Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Regarde:
Approximately 90% of the tropospheric budget of CH4 is destroyed in this way, leading to methane's relatively short atmospheric residence time of about 10 years.~ However, the amount of OH available in the atmosphere to destroy CH4 is contingent on several factors, including the abundance of carbon monoxide, which ...

Ça vient d'un article de 1992:
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/0306261992900419

Le boût où il parle de la quantité de OH available in the atmosphère, c'est ça qui vient d'être un peu mieux compris.

2
Tu ne l'as pas lu comme il faut :
Ainsi, cette réaction de OH avec le méthane permet d’éliminer de 450 à 500 millions de tonnes de CH4 (méthane) de l’atmosphère, un nombre qui correspond à 90 % des émissions annuelles.
[/quote]

Oui et ça sa toujours été connu.... c'est pas du tout ça la nouvelle ici.

http://www.ghgonline.org/methanesinkatmos.htm

Ou un vieux post de 2016 sur quora:
Answered Nov 28, 2016 · Author has 132 answers and 33.8k answer views
Good question! Methane, CH4, is oxidized to CO2 and H2O in about 10 years. So it does not stay in the atmosphere very long. The main oxidizing agent for methane is the OH free radical in the troposphere, the first ten km or so of the atmosphere. OH itself is produced by ozone, O3, and free oxygen atoms, O, which are themselves generated from ordinary diatomic oxygen molecules, O2 by ultraviolet light from the sun. So to oversimplify a bit, methane is mostly destroyed by ultraviolet sunlight.

Et si quand tu es détruit tu fais du CO2 et du H20 dans l'atmosphère, c'est peut-être moins pire que du méthanes mais sa reste deux sources de gaz a effets serre la vapeur d'eau et le CO2.
3
MadChuck as-tu lu l'article de MétéoMédia ?

On dirait que non.

Il confirme que les émissions de méthane sont en augmentation. Mais qu'au final, selon la recherche publiée récemment, ça n'a qu'un impact très limité sur le réchauffement climatique étant donné que le méthane serait détruit à 90% dans la troposphère.

Ta dernière phrase est fausse.  Rien de tel n'est dit dans cet article. Il s'agit de ton interprétation du texte et elle est mauvaise. J'ai relu l'article 3 fois pour être sûr.

Tu ne l'as pas lu comme il faut :

Citer
Ainsi, cette réaction de OH avec le méthane permet d’éliminer de 450 à 500 millions de tonnes de CH4 (méthane) de l’atmosphère, un nombre qui correspond à 90 % des émissions annuelles.

Je l'ai très bien lu. C'est toi qui lit mal et qui conclut à un impact très limité.
4
La conclusion : ce 10% de méthane qui fait du dommage n'est pas insignifiant, mais étant donné qu'on s'attendait à ce qu'il fasse 100% de dommage, je pense qu'on peut parler d'une solide bonne nouvelle. Je n'ai vu personne se réjouir.

Ça montre que les gens ici préfèrent s'en tenir à leurs opinions déjà conçues, et envoyer des étiquettes et des insultes à ceux qui donnent un autre son de cloche. Bravo champions.

Ce n'est pas ce que cet article montre. On savait probablement déjà que 90% du méthane était détruit dans l'atmosphère. La seule découverte ici, c'est le mécanisme de destruction. C'est uniquement de ça que cet article parle.

On n'a pas découvert que c'est mieux qu'on pensait, juste comment ca fonctionne.

L'article est quand même assez bon mais la dernière phrase qui parle d'une bonne nouvelle est de trop et peut porter à confusion pour les esprits non-scientifiques.
5
MadChuck as-tu lu l'article de MétéoMédia ?

On dirait que non.

Il confirme que les émissions de méthane sont en augmentation. Mais qu'au final, selon la recherche publiée récemment, ça n'a qu'un impact très limité sur le réchauffement climatique étant donné que le méthane serait détruit à 90% dans la troposphère.

Bien sur que oui je l'ai lu, où dit-il que celui-ci est très limité ou que quoi ce soit ai changé par rapport a son impact ?:

Le méthane (CH4) est le deuxième gaz à effet de serre en importance dans l’atmosphère après le CO2. Mais son pouvoir de réchauffement planétaire est 25 fois plus élevé que celui du dioxyde de carbone, ce qui le rend responsable de 15 % de l’effet de serre. On le retrouve dans la combustion des déchets ainsi que des énergies fossiles et dans les activités agricoles. On estime sa durée de vie dans l’atmosphère à 9 ans.

Une étude récente de la NASA stipule qu’une molécule présente dans la troposphère aurait la propriété de se lier au méthane et de former de l’ozone. Cette molécule appelée hydroxyle (OH) se forme grâce à la réaction chimique entre l’ozone atmosphérique et les rayons UV du soleil. Très instable, OH se lie très rapidement à d’autres molécules, comme le méthane. La chaîne moléculaire de ce dernier se casse et après plusieurs réactions chimiques, il se forme de l’ozone. Ainsi, cette réaction de OH avec le méthane permet d’éliminer de 450 à 500 millions de tonnes de CH4 de l’atmosphère, un nombre qui correspond à 90 % des émissions annuelles.

La découverte a par ailleurs soulevé des interrogations chez les scientifiques de la NASA : est-ce que l’augmentation des émissions de méthane va mener à l’épuisement de l’hydroxyle ? Ils ont simulé la situation par des modèles informatiques. Ils ont ainsi découvert que l’OH après sa réaction avec le méthane, n’est pas complètement éliminé et peut se recycler grâce à sa réaction avec des oxydes d’azote (issus des polluants comme les énergies fossiles ou le diesel) et la vapeur d’eau. Les chercheurs estiment à 30 % le ratio d’OH atmosphérique recyclé.

Ce n’est pas tout ! Les scientifiques ont aussi découvert une autre source de production de l’hydroxyle. En effet, dans la basse atmosphère, la vapeur d’eau réagit avec l’ozone sous l'effet des rayons ultraviolets pour former des radicaux OH. Avec les changements climatiques, les régions tropicales s’étendent (lentement) vers le nord et le sud. Les chercheurs ont donc l'espoir que l'hydroxyle ne s'épuisera pas de sitôt.

Une bonne nouvelle pour la lutte contre les changements climatiques !



Le fait que le méthane soit en partit détruit par le OH n'est pas une nouvelle connaissance (i.e. c'est l'historique des recherches que j'ai cité plus haut), mais tu peux voir sur les graphiques aussi plus haut qu'il augmente quand même, comment se renouvelait t-il après la réaction avec le méthane n'était pas totalement compris, ce qui vient de changer.
6
MadChuck as-tu lu l'article de MétéoMédia ?

On dirait que non.

Il confirme que les émissions de méthane sont en augmentation. Mais qu'au final, selon la recherche publiée récemment, ça n'a qu'un impact très limité sur le réchauffement climatique étant donné que le méthane serait détruit à 90% dans la troposphère.

Ta dernière phrase est fausse.  Rien de tel n'est dit dans cet article. Il s'agit de ton interprétation du texte et elle est mauvaise. J'ai relu l'article 3 fois pour être sûr.

Tu ne l'as pas lu comme il faut :

Citer
Ainsi, cette réaction de OH avec le méthane permet d’éliminer de 450 à 500 millions de tonnes de CH4 (méthane) de l’atmosphère, un nombre qui correspond à 90 % des émissions annuelles.
7
Il faut reconnaitre que les études scientifiques climatilogique sont particulièrement difficile à interpréter ou comprendre contrairement à d'autres domaines des sciences.

Une étude scientifique n'est jamais rédigé pour n'importe quel quidam non plus...

C'est à ça que devrait servir la presse scientifique, décrypter et vulgariser les études et leurs résultats.
8
MadChuck as-tu lu l'article de MétéoMédia ?

On dirait que non.

Il confirme que les émissions de méthane sont en augmentation. Mais qu'au final, selon la recherche publiée récemment, ça n'a qu'un impact très limité sur le réchauffement climatique étant donné que le méthane serait détruit à 90% dans la troposphère.

Ta dernière phrase est fausse.  Rien de tel n'est dit dans cet article. Il s'agit de ton interprétation du texte et elle est mauvaise. J'ai relu l'article 3 fois pour être sûr.
9
MadChuck as-tu lu l'article de MétéoMédia ?

On dirait que non.

Il confirme que les émissions de méthane sont en augmentation. Mais qu'au final, selon la recherche publiée récemment, ça n'a qu'un impact très limité sur le réchauffement climatique étant donné que le méthane serait détruit à 90% dans la troposphère.

La conclusion : ce 10% de méthane qui fait du dommage n'est pas insignifiant, mais étant donné qu'on s'attendait à ce qu'il fasse 100% de dommage, je pense qu'on peut parler d'une solide bonne nouvelle. Je n'ai vu personne se réjouir.

Ça montre que les gens ici préfèrent s'en tenir à leurs opinions déjà conçues, et envoyer des étiquettes et des insultes à ceux qui donnent un autre son de cloche. Bravo champions.
10
Drôle de stratégie de MadChuck de me sortir un article pas rapport de la NASA.

C'est en plein sur le sujet, j'imagine tu ne la pas lu ?

Citer
voici donc l'étude que vous commandez. Bonne lecture. Il date de septembre 2018 :

https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1029/2018JD028388

Je l'avais vu et aimé la lire, derrière un paywall.
Y'A un petit résumé de celle-ci que j'ai posté plus haut ici:
https://ntrs.nasa.gov/archive/nasa/casi.ntrs.nasa.gov/20150000354.pdf
Pages: [1] 2 3 ... 10