Auteur Sujet: Votre regard contemporain sur le cinéma  (Lu 4117 fois)

Votre regard contemporain sur le cinéma
« le: décembre 05, 2014, 11:30:18 am »
0
(pas sûr que le titre du fil soit tout à fait exact, Simone si tu trouves mieux je le changerai :smiley2:)

Je lance donc un fil à la suite d'une discussion que j'ai eue cette semaine avec des amis.

Pour vous mettre dans le bain, je vous montre deux extraits de films de quelques secondes (nul besoin d'écouter les vidéos au complet) :

À VOIR AVANT DE LIRE LE RESTE

10 secondes de ROSEMARY'S BABY (13m20 à 13m30)

http://www.dailymotion.com/video/xuucoo_rosemarys-baby-1968-720p-brrip-x264-yify-3_shortfilms

25 secondes de SEVEN SAMURAI (de 2m00 à 2m26 mettons)

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=JqpWOvjkULY" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=JqpWOvjkULY</a>

Spoiler for Hiden:
Ma question : pouvez-vous écouter ces deux extraits comme n'importe quelle autre scène de film que vous avez vue récemment ou si (comment pourrait-on appeler ça?) votre "conscience environnementale" et "votre empathie des animaux" est titillée/dérangée/agressée (chacun son degré de sensibilité) par le fait que le fait que :

1) Mia Farrow jette le talisman dans la bouche d'égout
2) le cheval soit visiblement stressé par les acteurs

Autrement dit, est-ce que ça vous "sort" momentanément du film?
« Modifié: décembre 17, 2014, 09:01:44 am par Cinéphile »
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

M. Bonheur

  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #1 le: décembre 05, 2014, 11:40:01 am »
0
Réponse:

Comme j'ai étudié en scénarisation et que je me considère comme un cinéphile, j'ai toujours un regard double quand je regarde un film.

D'un côté, j'observe avec recul le scénario, le jeu des comédiens, la mise en scène et les prouesses techniques et de l'autre, je suis un simple spectateur qui suit l'histoire qui m'est racontée.

Les deux regards se font simultanément et me permettre d'apprécier ou non à des degrés différents ce qui se passe à l'écran.
Le message ci-haut est une boutade.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #2 le: décembre 05, 2014, 11:45:51 am »
0
Les deux regards se font simultanément et me permettre d'apprécier ou non à des degrés différents ce qui se passe à l'écran.

Oui, ça c'est l'une des beautés du cinéma, mais est-ce que y a pas quelque chose qui te chicote davantage quand tu vois ces deux extrait-là?
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #3 le: décembre 05, 2014, 11:48:34 am »
0
Mon regard d'observateur moderne va souvent me faire ressentir des scènes différement que le spectateur de l'époque ou ce que le directeur devait s'imaginer.

Disons juste dans True Romance quand Arquette s'allume une cigarette dans un cinéma, ça n'a pas la même image pour moi en 2014 que quand ça été écrit en 1989.

Où le racisme dans The Searcher (1956), le film la toujours été et vu comme tel, mais probablement pas comme pour le spectateur moderne.
« Modifié: décembre 05, 2014, 11:56:22 am par MadChuck »

M. Bonheur

  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #4 le: décembre 05, 2014, 12:09:40 pm »
0
Un film, à la base, comme toute oeuvre artistique, est créé à son époque et est conçu pour être vu initialement dans ce contexte.

Pour une foule de raisons, je ne regarde pas un film de 1940 de la même manière que j'en regarde un de 2013.

J'ai vu Jaws pour la première fois l'année dernière, dans une version remasterisée au Cinéma du Parc. À cause de son impact culturel, j'étais familier avec le film, mais encore plus avec ses nombreuses parodies et toutes les influences dans d'autres oeuvres ultérieures. Évidemment, que mes réactions n'étaient pas les mêmes que si j'avais visionné ce long-métrage lors de sa projection initiale. Elles auraient été différentes aussi si je l'avais vu en Pan & Scan sur une petite télé à tubes quand j'étais petit. On ne s'en sort pas.
Le message ci-haut est une boutade.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #5 le: décembre 05, 2014, 12:26:01 pm »
0
Deux très bons exemples MadChuck.

