Auteur Sujet: Vive le Québec libre! : 50 ans  (Lu 244 fois)

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Vive le Québec libre! : 50 ans
« le: juillet 26, 2017, 11:07:32 am »
0
C'est l'anniversaire d'un grand discours!

Tous nos médias minables ont écrit des cochonneries qui ne visent qu'un seul but:  MINIMISER la portée du discours du Président français et ses effets.  Radio-Cacanne a même interviewé un ancien ministre libéral des plus crapuleux, Marc Lalonde: le valet du dictateur PET, lui-même valet des rednecks de Bay Street.  De la propagande des plus insignifiantes.  Dans le journal à PKP, cahier spécial !!!  Où une gang (en majorité) de fédéralistes capitalistes sauvages essaient de réduire à presque rien ce grand événement.  PKP est vraiment un échec vivant...

Le meilleur que j'ai lu?  C'est aujourd'hui, un jeune étudiant de Val-D'Or, dans Le Devoir.



Citer

«Vive le Québec libre!»
Retour sur la politique étrangère gaullienne
26 juillet 2017 | Gabriel Poirier - Étudiant, Val-d’Or   | Québec
Empreint de la force de conviction inhérente à Charles de Gaulle, le discours à l’hôtel de ville s’arrime à une période où la parole française est déliée de toutes contraintes.
Photo: Chuck Mitchell La Presse canadienne Empreint de la force de conviction inhérente à Charles de Gaulle, le discours à l’hôtel de ville s’arrime à une période où la parole française est déliée de toutes contraintes.

La formule « Vive le Québec libre ! », plus que d’avoir concouru à l’affirmation nationale des Franco-Québécois, est intelligible selon le cadre de la politique étrangère du général de Gaulle. Elle appartient, selon l’expression consacrée à Maurice Vaïsse, à l’ère de la « parole libre » (1963-1969), phase de son mandat où le président de la Ve République s’adresse aux nations sensibles à sa rhétorique, en même temps qu’il manifeste sa dissidence concernant les questions d’ordre international.

À la levée de l’hypothèque algérienne en 1962 succède la détente internationale induite par la scission sino-soviétique. Ce tournant, conjugué à l’insuccès du plan Fouchet et à la révision du traité de l’Élysée par la RFA, convainc Paris d’adopter une approche mondialiste et définie par les fondements de la pensée gaullienne.

De Gaulle prêche l’État-nation et la multipolarité au temps de l’ordre bipolaire. Ses conceptions minimisent le rôle des idéologies et rejettent le système des blocs dans l’optique de protéger l’autonomie et la grandeur de la France. La politique de la troisième voie, s’appuyant sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, est dès lors encensée aux quatre coins du globe afin de situer l’Hexagone à l’extérieur de la guerre froide et de rehausser son rayonnement international — celui-ci étant menacé par l’hêgemôn américain.

Le discours de de Gaulle exalte le droit à l'autodétermination et à l'indépendance nationale.

L’action étrangère qui en découle se traduit par divers coups d’éclat, allant du retrait du commandement intégré de l’OTAN à une reconnaissance de la République populaire de Chine et à un resserrement des rapports avec l’Union soviétique, jusqu’à l’adoption d’une posture tiers-mondiste.

L’intervention du 24 juillet s’inscrit au regard de ces initiatives sous le sceau de la continuité. Elle se révèle en partie imputable, au même titre que les orientations mondiales gaulliennes, à la stabilité politique recouvrée de la République française, à son embellie économique, à la modernisation de son appareil militaire et au développement de son arsenal nucléaire, un outil de dissuasion indispensable à la politique d’indépendance nationale.

Le général de Gaulle réussit au demeurant à positionner l’Hexagone comme un représentant crédible des puissances non alignées, préalablement à son voyage en sol québécois. Sa parole ne peut être ignorée, bien que l’ascendant français surpasse la puissance étrangère réelle du pays.

Le Canada français, et, plus spécifiquement, le territoire québécois, représente au temps de la France gaullienne un atout géostratégique éminent. Point d’ancrage en Amérique du Nord, il participe à l’influence et au rayonnement de la Ve République de même qu’au renforcement de la francophonie en devenir, élaborée afin de supplanter l’omnipotence anglo-saxonne et de préserver le rôle international de l’Hexagone. Le discours du balcon est conséquemment conforme aux intérêts gaulliens. Il exalte le droit à l’autodétermination et à l’indépendance nationale, en plus d’alimenter l’attitude révisionniste de la France — orientée vers la critique et le renversement de la bipolarité mondiale. Comme cela a été souligné par Maurice Vaïsse : « S’il n’y a pas à proprement parler d’antiaméricanisme dans l’intervention de De Gaulle, le facteur américain n’est pas neutre, il est en effet convaincu que “le Canada maintiendrait d’autant mieux sa propre identité globale” que […] » la francophonie canadienne protégerait son particularisme en s’organisant autour du Québec.

