Auteur Sujet: Aweye coupe Couillard : mesures d'austérité  (Lu 29206 fois)

Aweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« le: octobre 25, 2014, 14:01:52 pm »
0
<a href="http://www.youtube.com/watch?v=Y1fppwpz4hs" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=Y1fppwpz4hs</a>

http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/10/23/ode-mononc-serge-philippe-couillard-coupe-couillard_n_6035434.html?utm_hp_ref=mostpopular&ir=Canada+Quebec
« Modifié: mars 06, 2015, 10:59:21 am par megalomarc »

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #1 le: novembre 11, 2014, 18:36:25 pm »
0
Les pistes cyclables, ça coûte trop cher selon la radio poubelle et Couilard.

La Route verte en péril ?
Mauvaise nouvelle : le gouvernement du Québec compte carrément cesser de subventionner la Route verte, au moment où elle s’apprête à célébrer ses 20 ans, en 2015.

http://www.lactualite.com/blogues/le-blogue-art-de-vivre/la-route-verte-en-peril/

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #2 le: novembre 21, 2014, 14:04:37 pm »
0
Parce que les économistes, ils ne pensent pas tous pareil:
http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201411/20/01-4821073-finances-publiques-quebec-va-trop-vite-selon-pierre-fortin.php

Citer
«De la rigueur, oui, mais sans précipitation.» Pour lui, il vaudrait mieux comprimer les dépenses de 1 milliard $ par année pendant quatre ans plutôt que 4 milliards $ en un an.

«La priorité des priorités devrait être la réforme de fond en comble du système de santé qui écrase de plus en plus les autres missions de l'État», suggère-t-il.

Conférencier invité, jeudi, au colloque Retraites et Placements organisé par le Cercle finance du Québec et l'Association des conseillers financiers (CFA) de Québec, le réputé économiste de l'UQAM a prévenu que l'idée de vouloir s'attaquer avec précipitation au déficit budgétaire comportait son lot de dangers.

«En retirant 4 milliards $ de l'économie québécoise, le gouvernement peut provoquer une récession en 2016. Cet empressement peut aussi être la source d'une dure confrontation politique avec les secteurs qui ont déjà subi de fortes restrictions par le passé. Elle peut aussi causer d'autres risques, par exemple, en fonçant dans le tas avec des commissions externes - celle sur la fiscalité et l'autre sur la révision permanente des programmes - à qui on demande d'évaluer en six mois un budget qui se chiffre tout même à 95 milliards $, en oubliant de s'attaquer à l'éléphant dans la pièce que constitue le monde de la santé et en achevant de démoraliser l'administration publique québécoise qui risque de perdre ses meilleurs éléments.»

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #3 le: novembre 21, 2014, 14:26:59 pm »
0
Elles ont le dos large, les générations futures. On peut faire des tonnes de choses juste pour elles. Surtout en période d’austérité,

http://www.lactualite.com/actualites/politique/pour-en-finir-avec-les-generations-futures/

Jay.

  • Fifille Victimisante
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #4 le: novembre 21, 2014, 14:42:10 pm »
+1
Quand c'est rendu que même Jean Lapierre parle de "rupture du contrat social" en parlant des Libéraux, ça va pas bien.
J'avais une idée de signature géniale, mais je ne m'en rappelle plus.

sharl

  • Taupe vaillante
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #5 le: novembre 21, 2014, 15:56:20 pm »
0
Mon oncle Serge et Mike Ward ont l'air de chier de l'argent. Faudrait les installer à la Santé et l'Éducation,,, 


MadChuck

  • Ing. BBQ
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #6 le: novembre 21, 2014, 16:01:42 pm »
0
Mon oncle Serge et Mike Ward ont l'air de chier de l'argent. Faudrait les installer à la Santé et l'Éducation,,, 

Serge j'aurais des doutes, Ward pas pire oui, y'a payé comme 140 000$ d'impôt en 2012.

dalporto

  • Admin capo di tutti i capi
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #7 le: novembre 21, 2014, 16:59:56 pm »
0
Je viens d'entendre une propriétaire de garderie à la radio qui se plaignait qu'ils n'auraient plus les moyens de donner du quinoa aux enfants et qu'ils devraient revenir aux patates pilées;

Kessé?

cantabile

  • Membre fondateur du boys club et douchebag
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #8 le: novembre 21, 2014, 17:11:21 pm »
+2
Mon oncle Serge
On s'en sacre de ton oncle Serge. Par contre j'aime bien Mononc' Serge.
Les gens....

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #9 le: novembre 21, 2014, 17:13:22 pm »
0
Mon oncle Serge et Mike Ward ont l'air de chier de l'argent. Faudrait les installer à la Santé et l'Éducation,,, 



Ah oui, Mononc' Serge, le gars qui vend des milliers d'albums et remplit régulièrement le Centre Bell.


Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #10 le: novembre 21, 2014, 17:17:17 pm »
0
et qu'ils devraient revenir aux patates pilées;

Kessé?

Avec du baloney cuit pis du Ketchup.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #11 le: novembre 21, 2014, 17:17:38 pm »
0
Et ou ca, de l'austérité?

dalporto

  • Admin capo di tutti i capi
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #12 le: novembre 21, 2014, 17:20:57 pm »
+1
et qu'ils devraient revenir aux patates pilées;

Kessé?

Avec du baloney cuit pis du Ketchup.

Chez nous on appelle ça du steak de jobber.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #13 le: novembre 21, 2014, 23:23:31 pm »
0
Et ou ca, de l'austérité?

Effectivement, quelle austérité ? Les dépenses gouvernementales augmentent sans cesse. Depuis 2006, le PIB a augmenté de 25 % et les dépenses de 33 %. Ça ne marche pas. Même les CPE à propos desquels toutes les bonnes femmes semblent chialer de ce temps-là, la contribution des parents à l'origine était supposée être de 20 %. On est rendu de loin de ça aujourd'hui avec juste 7 $

Qu'on en finisse avec les gels et moratoires et qu'on indexe à mesure. On va s'éviter des psychodrames niaiseux comme ce qu'on voit avec les CPE et ce qu'on a vu avec les frais de scolarité. 

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #14 le: novembre 21, 2014, 23:28:35 pm »
0
Elles ont le dos large, les générations futures. On peut faire des tonnes de choses juste pour elles. Surtout en période d’austérité,

http://www.lactualite.com/actualites/politique/pour-en-finir-avec-les-generations-futures/


Tu cites vraiment un épais comme Mathieu Charlebois ? C'est incompréhensible qu'un gars comme lui puisse avoir une chronique dans L'Actualité. Tous les chroniqueurs ont une spécialité quelconque: Chantale Hébert la politique, Pierre Fortin et Pierre Duhamel l'économie, etc. Lui ce Mathieu c'est quoi ? Rien, juste faire des chroniques épaisses au second degré. C'est comme Stéphane Laporte dans LaPresse: une plaie.   