Bonheur (MadChuck je te pose la question en même temps) je comprends ton exemple et come tu le soulignes, c'est un film que t'avais pas vu. Pour mieux démontrer ce que j'ai en tête, faut peut-être plus y aller avec des films que vous avez déjà vus. Est-ce qu'il y a des éléments qui vous chicotent aujourd'hui, mais que vous ne remarquiez pas lors du premiers visionnement?

Personnellement, je peux vous dire que Seven Samurai je dois l'avoir vu une 6-7 de fois, mais je ne pense au cheval dans cette optique que depuis les 2-3 derniers visionnements. Or, je suis pas mal certain que Mlle A (et bien d'autres), ça lui sauterait aux yeux dès le départ.

EDIT : j'ai ajouté le bout en gras
« Modifié: décembre 05, 2014, 13:03:41 pm par Cinéphile »
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #6 le: décembre 05, 2014, 13:40:04 pm »
0
En général, je dirais comme Bonheur...

J'ai deux niveaux de lecture, et l'un n'empêche pas l'autre. Un peu comme avoir deux fenêtres ouvertes sur le même écran. Il n'y en a pas un qui "pop" au devant de l'autre, et je peux suivre l'histoire du film sans être chicoté.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #7 le: décembre 05, 2014, 13:47:24 pm »
0
Citer
Est-ce qu'il y a des éléments qui vous chicotent aujourd'hui, mais que vous ne remarquiez pas lors du premiers visionnement?

Pour aller un peu avec ton sujet sur Gratton oui, et juste avec 6-7 mois de différence entre les deux visionnements, la scène du viol dans Wolf of Wall Street, elle m'avait pas frappé (ça avait rit dans le cinéma de mémoire faut dire), après avoir lu sur celle-si avec le sujet lancé par Simone, au revisionnement elle m'avait pas mal plus frappé.

http://www.imdb.com/title/tt0110729/

Même chose pour quand le mari viol sa femme dans Once Were warriors, en 1994 a 10-11 ans, un mari qui violait sa propre femme était un concept un peu étrange pour moi. (Pourquoi elle ne le quitterait telle pas le lendemain ?)

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #8 le: décembre 05, 2014, 13:58:40 pm »
0
@Gustavus : Entendons-nous, 99% du temps moi aussi je peux aussi suivre l'histoire du film sans être chicoté, mais auparavant c'était 100% du temps. L'analyse cinématographique et/ou scénaristique s'est développé avec le temps, mais la cigarette dont parle MadChuck je n'y pensais pas durant les années 1990. Aujourd'hui, je l'ai un peu plus dans face.

Autre exemple : Fourchette parlait récemment du racisme d'Hergé, mais en lisant Tintin au Congo 1931, la grande majorité des gens ne devait même pas le remarquer parce qu'ils partageaient cette vision "coloniale".

The Searchers, ça fonctionne un peu moins bien parce que le personnage de John Wayne y est volontairement raciste, contrairement à la plupart des westerns où les "Indiens" sont des ennemis d'abord et avant tout pour des raisons territoriales.
« Modifié: décembre 05, 2014, 14:01:44 pm par Cinéphile »
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #9 le: décembre 05, 2014, 14:03:45 pm »
0
The Searchers, ça fonctionne un peu moins bien parce que le personnage de John Wayne y est volontairement raciste, contrairement à la plupart des westerns où les "Indiens" sont des ennemis d'abord et avant tout pour des raisons territoriales.

Son personnage (et l'acteur) y sont volontairement raciste, mais contrairement aux westerns (ou au raciste en générale dans les œuvres de fiction) il ne l'est pas par méconnaissance, il a aucun préjugé, il parle comme 4 langues dont des langues amérindiennes, c'est lui qui connait le mieux leur coutumes, etc... Et malgré tout il considère mieux vaut être mort que devenir un des leurs, comme s'ils s'agissaient de zombie.

Mais le reste de l'armée présenté comme institution l'est aussi et de manière aujourd'hui qui est juste comique.

M. Bonheur

  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #10 le: décembre 05, 2014, 14:06:46 pm »
0
The Searchers, ça fonctionne un peu moins bien parce que le personnage de John Wayne y est volontairement raciste, contrairement à la plupart des westerns où les "Indiens" sont des ennemis d'abord et avant tout pour des raisons territoriales.

