 pm »
Moi j'en ai vu et il y en a eu pas mal en 2012 devant les salles de cours, mais c'est psychologique avant tout, les gens ne tentaient pas de traverser la ligne.

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 11148
  • Jeannette officielle du forum
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7290 le: mars 21, 2015, 14:19:47 pm »
Ce que je disais pour les salles de cours, c'est qu'effectivement ça change plus selon l'asso étudiante, mais que le maitre-mot dans notre asso est que c'est psychologique, on avait 2-3 personnes devant chaque cours pour "raisonner" les personnes qui voudraient entrer ou "informer" les gens que les cours étaient levés, et que, de toute façon, même si on les laissaient entrer, s'il y avait juste 1-2 personnes, le prof ne donnait pas son cours / certains profs ne se rendaient même pas aux salles de cours.

Mais c'est clair que des petites assos versus des grosses machines c'est différent.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne plsavaria

  • Membre
  • Messages: 4022
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7291 le: mars 21, 2015, 14:35:15 pm »
Trouve moi une infraction criminelle dans la situation où des étudiants font du piquetage pour empêcher d'autres étudiants d'entrer dans un local de cours, ou même un prof.

Méfait, Section 430(1)(c ou d).
Même section que si quelqu'un bloquait les clients d'entrer ou de sortir d'un Tim Hortons...

Mais à moins qu'il n'y ait violence, ce n'est évidemment pas un cas d'urgence 911.

Hors ligne Gilbert Du Motier

  • Membre
  • Messages: 2197
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7292 le: mars 23, 2015, 07:35:07 am »
On prend nos impôts pour nous faire de belles campagnes contre l'intimidation.

http://www.lapresse.ca/actualites/education/201503/22/01-4854560-uqam-quand-le-militantisme-tourne-a-lintimidation.php

La gauche règne en roi a l'UQAM grâce a l'intimidation.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7257
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7293 le: mars 23, 2015, 08:59:10 am »
Ok, ça c'est juste cave.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Hors ligne Evergreen Terra

  • Membre
  • Messages: 3938
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7294 le: mars 23, 2015, 09:12:03 am »
C'est effectivement surprenant qu'il n'y ait pas plus de sécurité, et même de police. La direction semble être composée de couilles molles qui ont peur d'agir pour assurer le bon déroulement des cours. Ils plient l'échine au lieu de se tenir debout. En même temps, le prof a raison. C'est une infime minorité de zouaves et une immense majorité d'étudiants normaux qui veut juste suivre ses cours.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7257
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7295 le: mars 23, 2015, 10:28:13 am »
Pour paraphraser l'autre fil : "En fait, il y a autant de différences entre les étudiants du Québec qu'entre les Québécois en général. La proportion d'abrutis est également comparable."
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7257
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7296 le: mars 23, 2015, 10:29:43 am »
On peut tellement tout résumer avec ces deux phrases. On doit être capable de citer ça ici au moins une fois par jour.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Hors ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25687
  • Ing. BBQ
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7297 le: mars 23, 2015, 11:09:06 am »
On peut tellement tout résumer avec ces deux phrases. On doit être capable de citer ça ici au moins une fois par jour.

Faut faire attention tous de même, bien des groupes auront des pourcentages d'abrutis assez différents.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7257
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7298 le: mars 23, 2015, 11:12:36 am »
On peut tellement tout résumer avec ces deux phrases. On doit être capable de citer ça ici au moins une fois par jour.

Faut faire attention tous de même, bien des groupes auront des pourcentages d'abrutis assez différents.

lol

Ouais, tant qu'à ça...
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Hors ligne Gilbert Du Motier

  • Membre
  • Messages: 2197
Moyen de pression étudiant
« Réponse #7299 le: mars 23, 2015, 13:08:49 pm »
La police intervient à l'Université Laval

Les esprits se sont échauffés lundi matin à l'Université Laval, à Québec, en cette première grande journée de grève étudiante, si bien que les agents de sécurité ont demandé l'intervention des policiers de Québec.

Des étudiants étaient déjà à l'intérieur d'une salle de classe, lorsqu'une poignée de manifestants est arrivée sur les lieux. Le groupe s'est mis à bloquer l'accès au cours qui devait se donner au troisième étage du pavillon De Koninck, sur le campus de l'Université Laval. Les esprits ont commencé à s'échauffer, puis d'autres étudiants grévistes sont arrivés à la rescousse.

Ces derniers ont bloqué l'accès au cours aux étudiants, mais aussi aux agents de sécurité de l'Université qui ont tenté de pénétrer dans la salle de classe. «Ouch, tu me fais mal», s'est écrié l'un d'eux. L'agent a abandonné son projet.

Une étudiante est arrivée dans ce séminaire de droit avec une mise en demeure demandant aux grévistes de libérer les lieux, sous peine d'une injonction. En chœur, les manifestants ont scandé «vos injonctions, on s'en câlisse».

Les manifestants n'ont pas bougé d'un iota, malgré les appels des agents de sécurité, qui semblaient souhaiter que les étudiants aient accès à leur cours. «Ce n'est qu'un début», ont crié les manifestants.