Auteur Sujet: La culture du viol  (Lu 369467 fois)

En ligne dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • Messages: 10220
  • Admin capo di tutti i capi
La culture du viol
« Réponse #6150 le: octobre 27, 2017, 21:44:05 pm »
Vous savez le juge de la main au panier la semaine passée?

J'ai compris ce qu'il voulait dire.

C'est pas un grand communicateur, mais même mes chums avec un secondaire V savent ce qu'il voulait dire.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7590
La culture du viol
« Réponse #6151 le: octobre 27, 2017, 21:59:32 pm »
Ma demande n'était pas sérieuse non plus

Non je l'sais ben.

Tout ça pour dire que l'album de Mara est ici :

http://www.icimusique.ca/albumsenecoute/571/mara-tremblay-cassiopee

Je vous l'échange contre un lien torrent vers Thor: Ragnarok, merci!
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

En ligne dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • Messages: 10220
  • Admin capo di tutti i capi
La culture du viol
« Réponse #6152 le: octobre 27, 2017, 21:59:45 pm »
J'vais vous conter une histoire.

Le gars rentre dans le bar.  Il s'assoit au comptoir.  Y se calle une bière.  Pis une deuxième

Rentre une fille dans le bar qu'il trouve bien de son goût.  Il commet une maladresse, la fille trouve ça drôle, pis on se retrouve avec un conversation opener.

Le gars paye un drink à la fille.

J'suis coiffeuse, dit-elle.

Moi j'suis propriétaire d'une PME, lui répond-il

Il jasent.  Ils ont du fun.

Le gars paye un deuxième drink à la fille.

Ils ont du fun.

Le gars paye un troisième, un quatrième et un cinquième drink à la fille.

Ils ont toujours du fun.

Le last calll est passé.

La fille dit au gars; "heille, marcherais-tu jusque chez moi pour venir me reconduire en sécurité? Peut-être prendre un café?"

Le gars pense un peu à son affaire.  Genre 2 secondes.

T'es soûle.  J'vais me faire accuser de viol.  Décâlisse toute seule estie de profiteuse du culture du viol.

Et le gars vécu heureux sans accusation de culte du viol.

FIN

Le lendemain, Manon Massé l'encourage à porter plainte parce qu'il a pas voulu la fourrer.




J'ai beau me dire que vous êtes une minorité à raisonner comme des cruches comme ça, mais c'est ça que vous êtes en train de faire.

On n'a pas le droit de vous dire que c'est pas une bonne idée de se balader sur la brosse à 3h30 AM dans les quartiers chauds.

Mais quand il y a un viol dans ces circonstances, c'est la faute à tout le monde qui n'a pas arrêté le violeur que personne savait qu'il était un violeur.

Merci, j'en sort grandi.

En ligne dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • Messages: 10220
  • Admin capo di tutti i capi
La culture du viol
« Réponse #6153 le: octobre 27, 2017, 22:26:50 pm »
On arrive le lendemain.

Le gars se convint qu'il a bien agit en ne fourrant pas une fille qu'il a fait boire.

La fille se lève.  Elle se dit "estie de fefi, m'a y en faire voir de toutes les couleurs".

Là elle rencontre ses chums de filles à la pratique de l'équipe locale de football.  Elle conte ça à toutes ses amies, la moitié qui sont des blondes des plus grands génies de ce siècle, des joueurs de football à 3 essais du collégial.  "Heille, Maximilien-Henry s'est essayé sur moi hier".

MH, il est dans la dèche.  À cause de la pride d'une petite conne.

Vous pensez que j'exagère?  Même pas.

Si vous pensez que c'est difficile de prouver une agression sexuelle, dites-vous que c'est aussi difficile de prouver son contraire.

Par contre, la fausse accusation d'agression sexuelle, qui est super facile à faire, est superbement dommageable avec aucune preuve, et est une méthode de vengeance aussi efficace que disproportionnée.

Mias c'est contre ça que vous vous battez.

Vous voulez des femmes à qui on donne le bon dieu sans confession.

J'veux ça moi aussi.

Mais ça ne marche pas comme ça.

Je veux des preuves.  À cause de profiteuses.

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6154 le: octobre 30, 2017, 11:20:24 am »
En discutant avec quelqu'un sur Facebook, j'ai compris ce qui m'agaçait profondément avec le discours dominant chez les féministes concernant la question du viol.

Les féministes, la majorité d'entre elles (et eux) mettent comme objectif majeur la lutte contre la culpabilité ressenti par les victimes de viols bien avant la question de la lutte contre le viol.

Dans le discours sur la culture du viol c'est bien la question de la culpabilité qui est centrale bien avant la lutte contre le nombre de viols, et éviter un maximum de viol. Si je ne ne pas cet aspect majeur dans la lutte contre le phénomène, je considère que la lutte contre les viols arrive en premier par rapport à la question de la culpabilité qui arrive dans un second temps que le viol à déjà été commis.

Je m'explique.

Quand on dit que pour lutter contre le viol il faut notamment :

- Identifier les situations à risques et savoir s'en prémunir
- Apprendre aux femmes à dire non (et tout le discours qui tourne autour l'auto-défense)

On me réponds que ce n'est pas à la femme de se prémunir mais aux violeurs de se tenir etc...

En réalité un des argument est que si on fait de la prévention sous cet optique cela va dans un sens qui est susceptible d'accroitre la culpabilité à posteriori puisque ça entérine le fait qu'un autodéfense efficace, prémunis contre le viol et que la charge de ne pas se faire violer porterait sur les épaules de la femmes et non du violeur.

En réalité ce raisonnement est selon moi mauvais. La prévention vu sous cet angle ne joue en rien sur la responsabilité du violeur mais peut avoir un impact sur le nombres global de femmes violées. En d'autre termes, les féministes (bon nombres de féministes ici) préfèrent qu'il y ait plus de viols mais que les victimes ressentent au final moins de culpabilité que de mettre en place un programme fort de lutte contre basé sur les points sur lesquels les femmes peuvent agir, autodéfense, apprendre à dire non, apprendre les mécanisme de sidération pour s'en prémunir au risque effectivement d'un sentiment de culpabilité accru par non application ou mauvaise application de ces "méthodes " de prévention.


Hors ligne MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • Messages: 26110
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #6155 le: octobre 30, 2017, 11:44:40 am »
J'ai compris ce qu'il voulait dire.

C'est pas un grand communicateur, mais même mes chums avec un secondaire V savent ce qu'il voulait dire.

Y'a tu des gens qui n'ont pas compris ce qu'il voulait dire ? J'ai pas eu cet impression, comme tu dis c'est pas mal a la porté de tous comprendre ses propos.