Ça s'apparente par exemple très bien à ton exemple d'Elvis Gratton, où le comportement du protagoniste est clairement à être vu de façon négative.
Le message ci-haut est une boutade.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #11 le: décembre 05, 2014, 14:07:06 pm »
0
MadChuck, oui bon, on s'entend que y a des grands pans de films qui ont changé depuis que t'avais 10-11 ans. ;)

Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #12 le: décembre 05, 2014, 14:13:32 pm »
0
J'ai vu aucun film dans les années 70's ciné ;)

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #13 le: décembre 05, 2014, 14:28:16 pm »
0
Autre exemple : Fourchette parlait récemment du racisme d'Hergé, mais en lisant Tintin au Congo 1931, la grande majorité des gens ne devait même pas le remarquer parce qu'ils partageaient cette vision "coloniale".

C'était une blague.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #14 le: décembre 05, 2014, 14:44:13 pm »
0
Son personnage (et l'acteur) y sont volontairement raciste, mais contrairement aux westerns (ou au raciste en générale dans les œuvres de fiction) il ne l'est pas par méconnaissance, il a aucun préjugé, il parle comme 4 langues dont des langues amérindiennes, c'est lui qui connait le mieux leur coutumes, etc... Et malgré tout il considère mieux vaut être mort que devenir un des leurs, comme s'ils s'agissaient de zombie..

Oui bon point, sauf que (et je réponds à Bonheur en même temps)...

The Searchers, ça fonctionne un peu moins bien parce que le personnage de John Wayne y est volontairement raciste, contrairement à la plupart des westerns où les "Indiens" sont des ennemis d'abord et avant tout pour des raisons territoriales.

Ça s'apparente par exemple très bien à ton exemple d'Elvis Gratton, où le comportement du protagoniste est clairement à être vu de façon négative.

Sauf que malgré tous ses défauts, John Wayne demeure le héros. Tu veux qu'il réussisse sa quête. Alors que Gratton est un anti-héros. À aucun moment on tient à ce qu'il réussisse ce qu'il entreprend, on veut surtout se moquer de lui.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #15 le: décembre 05, 2014, 14:54:47 pm »
0
Citer
Sauf que malgré tous ses défauts, John Wayne demeure le héros. Tu veux qu'il réussisse sa quête.

Ce qui en fait un des seuls vrai anti-héros de l'histoire.

Cependant y'a un bon moment que non tu ne veux pas qu'il réussisse sa quête (quand il décide de tuer sa nièce (ou fort probablement fille) si elle ne veut pas revenir) ou si tu connais l'histoire vrai qui a inspirée le film.

http://en.wikipedia.org/wiki/Fort_Parker_massacre

She was identified by her uncle, Isaac Parker, and returned to her family. Cynthia Ann never readjusted to the Anglo society, and died at the age of 43 in 1870 after starving herself to death

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #16 le: décembre 05, 2014, 14:55:35 pm »
0
Autre exemple : Fourchette parlait récemment du racisme d'Hergé, mais en lisant Tintin au Congo 1931, la grande majorité des gens ne devait même pas le remarquer parce qu'ils partageaient cette vision "coloniale".

C'était une blague.

Ben j'étais pas sûr qu'il plaisantait. Je lui ai posé la réponse, mais il m'a pas répondu.

Merci.

Je persiste à penser (et donc apparemment Fourchette aussi) que Hergé était un homme de son époque qui ne voulait pas mal faire. Sûrement un peu naïf et mal documenté en début de carrière.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #17 le: décembre 05, 2014, 14:59:16 pm »
0
She was identified by her uncle, Isaac Parker, and returned to her family. Cynthia Ann never readjusted to the Anglo society, and died at the age of 43 in 1870 after starving herself to death

Wow, jamais entendu parler de ça, merci!
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #18 le: décembre 05, 2014, 15:30:10 pm »
0
Mais lors de votre discussion, qu'est-ce qui ressortait au juste? Est-ce que vous vous disiez «jamais on ne verrait ce genre de scène au cinéma de nos jours?» ce genre de truc?

Ce qui était fascinant c'est qu'on ne tique pas sur les mêmes trucs et même quand ça arrive, le degré de "tiquage" n'est pas le même. Y a des choses qui nous "sortent du film", d'autres pas, mais surtout il y en a de nouvelles qu'on n'avait pas expérimentées avant.