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #15 le: novembre 22, 2014, 10:08:16 am »
+1
Elles ont le dos large, les générations futures. On peut faire des tonnes de choses juste pour elles. Surtout en période d’austérité,

http://www.lactualite.com/actualites/politique/pour-en-finir-avec-les-generations-futures/


Tu cites vraiment un épais comme Mathieu Charlebois ? C'est incompréhensible qu'un gars comme lui puisse avoir une chronique dans L'Actualité. Tous les chroniqueurs ont une spécialité quelconque: Chantale Hébert la politique, Pierre Fortin et Pierre Duhamel l'économie, etc. Lui ce Mathieu c'est quoi ? Rien, juste faire des chroniques épaisses au second degré. C'est comme Stéphane Laporte dans LaPresse: une plaie.   

C'est une chronique d'humeur. Un genre qui existe depuis longtemps en journalisme. Je peux te citer plein de journalistes qui n'ont pas de spécilaité. Pat Lagacé, Pierre Foglia. Je ne dis pas qu'il est à leur hauteur,  mais une spécialité pour un chroniqueur n'est pas obligatoire comme tu sembles le prétendre.

Tu le compares à Stéphane Lapointe? Tu ne le trouves ni drôle, ni intéressant? C'est sûrement du en grande partie au fait que ses opinions sont à l'opposée des tiennes. Moi je considère qu'il soulève de bons points tout en me faisant sourire et parfois même rire à haute voix ( oui oui). Tsé la rire, déconner, ce que tu ne sembles pas faire souvent dans la vie.

« Modifié: novembre 22, 2014, 11:57:50 am par Tam! »

dalporto

  • Admin capo di tutti i capi
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #16 le: novembre 22, 2014, 10:14:16 am »
0
Si ils sont pour taxer les boissons gazeuses, avez-vous un contact pour du John Collins à plume?

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #17 le: novembre 22, 2014, 16:22:10 pm »
+1
Citation de: Evergreen
Effectivement, quelle austérité ? Les dépenses gouvernementales augmentent sans cesse.

C'est pas un argument ça.

Si les dépenses du gouvernement augmentaient de 10% mais qu'en même temps, le premier ministre s'arrogeait 50% du trésor public comme dans les dictatures, la différence serait pris dans les poches de la population en augmentations de tarifs et diminutions de services.

L'austérité dont parle à peu près tout le monde, ce n'est pas ce qui est demandé à l'état, en tant que structure, mais ce qui est demandé à la population, en diminution de niveau de vie.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #18 le: novembre 22, 2014, 16:59:37 pm »
0
Larousse : "Politique économique visant à réduire l'ensemble des revenus disponibles pour la consommation, par le recours à l'impôt, au blocage des salaires, à l'emprunt forcé, aux restrictions de crédit et au contrôle des investissements."

Les gels salariaux et augmentations des divers tarifs sont des mesures associés à de l'austérité, que tu le veuille ou non Ever.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #19 le: novembre 22, 2014, 17:19:24 pm »
0
Appelez ça comme vous voulez, il reste que les dépenses du gouvernement augmentent à un rythme insoutenable. Si chaque mesure individuelle que prend le gouvernement pour corriger cela est de l'austérité, alors oui, c'est de l'austérité. Il y aurait ainsi de l'austérité partout et tout le temps. Si on regarde le portrait global, alors non, une augmentation des dépenses n'est pas de l'austérité, c'est une augmentation des dépenses. 

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #20 le: novembre 22, 2014, 17:27:17 pm »
0
Appelez ça comme vous voulez, il reste que les dépenses du gouvernement augmentent à un rythme insoutenable. Si chaque mesure individuelle que prend le gouvernement pour corriger cela est de l'austérité, alors oui, c'est de l'austérité. Il y aurait ainsi de l'austérité partout et tout le temps. Si on regarde le portrait global, alors non, une augmentation des dépenses n'est pas de l'austérité, c'est une augmentation des dépenses. 

Oui, une augmentation des dépenses est une augmentation des dépenses. Personne ne dit le contraire. On fait juste te répondre qu'il y a bel et bien des mesures d'austérité, chose que tu niais plus haut.

Personne ne met en doute qu'il y a une augmentation des dépenses.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #21 le: novembre 22, 2014, 17:41:04 pm »
0

L'austérité dont parle à peu près tout le monde, ce n'est pas ce qui est demandé à l'état, en tant que structure, mais ce qui est demandé à la population, en diminution de niveau de vie.


Mais pauvre naïf, notre niveau de vie actuel se fait à crédit !!!. On s'endette pour se payer des programmes sociaux. Tu penses qu'on aurait quoi comme réaction si on éliminait carrément des programmes, genre CPE ou assurance-médicaments ? Des émeutes d'une population habituée de se vivre par le gouvernement. Alors le gouvernement préfère ajuster les tarifs des programmes à l'augmentation des coûts. Ben oui ça va coûter plus cher au monde. Mais crisse, l'argent pousse pas dans les arbres. On instaure sans arrêt des nouveaux programmes et le coût de ces programmes augmentent de manière importante année après année. Me semble que c'est assez simple à comprendre. Si on ne coupe pas 1 $ aujourd'hui il va falloir en couper 3 dans quelques années quand on va être encore plus près du mur.   


Oui c'est plate, oui des gens sont affectés. Mais tu veux faire quoi ? Nous sommes déjà la juridiction la plus imposée et la plus taxée d'Amérique du Nord. La solution agréable serait une forte croissance économique qui gonflerait les revenus du gouvernement et des travailleurs, mais comme la population du Québec est la plus vieille d'Amérique et que la population active commence à baisser ( alors que celle de l'Ontario a augmenté de 60 000 l'an passée par exemple) il n'y a pas grand chose à espérer de ce côté. On pourrait contourner un peu ce problème en étant plus productif, mais encore là, nous sommes au contraire parmi les plus improductif au pays. Et chaque fois qu'on aurait on projet qui permettrait de créer des investissements et du développement, on en veut pas. OHHHHH mon dieu, on voudrait exploiter notre pétrole. Ben non ça pollue et c'est dépassé le pétrole. On voudrait exploiter notre gaz ? Vous n'y pensez pas sérieusement hein ? On voudrait développer les mines du Nord Québécois ? Mais non, les minières sont des capitalistes exploiteurs. On voudrait reconstruire des infrastructures comme l'échangeur Turcot ? Mais pauvre fou, on affecterait l'habitat de la couleuvre rayée brune !