Hors ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15714
La culture du viol
« Réponse #6156 le: octobre 30, 2017, 15:42:46 pm »
« Modifié: octobre 30, 2017, 15:49:15 pm par Tam! »

En ligne Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • Messages: 11482
  • Jeannette officielle du forum
La culture du viol
« Réponse #6157 le: octobre 30, 2017, 20:02:57 pm »

- Identifier les situations à risques et savoir s'en prémunir
- Apprendre aux femmes à dire non (et tout le discours qui tourne autour l'auto-défense)


 - Est-ce que tu vas t'empêcher d'aller te mettre dans une situation à risques de te faire violer? Parce que si oui, ça veut simplement dire de cesser de sortir une fois la nuit tombée. De ne pas boire. De ne pas rentrer à pied. De ne pas prendre un taxi. Etc.

 - Attention, ce n'est pas "Sans non, c'est oui" mais bien "sans oui, c'est non". Et avant que tu ne t'objectes, non, t'as pas besoin d'un contrat signé en 4 exemplaires, la plupart des gens le font très simplement.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Gustavus

  • Membre
  • Messages: 1281
La culture du viol
« Réponse #6158 le: octobre 30, 2017, 21:33:14 pm »
Le Jam: Les sociétés où les femmes sont le plus prudentes, où elles assument le plus la gestion du risque de viols et d'agressions sexuelles, sont celles où il y a le plus de viols et d'agressions sexuelles, les sociétés tribales, machistes, patriarcales, islamistes, etc. En revanche, les sociétés où les femmes se comportent de manière plus libres et moins prudentes, sortent seules, habitent seules, boivent, flirtent et rencontrent librement, sont celles où il y a le moins de viols et d'agressions sexuelles.

Il ne s'agit pas d'une causalité (à sens unique), mais d'une corrélation très solide.

Les faits me portent à croire que si on veut éviter les viols et les agressions sexuelles, retirer le fardeau de culpabilité porté par les victimes est un bon moyen.

En ligne dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • Messages: 10220
  • Admin capo di tutti i capi
La culture du viol
« Réponse #6159 le: octobre 30, 2017, 21:53:56 pm »
Good.  Tout va bien alors.

On est les meilleurs.

On change rien.

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6160 le: octobre 31, 2017, 04:01:07 am »

- Identifier les situations à risques et savoir s'en prémunir
- Apprendre aux femmes à dire non (et tout le discours qui tourne autour l'auto-défense)


 - Est-ce que tu vas t'empêcher d'aller te mettre dans une situation à risques de te faire violer? Parce que si oui, ça veut simplement dire de cesser de sortir une fois la nuit tombée. De ne pas boire. De ne pas rentrer à pied. De ne pas prendre un taxi. Etc.

 - Attention, ce n'est pas "Sans non, c'est oui" mais bien "sans oui, c'est non". Et avant que tu ne t'objectes, non, t'as pas besoin d'un contrat signé en 4 exemplaires, la plupart des gens le font très simplement.

Lisa, ce discours de prévention que j'ai n'est incompatible avec aucun comportement d'ailleurs je ne vois pas où tu vois qu'il le sous-entendrait. C'est une sur-interprétation.

Je constate simplement que ce discours dérange, il dérange parce qu'il fait porter sur la victime potentielle une responsabilité (pas culpabilité) mais la responsabilité d'assurer ou de se prémunir d'une partie du risque et c'est insupportable pour certaines (et je le constate encore vous le refuser catégoriquement par le biais de contorsions dans le raisonnement). C'est insupportable parce que 1/ ça peut engendrer un comportement de culpabilité et 2/ c'est une stratégie inégalitaire puisqu'il met exergue l'inaglaité sexuelle face au risque et par voie de conséquence l'inégalité des moyens de prévention également.

Mon reproche est qu'avec une telle stratégie, les féministes mettent l'objectif politique et idéologique avant l'objectif de résultat.

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6161 le: octobre 31, 2017, 04:16:22 am »
Le Jam: Les sociétés où les femmes sont le plus prudentes, où elles assument le plus la gestion du risque de viols et d'agressions sexuelles, sont celles où il y a le plus de viols et d'agressions sexuelles, les sociétés tribales, machistes, patriarcales, islamistes, etc. En revanche, les sociétés où les femmes se comportent de manière plus libres et moins prudentes, sortent seules, habitent seules, boivent, flirtent et rencontrent librement, sont celles où il y a le moins de viols et d'agressions sexuelles.

Il ne s'agit pas d'une causalité (à sens unique), mais d'une corrélation très solide.

Les faits me portent à croire que si on veut éviter les viols et les agressions sexuelles, retirer le fardeau de culpabilité porté par les victimes est un bon moyen.

Je pense que tu raisonnes mal, c'est à dire que tu prends les mauvais points de comparaison et par conséquent la corrélation est tronquée.

D'abords est-on certain qu'il y a plus d'agressions dans les sociétés que tu désignes ? Je doute qu'en Arabie Saoudite les dénoncitions pour viols ou les agressions sexuelles soient dénoncées avec la même liberté que chez nous, donc rien qu'au niveau des statistiques aà mon avis les chiffres seraient suspicieux comprendre à priori en partie sous-évalués.

On est à mon avis typiquement dans une interprétation risquée de chiffres ou de données mais bon admettons.

Là où je dis qu'à mon avis le raisonnement est mauvais est que si on prend l'exemple de l'Arabie Saoudite et en admettant que ce soit vrai, ce n'est pas parce que les femmes sont prudentes qu'il y a plus de viols mais parce qu'il y a plus de viols qu'elles sont prudentes et de la même manière chez nous ce n'est pas parce qu'elles sont moins prudentes qu'il y a moins de viols mais parce qu'il y a moins de viols qu'elles sont moins prudente elle est bien là la corrélation d'ailleurs tu le note bien. du coup chez nous, on engendrerait pas plus de viol en étant d'avantage prudent.

Je veux dire, je ne vois pas ce qui s'oppose en pratique, et idéologiquement à identifier les situations à risques et savoir s'en prémunir ainsi qu'à apprendre aux femmes à dire non (et tout le discours qui tourne autour l'auto-défense) si ce n'est les raisons que j'ai nommé plus haut.


Les faits me portent à croire que si on veut éviter les viols et les agressions sexuelles, retirer le fardeau de culpabilité porté par les victimes est un bon moyen.


Je ne suis pas contre la lutte contre la culpabilité, en effet le schém moins de culpabilité engendre plus de dénonciation, moins de honte à dénoncer les agressions tient la route, mais je pense que la culture actuelle qui consiste à éviter la culpabilité par le biais d'une déresponsabilisation est un mauvais calcul.

En fait on raisonne à l'envers en jouant sur les conséquences la culpabilités que sur les causes de la culpabilités. Une femme qui n'a pas été violé parce qu'elle a su se défendre , verbalement ou physiquement ne ressent pas de culpabilité, elle en ressort même renforcée psychologiquement. Et enseigner l'auto-défense au sens large ou la prévention n'engendre culpabilité que par une erreur de raisonnement qui confondrait à postériori responsabilité et culpabilité.