Je vais te faire un parallèle pas rapport, mais qui va te parler parce que ça concerne Star Wars. Tsé les fameuses transitions entre les scènes :

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=z72bJXrVko4" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=z72bJXrVko4</a>

On dira ce qu'on voudra, ça ne marche pas (il me semble en avoir déjà parlé ici, mais je vais me répéter). Ok, on s'entend que Lucas n'a pas inventé ça, d'autres l'ont fait avant et après lui. Et si tu me dis qu'après x visionnements tu ne les vois plus ou même que tu ne les a jamais remarquées, je vais te croire, mais c'est pas un hasard si ça n'a pas été repris plus que ça après 1977. C'est pas fluide et ça revient à dire à ton spectateur : "Psst, en passant t'écoutes un film".

Le talisman dans Rosemary's Baby je le voyais pas avant. Maintenant, je suis pogné avec ça, je vais tout le temps y penser.
« Modifié: décembre 05, 2014, 15:46:58 pm par Cinéphile »
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

M. Bonheur

  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #19 le: décembre 05, 2014, 15:36:44 pm »
0
J'ai vraiment remarqué les wipes la première fois que j'ai vu le film sur grand écran (en 1997 lors des Special Editions).

En fait, je les avais déjà remarqués, mais sans que ça me dérange vraiment. À cette époque, je commençais à étudier le cinéma et m'intéressais plus particulièrement au montage. Rendu à la fin du visionnement du premier film, je m'y étais habitué et je me suis dit que c'était un effet de style qui s'appliquait bien. Maintenant, je me demande si J.J. Abrams va les utiliser dans le prochain épisode.
Le message ci-haut est une boutade.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #20 le: décembre 05, 2014, 15:46:49 pm »
+2
Maintenant, je me demande si J.J. Abrams va les utiliser dans le prochain épisode.

Je pense qu'une génération complète d'étudiant qui les ont utilisés tout croche dans des power point devrait décourager tous le monde de les utiliser maintenant.

« Modifié: décembre 05, 2014, 15:48:40 pm par MadChuck »

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #21 le: décembre 05, 2014, 15:48:07 pm »
0
lol
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #22 le: décembre 05, 2014, 16:07:50 pm »
0
Ben moi, le fait que le fait que Rosemary Woodhouse jette la bebelle contenant de la racine de tannis que lui avait offerte Minnie Castevet dans les égouts de NYC en 1968, je m'en tamponne le coquillard.

Voilà.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #23 le: décembre 05, 2014, 16:11:56 pm »
0
...et t'es pas le seul.

Maintenant, dis-nous, as-tu déjà eu cette impression avec d'autres scènes?

Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Lisa

  • Jeannette officielle du forum
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #24 le: décembre 05, 2014, 17:27:58 pm »
0
Je n'avais jamais remarqué les transitions dans les Star Wars.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #25 le: décembre 05, 2014, 17:54:32 pm »
0
Pour ma part elles font partie intégrante de l'Univers de Star wars, quoique Lucas s'en est beaucoup trop (et mal) servi dans les derniers films.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Amazone

  • Gueuse tout court
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #26 le: décembre 05, 2014, 20:03:30 pm »
0
Je trouve que le cinéma actuel ne fait que  reprendre ce qui a été fait mais avec de meilleurs moyens techniques. Moi, ça me fait chier qu'il y ait des suites et des avant suite et des après suite, ect.. Du réchauffé. Star wars, Hannibal, ect..Rien ne vaut un bon vieux Hitchcock. Même si j'ai toujours vu ( c'en était même fatiguant quand j'étais ado) Le romain avec une montre dans le bras ou l'indien avec des espadrilles.Mais si je songe à la télé c'est une autre histoire! Jinny qui appelle son astronaute ''Maitre'' gros comme le bras. Aujourd'hui, je trouve ça agaçant. À l'époque, je l'écoutais sans même y penser.
Je suis pas morte!

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #27 le: décembre 05, 2014, 20:19:48 pm »
0
Je trouve que le cinéma actuel ne fait que  reprendre ce qui a été fait mais avec de meilleurs moyens techniques. Moi, ça me fait chier qu'il y ait des suites et des avant suite et des après suite, ect.. Du réchauffé. Star wars, Hannibal, ect..

SI on regarde que les blockbuster ça peut donner c'est très fausse impression, il se fait entre 400 et 600 films qui sortent dans nos cinémas nord américains par années, et la majorité sont habituellement des films originaux (et la quasi totalité sont fait avec moins de 1 millions de dollars) ou proche de la moitié.

http://www.the-numbers.com/market/sources

Entre 1995 et 2014 y'a eu 5,370 films originaux pour 271 remake, 147 comic book, 1562 adaptation de livres, 2008 biopick.