Il fut un temps où le Québec n'avait pas peur de développer et où les Québécois étaient fiers de ces grands projets. Il est bien loin ce temps. On préfère notre petit déclin tranquille.

''''L'austérité'''' n'est que la conséquence de cette absence de croissance. En l'absence de croissance et en refusant de sacrifier certains des programmes sociaux les plus généreux d'Amérique du Nord, il n'y a d'autre choix que d'en augmenter fortement le coût pour la population.             

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #22 le: novembre 22, 2014, 20:45:23 pm »
0

L'austérité dont parle à peu près tout le monde, ce n'est pas ce qui est demandé à l'état, en tant que structure, mais ce qui est demandé à la population, en diminution de niveau de vie.


Mais pauvre naïf,

PAUVRE NAÏF!!!!!!!


Citer
notre niveau de vie actuel se fait à crédit !!!.

Je ne te le fais pas dire. Mais d'après toi, la somme des dettes publiques est-elle supérieure ou inférieure à la somme des dettes privées?? Et en proportion de leur part du PIB?

Le «secteur privé» (les ménages, les entreprises, etc.) est généralement beaucoup plus endetté que le secteur public. Et honnêtement, quand j'ai lu le début de ta phrase, je croyais que c'est de cela que tu voulais parler.

Citer
On s'endette pour se payer des programmes sociaux. Tu penses qu'on aurait quoi comme réaction si on éliminait carrément des programmes, genre CPE ou assurance-médicaments ? Des émeutes d'une population habituée de se [faire] vivre par le gouvernement.

Bin non. On s'endette pour payer des maisons trois fois grande pour ce que nous avons besoin (en espérant pouvoir la revendre plus cher). On s'endette pour payer des voitures et des véhicules qui valent la moitié de leur pris dès qu'ils sont sortis du magasin. Etc.

Ce que tu appelles «se faire vivre par le gouvernement», moi j'appelle ça «se mettre ensemble pour être plus fort, être en cohésion, avoir des meilleurs prix et des meilleurs deals». Est-ce que c'est toujours bien réalisé? Non. Est-ce qu'il y a du gaspillage, des abus, de la corruption? Oui. Mais tu oublies qu'un État (surtout lorsqu'il y a une part de démocratie comme ici) c'est à la base, l'instrument effectif d'un contrat social.

C'est ce qu'une société se donne pour pouvoir aussi se projeter dans l'avenir, se perpétuer. À ce titre, s'occuper de nos enfants et de l'éducation des jeunes, c'est pas mal la première priorité d'une société.

Si le mot «social» et «société» te fais chier, dis toi que même les plus grands inventeurs et entrepreneurs, Bill Gates, Edisson, Père Péladeau, Henri Ford, ne se sont jamais «fait tout seuls»; ils ont ajouté leur grain de sable à une pyramide sans laquelle ils n'auraient rien pu faire. Je parle de tout l'environnement social, culturel, l'accumulation de connaissances et de techniques qui les a précédé, la paix sociale dans laquelle ils ont prospéré, et les bienfaits de la nature qui ont permis à ce qu'ils tirent leur épingle du jeu. Dans un monde associal, ils n'auraient jamais rien fait.

Citer
Alors le gouvernement préfère ajuster les tarifs des programmes à l'augmentation des coûts. Ben oui ça va coûter plus cher au monde. Mais crisse, l'argent pousse pas dans les arbres. On instaure sans arrêt des nouveaux programmes et le coût de ces programmes augmentent de manière importante année après année. Me semble que c'est assez simple à comprendre. Si on ne coupe pas 1 $ aujourd'hui il va falloir en couper 3 dans quelques années quand on va être encore plus près du mur.   

C'est de la pensée magique. Il existe des programmes qui peuvent être rentable, ou s'autofinancer, et qui sont coupés par nos deux gouvernements actuels. Il existe des programmes qui rapportent indirectement dans d'autres colonnes. Ramener à l'école un décrocheur délinquant, c'est pas un programme qui rapporte en lui-même. Sa colonne «dépense» sera toujours plus grande. Mais transformer un futur prisonnier statistique en futur travailleur statistique, c'est extrêmement rentable de toutes sortes de manières. Même chose avec les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, etc.

Il y a des programmes nuls, inutiles ou mal chiés. Oui. Il y a aussi des programmes qui semblent coûteux, mais avec une vision un peu moins coincés rapportent beaucoup.

à suivre, peut-être...

Berslak

  • Un texte.
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #23 le: novembre 23, 2014, 04:12:10 am »
0
En bref :

La plupart des programmes ne sont pas que des bonbons à court terme et rapportent à long terme à toute la société.    Juste normal que les dettes contractées pour payer ces programmes se paient aussi à long terme.

C'est comme les gens qui empruntent pour investir.  Parfois, ça peut être payant.

Ceci dit, faut faire très attention avec ça.
Yeah! Une signature!

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #24 le: novembre 23, 2014, 04:20:58 am »
0
Personne ici ne remet en question que l'État a un rôle à jouer. Personne. Arrête de dire ça pour tenter de te faire bien paraître. On sait tous que l'État et ''la société'' sont importants et que un climat politique stable, des tribunaux impartiaux, des infrastructures efficientes et des gens bien formés sont des éléments essentiels.


À la base ça ne me dérange pas vraiment des programmes sociaux élargis. Plusieurs sont très bien à mon avis; la majorité même. Mais voilà, la où j'ai un sérieux problème, c'est quand ces programmes sont financés à crédit. C'est inadmissible. À chaque fois qu'on fait ça, on handicape les générations futures, on leur met un lourd fardeau sur les épaules et on les empêche de faire des choix autonomes dans l'avenir, car ils vont devoir payer nos dettes de consommations.

Mon point il est là: on ne génère pas assez de richesses pour supporter l'ensemble des programmes sociaux qu'on se donnent. Comme nous sommes les plus taxés et les plus imposés en Amérique du Nord, l'État ne peut pas vraiment pousser le bouchon plus loin de ce côté. Comme je l'ai dit précédemment, côté productivité et création de richesses, nous sommes en queue de peloton. Il ne reste que des coupes dans les programmes pour arriver à l'équilibre. Pis il faut pas trop s'en faire accroire non plus comme tu le fais un peu trop, ailleurs au Canada et aux États-Unis ils ont moins de programmes sociaux et ils survivent quand même, la Terre tourne encore pour eux aussi. Rajoutons à ça une certaine inefficacité propre à l'État et les inévitables abus quand l'État offre des programmes.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #25 le: novembre 23, 2014, 04:34:25 am »
0
En bref :

La plupart des programmes ne sont pas que des bonbons à court terme et rapportent à long terme à toute la société.    Juste normal que les dettes contractées pour payer ces programmes se paient aussi à long terme.