En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6162 le: octobre 31, 2017, 06:57:07 am »
Exactement ce que je pense, "retour à l'ordre moral" "digne des purges Staliniennes".

http://www.slate.fr/story/153200/voulons-nous-chasse-sorcieres#xtor=RSS-2

Hors ligne cantabile

  • Membre
  • Messages: 9365
La culture du viol
« Réponse #6163 le: octobre 31, 2017, 08:17:05 am »
J'ai cessé de lire à ''digne des purges staliniennes''.
Les gens....

Hors ligne sharl

  • Membre
  • Messages: 6423
La culture du viol
« Réponse #6164 le: octobre 31, 2017, 08:32:33 am »
Faut pas oublier que les Français vénèrent et protègent ce violeur pédophile qu'est Polanski!

Faudrait se pencher sur certaines facettes troublantes de l'Inconscient collectif des Français,,,,
« Modifié: octobre 31, 2017, 08:47:46 am par sharl »

Hors ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15714
La culture du viol
« Réponse #6165 le: octobre 31, 2017, 09:41:22 am »
Good.  Tout va bien alors.

On est les meilleurs.

On change rien.

Oui on change de quoi.


Les faits me portent à croire que si on veut éviter les viols et les agressions sexuelles, retirer le fardeau de culpabilité porté par les victimes est un bon moyen.

Et c'est déjà commencé.


Hors ligne Ring0

  • Membre
  • Messages: 1869
La culture du viol
« Réponse #6166 le: octobre 31, 2017, 09:58:16 am »
L'exemple de Kevin Spacey est mal choisi. Ce n'est pas juste un cas une fois il y a 31 ans. Comme pour Rozon, Salvail ou bien d'autre, les gestes inappropriés se perpétuent dans le temps.

Un commentaire écrit sur Reddit il y a 5 mois, soit bien avant la vague que l'on connait présentement:

Citer
Kevin Spacey loves to meet straight men at parties and events, and use his celebrity to lure them to after parties where he gets them drunk and high, and then suddenly tries to blow them. He's another Bill Cosby. He's well known in Hollywood for harassing male staff on productions. And he famously made a false police report a few years back after he was assaulted by one of the many men he's tried to blow. He picks his victims perfectly, because what straight man would want to be famous worldwide for accusing Kevin Spacey of a sexual assault? And the staff he harasses on productions are too afraid of destroying their careers to say anything. Kevin Spacey is a disgusting scumbag.

https://np.reddit.com/r/movies/comments/6anq9d/watching_nine_lives_with_my_kid_is_kevin_spacey/dhgfy4h/

Hors ligne Gustavus

  • Membre
  • Messages: 1281
La culture du viol
« Réponse #6167 le: octobre 31, 2017, 10:38:51 am »
Le Jam: Effectivement, j'avais noté que la corrélation n'était pas une causalité directe, mais pour moi, c'est un effet rétroactif, à double-sens.

Prends un parc urbain entouré d'arbres et fréquenté par de jeunes familles et des enfants. Dans la situation initiale, il arrive un cas grave (accident, agression, etc.) par 1 000 000. Ensuite, retire toutes les familles et les enfants de ce parc pendant un mois. En un mois, la nature ayant horreur du vide, le parc se remplira, probablement de vagabonds, de désœuvrés, de vendeurs de drogues, d'un ou deux poètes maudits en mal d'inspiration, et de potentiels agresseurs et pédophiles. Ensuite, laisse les familles et les enfants jouer dans le parc. Penses-tu que le pourcentage d'incidents sera le même ou non?

C'est ça que je veux dire. Oui, les femmes sont plus prudentes et tenues pour responsables lorsqu'il y a plus de viols. Mais également, il y a plus de viols quand les femmes sont plus prudentes et portent la responsabilité de ce qui arrive.

Mon expérience était artificielle, mais l'achalandage d'un parc peut baisser drastiquement, par exemple, suite à une agression très médiatisée et où le suspect court toujours, suite à des travaux avec de la machinerie, etc. C'est connu en urbanisme et en travail social, que si un parc cesse d'être fréquenté par les familles, il peut être perdu pendant longtemps à cause d'un phénomène de rétroaction qui ne fait qu'augmenter le risque de l'endroit. Plus les gens individuellement font le calcul que le risque de se rendre à un endroit est trop grand pour eux, plus c'est l'endroit lui-même qui voit son risque augmenter. C'est le cas aussi pour toute la société (aller dans un parc, dans un bar, chez un collègue ou un ami d'ami).

Je me rappelle que j'en ai déjà parlé sur ce sujet. Avec des exemples comme faire du pouce, avoir des vitres non systématiquement brisées, etc. Toute société repose en partie sur une vulnérabilité partagée. Si nous ne sommes pas blindés dans des châteaux forts et des armures, c'est parce que nous faisons, au moins, un peu confiance en la société. Maintenant, la vulnérabilité d'avoir des vitres cassables et des pneus crevables est exactement la même pour tous les propriétaires de chars. La vulnérabilité aux enlèvements d'enfants est unique aux enfants et à leurs parents, pourtant la société se solidarise pour les protéger, et la vulnérabilité aux assauts sexuels concerne surtout les femmes. Mais le principe est le même. Si plus personne n'osait laisser son char sur la voie publique, les quelques uns qui oseraient se feraient massacrer les vitres et les pneus, et à la longue, les passants diraient du coin de l'oeil, «quel imprudent, il a couru après»!

Ceci dit, je suis à 100% en faveur des cours d'autodéfense, de confiance en soi et ce genre de choses. Justement parce que ce genre de solution ne mène pas à s'empêcher de sortir, de boire, de rencontrer, et qu'au contraire, la présence de femmes fortes et en confiance va sécuriser les espaces publics et privés pour les autres femmes.
« Modifié: octobre 31, 2017, 10:41:17 am par Gustavus »

Hors ligne MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • Messages: 26110
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #6168 le: octobre 31, 2017, 11:35:23 am »
Si plus personne n'osait laisser son char sur la voie publique, les quelques uns qui oseraient se feraient massacrer les vitres et les pneus, et à la longue, les passants diraient du coin de l'oeil, «quel imprudent, il a couru après»!

Les boîtes aux lettres seraient un autre exemple, personne ne barrait sa et y'avait pas de problème, si tous auraient eu des cadenas sauf un, ses chances qu'il y ai un vol de courrier aurait probablement augmentées, dans la tête du voleur il a chercher le trouble et il n'est qu'en partie responsable la personne qui n'a pas mis de cadenas l'est aussi. (comme quelqu'un qui n'aurait pas de mot de passe pour son compte gmail aurait couru après)
« Modifié: octobre 31, 2017, 13:23:13 pm par MadChuck »

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6169 le: octobre 31, 2017, 11:49:32 am »

mais pour moi, c'est un effet rétroactif, à double-sens.



qu'est-ce que c'est encore que cette invention... tu inventes encore un concept hyper compliqué qui n'a selon moi ni queue ni tête.