Si tu regardes pour l'an passé:
http://www.the-numbers.com/market/2013/summary

40% sont originaux, 20% adaptation de livres, 12.8% comics, 8.5% historique/biographique.

Évidemment y'a plusieurs script originaux qui sont des suites de films originaux, mais tous de même il se fait beaucoup de stock nouveaux.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #28 le: décembre 05, 2014, 22:37:52 pm »
0
Du réchauffé. Star wars, Hannibal, ect..

Moi qui pourtant a vu le premier Star Wars genre 150 fois, épisodes V et VI au moins 25 fois chaque, commander le masque de Darth Vader des É-U, acheter le téléphone R2-D2 et je n'sais combien d'autres bebelles du genre, on dirait que j'ai un peu décroché lors de la deuxième trilogie.

The Phantom Menace et Revenge Of The Sith étaient pas mal mais j'ai détesté Attack Of The Clones (le seul de la série que je n'ai vu qu'une seule fois d'ailleurs).

Rien ne vaut un bon vieux Hitchcock.

Justement, j'ai regardé La Mort Aux Trousses tantôt.  :smiley17:

Un autre film que j'adore : http://libertyland.tv/films/streaming/5752-l-armee-des-ombres.html

Dans mon top 10 des meilleurs films ever.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #29 le: décembre 05, 2014, 22:59:22 pm »
0
Jinny qui appelle son astronaute ''Maitre'' gros comme le bras. Aujourd'hui, je trouve ça agaçant. À l'époque, je l'écoutais sans même y penser.

Ah wow, quel bel exemple!

Je trouve que le cinéma actuel ne fait que  reprendre ce qui a été fait mais avec de meilleurs moyens techniques. Moi, ça me fait chier qu'il y ait des suites et des avant suite et des après suite, ect.. Du réchauffé. Star wars, Hannibal, ect..

Si on regarde que les blockbuster ça peut donner c'est très fausse impression

Avoue que c'est quand même ce que bien des gens regardent. Une bonne proportion de gens ne vont au cinéma qu'une dizaine de fois par année au cinéma si c'est pas moins. Leur vision à eux c'est pas mal celle-là (image qui a déjà été postée ici, je me demande même si c'était pas toi qui était arrivé avec ça) :

Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #30 le: décembre 05, 2014, 23:09:01 pm »
0
C'était peut-être moi et c'est certainement vrai pour les films à gros budget tout comme pour les jeux vidéo à gros budget, c'est tellement devenu risqué et couteux.

Mais dans ces deux mondes, quand on sort des grosses productions il a quand même beaucoup d'originalité.


Citer
Une bonne proportion de gens ne vont au cinéma qu'une dizaine de fois par année au cinéma si c'est pas moins.

Très vrai, mais une assez bonne proportion ont Netflix et ont vue une longue liste de scénario originaux de disponible.

Berslak

  • Un texte.
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #31 le: décembre 06, 2014, 02:49:11 am »
0
Ya aussi simplement beaucoup plus de films qu'avant qui sortent chaque année.

Autant de films originaux qu'il y a 40 ans.  Avec en plus énormément plus de blockbusters, de suites et d'adaptations.
Yeah! Une signature!

Lisa

  • Jeannette officielle du forum
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #32 le: décembre 06, 2014, 07:16:25 am »
0
Ouais, faudrait le faire en proportion pour que ce soit juste.


Genre, le 10% des tops films.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #33 le: décembre 06, 2014, 10:23:25 am »
0
@Gustavus : Entendons-nous, 99% du temps moi aussi je peux aussi suivre l'histoire du film sans être chicoté, mais auparavant c'était 100% du temps. L'analyse cinématographique et/ou scénaristique s'est développé avec le temps, mais la cigarette dont parle MadChuck je n'y pensais pas durant les années 1990. Aujourd'hui, je l'ai un peu plus dans face.

Autre exemple : Fourchette parlait récemment du racisme d'Hergé, mais en lisant Tintin au Congo 1931, la grande majorité des gens ne devait même pas le remarquer parce qu'ils partageaient cette vision "coloniale".