Empreint de la force de conviction inhérente à Charles de Gaulle, le discours à l’hôtel de ville s’arrime à une période où la parole française est déliée de toutes contraintes. Il respecte par sa marque de soutien à l’indépendantisme québécois la politique étrangère révisionniste et énergique de la France gaullienne, laquelle repose sur les forces internationales, idéologiques, politiques, économiques et militaires qu’elle utilise à son escient.

J'avais 7 ans!



Sur la vie du grand Général, wikipédia est potable.  Il y a fort longtemps, sur le chômage, je lisais intensément des documents historiques.  De Gaulle m'a posé de sérieux problèmes.  J'avais commencé par lire ses mémoires.  Elles sont très sélectives.  Ensuite, j'ai lu une brique contre et une brique pour.  Finalement, c'est une petite plaquette écrite par Henri Guillemin qui s'est révélé la meilleure analyse:  Le général clair-obscur.  L'excellence!

Joyeuses lectures en cette magnifique saison.  L'histoire n'est pas finie.


« Modifié: juillet 26, 2017, 11:09:58 am par El Kabong »
Z

sharl

  • Taupe vaillante
Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #1 le: juillet 26, 2017, 20:01:28 pm »
0
C'est beau avoir une grande pointure, encore faut-il avoir les pieds pour les chausser.

De Gaulle n'aurait jamais dit "Ville le Québec Liiiiiiiibre" avec le PQ dans le décor.

POF

  • Joueur technique, très technique.
Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #2 le: juillet 27, 2017, 12:35:14 pm »
0
Pourquoi?

Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #3 le: juillet 27, 2017, 13:03:13 pm »
+2
Parce que "Ville le Québec libre" n'a aucun sens.

sharl

  • Taupe vaillante
Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #4 le: juillet 27, 2017, 15:20:23 pm »
0
Pourquoi?

Parce que je suis convaincu que le PQ lui aurait pué au nez. De Gaulle était un type droit et de droite.

On dirait que le PQ a une "charge négative"; il y a quelque chose de "répulsif" chez-lui, un mauvais karma. C'est pourquoi tout ce qu'il entreprend tourne au vinaigre et vire à l'échec,,,
« Modifié: juillet 27, 2017, 15:44:47 pm par sharl »

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #5 le: août 08, 2017, 14:14:04 pm »
0
N'importe quoi...

Comme nos médias finalement.
Z

POF

  • Joueur technique, très technique.
Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #6 le: août 09, 2017, 10:49:21 am »
0
Wow de grandes affirmations qui sortent de nulle part. Fine analyse.
Comme s'il n'y avait personne de droit et de droite dans ce parti là.
Ils ont failli créer un pays démocratiquement, méchant parti de loosers ca! Ca doit être à cause de leur karma. Tout vire à l'échec.
Avoir su, De Gaulle aurait reviré sa veste de bord en sacrament.

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #7 le: août 16, 2017, 14:36:40 pm »
0
Wow de grandes affirmations qui sortent de nulle part. Fine analyse.
Comme s'il n'y avait personne de droit et de droite dans ce parti là.
Ils ont failli créer un pays démocratiquement, méchant parti de loosers ca! Ca doit être à cause de leur karma. Tout vire à l'échec.
Avoir su, De Gaulle aurait reviré sa veste de bord en sacrament.
Et ta fine analyse?  Elle est où?
Z

Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #8 le: septembre 04, 2017, 03:43:29 am »
0
There is a good story to recommend.

POF

  • Joueur technique, très technique.
Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #9 le: septembre 06, 2017, 10:31:09 am »
0
Je n'ai pas la prétention de faire quelque analyse que ce soit.
Seulement que d'affirmer que le PQ aurait pué au nez de de Gaulle et que tout ce que le PQ entreprend tourne au vinaigre ou à l'échec, ca ne résulte probablement pas d'une thèse de maitrise.

Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #10 le: septembre 06, 2017, 16:21:13 pm »
+1
Pour la première fois depuis la conquête, un parti indépendantiste a pris le pouvoir au Québec. Il l'a pris deux fois avec Lévesque, une fois avec Parizeau, une fois avec Bouchard, et une fois avec Marois.

Avec Parizeau, nous sommes passés à un cheveu de l'indépendance. C'est le moment depuis 1759 où nous sommes passés le plus près de devenir maîtres chez nous.

Tout ça en considérant les tricheries du camp fédéraliste et les moyens démesurés dont ils disposaient.

Pour un parti de loser, je trouve qu'il a accompli de grandes choses.

Vive le Québec libre! : 50 ans
« Réponse #11 le: septembre 06, 2017, 16:23:08 pm »
0
... le PQ aurait pué au nez de de Gaulle ... ca ne résulte probablement pas d'une thèse de maitrise.

non en effet. Ça a plus l'air d'une déclaration dans une taverne après trois verres de gin.