La seule corrélation qu'il faut peut être voir entre prévention et nombre de viol est que plus il y a de viols plus les gens ont tendance naturellement à développer une stratégie de prévention, pour autant la réciproque (ce que tu appelles pompeusement effet rétroactif à double sens) n'est pas vraie.

Tout raisonnement effet/cause --> conséquence n'a pas forcément une réciproque vraie et là on est typiquement dans le cas où la réciproque ne se vérifie pas.


Hors ligne Gustavus

  • Membre
  • Messages: 1281
La culture du viol
« Réponse #6170 le: octobre 31, 2017, 12:07:03 pm »
Un effet rétroactif n'est pas pompeux, c'est le mot français pour dire feedback. On pourrait dire aussi «cercle vicieux».

Madchuck l'a compris du premier coup et il a trouvé un autre excellent exemple avec les boites aux lettres.

Hors ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15714
La culture du viol
« Réponse #6171 le: octobre 31, 2017, 12:16:15 pm »
Les gars (Gustavus et Madchuck ) vous expliquez parfaitement pourquoi c'est pernicieux de toujours dire aux filles d'être prudentes et aux victimes qu'elles auraient dû l'être davantage.

Merci pour ces exemples éclairants et pertinents.


En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6172 le: octobre 31, 2017, 12:40:30 pm »
Gustavus quand je dis aux femmes d'être prudente ce n'est pas nécessairement de s'interdire d'aller dans un endroit ou d'accepter de fait que des lieux deviennent infréquentable.

Aucun endroit, aucun lieu public ne devrait être interdit aux hommes comme aux femmes et le rôle de lanpoloce et de la société et de reconquérir toute zone qui serait qualifiée de dangereuse ou de non droit.

Cependant, je doute que la meilleur chose pour y parvenir consiste à lâcher un troupeau de jeunes blondes en jupes au milieu d'un essaim de hells Angels. Mais bon ça paraît tuellement évident.

Hors ligne MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • Messages: 26110
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #6173 le: octobre 31, 2017, 13:27:39 pm »
Gustavus quand je dis aux femmes d'être prudente ce n'est pas nécessairement de s'interdire d'aller dans un endroit ou d'accepter de fait que des lieux deviennent infréquentable.

Il y a bien sur un juste milieu le gouvernement peut encore avertir les femmes qu'il est dangereux de voyager seules dans tel pays musulmans par exemple. Ton conseils avec les Hells peut-être assez généralisé a toute la population en général.

C'est assez différent que de dire aux femmes et non aux hommes de ne pas passer une entrevue pour un emploi le soir après les heures d'ouvertures (souvent le seul moment pour les gens avec une job qui s'en cherche une autre où c'est possible).

Le balancement n'est vraiment pas évident, si c'est dangereux de ne pas surveiller son verre dans un bar il est important de ne pas garder ça secret, mais c'est le genre de chose dont l'avertissement peut facilement être fait a tous.

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6174 le: octobre 31, 2017, 14:05:29 pm »

si c'est dangereux de ne pas surveiller son verre dans un bar il est important de ne pas garder ça secret, mais c'est le genre de chose dont l'avertissement peut facilement être fait a tous.


Sauf que la aussi c'est un risque inégalement réparti, je pense que le risque est plus fort pour les jeunes femmes que pour les types.

Hors ligne MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • Messages: 26110
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #6175 le: octobre 31, 2017, 14:27:43 pm »
Sauf que la aussi c'est un risque inégalement réparti, je pense que le risque est plus fort pour les jeunes femmes que pour les types.

https://www.theguardian.com/uk/2003/dec/21/ukcrime.gender

Pour le nombre reporté:
Foundation, a charity for victims of drug-rape, said: 'Men are the victim in 10 to 15 per cent of cases reported to us.

C'est beaucoup moins en effet mais loin d'être assez bas pour ne pas être averti et y'a des bonnes chances que les hommes reportent beaucoup moins ce genre d'incident.

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6176 le: octobre 31, 2017, 14:44:01 pm »
Sauf que la aussi c'est un risque inégalement réparti, je pense que le risque est plus fort pour les jeunes femmes que pour les types.

https://www.theguardian.com/uk/2003/dec/21/ukcrime.gender

Pour le nombre reporté:
Foundation, a charity for victims of drug-rape, said: 'Men are the victim in 10 to 15 per cent of cases reported to us.

C'est beaucoup moins en effet mais loin d'être assez bas pour ne pas être averti et y'a des bonnes chances que les hommes reportent beaucoup moins ce genre d'incident.

Et encore là on est dans un cadre très précis des "drug rape".

Hors ligne Gustavus

  • Membre
  • Messages: 1281
La culture du viol
« Réponse #6177 le: octobre 31, 2017, 15:22:59 pm »
Dans tous les cas, je pense qu'on peut dire qu'il y a véritablement un effet feedback (si tu n'aime pas le mot rétroaction), et donc, que l'objectif de résultat est mieux servi lorsqu'on déplace le curseur de la responsabilité exclusivement vers les agresseurs plutôt que vers les imprudentes, comme dans mon exemple du parc.

C'est justement un moyen pour la société de se réapproprier des lieux qui seraient dangereux. Les extrêmes comme ton histoire de motards criminels seront sans doute jamais approchés par ce mouvement. Mais des milieux de travail, des bars, des logements étudiants, des festivals, des centres sportifs et ce genre de choses, oui, éventuellement. C'est le but visé.

En ligne Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • Messages: 11482
  • Jeannette officielle du forum
La culture du viol
« Réponse #6178 le: octobre 31, 2017, 15:27:39 pm »
Puis d'apports et jam on dirait que vous pensez que les viols, les vrais, ne se produisent que avec une fille soule en minijupe qui se fait menacer au couteau dans une allée sombre vers 2 h du mat dans un quartier louche.

Je suis sûre que Madchck pourrait trouver les statistiques qui montrent que c'est vraiment pas la majeure.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15714
La culture du viol
« Réponse #6179 le: octobre 31, 2017, 15:37:23 pm »

En ligne Lisa

  • A toujours raison
  • Membre
  • Messages: 11482
  • Jeannette officielle du forum
La culture du viol
« Réponse #6180 le: octobre 31, 2017, 15:37:56 pm »
Dalporto et Jam, autocorrection.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6181 le: octobre 31, 2017, 15:43:17 pm »

Puis d'apports et jam on dirait que vous pensez que les viols


non, une fois de plus c'est une surinterprétation infondée qui t'arrange parce qu'elle arrange ta vision, rien dans ce que j'écrit ne va dans ce sens.