C'est comme les gens qui empruntent pour investir.  Parfois, ça peut être payant.

Ceci dit, faut faire très attention avec ça.

Non je ne suis pas d'accord. Il y a seulement les infrastructures à long terme qui peuvent se qualifier d'investissement. Je ne dis pas que certains programmes sociaux ne sont pas utiles pour l'avenir, mais ceux-ci devraient s'autofinancer. Genre si on dit que l'éducation c'est important ( ex: école gratuite au primaire, secondaire et cégep, droit de scolarité ridiculement bas, etc) alors on devrait aujourd'hui récolter les fruits de ces politiques appliquées par le passé. Les coûts de ces politiques devraient ainsi ''rouler''. Mais ce n'est pas toujours le cas.

Même des infrastructures devraient normalement s'autofinancer au lieu d'aller à la dette. La réfection de viaduc par exemple. On s'entend que c'est normal de devoir entretenir et remplacer des ponts au bout x nombres d'années. Alors pourquoi nous endetterions-nous pour ces dépenses normales ? En langage plus comptable, on calculerait ça comme de l'amortissement. Chaque année on devrait mettre une somme de côté en prévision du coût de remplacement d'une infrastructure, ou bien théoriquement, à chaque année les coûts de remplacement de ces infrastructures devraient être dans le budget normal du Ministère des Transports, au lieu de sortir du budget du gouvernement et d'aller directement à la dette  comme c'est le cas présentement.           

currius

  • NOT ONLINE ANYMORE
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #26 le: novembre 23, 2014, 06:38:43 am »
0
Un texte par un de tes héros, probablement, qui te feront ravaler tes arguments:

http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/424483/mourir-riche-ou-caves?utm_source=infolettre-2014-11-21&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Claude Béland - Ancien président du Mouvement Desjardins
Liberté, égalité, fraternité. Vous riez ? Oui, je comprends, il faut rire tant c’est gênant. Puisque ces nobles engagements inscrits dans les grandes chartes des droits des êtres humains sont ostensiblement bafoués. Au contraire sont glorifiées les libertés, même celles qui nuisent aux autres, les inégalités tant des droits que dans le partage de la richesse, l’exploitation maximale des ressources planétaires, le productivisme illimité, la concurrence, l’exploitation des uns par les autres, l’individualisme et une continuelle lutte des classes. Il en résulte un monde déréglé, violent, injuste.
 
L’excellent texte de Francine Pelletier paru dans Le Devoir du 19 novembre relance le cri de désespoir du poète Claude Péloquin, cet appel sculpté dans le grand mur du Grand Théâtre à Québec : «Vous n’êtes pas tannés de mourir, bande de caves ? » Le même jour, quelques pages plus loin, des exemples d’un monde stupide sur ce plan nous étaient communiqués au sujet de la fiscalité américaine : la rémunération de sept des trente plus grands patrons américains a dépassé en 2013 le montant payé par leurs entreprises en impôt fédéral sur les bénéfices. Par exemple, le patron de Boeing a reçu une rétribution de 23,3 millions en 2013, pendant que l’entreprise qui l’emploie et qui accumulait de grands profits ne versait aucun impôt au Trésor fédéral. Pis encore, le fisc a retourné 82 millions à Boeing !
 
Joseph Stiglitz, vice-président et chef économique démissionnaire de la Banque mondiale, ne cesse de dénoncer dans une série de livres sur l’échec de l’ultralibéralisme cet état des lieux contemporains. Il écrit, dans son livre sur les inégalités (éditions LLL) : « Dans le monde entier, les États ne s’attaquent pas aux problèmes économiques cruciaux, à commencer par le chômage chronique ; et quand les valeurs universelles d’équité sont sacrifiées de quelques-uns malgré les assertions rhétoriques clamant le contraire, le sentiment d’injustice se mue en sentiment de trahison. » La « bande de caves » que nous ne sommes pas n’est pas que trahie, mais impuissante. Comment, en effet, changer ces puissantes nouvelles valeurs universelles alors que les experts en communication (ou en relations publiques) sont plus entendus que les experts en informations. Informer, c’est renseigner, dire ce qui se passe, mettre au courant de quelque chose. Les communicateurs d’influence visent à promouvoir ou à défendre des intérêts, plus souvent économiques ou politiques, en utilisant comme levier l’opinion publique.
 
De l’utilité
 
Ceux-ci ont fort bien réussi à changer la définition du progrès, du succès, de la réussite. Réussir sa vie fut jadis faire une vie utile non seulement à soi-même, mais une vie utile à une collectivité heureuse. Désormais, le progrès, c’est la création de richesse — même si on ne parvient pas à la partager. Créer de la richesse, comme le dit Francine Pelletier, pour faire en sorte que les riches soient toujours plus riches tandis que les « autres » se raccrochent à un emploi fragile.
 
Comment comprendre qu’une grande banque canadienne puisse annoncer qu’après avoir accumulé 17 milliards de profits depuis quelques années, libérera 5000 employés au cours des prochains mois !
 
Les nouvelles valeurs universelles bien vendues par les communicateurs d’influence ont redéfini la réussite et le progrès. Ce n’est plus la création de l’emploi (pourtant le meilleur moyen de partager la richesse), c’est l’enrichissement illimité des actionnaires… et des salaires injustifiés et toujours plus élevés pour les hauts dirigeants. Réussir sa vie, c’est désormais mourir riche ! Ce sont les « caves » qui meurent pauvres… et plus jeunes.
 
Alors que les firmes d’information racontent ce qui se passe. Les firmes de communication d’influence nous communiquent leurs convictions d’un monde meilleur. Les « caves » que nous sommes, pourrions-nous trouver le financement nécessaire pour faire la promotion d’un monde libre, égalitaire et fraternel ? Un monde en cohérence avec ses engagements constitutionnels inscrits dans les grandes chartes. Ainsi, nous ne serons plus tannés de mourir. Nous serons satisfaits. Nous aurons réussi nos vies !

« Modifié: novembre 23, 2014, 06:50:14 am par currius »
?

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #27 le: novembre 23, 2014, 08:00:58 am »
0
Tu sais currius, des fois ça serait bien que tu lises ce que les gens écrivent au lieu de tenter de faire ton bully enragé. Ce texte dit pas mal ce que je dis : créer de la richesse pour soutenir le coût des programmes sociaux.   