The Searchers, ça fonctionne un peu moins bien parce que le personnage de John Wayne y est volontairement raciste, contrairement à la plupart des westerns où les "Indiens" sont des ennemis d'abord et avant tout pour des raisons territoriales.

Moi Tintin au Congo ne me dérange pas. Je suis capable de le lire avec un peu comme des «lunettes 1920», ou plutôt, des lunettes qui sont plus intemporelles/universelles, sans mon jugement et mes idées d'aujourd'hui. Ça ne veut pas dire que je tais ma conscience, mais c'est vraiment comme deux fenêtres sur le même écran; si je porte mon attention à l'une d'elle, l'autre ne me dérange pas du tout, environs 100% du temps (faudrait que j'y pense plus si je veux trouver des exceptions, il doit bien y en avoir).

Par exemple, dans les mousquetaires, les héros ont des valets, qui les appellent maître et qui dorment devant la porte sur de la paille. Les héros tuent Milady dans un simulacre de tribunal. Ils tuent pour un rien, un regard croche. Mais dans ma lecture, ces accrocs à notre morale à nous ne me dérange pas du tout. Même chose avec la cigarette à l'intérieur dans les films qui se passent des années 80. Je suis plongé dans l'histoire et l'univers du film, et ça ne me heurte pas du tout.

Un truc qui m'a vraiment poppé au visage, c'est quand j'ai lu Jean de Brébeuf, et qu'il parle des rumeurs et de calomnies qui se colportent chez les hurons, comme quoi la maladie qui les fait mourir serait venue d'un cadavre putréfié que les missionnaires auraient amenés de leur pays et qu'ils cherchent à faire manger aux gens pendant la communion. Là, j'avais beau essayer d'être vraiment dans la tête d'un missionnaire normand des années 1600, convaincu de sa mission, mais toute ma connaissance actuelle en microbiologie et ma sensibilité moderne sur la diversité des cultes et des croyances a refait surface.

Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #34 le: décembre 06, 2014, 10:38:08 am »
0
Un truc qui m'a vraiment poppé au visage, c'est quand j'ai lu Jean de Brébeuf, et qu'il parle des rumeurs et de calomnies qui se colportent chez les hurons, comme quoi la maladie qui les fait mourir serait venue d'un cadavre putréfié que les missionnaires auraient amenés de leur pays et qu'ils cherchent à faire manger aux gens pendant la communion. Là, j'avais beau essayer d'être vraiment dans la tête d'un missionnaire normand des années 1600, convaincu de sa mission, mais toute ma connaissance actuelle en microbiologie et ma sensibilité moderne sur la diversité des cultes et des croyances a refait surface.

Excellent exemple ça aussi.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

Amazone

  • Gueuse tout court
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #35 le: décembre 06, 2014, 11:44:12 am »
0
J'ai vu un film l'an dernier titré: Perfect mothers ou en français : Adore Dans ce film, tous les personnages fument la cigarette et ont toujours un verre de vin à la main. Du matin au soir. Interviewées à ce sujet, la réalisatrice et les actrices( Robin Wright et Noami Watts) on répondu que leur film  n'avait pas à être non-fumeur, non alcool. As-t-on des films non alcoolisés? As-t-on des films sans drogue? Est-il plus néfaste de voir quelqu'un fumer une cigarette que de voir une cervelle éclater?

   J'ai remarqué ça en partant, l'histoire de la cigarette dans ce film. Après, je me suis dit qu'en effet,un film a tous les droits. Le réalisateur lui donne le ton qu'il souhaite. Dans ce film, c'est comme si on avait fait un pied de nez à la loi et à la morale. car le sujet est controversé. Deux femmes de 40 ans tombent amoureuses du fils de 18 ans de l'autre.  Personnellement bien que les dialogues laissent à désirer, j'ai aimé cette entorse aux règlements. Ces femmes vivent dans un univers bien a elles dans un paradis balnéaire. Rien du monde extérieur ne semble les atteindre. Qu'elles fument et boivent fini par sembler ben normal.

   Maintenant, aujourd'hui, des cervelles éclatées, on nous en sert régulièrement comme dessert et ce au petit écran. Or, il fut un temps où on aurait vu une cervelle éclatée au cinéma et le film aurait été banni de toutes les salles. Mais tous les personnages fumaient.
   Je songe aussi à Lucky Luke et sa cigarette roulée au bec qu'on a changé pour une branche ou un brin de paille. J'ai eu ben de la misère. Je ne suis pas devenue fumeuse parce que Lucky Luke fumait!