Hors ligne El Kabong

  • Empêcheur de tourner en rond
  • Membre
  • Messages: 5169
  • Données erronées, résultats significatifs.
La culture du viol
« Réponse #6182 le: octobre 31, 2017, 18:17:23 pm »
Citation de: Le Jam
(...)
Là où je dis qu'à mon avis le raisonnement est mauvais est que si on prend l'exemple de l'Arabie Saoudite et en admettant que ce soit vrai, ce n'est pas parce que les femmes sont prudentes qu'il y a plus de viols mais parce qu'il y a plus de viols qu'elles sont prudentes et de la même manière chez nous ce n'est pas parce qu'elles sont moins prudentes qu'il y a moins de viols mais parce qu'il y a moins de viols qu'elles sont moins prudente elle est bien là la corrélation d'ailleurs tu le note bien.(...)

OK! Je suis hors-d'ordre.

Mais une phrase de plus de 100 mots, moi y'en a rien comprendre!

Jivre a presque qu'entièrement raison, il oublie ou ignore le fait que beaucoup d'hommes sont dans la misère à cause des féminazes. 
Z

Hors ligne El Kabong

  • Empêcheur de tourner en rond
  • Membre
  • Messages: 5169
  • Données erronées, résultats significatifs.
La culture du viol
« Réponse #6183 le: octobre 31, 2017, 18:21:03 pm »
J'ai cessé de lire à ''digne des purges staliniennes''.

Parle-nous de la purge d'octobre 1970 où un batteur de femmes avait violé le Québec en mettant l'armée dans les rues.  Était-ce une purge trudoyenne?

À troll, troll et demi.
Z

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6184 le: octobre 31, 2017, 18:53:52 pm »

Jivre a presque qu'entièrement raison, il oublie ou ignore le fait que beaucoup d'hommes sont dans la misère à cause des féminazes. 


Arriver à perdre du monde en 5 lignes sans ponctuation c'est une chose, mais là tu arrives à me perdre une seule !

Ta phrase est juste pas compréhensible.

Hors ligne Cinéphile

  • Membre
  • Messages: 7590
La culture du viol
« Réponse #6185 le: octobre 31, 2017, 19:34:38 pm »

mais pour moi, c'est un effet rétroactif, à double-sens.

qu'est-ce que c'est encore que cette invention... tu inventes encore un concept hyper compliqué qui n'a selon moi ni queue ni tête.

 :smiley36:

C'est le genre de truc qui aurait mérité une entrée dans l'encyclopédie du peuple.

- Effet rétroactif à double-sens : Selon Jivre, l'effet rétroactif à double sens survient lorsque (...)
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6186 le: octobre 31, 2017, 19:40:17 pm »
Il parle de réciproque mais habille ça d'une espèce de terme pompeux et ça impressionne quand même deux ou trois personnes, certainement les mêmes à croire en la terre plate ou au chevalier noir de 13 000 ans.

En ligne dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • Messages: 10220
  • Admin capo di tutti i capi
La culture du viol
« Réponse #6187 le: octobre 31, 2017, 20:42:28 pm »
Good.  Tout va bien alors.

On est les meilleurs.

On change rien.

Oui on change de quoi.


Les faits me portent à croire que si on veut éviter les viols et les agressions sexuelles, retirer le fardeau de culpabilité porté par les victimes est un bon moyen.

Et c'est déjà commencé.



"retirer le fardeau de culpabilité porté par les victimes"

* dalporto retire le fardeau.

Kin.

En ligne dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • Messages: 10220
  • Admin capo di tutti i capi
La culture du viol
« Réponse #6188 le: octobre 31, 2017, 20:43:06 pm »
* dalporto a un beau pénis

En ligne dalporto

  • Expert en tout et en rien, mais surtout en rien.
  • Membre
  • Messages: 10220
  • Admin capo di tutti i capi
La culture du viol
« Réponse #6189 le: octobre 31, 2017, 20:43:43 pm »
/ban Tam

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5598
  • Modérateur
La culture du viol
« Réponse #6190 le: novembre 01, 2017, 01:39:17 am »
Le Jam: Les sociétés où les femmes sont le plus prudentes, où elles assument le plus la gestion du risque de viols et d'agressions sexuelles, sont celles où il y a le plus de viols et d'agressions sexuelles, les sociétés tribales, machistes, patriarcales, islamistes, etc. En revanche, les sociétés où les femmes se comportent de manière plus libres et moins prudentes, sortent seules, habitent seules, boivent, flirtent et rencontrent librement, sont celles où il y a le moins de viols et d'agressions sexuelles.

Il ne s'agit pas d'une causalité (à sens unique), mais d'une corrélation très solide.

Tu compares deux choses complètement différentes, soit des sociétés arriérées et une société plus ouverte ou la femme est l'égale de l'homme. Bien entendu que dans une société qui considère la femme comme un objet, il y a plus de viols, et ce, même si la femme porte le voile.

Est-ce que ça veut dire que c'est parce que la femme fait attention à ne pas provoquer l'homme qu'elle se fait violer ? Mais bien sûr que non. Mais on peut sans risquer se tromper croire qu'elles se ferait violer bien plus souvent si elles ne faisaient pas attention dans ces sociétés machistes.

La société dans laquelle évoluent les femmes étant bien entendu le facteur numéro un qui détermine les chances de se faire violer ou pas chez une femme. Le facteur "se protéger ou pas contre le viol" arrive après. Mais c'est un facteur aussi, et ta pseudo corrélation qui semble faire comme si c'était le seul facteur d'importance est tout sauf sérieuse.

Les faits me portent à croire que si on veut éviter les viols et les agressions sexuelles, retirer le fardeau de culpabilité porté par les victimes est un bon moyen.

Ta conclusion est erronée.

Être une femme, je tâcherais de ne pas écouter les extrémistes qui disent que je ne devrais pas prêter attention, que je ne devrais pas être un peu responsable. De même que je me surveille pour ne pas me faire voler dans le métro quand c'est bondé, il me semble que - sans devenir parano tout le temps - certaines circonstances se prêtent à faire attention à ne pas se faire agresser. Ça semble le simple bon sens, mais les féministes ont réussi à recadrer le débat autour de leur notion extrême de la chose.

Hors ligne MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • Messages: 26110
  • Ing. BBQ
La culture du viol
« Réponse #6191 le: novembre 01, 2017, 12:12:03 pm »
Citer
Tu compares deux choses complètement différentes, soit des sociétés arriérées et une société plus ouverte ou la femme est l'égale de l'homme. Bien entendu que dans une société qui considère la femme comme un objet, il y a plus de viols, et ce, même si la femme porte le voile.
 

