Auteur Sujet: Des palais africains aux condos québécois  (Lu 185 fois)

Des palais africains aux condos québécois
« le: juin 03, 2017, 12:55:22 pm »
0
"Des politiciens, des hauts gradés et des hommes d’affaires issus des régimes les plus corrompus d’Afrique francophone investissent depuis des années dans l'immobilier québécois, presque toujours sans prendre d’hypothèque ni éveiller les soupçons"

La plupart des pays occidentaux, y compris le Canada, sont complices des dictateurs africains et autres qui pillent leurs pays pour eller investir leurs fortunes en Occident et ailleurs.

Une bonne partie, de la sois-disant, aide internationale retourne à leurs pays d'origine, avec la complicité des pays dits démocratiques.

http://www.tvanouvelles.ca/2017/06/03/des-palais-africains-aux-condos-quebecois


Des palais africains aux condos québécois
« Réponse #1 le: juin 03, 2017, 13:23:47 pm »
0
C'est facile d'y voir, comme toi, une complicité de nos gouvernements. Le reportage semble suggérer que seule la France s'y attaque, qui est l'ancienne puissance coloniale.

Comme il n'y a pas de lois précises sur la question ici, je vois ça plutôt comme un problème ne nous regardant pas aux yeux de nos gouvernements contrairement à une certaine responsabilité morale de la part de l'ancienne puissance coloniale. Une complicité serait de ne pas faire appliquer une telle loi.

C'est sûr que là tu vas dire qu'on est complices indirectement, peut-être, mais en même temps on n'a quand même pas à intervenir dans les affaires internes de pays dont nous n'avons à peu près aucun liens historiques.

À moins que je me trompe, n'importe qui ici peut acheter des biens "cash" sans que le gouvernement n'y jette un coup d’œil, étrangers ou nationaux. C'est pourquoi l'ancien dictateur tunisien et sa famille avait des maisons à Montréal. Cependant, le tout a été saisi lors des révolutions.

À un moment donné, si on commence à interdire ce genre d'investissement pour ces pays franco-africains, il va falloir le faire pour tout les pays non-démocratiques de la planète. On n'est pas sortis du bois.

Des palais africains aux condos québécois
« Réponse #2 le: juin 03, 2017, 14:01:37 pm »
0
Comme il n'y a pas de lois précises sur la question ici, je vois ça plutôt comme un problème ne nous regardant pas aux yeux de nos gouvernements

C'est une question de point de vue. Je comprends que certaines personnes pourraient voir le fait de se -fermer les yeux- ça comme une forme de complicité.

Un peu comme un Maire qui sait qu'il y a de la corruption et qui fait tout pour ne pas voir et ne rien savoir.

Je dis ça juste pour jaser. Je n'ai pas vraiment lu la-dessus.

Des palais africains aux condos québécois
« Réponse #3 le: juin 03, 2017, 19:45:06 pm »
0
C'est facile d'y voir, comme toi, une complicité de nos gouvernements. Le reportage semble suggérer que seule la France s'y attaque, qui est l'ancienne puissance coloniale.

Comme il n'y a pas de lois précises sur la question ici, je vois ça plutôt comme un problème ne nous regardant pas aux yeux de nos gouvernements contrairement à une certaine responsabilité morale de la part de l'ancienne puissance coloniale. Une complicité serait de ne pas faire appliquer une telle loi.

C'est sûr que là tu vas dire qu'on est complices indirectement, peut-être, mais en même temps on n'a quand même pas à intervenir dans les affaires internes de pays dont nous n'avons à peu près aucun liens historiques.

À moins que je me trompe, n'importe qui ici peut acheter des biens "cash" sans que le gouvernement n'y jette un coup d’œil, étrangers ou nationaux. C'est pourquoi l'ancien dictateur tunisien et sa famille avait des maisons à Montréal. Cependant, le tout a été saisi lors des révolutions.

À un moment donné, si on commence à interdire ce genre d'investissement pour ces pays franco-africains, il va falloir le faire pour tout les pays non-démocratiques de la planète. On n'est pas sortis du bois.

Quand un gouvernement  ferme les yeux sur le blanchiment d'argent, ça s'appelle de la complicité.
Ce n'est pas l'ex dictateur tunisien Ben Ali qui a des investissements au Canada mais plutôt son gendre Matri et son beau frère Ble Hassen Trabelsi.  Après la pseudo révolution tunisienne, ce dernier est arrivé au Canada avec son jet privé, lui qui ne possédait pas un sou avant la prise du pouvoir de son beau frère.  De plus, Trabelsi était protégé par la GRC pendant son séjour au Canada.

Des palais africains aux condos québécois
« Réponse #4 le: juin 04, 2017, 01:47:59 am »
0
Comme il n'y a pas de lois précises sur la question ici, je vois ça plutôt comme un problème ne nous regardant pas aux yeux de nos gouvernements

C'est une question de point de vue. Je comprends que certaines personnes pourraient voir le fait de se -fermer les yeux- ça comme une forme de complicité.

Un peu comme un Maire qui sait qu'il y a de la corruption et qui fait tout pour ne pas voir et ne rien savoir.

Je dis ça juste pour jaser. Je n'ai pas vraiment lu la-dessus.

T'as manqué le bout où je parle de la complicité indirecte.

Ici, le maire qui se ferme les yeux sur du blanchiment ou de la corruption risque fort bien de finir en prison après que ce soit sortie.

Des palais africains aux condos québécois
« Réponse #5 le: juin 04, 2017, 01:51:33 am »
0
C'est facile d'y voir, comme toi, une complicité de nos gouvernements. Le reportage semble suggérer que seule la France s'y attaque, qui est l'ancienne puissance coloniale.

Comme il n'y a pas de lois précises sur la question ici, je vois ça plutôt comme un problème ne nous regardant pas aux yeux de nos gouvernements contrairement à une certaine responsabilité morale de la part de l'ancienne puissance coloniale. Une complicité serait de ne pas faire appliquer une telle loi.

C'est sûr que là tu vas dire qu'on est complices indirectement, peut-être, mais en même temps on n'a quand même pas à intervenir dans les affaires internes de pays dont nous n'avons à peu près aucun liens historiques.

À moins que je me trompe, n'importe qui ici peut acheter des biens "cash" sans que le gouvernement n'y jette un coup d’œil, étrangers ou nationaux. C'est pourquoi l'ancien dictateur tunisien et sa famille avait des maisons à Montréal. Cependant, le tout a été saisi lors des révolutions.

À un moment donné, si on commence à interdire ce genre d'investissement pour ces pays franco-africains, il va falloir le faire pour tout les pays non-démocratiques de la planète. On n'est pas sortis du bois.

Quand un gouvernement  ferme les yeux sur le blanchiment d'argent, ça s'appelle de la complicité.
Ce n'est pas l'ex dictateur tunisien Ben Ali qui a des investissements au Canada mais plutôt son gendre Matri et son beau frère Ble Hassen Trabelsi.  Après la pseudo révolution tunisienne, ce dernier est arrivé au Canada avec son jet privé, lui qui ne possédait pas un sou avant la prise du pouvoir de son beau frère.  De plus, Trabelsi était protégé par la GRC pendant son séjour au Canada.

Qui appelle au blanchiment ? Le gouvernement local ne considère même pas lui-même qu'il s'agit de blanchiment. Admettons qu'on saisisse, on fait quoi après ? On redonne au gouvernement local ?

Je serais curieux de savoir comment ça fonctionne dans d'autres pays, autre que la France et pas d'anciennes puissances coloniales. Les USA mettons, ils font quoi dans ces cas là ?