  Autre exemple: Beep Beep roadrunner. Full violence comme tous les anciens dessins animés d'ailleurs. Je sais pas pour vous autres mais moi Le Beep Beep roarunner me fait rire à me rouler à terre.

Je me cite en exemple à cause d'un sujet qu'on a qualifié d'inadéquat à cause du sujet de la culture du viol. venez pas me faire à croire que le forum a toujours pensé ainsi. Faut parfois se censurer et éviter d'émettre une opinion qui pourrait déranger la morale.

   Piment fort: À l'époque rire des autres et scrapper des carrières d'artiste comme celle de la chanteuse Katleen on en prenait au petit déjeuner et on en voulait encore et encore!  Aujourd'hui le gars se ferait lapider sur la place publique. En passant, j'ai toujours trouvé ce show vraiment déplacé et méchant et j'ai refusé plus d'une fois d'y participer.
Je suis pas morte!

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #36 le: décembre 06, 2014, 12:07:45 pm »
0
Ya aussi simplement beaucoup plus de films qu'avant qui sortent chaque année.

C'est vrai, beaucoup plus de films indépendant souvent originaux, alors que les studios eux ont diminué la quantité de films qu'ils font (la tendance est beaucoup à soit faire un très gros film événement, soit très petit, l'entre deux à la Gone Girl est rendu rare, le film a 50-60-70 millions)

Autant de films originaux qu'il y a 40 ans.

Je ne sais pas pour y'a 40 ans, mais 2 fois plus qu'il a 15 ans, l'arrivé du digital à fait diminuer de beaucoup certains coûts.

Autant de films originaux qu'il y a 40 ans.  Avec en plus énormément plus de blockbusters, de suites et d'adaptations.

Je sais pas pour le plus de blockbuster, ils sont rendu coûteux à faire, mais oui les gens vont beaucoup plus voire les événements, les franchises et les univers connu de toute sorte, Edge of Tomorrow cet été était pas moins bon que les blockbuster de franchise par exemple.

Le marché du film c'est un peu éloigné de la vedette du cinéma qui te permettait d'être sur de vendre ton film et en est devenu beaucoup plus un de genre ou d'univers.


Citer
Genre, le 10% des tops films.

http://www.boxofficemojo.com/yearly/chart/?yr=2014&p=.htm
Si on en enlève les suites, adaptations, franchises, il ne reste rien dans le top 15, mis a part à la limite les lego. Il faut aller a Interstellar.

Mais une adaptation d'un produit méconnu comme Guardians ou big hero 6 et un film original sera parfois mince pour le spectateur de toute façon et le créateur pourra avoir pris bien des libertés.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #37 le: décembre 06, 2014, 12:14:03 pm »
0
Citer
Maintenant, aujourd'hui, des cervelles éclatées, on nous en sert régulièrement comme dessert et ce au petit écran.

C'est plus ou moins vrai.

Il à énormément de violence dans les films mais si tu veux conservé ton pg-13, tu n'a pas le droit d'en montrer les conséquences, tu ne verras aucune conséquences des actes violents dans un film de super héros marvel par exemple et certainement pas une cervelle éclaté.

Certain pense que ça la même un effet un peu pervers de montré autant d'acte violent mais jamais les blessures.

Et le public payant qui va au cinéma est de plus en plus jeune, faisant en sorte que les films s'adresse de plus en plus à eux.


El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #38 le: décembre 15, 2014, 20:28:58 pm »
0
Après les scénarios à 99¢, voici la nouvelle mode Ho-Ho-Hollywoodienne:  L'effet Gravol.

Z

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #39 le: décembre 15, 2014, 20:39:19 pm »
0
Après les scénarios à 99¢, voici la nouvelle mode Ho-Ho-Hollywoodienne:  L'effet Gravol.


Je sais pas pour nouveau, c'est une tendance lourde la diminution du nombre de second accordé par plan:


Si tu parles de la caméra main libre comme des les films de Jason Bournes ou Captains Philipps j'imagine que c'est plus fréquent maintenant que les caméras sont plus légères.

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #40 le: décembre 15, 2014, 20:50:25 pm »
0
WoW!

Conclusion:  Les films sont de plus en plus minables et l'auditoire de moins en moins exigeant.