Le voile fait partie intégrante d'être considérer comme un objet a tentation de l'homme pour qui il est naturel et normal de la violer si elle ne le porte pas, la théorie étant qu'une fois que la société dit que c'est normal de violer une femme non-voilé ça rend ça plus correct en général.

Citer
Est-ce que ça veut dire que c'est parce que la femme fait attention à ne pas provoquer l'homme qu'elle se fait violer ? Mais bien sûr que non. Mais on peut sans risquer se tromper croire qu'elles se ferait violer bien plus souvent si elles ne faisaient pas attention dans ces sociétés machistes.

Pour une femme en particulier bien sur, mais si les femmes en général, la ce n'est vraiment pas si sur, l'idée étant que la société deviendrait moins machistes par cette différence et cette prise de place dans l'espace public. Y'a évidement une difficulté a différencier la poule et l’œuf, comme dans toute en sociologie.



Hors ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15714
La culture du viol
« Réponse #6192 le: novembre 01, 2017, 12:14:04 pm »
* dalporto a un beau pénis

Autocorrecteur : *puis d'apports a un beau pénis
« Modifié: novembre 01, 2017, 12:15:54 pm par Tam! »

Hors ligne Gustavus

  • Membre
  • Messages: 1281
La culture du viol
« Réponse #6193 le: novembre 01, 2017, 12:44:50 pm »
Tu compares deux choses complètement différentes, soit des sociétés arriérées et une société plus ouverte ou la femme est l'égale de l'homme. Bien entendu que dans une société qui considère la femme comme un objet, il y a plus de viols, et ce, même si la femme porte le voile.

Déjà, c'est le but d'une comparaison, de faire ressortir les différences.

Ensuite, je ne parle pas de LA femme, (laquelle?) mais DES femmes, de groupes de femmes, et donc de statistiques. Mon point de référence n'est pas "telle femme" mais "l'ensemble des femmes".

C'est d'ailleurs mon point principal. Et c'est un principe qui s'applique partout. Le geste le plus prudent pour une personne à un moment donné n'est pas nécessairement le comportement qui réduit les risques, collectivement et à long terme.

Si tu ne veux pas prendre le moindre risque, tu n'arrêtes jamais ton char sur une place publique, tu ne parles jamais aux inconnus, tu barres et tu lock ton système d'alarme, et tu ne sors jamais la nuit. D'un point de vue individuel, c'est ce qu'il y a de moins risqué. Mais si tout le monde fait cela, qu'il n'y a jamais de voiture garées sur la voie publique, de passants qui se parlent, de voitures sans systèmes d'alarmes, s'il y a une sorte de couvre-feu général dès le coucher du soleil, etc. le monde extérieur devient plus dangereux. Et tôt ou tard, tu vas avoir besoin d'arrêter ton char dans un endroit public, de parler à un inconnu, à cause d'un bris du moteur, d'un imprévu, d'un retard, et alors tu seras plus à risque d'avoir des ennuis que dans la première société davantage basée sur une vulnérabilité partagée et une confiance réciproque.

C'est juste le même principe.

Si une seule personne se méfie de tout le monde et prend toutes les précautions, c'est moins dangereux pour elle.
Si tout le monde se méfie de tout le monde et prend toutes les précautions, c'est plus dangereux pour tous.
Statistiquement parlant, il y a plus de crimes, de vols, de viols, etc.


Citer
Est-ce que ça veut dire que c'est parce que la femme fait attention à ne pas provoquer l'homme qu'elle se fait violer ? Mais bien sûr que non. Mais on peut sans risquer se tromper croire qu'elles se ferait violer bien plus souvent si elles ne faisaient pas attention dans ces sociétés machistes.

Effectivement. C'est pourquoi je ne parlais pas d'un point de vue individuel mais statistique.

Citer
La société dans laquelle évoluent les femmes étant bien entendu le facteur numéro un qui détermine les chances de se faire violer ou pas chez une femme. Le facteur "se protéger ou pas contre le viol" arrive après. Mais c'est un facteur aussi, et ta pseudo corrélation qui semble faire comme si c'était le seul facteur d'importance est tout sauf sérieuse.

Non. Les deux facteurs que tu dis sont correct, et je n'ai jamais contredit cela. Mon point de référence n'est pas «les chances de se faire violer chez UNE femme», mais «le nombre de viols totaux» dans une société ou un milieu donné. C'est pour ça que nous avons raisons tous les deux (et Jam et Dalporto aussi sur ce point précis.) J'ai fini par revenir sur ce sujet même si je savais que ça chierait pour des conneries (genre utiliser le mot "rétroaction"), simplement parce que le Jam parlait des résultats. C'est un excellent point, et beaucoup d'idéologues sont prêts à sacrifier les résultats au nom de l'idéologie. Mon point, c'est qu'au niveau des résultats, l'idéologie de la «culture du viol» (terme mal choisi selon moi) qui vise à déculpabiliser les femmes plutôt que mettre l'accent sur la prudence individuelle est également la meilleure. Du stricte point de vue des résultats.

Citer
Les faits me portent à croire que si on veut éviter les viols et les agressions sexuelles, retirer le fardeau de culpabilité porté par les victimes est un bon moyen.

Ta conclusion est erronée.

Être une femme, je tâcherais de ne pas écouter les extrémistes qui disent que je ne devrais pas prêter attention, que je ne devrais pas être un peu responsable. De même que je me surveille pour ne pas me faire voler dans le métro quand c'est bondé, il me semble que - sans devenir parano tout le temps - certaines circonstances se prêtent à faire attention à ne pas se faire agresser. Ça semble le simple bon sens, mais les féministes ont réussi à recadrer le débat autour de leur notion extrême de la chose.

Moi, être une femme, j'aurais probablement passé la 20aine comme je l'ai fait en tant que gars ou comme que mes amies de filles faisaient. Faire du pouce, dormir chez des amis en voyage, ne pas porter de brassière, me baigner nue de temps en temps, être saoule de temps en temps, ne pas m'en laisser imposer, et crouser librement ceux qui me plaisent. Bien sûr, j'essaierais de choisir mes fréquentations pour côtoyer des gens de confiance, qui pensent un peu comme moi, éviter les profiteurs, mais je ne pense pas que je changerais de comportement.

Je ne suis vraiment pas d'accord avec les discours féministes sur tous les sujets, mais sur celui-ci, je suis vraiment radical. Je ne vois pas pourquoi une femme n'aurait pas les mêmes libertés de profiter de la vie, et qu'elle devrait se sentir coupable s'il lui arrive une badluck à cause d'un connard.
« Modifié: novembre 01, 2017, 13:04:17 pm par Gustavus »

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6194 le: novembre 01, 2017, 13:49:29 pm »

Mais si tout le monde fait cela, qu'il n'y a jamais de voiture garées sur la voie publique, de passants qui se parlent, de voitures sans systèmes d'alarmes, s'il y a une sorte de couvre-feu général dès le coucher du soleil, etc. le monde extérieur devient plus dangereux.


non pas nécessairement ou j'ai loupé quelque chose.