Et évidement il faut faire les distinctions entre le Québec et les États-Unis. Ici, l'État représente 47 % du PIB, ce qui est gigantesque. Depuis 2006, le PIB a augmenté de 25 % alors que les dépenses de l'État ont augmenté de 33 %. Nous sommes loin d'être dans une ère où l'État rétrécit. En France, l'État représente 56 % du PIB, avec les résultats désastreux qu'on voit tous. Quand l'État prend trop en charge une population, il s'en suit une inévitable déresponsabilisation et une ignorance du coût véritable des services, en plus d'une incitation moindre à travailler, puisque l'État assure les besoins. Une très forte cohésion sociale peut partiellement pallier ces dérives, comme ça semble être le cas chez certains pays scandinaves. L'idéal est un équilibre, où il y a un filet minimum qui assure l'essentiel, mais pas trop confortable non plus pour que le travail soit encore le meilleur moyen d'améliorer son sort. Un État où la fiscalité assure justement cette incitation au travail et à l'investissement.

Que des grosses compagnies aux États-Unis évitent l'impôt, cela démontre clairement que le système fiscal américain est incroyablement mauvais. Le taux d'imposition des entreprises est de 35 %, ce qui est je crois le plus haut taux des pays industrialisés. Pas étonnant que les compagnies fuient ce pays ( fiscalement parlant). Burger King a fusionné avec Tim Horton exprès à cause de ça ( Au Canada où le taux fédéral d'imposition est de 15 %). Pour ça aussi que Pfizer a voulu acheter AstraZeneca pour déménager le siège social au Royaume-Uni. Pour ça aussi que Apple garde son argent ailleurs qu'en territoire américain. Les américains sont un peu stupides de ne pas réformer ce code fiscal dépassé qui leur nuit. 


Au lieu de faire des grandes envolées lyriques stériles, tu devrais regarder un peu plus la réalité et les chiffres, même si c'est moins attirant pour toi.         

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #28 le: novembre 23, 2014, 08:21:52 am »
0
Gustavus -1 pour avoir embarqué Brian de Palma dans le débat.
Some would compare Elvis to God. I'll admit he's good, but he's no Elvis.

sharl

  • Taupe vaillante
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #29 le: novembre 23, 2014, 09:19:16 am »
0
Au Québec, aucun gouvernement n'arrivera désormais à faire la réforme et les coupures qui s'imposent. La combinaison des puissants syndicats et de la pléthore des groupuscules de gauche omniprésents, amplifiée par la complaisance des médias publiques dominants, oppose une résistance beaucoup trop grande à tout changement le moindrement significatif.

Aussi, le changement qui s'impose devra nous être dicté de l'extérieur.

Comme la mère désespérée qui va implorer de l'aide pour son fils drogué, si j'étais Couillard j'irais voir les financiers de Wall Street et à genoux je leur supplierais de décoter le Québec urgemment.
« Modifié: novembre 23, 2014, 10:20:17 am par sharl »

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #30 le: novembre 23, 2014, 13:10:51 pm »
0
Citation de: Evergreen terra
La solution agréable serait une forte croissance économique qui gonflerait les revenus du gouvernement et des travailleurs, mais comme la population du Québec est la plus vieille d'Amérique et que la population active commence à baisser ( alors que celle de l'Ontario a augmenté de 60 000 l'an passée par exemple) il n'y a pas grand chose à espérer de ce côté.

L'austérité est le contraire de la croissance. Comment veux tu stimuler la croissance quand les gens perdent leur emplois, qu'ils doivent mettre la main dans leur poche à tout bout de champ, quand les biens essentiels augmentent sans arrêt? Que la population soit vieille ou jeune, ça ne change pas le fait que faire des mises à pied et couper dans des services essentiels, ça nuit à l'économie.

Citer
Mais voilà, la où j'ai un sérieux problème, c'est quand ces programmes sont financés à crédit.
Qui détermine ce qui est financé à crédit? Moi je dirais que ce sont les subventions aux entreprises et les crédits et reports d'impôts, les salaires des députés et des ministres, ceux des hauts cadres genre recteurs d'universités, bien des projets d'infrastructures qui sont en fait des subventions aux transport marchand routiers, ou carrément des deals entre amis aux frais du public, les contrats truqués assurément, etc.

Certainement pas les aides au devoirs, les petits déjeuners, les programmes de réinsertion sociale, les joujouthèques, les bibliothèques municipales, les services de garde, les formations universitaires, la recherche scientifique, la conservation des écosystèmes, les centres d'aides aux alcooliques/démunis/femmes battues/enfants pauvres/analphabètes, etc. Certainement pas les emplois des éducatrices spécialisées, des chargés de projets en économie d'énergie, des infirmières scolaires, des chargés de cours, des inspecteurs en environnement, etc. et ni leurs emplois, ni leurs fonds de retraite.

C'est le superflu qui est à crédit, pas l'essentiel. Voilà pourquoi mon message et celui de Currius sont des réponses pertinentes à ton discours. Pour définir ce qui est essentiel (non seulement en termes de valeurs humaine, mais aussi en termes d'économie) et ce qui est superflu. Tu reprends à ton compte le discours de droite baloney genre radio X qui prend pour acquis que ce qui coûte le plus cher, c'est ce qui distribue plutôt que ce qui s'accumule. Et que par conséquent, c'est ce qui doit être coupé.

De ce que j'en sais, jamais un modèle économique marchand n'a autant récompensé l'avoir et découragé le travail et la production que le nôtre. Il y a une différence entre être «anti-capitaliste» et admettre qu'il y a quelque chose qui cloche actuellement.

Citer
Mon point il est là: on ne génère pas assez de richesses pour supporter l'ensemble des programmes sociaux qu'on se donnent.

C'est encore à prouver.

Citer
Je ne dis pas que certains programmes sociaux ne sont pas utiles pour l'avenir, mais ceux-ci devraient s'autofinancer.

Voyons.

Tu connais ça l'agriculture? C'est comme si tu séparais ta saison en trois partie: printemps, été et automne, et que tu demandais à chaque partie de s'autofinancer. La partie printemps aura toujours plus de coûts, et la partie automne profite de la plupart des récoltes. Dans une société c'est pareille. Les enfants, les étudiants, ceux qui pognent une débarque dans leur vie, c'est comme le printemps, on travaille dessus. Et les taxes et impôts, la baisse de criminalité ou d'accidents, des gens en meilleurs santé, des gens qui travaillent et consomment, c'est la récolte et le retour sur l'investissement.

Tu ne peux pas demander au «printemps» de s'autofinancer. Ni aux bébés.
Ça c'est une dérive complètement absurde de «l'ultra-libéralisme», mais je suis sûr que ça serait le rêve de plusieurs. Endettez-vous dès la naissance et remboursez ce que vous avez couté en biberons et en purées. Endettez-vous quand vous avez un accident, quand vous voudrez étudier, et débrouillez-vous quand vous serez trop vieux.