Cet "Effet Gravol", je trouve que c'est un manque total de respect envers l'auditoire.
C'est surement fatiguant et mauvais pour les yeux.

Comme une annonce de "char".
Z

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #41 le: décembre 15, 2014, 21:09:31 pm »
0
WoW!

Conclusion:  Les films sont de plus en plus minables et l'auditoire de moins en moins exigeant..


La conclusion facile à faire et probablement vrai c'est que le passage au cinéma parlé à diminuer de beaucoup la longueurs des plans dans 1900 et 1940 et que l'édition sur ordinateur à la toute fin des années 80 début 90 a permis aux gens d'éditer beaucoup plus facilement (et ils se sont mis a éditer beaucoup plus par le fait même).

En soit ce n'est pas meilleur ou pire en soit pour un film.

Pour ce qui est de l’exigence de l'auditoire, je ne sais pas trop, sur le marché domestique les suites qui suivent un film mal reçu sont souvent durement touchées au box office.

« Modifié: décembre 16, 2014, 18:06:34 pm par MadChuck »

M. Bonheur

  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #42 le: décembre 16, 2014, 08:12:20 am »
0
Il y a aussi le fait que puisque l'on ne tourne plus sur pellicule, les coûts de tournage ont beaucoup diminué, ce qui rend la possibilité de tourner les scènes sous différents angles moins onéreuse. Cela demande moins de discipline de la part du réalisateur, soit, mais offre en revanche davantage de possibilités lors de la postproduction et permet au cinéaste d'offrir aux spectateurs une vision plus proche de ce qu'il avait en tête au départ.
Le message ci-haut est une boutade.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #43 le: décembre 16, 2014, 09:16:26 am »
0
Il y a aussi le fait que puisque l'on ne tourne plus sur pellicule

Faudrait void l'impact le graphique finnissant en 2005 les caméras digitales étaient encore marginales.   

Yannick

  • affaffaffaaa
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #44 le: décembre 16, 2014, 17:21:55 pm »
0
Une fois de plus, un regard incisif, poussé et réfléchi de la part d'El Kabong.

emsi

  • minuscules toutes
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #45 le: décembre 16, 2014, 17:38:10 pm »
+1
Comme une annonce de "char".

un peu de respect pour mon métier, de grâce.
je lévite.

cantabile

  • Membre fondateur du boys club et douchebag
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #46 le: décembre 16, 2014, 19:14:11 pm »
+1
"La pub est une charogne qui nous sourit".... C'est à lire même si ça date.
Les gens....

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #47 le: décembre 16, 2014, 19:36:09 pm »
0
Comme une annonce de "char".

un peu de respect pour mon métier, de grâce.
Le "char", ici, tue plusse que n'importe quelle guerre.

Le vendre est une chose, mais ceux qui la conçoive méritent le mépris.

En 1970, 100 chevaux-vapeur, c'était une auto sport.
Aujourd'hui, pas mal de carrosses ont plus de 200 cv sans être "sport".
Folie de consommation et de puissance.
Sans parler de tous ceux qui en ont besoin afin de se pavaner, du genre:  Je suis médiocre mais j'ai un super-char!
J'ai assez vu de belles camaros avec de beaux et jeunes machos rouler lentement afin de se pogner pute complètement crado sur la rue Ontario à six heures du matin!

Non, les "chars", c'est pas ma tasse de thé emsi.
Désolé.
Z

dalporto

  • Admin capo di tutti i capi
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #48 le: décembre 16, 2014, 19:47:24 pm »
0

En 1970, 100 chevaux-vapeur, c'était une auto sport.

En 1970 ils écrivaient "SPORT" sur les ailes d'une Chevette.

Mon père avait un 6 cylindres quand il était jeune, pis il avait le plus petit char du village, faque laisse faire avec ta psychologie automobile.

On fait aujourd'hui des voitures bien plus performantes qui consomment beaucoup moins.

Un Mustang 350 4 barils, ça boit combien d'après toi?

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Votre regard post-moderne sur le cinéma
« Réponse #49 le: décembre 16, 2014, 20:10:36 pm »
0
Un gallon, le temps de la déneiger.

Et malgré toutes les améliorations coté sécurité, on s'estropie en masse quand même.

Explique-moi ça!

La première chevette est sortie en 1975 monsieur le sportiff de salon.
« Modifié: décembre 16, 2014, 20:13:22 pm par El Kabong »
Z