Je passe le fait que ton exemple est complètement caricatural, je veux dire pousser les femmes à faire preuve de prudence et de mettre en place autour d'elles des moyens de prévention n'impose pas nécessaire des mesures drastiques que tu décrits mais surtout  je ne vois pas en toute honnêteté un lien logique entre augmenté les mesures de sécurités ce qui engendre plus de délinquence, c'est même globalement faux.

A New Yorlk la mise en place de moyens de prévention importants (augmentation du nombre de policiers) à permis une réduction massive de la délinquance et des actes criminels. C'est onc bien l'inverse qui s'est produit.

A Londres la mises en place de caméras de surveillances pour limités les incivilités donnent me semble-t-il de très bons résultat.

Serais-tu en train de dire que la prévention est contre productive et augmente au final les risques ?

Non franchement je ne vois pas où tu veux en venir.

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6195 le: novembre 01, 2017, 13:53:35 pm »

Si tout le monde se méfie de tout le monde et prend toutes les précautions, c'est plus dangereux pour tous.
Statistiquement parlant, il y a plus de crimes, de vols, de viols, etc.

Citer

non c'est faux je pense, là encore je pense que ça ne se vérifier pas, je ne dis pas que c'est moralement bon, je ne dis pas que ça ne pose pas d'autres problèmes mais en ce qui concerne l'objectif de réduire la violence et les incivilités je pense que c'est l'inverse. plus la population est globalement prudente, la police présente, plus les gens se défendent, plus ils refusent les première incivilités, plus ils se surveillent les uns les autres plus on réduit le crime.

Hors ligne Gustavus

  • Membre
  • Messages: 1281
La culture du viol
« Réponse #6196 le: novembre 01, 2017, 17:40:12 pm »
Ça me semble pourtant évident.

J'ai cherché des études sur le sujet, mais comme les sciences humaines et la sociologie ne sont pas mon domaine, je ne sais pas trop par où commencer et avec quels mots-clés.

Par contre, j'ai trouvé un lien intéressant entre la méfiance et l'intelligence.

PSYCHOLOGIE - La méfiance serait-elle un gage d'intelligence? Faux, répondent deux chercheurs en sociologie de l'université d'Oxford. Selon eux, plus une personne est intelligente, plus elle aurait tendance à faire confiance aux autres.

Dans une étude publiée par la revue Plos One, Carl Noah et Francesco Billari ont remarqué que les personnes qui avaient les plus mauvais résultats aux tests d'intelligence étaient aussi celles qui faisaient le moins confiance aux autres. Et inversement.

Intelligence de caractère

En réalité, expliquent les chercheurs, qui se sont appuyés sur une importante base de donnée américaine, la General Social Survey, il pourrait y avoir deux explications à ce paradoxe.

Premièrement, les personnes les plus intelligentes seraient plus à même de juger des personnalités des autres, et donc de créer des relations avec les personnes les moins enclines à les trahir.

Deuxième raison, les plus malins d'entre nous apprécieraient mieux les situations, sachant déceler celles où l'autre pourrait avoir un intérêt à trahir.

"Il y a un lien entre intelligence et confiance", explique Carl Noah, "même lorsque l'on prend en compte dans l'équation le statut conjugal, le niveau d'éducation et le revenu".

De quoi confirmer ce que d'autres chercheurs avaient remarqué: bien juger de la personnalité des autres est une caractéristique de l'intelligence humaine qui s'est développée grâce à la sélection naturelle".

Un impact sur le bien-être et la santé

Pourquoi ces résultats sont importants? Parce que la confiance n'est pas qu'un mot. D'autres études ont en effet montré que les personnes qui font confiance aux autres sont en moyenne plus heureuses et en meilleure santé. Une corrélation qui, selon ces nouvelles données n'est pas liée à l'intelligence.

En d'autres termes, c'est parce que l'on fait confiance aux autres que l'on est en meilleure santé et plus heureux, pas parce que l'on est plus intelligent.

D'où l'intérêt, selon les deux sociologues, de promouvoir le sentiment de confiance dans la société:


http://www.huffingtonpost.fr/2014/03/17/faire-confiance-aux-autres-intelligence_n_4979028.html

Citer
A New Yorlk la mise en place de moyens de prévention importants (augmentation du nombre de policiers) à permis une réduction massive de la délinquance et des actes criminels. C'est onc bien l'inverse qui s'est produit.

A Londres la mises en place de caméras de surveillances pour limités les incivilités donnent me semble-t-il de très bons résultat.

Serais-tu en train de dire que la prévention est contre productive et augmente au final les risques ?

Tous ces exemples visent les éventuels agresseurs potentiels, à contrôler leurs gestes, et non pas les éventuelles victimes, à contrôler leurs gestes. C'est encore plus vrai pour les cours d'autodéfense ou de confiance en soi donnée aux femmes, qui mènent directement à leur donner plus de liberté d'action et d'autonomie. Toutes ces mesures peuvent amener à diminuer la méfiance générale, et dans cette optique, ça va en plein dans mon sens.

En outre, toutes ces mesures représentent des réponses collectives aux problèmes d'agressions et d'incivilités, et non pas des mesures individuelles. Pour moi, tout ça est très logique.

Ça me prendrait sans doute plus de temps pour trouver des études probantes sur notre sujet. Par exemple, les couvre-feu imposés aux criminels en libération conditionnelle donnent de bons résultats. Mais les couvre-feu imposés aux civiles, aux potentielles victimes, aux personnes plus vulnérables, on trouve peu d'exemples probants. En Iran, après la révolution islamiste, il y a eu un couvre-feu imposé aux femmes, et je suis pas mal certain que les violences contre elles ont augmenté. Tu me diras qu'on ne peut pas prouver un lien de causalité, que l'Iran avant et après Khomeiny sont deux sociétés totalement différentes, avec trop de facteurs différents, et c'est vrai.

J'ai un ami qui est chercheur en sciences sociales. Je vais essayer de lui en parler. Personnellement, je trouve ça étrange qu'on puisse douter de ce phénomène qui me paraît une évidence.

Oui, une augmentation de l'insécurité engendre une plus grande méfiance et une plus grande prise en charge individuelle dans la prudence, mais le contraire est aussi vrai: l'augmentation de la méfiance générale et de la prise en charge individuelle de la prudence augmente l'insécurité. Tous les exemples auxquels je pense, imaginaires (pour isoler un seul facteur, comme dans mon exemple du parc familial ou des voitures) ou bien réels (comme l'Iran avant/après, les sociétés machistes versus les sociétés féministes), vont dans ce sens.