Citer
Quand l'État prend trop en charge une population, il s'en suit une inévitable déresponsabilisation et une ignorance du coût véritable des services, en plus d'une incitation moindre à travailler,

C'est éventuellement un effet pervers véritable qu'il faut évidemment prendre au sérieux. Mais ce n'est pas ça qui cause les problèmes économiques actuels.

Citer
L'idéal est un équilibre, où il y a un filet minimum qui assure l'essentiel, mais pas trop confortable non plus pour que le travail soit encore le meilleur moyen d'améliorer son sort.

On n'en est plus là du tout!!!

Les gens se font mettre à la porte. Ce n'est quand même pas de leur faute. Tu crois que c'est en rendant la situation pire encore pour les chômeurs que tu vas stimuler l'emplois? Même si tu fusillais à vue tous les chômeurs, c'est les employeurs qui engagent ou mettent à la porte. Ce sont les clients qui ont ou qui n'ont pas de l'argent à mettre (qui ont un emplois ou non, une sécurité financière ou non...).

Il vaut bien mieux mettre des mesures qui encouragent l'emplois, la consommation et la sécurité financière au cœur de la population. Là où l'économie se passe réellement.

L'austérité fait le contraire.
« Modifié: novembre 23, 2014, 13:23:20 pm par Gustavus »

MadChuck

  • Ing. BBQ
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #31 le: novembre 23, 2014, 13:24:46 pm »
0
En 2012:
Environ 207 250 familles québécoises utilisent les services de garde éducatifs à l’enfance en mars 2012; les services sont offerts à plus de 240 000 enfants,

dépense nette de 1,6 milliard du Québec

Pour ce qui est de la dettes par rapport aux actifs des entreprises ils se portent relativement bien:



La dette publique canadienne par rapport au GDP est environ de quoi 70% je pense et le secteur public compte pour environ 40% du GDP, le ratio doit se ressemble pas mal entre les 2.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #32 le: novembre 23, 2014, 13:36:14 pm »
0
Comme la mère désespérée qui va implorer de l'aide pour son fils drogué, si j'étais Couillard j'irais voir les financiers de Wall Street et à genoux je leur supplierais de décoter le Québec urgemment.

C'est tellement idiot que tu confonds les moyens et les fins.

Habituellement, ils nous font accroire qu'il faut couper les services essentiels et augmenter les tarifs pour «protéger la cote du Québec».

Mais là, c'en est rendu que pour pouvoir couper les services et augmenter les tarifs, il va falloir aller décoter le Québec.

Lorsque la haine de soi et la stupidité n'ont plus de limite, lorsque le syndrome du larbin est poussé à l'extrême: Radio X, ça ne fait vraiment pas à tout le monde.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #33 le: novembre 23, 2014, 13:37:03 pm »
0
De ce que j'en sais, jamais un modèle économique marchand n'a autant récompensé l'avoir et découragé le travail et la production que le nôtre.

Et les nouvelles mesures qui fait kicker des dépenses fixes sur le rapport d'impôt à partir de certaines paliers rend le tout encore bien pire. Je ne serais pas surpris qu'il existe des gains négatifs maintenant (comme on le disait à la blague avant), avec l'impôt progressif normal c'est facile à compter et tu es toujours gagner de gagner plus.

Rajoute encourage la dépense au lieu de la production, l'angle et les discours sont souvent dans la création de consommateur, stimuler la croissance par la consommation au lieu de part la production (et en augmentant sont efficacité)

Plusieurs veulent diminuer les impôts et augmenter les taxes à la consommations pour encourager le travail et la production au maximum mais je ne pense pas que c'est prêt d'arriver.

MadChuck

  • Ing. BBQ
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #34 le: novembre 23, 2014, 13:40:21 pm »
+1
Citer
Tu ne peux pas demander au «printemps» de s'autofinancer.

C'est impossible que c'est ce qu'Ever voulait dire, moi je l'ai compris comme, la rentabilité des CPE à long termes (après 17 ans) est ce qui devrait faire en sorte qu'on ai l'argent pour se les payer. Si le décrochage n'a pas diminuer et que trop de gens qui coûtent de l'argent de l'état au lieu d'en rapporter en l'utilisant (je sais pas c'est à partir de quel salaire du parent qui ne reste pas à la maison que c'est une utilisation judicieuse de ressource, j'imagine qu'une étude est faite à chaque année), il faut peut-être ajuster la stratégie du printemps pour qu'elle soit payante à l'automne.

C'est impossible qu'il voulait dire que les routes devraient se payer directement d'elle même ou l'école primaire.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #35 le: novembre 23, 2014, 14:34:01 pm »
0
Exactement ça madchuck. Sinon on peut dire que n'importe quoi est ''payant'' à long terme et justifier le financement de ces programmes par endettement, ce qui est un non-sens. À part des barrages qui durent 100 ans, quasiment toutes dépenses devrait finir par se financer d'elles-mêmes au bout de quelques années.


Sinon soyez honnêtes, ne dites pas que telle ou telle mesure est ''payante''. Dites qu'elle est bonne, que c'est un choix, mais pas qu'elle est payante à long terme. Toute mesure n'a pas non plus à rapporter à long terme.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #36 le: novembre 23, 2014, 14:49:38 pm »
0
Citation de: Evergreen terra
La solution agréable serait une forte croissance économique qui gonflerait les revenus du gouvernement et des travailleurs, mais comme la population du Québec est la plus vieille d'Amérique et que la population active commence à baisser ( alors que celle de l'Ontario a augmenté de 60 000 l'an passée par exemple) il n'y a pas grand chose à espérer de ce côté.

L'austérité est le contraire de la croissance. Comment veux tu stimuler la croissance quand les gens perdent leur emplois, qu'ils doivent mettre la main dans leur poche à tout bout de champ, quand les biens essentiels augmentent sans arrêt? Que la population soit vieille ou jeune, ça ne change pas le fait que faire des mises à pied et couper dans des services essentiels, ça nuit à l'économie.



Un autre chose que tu as de la misère à comprendre jivre : le financement des États par l'émission d'obligation sur les marchés. Le Québec émet des milliards de dette sur les marchés; de 1 pour financer le budget courant qui est toujours déficitaire ( le déficit d'opération et les infrastructures essentiellement) et de 2 le renouvellement des obligations passées qui viennent à échéance ( parce qu'évidement on n'est pas capable de rembourser).


Quand un État perd le contrôle de ses dépenses, que son déficit va en s'aggravant, alors son besoin de financement va en augmentant alors que la confiance des créanciers va en diminuant. Qui voudrait prêter de l'argent à quelqu'un qui est insouciant ?

Alors voilà jivre, ce que tu n'arrives pas à comprendre, ce que la gauche en général n'arrive pas à comprendre, c'est qu'il arrive un point où on ne peut plus vivre à crédit. Toi tu arrives pas à te sortir de la tête que le déficit et les comptes budgétaires ne son pas que politique, ils sont aussi comptables. L'austérité, ou peu importe le nom qu'on peut donner à un ensemble de geste qui vise à reprendre le contrôle des dépenses publiques, devient nécessaire. Un État doit revenir le plus possible à une situation budgétaire saine et équilibrée. Sinon bien les acheteurs d'obligation vont aller ailleurs vers emprunteurs plus sécuritaires ou vont exiger un taux d'intérêt plus élevé.


Au cas où tu ne le saurais pas, le service à la dette est le 3e poste de dépense du gouvernement, plus que les Transport, la Famille, la Sécurité Publique, l'Agriculture, etc. De la dette on en a bien assez. Ça suffit maintenant. On ne peut plus continuer à s'endetter comme ça. Tu imagines le poids énorme des intérêts sur le budget si les taux d'intérêt commençaient à augmenter ?   

MadChuck

  • Ing. BBQ
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #37 le: novembre 23, 2014, 14:56:37 pm »
0
Tu imagines le poids énorme des intérêts sur le budget si les taux d'intérêt commençaient à augmenter ?   

À moins d'une augmentation violente ils continueraient à diminuer en moyenne tous de même, les longues obligations de 10-20 ans qui tomberait à échéances serait renouvelé à de meilleurs taux malgré tout. C'est pas comme 4.7% la moyenne des obligations en circulation ?

Et en cas d'augmentation violente ça ne concerne que les nouvelles dettes prises et ça ferait largement chuter la valeur de rachat des obligations actuelles sur les marchés, permettant au Québec de racheter sa dette à rabais en vendant une part de ses actifs.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #38 le: novembre 23, 2014, 15:09:08 pm »
0
Heu non, le gouvernement ne sortirait pas gagnant d'une hausse des taux, bien au contraire.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #39 le: novembre 23, 2014, 15:10:07 pm »
0
Un autre chose que tu as de la misère à comprendre jivre : le financement des États par l'émission d'obligation sur les marchés. Le Québec émet des milliards de dette sur les marchés; de 1 pour financer le budget courant qui est toujours déficitaire ( le déficit d'opération et les infrastructures essentiellement) et de 2 le renouvellement des obligations passées qui viennent à échéance ( parce qu'évidement on n'est pas capable de rembourser).


Quand un État perd le contrôle de ses dépenses, que son déficit va en s'aggravant, alors son besoin de financement va en augmentant alors que la confiance des créanciers va en diminuant. Qui voudrait prêter de l'argent à quelqu'un qui est insouciant ?

Alors voilà jivre, ce que tu n'arrives pas à comprendre, ce que la gauche en général n'arrive pas à comprendre, c'est qu'il arrive un point où on ne peut plus vivre à crédit. Toi tu arrives pas à te sortir de la tête que le déficit et les comptes budgétaires ne son pas que politique, ils sont aussi comptables.

Tu n'as pas besoin de me sortir des «tu comprends pas» à tout bout de champ. Non seulement je comprend ce que tu dis ici (pas dans tous les détails du sujet, évidemment, ce n'est pas mon domaine) mais en plus, je suis d'accord avec ça.

Citer
L'austérité, ou peu importe le nom qu'on peut donner à un ensemble de geste qui vise à reprendre le contrôle des dépenses publiques, devient nécessaire.

Je reprend à partir de Snookey:

Larousse : "ensemble de geste qui vise à reprendre le contrôle des dépenses publiques"

Larousse : "Politique économique visant à réduire l'ensemble des revenus disponibles pour la consommation, par le recours à l'impôt, au blocage des salaires, à l'emprunt forcé, aux restrictions de crédit et au contrôle des investissements."

Utilise les bonnes définition si tu veux communiquer efficacement.

Citer
Un État doit revenir le plus possible à une situation budgétaire saine et équilibrée. Sinon bien les acheteurs d'obligation vont aller ailleurs vers emprunteurs plus sécuritaires ou vont exiger un taux d'intérêt plus élevé.

Au cas où tu ne le saurais pas, le service à la dette est le 3e poste de dépense du gouvernement, plus que les Transport, la Famille, la Sécurité Publique, l'Agriculture, etc. De la dette on en a bien assez. Ça suffit maintenant. On ne peut plus continuer à s'endetter comme ça. Tu imagines le poids énorme des intérêts sur le budget si les taux d'intérêt commençaient à augmenter ?   

Oui, je suis d'accord. Je ne sais pas si le débat se situe là pour quelqu'un, mais je ne crois pas. Si tu veux faire des coupures pour «équilibrer le budget», mais que tu te retrouves à amputer ton économie de 1,1%, alors que tes économistes prévoyaient une croissance de 1,3% qu'est-ce que tu fais? Tu te retrouves à la limite de la récession, avec plein de chômeurs et pleins de cercles vicieux. Et ton budget, lui? Est-ce qu'il est équilibré tu penses?
« Modifié: novembre 23, 2014, 15:20:23 pm par Gustavus »

MadChuck

  • Ing. BBQ
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #40 le: novembre 23, 2014, 15:15:16 pm »
0
Heu non, le gouvernement ne sortirait pas gagnant d'une hausse des taux, bien au contraire.

Ça dépend si elle est juste pour lui ou généraliser.

Ce que je veux dire c'est que si les taux moyennes (à cause de veilles obligations à 7, 8, 10, 12%) est autour de 4.7% aujourd'hui, même si les taux doubles demain (de 1,40 % à 2.8%) les obligations qui tomberons à échances continuerons à être renouveller a de meilleur taux et faire diminuer la facture d'intérêt quand même.

Si les taux explose de 1,40 % à plus de 5% effectivement la le renouvellement ne fera plus diminuer la facture d'intérêt, mais la valeur de toute les obligations émises dans les 1-2% chuteront, et le Québec aura l'option d'acheter de sa dette à rabais en vendant une part de disons HQ ou avec une population nationaliste qui continue elle d'acheter des obligations pas chère (si la hausse des taux vise le Québec en particulier comme l’Espagne ou la Grèce et non généralisé).

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #41 le: novembre 23, 2014, 15:32:01 pm »
+1

Oui, je suis d'accord. Je ne sais pas si le débat se situe là pour quelqu'un, mais je ne crois pas. Si tu veux faire des coupures pour «équilibrer le budget», mais que tu te retrouves à amputer ton économie de 1,1%, alors que tes économistes prévoyaient une croissance de 1,3% qu'est-ce que tu fais? Tu te retrouves à la limite de la récession, avec plein de chômeurs et pleins de cercles vicieux. Et ton budget, lui? Est-ce qu'il est équilibré tu penses?


Mais jivre, ce serait une fausse croissance par endettement, exactement le problème qu'on a aujourd'hui. Si la solution était toujours plus de dépenses gouvernementales, on serait gras dur aujourd'hui, parce que le gouvernement dépense toujours plus, plus que la croissance du PIB.

On doit réduire la taux de croissance des dépenses, à défaut de les réduire tout court. Il faut cibler les dépenses qui n'affecteront pas la croissance. Je t'accorde que le gouvernement va trop vite, on s'entend. Il y a urgence d'agir, mais pas tout sur 1 an seulement. Mais le gouvernement veut fesser dans le tas en début de mandat pour arriver à la prochaine élection sans autres grosses coupures à annoncer. Je pense aussi que si on y va juste un petit pas à la fois, que le courage d'agir va s'estomper au fil du temps et des manifestations. C'est maintenant ou jamais je crois.   

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #42 le: novembre 23, 2014, 17:14:07 pm »
+3
Pourquoi t'as pas parlé de tout ça dans la dernière décennie? T'avais toujours l'air très satisfait du travail qu'effectuait les Libéraux de Charest, on t'a jamais entendu te plaindre de mauvaise gestion ou de dépenses excessives dans c'temps-là ;)
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #43 le: novembre 23, 2014, 17:18:34 pm »
0
Encore pire, il vote et revote pour ceux qui ont rendu le Québec dans cet état !

Dans le fond, tout ça est de ta faute Ever !

currius

  • NOT ONLINE ANYMORE
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #44 le: novembre 23, 2014, 17:52:43 pm »
0
Citer
Tu ne peux pas demander au «printemps» de s'autofinancer.

C'est impossible que c'est ce qu'Ever voulait dire, moi je l'ai compris comme, la rentabilité des CPE à long termes (après 17 ans) est ce qui devrait faire en sorte qu'on ai l'argent pour se les payer. Si le décrochage n'a pas diminuer et que trop de gens qui coûtent de l'argent de l'état au lieu d'en rapporter en l'utilisant (je sais pas c'est à partir de quel salaire du parent qui ne reste pas à la maison que c'est une utilisation judicieuse de ressource, j'imagine qu'une étude est faite à chaque année), il faut peut-être ajuster la stratégie du printemps pour qu'elle soit payante à l'automne.

C'est impossible qu'il voulait dire que les routes devraient se payer directement d'elle même ou l'école primaire.

Essaie de voir un peu plus loin que le bout de ton nez. Veux-tu? Les CPE sont un excellent outil pour préparer les enfants pour l'école, diagnostiquer d'avance des cas problèmes. C'est comme l'équivalent d'en REER social, mettre de l'argent dans l'enfance et faire confiance au système d'éducation pour prendre en charge ces enfants et les amener à bon port selon leurs capacités et en faire des citoyens responsables, productifs et heureux. Tant qu'à investir 250 millions dans des projets économiques créant 250 emplois et qui plient leurs valises après 2 ans. Je préfère qu'on investisse auprès de 7000 enfants pendant 3 ans pour leur avenir.

?

MadChuck

  • Ing. BBQ
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #45 le: novembre 23, 2014, 18:06:13 pm »
0
J'ai posé aucun jugement sur les CPE dans mon message (le si est pas sarcastique mais littéral).

Ils semblent coûter moins chère (environ 6600$ par enfant à l'état et 7$ par jours au parent) que leur équivalent ailleurs en Amérique du nord.

Citer
C'est comme l'équivalent d'en REER social

Effectivement, il devrait pouvoir (en gain de toute sorte et en évitement de coût de toute sorte) faire en sorte qu'on puisse se le payer à long terme.

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #46 le: novembre 30, 2014, 11:13:11 am »
0
Si vous lisez La presse pour vous informer, sachez qu'il y avait une énorme manifestation hier contre les mesures d'austérité, avec des dizaines de milliers de personnes, un peu partout au Québec. On parle de 200 000 personnes en tout.
J'dis ça par qu'on en parle à peine dans La Presse + de ce matin et sur le site.

Berslak

  • Un texte.
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #47 le: novembre 30, 2014, 11:28:49 am »
0
Si vous lisez La presse pour vous informer, sachez qu'il y avait une énorme manifestation hier contre les mesures d'austérité, avec des dizaines de milliers de personnes, un peu partout au Québec. On parle de 200 000 personnes en tout.
J'dis ça par qu'on en parle à peine dans La Presse + de ce matin et sur le site.

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201411/29/01-4823588-manifestations-contre-lausterite-a-montreal-et-a-quebec.php

C'est hier que ça s'est passé, c'est hier qu'on en parlait sur le site.

Item 18 dans "les plus populaires" en ce moment.
Yeah! Une signature!

Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #48 le: novembre 30, 2014, 11:59:32 am »
+1
La manif contre les coupures à Radio-Canada, c'était en une et il y avait pas mal moins de monde. Là dans la Presse + c'est à la page 16 du "Cahier A" sur une page avec 3-4 nouvelles et c'est le deuxième onglets, comme pour un fait divers ou une petite dépêche. Je ne suis pas fort sur les complots La Presse - PLQ mais là c'est très louche.

Et puis 18e item le plus populaire, ça montre que ça pas beaucoup eu d' "exposure", c'aurait du être facilement dans le top 5, c'est pas comme si il s'était passé un paquet d'affaires en 24h.

Berslak

  • Un texte.
Enweye coupe Couillard : mesures d'austérité
« Réponse #49 le: novembre 30, 2014, 12:18:07 pm »
0
La manif contre les coupures à Radio-Canada, c'était en une et il y avait pas mal moins de monde. Là dans la Presse + c'est à la page 16 du "Cahier A" sur une page avec 3-4 nouvelles et c'est le deuxième onglets, comme pour un fait divers ou une petite dépêche. Je ne suis pas fort sur les complots La Presse - PLQ mais là c'est très louche.

Et puis 18e item le plus populaire, ça montre que ça pas beaucoup eu d' "exposure", c'aurait du être facilement dans le top 5, c'est pas comme si il s'était passé un paquet d'affaires en 24h.

Le fait que c'est la deuxième fois qu'il y a une manifestation là-dessus (après celle de l'halloween) enlève probablement de la force à la nouvelle.
Yeah! Une signature!