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5598
  • Modérateur
La culture du viol
« Réponse #6197 le: novembre 01, 2017, 19:14:53 pm »
Moi, être une femme, j'aurais probablement passé la 20aine comme je l'ai fait en tant que gars ou comme que mes amies de filles faisaient. Faire du pouce, dormir chez des amis en voyage, ne pas porter de brassière, me baigner nue de temps en temps, être saoule de temps en temps, ne pas m'en laisser imposer, et cruiser librement ceux qui me plaisent.

Probablement que moi aussi. Notre société le permet. Sauf que tu ne te baignerais pas nue seule sur une plage à Acapulco. Tu ne te promènerais pas en sous-vêtements en Égypte, non ?

Bref, tu peux faire ce que tu veux, mais il y a des contextes qui sont un peu plus à risques, n'est-ce pas ? Ou est-ce que je suis un sale con misogyne de dire ça ?

Selon le dogme féministe, il ne faudrait probablement pas dire ça. Il faudrait dire que la femme peut faire ce qu'elle veut quand elle le veut et que quiconque appelle à une gestion du risque est un méchant phallocrate.


Hors ligne Tam!

  • Membre
  • Messages: 15714
La culture du viol
« Réponse #6198 le: novembre 01, 2017, 21:26:02 pm »
Moi, être une femme, j'aurais probablement passé la 20aine comme je l'ai fait en tant que gars ou comme que mes amies de filles faisaient. Faire du pouce, dormir chez des amis en voyage, ne pas porter de brassière, me baigner nue de temps en temps, être saoule de temps en temps, ne pas m'en laisser imposer, et cruiser librement ceux qui me plaisent.

Probablement que moi aussi. Notre société le permet. Sauf que tu ne te baignerais pas nue seule sur une plage à Acapulco. Tu ne te promènerais pas en sous-vêtements en Égypte, non ?

Bref, tu peux faire ce que tu veux, mais il y a des contextes qui sont un peu plus à risques, n'est-ce pas ? Ou est-ce que je suis un sale con misogyne de dire ça ?

Selon le dogme féministe, il ne faudrait probablement pas dire ça. Il faudrait dire que la femme peut faire ce qu'elle veut quand elle le veut et que quiconque appelle à une gestion du risque est un méchant phallocrate.



Je pense que ce que Gustavus avance, c'es que plus les femmes agissent librement, plus ça devient la norme, moins que ça retrousse ou dérange et que l'une des conséquences de ça, c'est que les agresseurs potentiels voient moins ça comme un affront ou une « invitation » à passer à l'acte. Ça me semble parfaitement logique.

Si tu ne veux pas vivre dans une société étouffante comme celle des pays que tu condamnes et dont tu rejettes l'immigration, tu devrais prôner ça.

Anyway tu dis que notre société le permet, donc où est le problème?
« Modifié: novembre 01, 2017, 21:32:20 pm par Tam! »

En ligne Le Jam

  • Membre
  • Messages: 9853
La culture du viol
« Réponse #6199 le: novembre 02, 2017, 09:43:09 am »
Gustavus ton exemple sur la confiance est intéressant mais à mon avis il est sujet à erreur de raisonnement. Plus encore comme c'est bien souvent le cas ce sont les journalistes parfois pas spécialiste en science qui interprètent mal les résultats d'une étude ou d'une expérience et qui laisse entendre que plus on fait preuve de confiance plus on est intelligent. C'est confondre la cause et son effet.

La phrase clé de cet article est la suivante :

"En d'autres termes, c'est parce que l'on fait confiance aux autres que l'on est en meilleure santé et plus heureux, pas parce que l'on est plus intelligent.
D'où l'intérêt, selon les deux sociologues, de promouvoir le sentiment de confiance dans la société
"

En fait et si cela parait contre intuitif c'est au contraire parfaitement logique et c'est parfaitement expliqué dans la première partie.

Faire confiance ne rend pas plus intelligent mais être plus intelligent donne permet de donner sa confiance plus facilement et ion le comprend bien, l'idiot, le limité sre fait rouler plus facilement dans la farine, ce qui finit par le rendre suspicieux, l'intelligent et c'est expliqué aussi cerne mieux, devient et du coup est capable de séparer plus facilement les personne de confiance de celles qui ne le sont pas, le premier par précaution et incapable de distinguer les deux ne donnera sa confiance à personne quitte à ne pas accorder sa confiance à ceux qui la mérite et le second confiera d'avantage sa confiance étant capable de distinguer les "bons" des "mauvais".

La conclusion n'est pas que les non intelligents ont tors de ne pas accorder leur confiance. En effet si il sont incapable de faire la part des choses, faire preuve de prudence part défaut et pour est en effet la meilleur attitude à suivre pour ne pas se faire berner. Ainsi je ne vois pas vraiment en quoi l'article contredit quoi que ce soit.

Il ne dit pas qu'il faut accorder un maximum sa confiance pour que les gens deviennent des personnes de confiance, il n'y pas de lien de causalité entre le nombre de personnes de confiance dans la société et le nombre de personnes accordant sa confiance mais juste un lien entre le fait d'accorder sa confiance et le fait d'être capable de cerner les individus de confiance ce qui ne cahnge en rien le nombre d'individus néfastes et mauvais au sein d'une population donnée.

L'article n'invite en rien à accorder plus facilement sa confiance mais fait le lien logique mais sans réel rapport avec l'étude que l'on s'épnnouit d'avantage en faisant confiance aux autres qu'en vivant en permanence dans la méfiance d'autrui.

ça reste un article intéressant (on fait vraiment des études de psychologique sur tout et n'importe quoi).

Tiens une autre étude intéressante et qui montre qu'il faut prendre les études scientifiques avec prudence.

"L’analyse de nombreuses études publiées dans les grandes revues médicales et scientifiques le montre : elles sont souvent fausses. La majorité d’entre elles n’est pas réplicable. C’est flagrant en psychologie, en pharmacie et d’une manière générale dans les sciences humaines"

http://reinformation.tv/science-regresse-etudes-grandes-revues-fausses-majorite-mille-54048-2/

"Le secteur le plus évidemment touché est la psychologie. Sur un échantillon de 2.000 études publiées en 2011 et réexaminées, leurs auteurs ont avoué dans plus de la moitié des cas avoir sélectionné les expériences qui étayaient leur thèse, et 10 % avaient falsifié les données ou les avaient présentées comme statistiquement significatives alors qu’elles ne l’étaient pas. A l’été 2015, l’OSC, l’Open science collaboration, a choisi les cent études les plus réputées de l’année et les a soumises à un test de réplicabilité. On se souvient que, selon les critères définis par le philosophe des sciences Popper, l’un des critères retenus pour déclarer scientifique une expérience est qu’elle soit réplicable, qu’on puisse la répéter avec des résultats approximativement semblables. Eh bien, dans le cas des études examinées par l’OSC, 65 % ne l’étaient pas."

Surprenant n'est-ce pas...  :smiley9: