Auteur Sujet: Cinéma documentaire  (Lu 18607 fois)

Cinéma documentaire
« le: octobre 29, 2011, 09:44:14 am »
0
Dans un effort pour créer de nouveaux sujets (j'aime toujours faire plaisir à admin), j'aimerais que nous isolions ici nos impressions sur les nouveaux documentaires visionnés, et qu'on en profite pour partager nos suggestions (par exemple, l'article que Bruitiste avait publié sur les dix meilleurs documentaires mettant en vedette des freaks, c'était bien, connaissez-vous d'autres palmarès qui recensent des documentaires de qualité ?).

C'est aussi, en Novembre, le mois du documentaire qui commence et avec lui, les Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal. Vous pouvez jeter un coup d'oeil à la programmation ici.

Pour ma part, je vais sûrement aller voir La vie commence demain et The future is now, un documentaire de 1949 qui porte sur l'homme d'aujourd'hui (avec Picasso, Sartre, Le Corbusier, etc.), et sa réactualisation en 2011, où Paul Ahmarani joue cet homme nouveau à la recherche de son identité.

Aussi, pour les gens comme Bruitiste et moi qui aiment les documentaires sur des marginaux, en voici un qui tourne mal, Work in progress.

Un documentaire sur l'absence de vision d'avenir dans les banlieues américains, Putty Hill. (Mon préféré dans la sélection jusqu'à présent, c'est sûr que vous m'y verrez.)

Et celui-ci qui pourrait intéresser les frères V., Backyard, un rockumentaire sur un groupe de rock islandais qui décide d'inviter ses amis groupes dans sa cour arrière pour filmer un concert gratuit et improvisé.
« Modifié: octobre 29, 2011, 09:45:50 am par Simone »
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Cinéma documentaire
« Réponse #1 le: octobre 29, 2011, 11:05:22 am »
0
Je commence avec le documentaire que j'ai écouté hier soir, The September issue, sur l'édition de septembre (je sais, c'était évident) du Vogue américain, le magazine de mode le plus lu au monde. Moi qui suis une grande consommatrice de documentaire liés au monde de la mode (le meilleur étant, et de loin, Lagerfeld Confidentiel), je ne m'étais jamais attardée à celui-ci, même si le sujet m'avait intéressée dès que j'avais été informée de sa parution. Il faut dire que le Vogue américain, c'est le mythe d'Anna Wintour, la femme qui dicte à vingt millions de femmes ce qu'elles porteront dans l'année qui suit. Or, même si la figure de Anna Wintour est importante dans le film, celui-ci ne tourne pas nécessairement autour d'elle. En fait, le film repose plutôt sur les épaules de Grace Coddington, la creative editor du magazine, qui produit des shootings photo complètement déments, artistiques et fascinants. À presque 70 ans (elle en avait 66 lors du tournage du film, elle en a maintenant 70), c'est une femme intelligente, très en avance sur son temps et sur le temps de tout le monde ou presque. Parce qu'elle est fascinante, le film vaut d'être vu ne serait-ce que pour la découvrir, mais il est aussi très bien monté, et il rend bien le rythme frénétique du milieu de l'édition de magazines ainsi que le mécanisme à la base de la création des trends. Je retiens aussi que même si Anna Wintour est probablement la femme la plus économiquement influente des États-Unis, sa famille juge que son travail n'est pas très sérieux parce qu'elle le fait dans le domaine de la mode. Les préjugés sont tenaces.

Très intéressant, mais il faut un intérêt minimum pour le monde de mode ou pour la création de tendances. Très pertinent aussi pour toutes celles qui ont adoré The Devil Wears Prada et qui voudrait voir le vrai visage de ce qui est illustré dans le livre/film.
« Modifié: octobre 29, 2011, 11:07:34 am par Simone »
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Cinéma documentaire
« Réponse #2 le: octobre 29, 2011, 13:26:51 pm »
0
Ça tombe bien, parce que n'étant pas une grande dévoreuse de cinéma (iiiishhh j'ai pas encore regardé mon film obligatoire #10: Requiem for a dream!!!!) je regarde encore moins de documentaires, mais je suis tombée dedans un documentaire justement il y a deux semaines. C'est Waste Land: un documentaire sur l'art. Le sujet du film est le projet de deux ans de l'artiste brésilien Vik Muniz, probablement mon artiste favori de tous les temps, qui est retourné au Brésil travailler avec les trieurs de matériaux recyclables, qui travaillent littéralement dans les montagnes d'ordures du plus grand dépotoir du monde. Il les prend en photo et reproduit leur portrait en format gigantesque, en remplaçant les zones ombragées par des déchets recyclables. Muniz a bâti sa réputation sur la double-lecture de ses oeuvres: de loin, on saisit l'image en tant qu'image et en tant qu'idée, alors que quand on s'approche tout près, on voit les matériaux utilisés pour faire l'oeuvre.

Le documentaire trace un portrait de chaque personne photographiée par Muniz pour ce projet, son quotidien en tant que travailleur à Gramacho, ses anecdotes, puis on voit le processus de création des images, alors que les travailleurs sont sollicités pour participer à l'élaboration des oeuvres. Un excellent film pour comprendre le sens derrière les oeuvres de Muniz, et s'interroger du même coup sur le sens de l'art social contemporain et du rôle des artistes aujourd'hui, d'un point de vue humanitaire. Un film vraiment émouvant, avec un puissant message d'espoir.

J'ai fait visionner le film à mes élèves de secondaire 3 et 4, malgré que le film soit en anglais et brésilien avec sous-titres. Les réactions et les questions suscitées par le film étaient pertinentes et intéressantes. C'est un documentaire très accessible et pas du tout réservé aux connaisseurs du monde des arts visuels.
« Modifié: octobre 29, 2011, 18:14:02 pm par Pédoncule »

Cinéma documentaire
« Réponse #3 le: octobre 29, 2011, 13:50:56 pm »
0
Oui, j'avais vu ta recommandation, je suis encore plus contente de lire ta critique. Je l'ai loué hier avec une trollée d'autres documentaires, je vais l'écouter dans la semaine qui vient. Merci d'avoir pris le temps de partager !! :)

Si tu as aimé Waste Land, je ne saurais que trop te recommander Exit through de gift shop de Banksy. On peut à la fois admirer des oeuvres de street art partout sur la planète et observer la construction d'un artiste "qui se vend", même à travers des moyens de diffusion non-traditionnels. Attention toutefois: c'est un documenteur, il faut donc être très critique durant le visionnement.

Tiens, voici ce que j'en avais dit dans Dernier film vu:

J'ai finalement vu Exit trough the gift shop de Banksy. Au départ, j'étais moyennement enthousiasmée, et pourtant, dès qu'on a commencé le visionnement, j'étais conquise. C'est comme deux films en un: il y a plusieurs séquences de footage sur des artistes du street art et sur leurs oeuvres, et il y a parallèlement à ça l'histoire de Thierry Guetta, un sorte de vidéaste amateur devenu street artist méga populaire par un concours de circonstances extraordinaires.

Le fait est que le parcours de Mr. Brainwash (Thierry Guetta) est très probablement manipulé par Banksy lui-même, qui aurait créé le personnage et ses oeuvres, le rendant populaire par la force du bouche à oreille sans qu'il n'ait aucune crédibilité artistique. Or, Mr. Brainwash vend ses oeuvres au prix fort actuellement, ce qui rend la démarche de Banksy encore plus pertinente parce qu'elle est une totale remise en question du commerce des biens symboliques.


Lire ceci pour plus d'informations sur le sujet.


Et le trailer.

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=GTlm6dU2xHk" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=GTlm6dU2xHk</a>
« Modifié: octobre 29, 2011, 13:56:54 pm par Simone »
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Cinéma documentaire
« Réponse #4 le: octobre 29, 2011, 16:04:53 pm »
0
[...]connaissez-vous d'autres palmarès qui recensent des documentaires de qualité ?).
J'avais apprécié cet article aussi:
http://newyork.timeout.com/arts-culture/film/599047/the-50-best-documentaries-of-all-time
Les genres sont désuets.

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #5 le: octobre 29, 2011, 16:11:25 pm »
0
Nice! Merci Bruitiste (et Daiva). J'adore les documentaires.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Cinéma documentaire
« Réponse #6 le: octobre 29, 2011, 16:20:16 pm »
0
Ce matin j'ai écouté Kanehsatake 270 ans de résistance  ( Disponible sur le merveilleux site de l'ONF )

J'ai vraiment trouvé ca interessant de revoir tout les évenements de la crise autochtones avec un recule de deux décénies. Le documentaire est a 95% une reconstitution des évenements avec une breve mise en contexte historique. Je suis certain que de nos jours la crise serait mieux couvert et qu'on fouillerait plus du coté du maire d'Oka et de son projet de terrain de golf et de développement domiciliaire.

http://www.onf.ca/selections/40-ans-du-fnc/visionnez/Kanehsatake_270_ans_resistance/

Cinéma documentaire
« Réponse #7 le: octobre 29, 2011, 18:13:38 pm »
0
Merci Daiva, et j'avais déjà lu ta critique sur Exit through the Gift Shop. Ça fait des siècles que je veux le voir, à peu près aussi longtemps que 127 heures. En attendant, j'ai vu sur Internet le documentaire sur le street artist montréalais Roadsworth, qui est bien intéressant aussi quoique très conventionnel dans sa facture. Exit through... m'a l'air beaucoup plus intéressant artistiquement parlant en tant que film.
Un documenteur qui m'a fait beaucoup rire c'est le moyen-métrage L'affaire Bronswik. Allez voir ça sur le site de l'ONF, ça vaut la peine!

Cinéma documentaire
« Réponse #8 le: octobre 30, 2011, 14:47:07 pm »
0
Merci pour l'article et pour ces deux suggestions à consommer sur le site de l'ONF. Je vais sans aucun doute regarder cela.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Cinéma documentaire
« Réponse #9 le: octobre 30, 2011, 17:08:05 pm »
0
Le site de l'ONF c'est rendu un de mes outils pédagogiques. Mon Dieu que j'adore le site de l'ONF. Je viens de m'abonner à leur version pour enseignants, c'est génial!
J'ai fait un projet en arts au primaire à partir du court-métrage d'animation Isabelle au bois dormant. Par un heureux hasard, le gars qui a fait ça est un ancien collègue d'université du prof que je remplaçais. Adorable, comique et des années de travail pour ce petit 9 minutes.

cantabile

  • Membre fondateur du boys club et douchebag
Cinéma documentaire
« Réponse #10 le: octobre 30, 2011, 18:09:52 pm »
0
J'aime bien le site de l'ONF et j'ignorais qu'il existait un abonnement pour enseignants. En quoi ça consiste au juste ? Je trouve rien à cet effet sur leur site.

EDIT: ok je viens de voir. Je vais m'informer pour voir si l'école peut assumer les frais d'abonnement.
« Modifié: octobre 30, 2011, 18:12:28 pm par cantabile »
Les gens....

Cinéma documentaire
« Réponse #11 le: novembre 03, 2011, 13:38:34 pm »
0
Depuis aujourd'hui (c'est comme un petit pain chaud) le New York Times diffusera de cours documentaires dans les pages opinions de son site web. Le projet est présenté comme un forum pour de cours documentaires d'opinions sur l'actualité, la vie moderne et les sujets historiques et ouvert aux différents courants artistiques.

Les gens sont même invités à soumettre les leurs.

Plus d'informations ici:
http://www.nytimes.com/2011/11/03/opinion/note-to-readers.html?smid=fb-nytimes&WT.mc_id=OP-SM-E-FB-SM-LIN-TSM-110311-NYT-NA&WT.mc_ev=click

Et le premier court métrage, sur Nixon, ici:
http://www.nytimes.com/2011/11/03/opinion/the-silent-majority-directors-statement.html?ref=opinion

Cinéma documentaire
« Réponse #12 le: novembre 06, 2011, 10:27:16 am »
0
De mon côté, consommation boulimique de documentaires cette semaine.

D'abord, Wasteland, tel que suggéré par Pédoncule, sur la démarche de Vik Muniz auprès des travailleurs du Jardim Gramacho, au Brésil, le plus gros dépotoir à ciel ouvert au monde. Je l'ai vu dimanche matin alors que j'étais pas mal fatiguée et malade, alors j'avoue ne pas avoir été aussi attentive que d'habitude, mais j'ai trouvé que le film mettait vraiment en lumière les bienfaits de l'art dans une collectivité instable. Même si le documentaire est de facture assez traditionnelle, les "personnages" mis en scène par Muniz sont particulièrement touchants et leur histoire donne une autre dimension au film.

J'ai finalement vu Bobby Fischer Against The World, documentaire excellent pour les gens qui aiment les films qui mettent en scène un personnage un peu étrange pour le suivre dans son délire. Dans le cas présent, on suit Bobby Fischer du championnat mondial des échecs de 1972 jusqu'à sa mort, en Islande. Le film tourne évidemment autour de la déchéance de Fischer, sur son esprit qui craque, sur ses délires paranoïaques et son attachement au Protocole des sages de Sion qui aura fini par faire de lui un conspirationniste. Il y a des choses qui m'ont surprise, dont je n'étais pas du tout au courant, comme les appels qu'il a fait à la radio publique aux Philippines (où il vivait en exil) qui célébraient les attentats du 11 septembre. Enfin, si le film est intéressant, ce qui en fait un documentaire extraordinaire, c'est que la majeure partie du film est entrecoupée de photos de Harry Benson, qui a été très proche de Fischer pendant presque toute sa vie, et qui est un portraitiste extraordinaire. Certains clichés, comme celui de Fischer qui perd son premier match contre Spassky après avoir fait un mouvement de débutant, parlent presque plus que le propos du film lui-même. J'ai adoré.

Aussi, j'ai revu deux films, dont Au Chic Resto Pop, un documentaire de 1991 sur un groupe d'assistés sociaux qui se reprennent en main afin de fournir des repas à bas prix aux gens du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Si le film offre un point de vue intéressant sur la réinsertion sociale de gens qui étaient sur l'aide sociale depuis des années, je l'ai surtout réécouté pour sa musique ! La démarche du film comprenait, aussi, de faire écrire les gens sur leurs épreuves et leur vie, et aidés de Steven Faulkner, ils ont mis le tout en musique. Ça donne des résultats vraiment intéressants dans certains cas.

(Un exemple à 23:50 du film.)

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=NpDc4Ch6s3I" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=NpDc4Ch6s3I</a>

Aussi, visionnement de Vous n'aimez pas la vérité - Quatre jours à Guantanamo, que j'avais déjà presque vu au complet, sur l'interrogatoire d'Omar Khadr mené par la Défense Nationale canadienne. Le film est composé de la bande vidéo de l'interrogatoire et entrecoupé d'entrevues avec des proches de Khadr et d'anciens co-détenus. C'est, en gros, une dénonciation de sa détention et de la violence psychologique à la base de cet interrogatoire, mais c'est aussi très éclairant sur "l'autre côté de la médaille", c'est-à-dire sur les sentiments d'Omar Khadr par rapport à sa propre situation.

Disponible sur le site web de Canal D.
« Modifié: novembre 06, 2011, 10:34:36 am par Simone »
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Cinéma documentaire
« Réponse #13 le: novembre 06, 2011, 11:56:49 am »
0
Je cherche à voir L'armée de l'ombre. Quelqu'un connaît ce film, documentaire sur les jeunes de la rue?

Cinéma documentaire
« Réponse #14 le: novembre 06, 2011, 12:51:06 pm »
0
youtube vieille dinde

Cinéma documentaire
« Réponse #15 le: novembre 06, 2011, 13:08:05 pm »
0
Je me rappelle de L'armée de l'ombre, c'est une film de la même fille qui avait fait Des marelles et des petites filles (mais je ne me rappelle plus son nom). En fait, je me rappelle du film, mais je me rappelle surtout que la trame sonore était quelque chose comme l'hymne de la légion étrangère tournée en boucle. C'était un film de type talking heads qui donnait surtout la parole aux jeunes de la rue, il me semble.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

cantabile

  • Membre fondateur du boys club et douchebag
Cinéma documentaire
« Réponse #16 le: novembre 06, 2011, 13:59:45 pm »
0
Je me rappelle de L'armée de l'ombre, c'est une film de la même fille qui avait fait Des marelles et des petites filles (mais je ne me rappelle plus son nom). En fait, je me rappelle du film, mais je me rappelle surtout que la trame sonore était quelque chose comme l'hymne de la légion étrangère tournée en boucle. C'était un film de type talking heads qui donnait surtout la parole aux jeunes de la rue, il me semble.


J'ai vu ce documentaire il y a longtemps et Simone le décrit fort bien selon mes souvenirs actuels. Je me souviens avoir trouvé ça intéressant, mais je me demande s'il est encore pertinent aujourd'hui. Sans doute que oui.

EDIT: il ya quelques extraits ici http://cinemaquebecois.telequebec.tv/#/Films/53/Clips/221/Default.aspx ça donne une bonne idée du ton du film.

C'est de Manon Barbeau si ma mémoire est bonne et ce n'est pas elle qui a fait ''des marelles et des petites filles''.

EDIT 2 : C'est bien ça !
« Modifié: novembre 06, 2011, 14:05:59 pm par cantabile »
Les gens....

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #17 le: novembre 06, 2011, 16:02:12 pm »
0
Ce matin j'ai écouté Kanehsatake 270 ans de résistance  ( Disponible sur le merveilleux site de l'ONF )

J'ai vraiment trouvé ca interessant de revoir tout les évenements de la crise autochtones avec un recule de deux décénies. Le documentaire est a 95% une reconstitution des évenements avec une breve mise en contexte historique. Je suis certain que de nos jours la crise serait mieux couvert et qu'on fouillerait plus du coté du maire d'Oka et de son projet de terrain de golf et de développement domiciliaire.

http://www.onf.ca/selections/40-ans-du-fnc/visionnez/Kanehsatake_270_ans_resistance/

Je l'ai écouté au complet moi aussi, et j'ai également trouvé ça très intéressant de voir ces événements 20 ans plus tard (j'étais un kid de 11-12 ans à l'époque).

J'me souviens à l'époque, on nous faisait avaler que c'était tous des criminels sauvages, en particulier Lasagne. On voit bien dans ce documentaire que ce n'était pas le cas, que ce sont des gens qui ne faisaient que se tenir debout devant l'injustice.

À leur place, j'aurais eu beaucoup plus de difficulté à contenir ma rage.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Cinéma documentaire
« Réponse #18 le: novembre 06, 2011, 16:35:43 pm »
0
Dans l'histoire du Québec et du Canada les amérindiens on toujours eu le mauvais role. J'en reviens pas encore de la belle démonstration d'hypocrésie qu'on a eu droit durant les cérémonies des jeux Olympique de Vancouver. C

'était quoi le nom du documentaire co-produit par Richard Desjardins... le peuple invisible ? j'aimerais bien le revoir celui la.

Cinéma documentaire
« Réponse #19 le: novembre 06, 2011, 16:58:46 pm »
0
Merci merci pour vos commentaires sur L'armée de l'ombre!

Et oui Dogma, c'est bien Le Peuple invisible, je veux le voir aussi, tu viens de me le remettre en mémoire.

Cinéma documentaire
« Réponse #20 le: novembre 06, 2011, 17:12:09 pm »
0
Merci merci pour vos commentaires sur L'armée de l'ombre!

Et oui Dogma, c'est bien Le Peuple invisible, je veux le voir aussi, tu viens de me le remettre en mémoire.

J'ai mis la main dessus finalement je vais essayé de l'écouter demain ou jeudi.
« Modifié: novembre 23, 2011, 17:29:04 pm par Dogma »

Cinéma documentaire
« Réponse #21 le: novembre 06, 2011, 19:25:10 pm »
0
2,50$ dans un club vidéo au pire?

Cinéma documentaire
« Réponse #22 le: novembre 06, 2011, 19:31:23 pm »
0
Je ne suis pas abonné a un club vidéo mais je l'ai réservé tantot à la biblioteque national. :smiley1:

Cinéma documentaire
« Réponse #23 le: novembre 06, 2011, 19:36:04 pm »
0
Ah non je suis pas rendue là, les clubs vidéo j'aime encore ça et je TIENS à leur subsistance! Mon préféré est Le 7e, au fond et au 2e étage du Atomic Café sur Ontario coin Joliette.

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #24 le: novembre 06, 2011, 19:37:59 pm »
0
Ah non je suis pas rendue là, les clubs vidéo j'aime encore ça et je TIENS à leur subsistance!

Tu risques d'être déçue dans un avenir assez rapproché.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Cinéma documentaire
« Réponse #25 le: novembre 06, 2011, 19:45:03 pm »
0
Les magasins de disques vont disparaître, les clubs vidéo vont disparaître, tout le monde va faire ses courses chez eux devant leur écran... Les rues désertes, les immeubles fermés ou déguisés en condos... Nononon, cette image est trop triste.

Cinéma documentaire
« Réponse #26 le: novembre 08, 2011, 10:22:30 am »
0
Les clubs vidéo de répertoire vont survivre parce qu'ils offrent un service spécialisé.

Mon club vidéo est est un club vidéo de répertoire. Le propriétaire a mon âge et il est adorable, alors je l'encourage le plus que je peux.

Hier, j'ai vu Page One - Inside the New York Times, un documentaire qui voulait faire le portrait du département "Media" du New York Times et qui a fini par devenir un portrait du monde de l'information en crise à l'heure où l'Internet menace le support papier et où des activistes comme Julian Assange prennent le chapeau de journaliste pour diffuser de l'information. J'ai trouvé que c'était un documentaire palpitant, qui dénonçait à la fois les problèmes financiers des grands consortiums d'information et les enjeux créés par la démocratisation de l'information (si le public ne veut pas lire une nouvelle sur un sujet X, à quoi bon l'écrire et la diffuser ? est-ce le mandat de la société de s'assurer que toute l'information soit traitée ou doit-on traiter l'information comme un produit de consommation puisqu'elle est intimement liée à la technologie ?) tout en donnant la parole aux gens du métier. En plus, la photographie est excessivement léchée, le film est d'une beauté formelle assez rare pour un documentaire de ce genre.

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=rwTMFXgf95c" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=rwTMFXgf95c</a>
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Mademoiselle A

  • Je sais pas de quoi vous parlez
Cinéma documentaire
« Réponse #27 le: novembre 08, 2011, 11:50:57 am »
0
Dans la frénésie du 10ème anniversaire des attentats du 11 septembre, j'ai visionné quelques documentaires disponibles sur tou.tv.
C'est sûr que si vous êtes déjà saturés de ce sujet dont on a beauuuucoup entendu parler, ça ne vous intéressera pas, mais c'est intéressant de voir les conséquences que ces événements ont eu avec un recul de 10 ans. L'impact sur les méthodes d'espionnage et de contre-espionnage, entre autres, c'est assez dérangeant (et fascinant, mais ça c'est mon faible pour le monde de l'espionnage ;P).

L'Amérique Top Secret
Le 11 septembre vu par Al Quaïda
La guerre secrète contre le terrorisme
Opération Mort ou Capture
A

Cinéma documentaire
« Réponse #28 le: novembre 08, 2011, 11:57:51 am »
0
Depuis aujourd'hui (c'est comme un petit pain chaud) le New York Times diffusera de cours documentaires dans les pages opinions de son site web. Le projet est présenté comme un forum pour de cours documentaires d'opinions sur l'actualité, la vie moderne et les sujets historiques et ouvert aux différents courants artistiques.

Les gens sont même invités à soumettre les leurs.

Plus d'informations ici:
http://www.nytimes.com/2011/11/03/opinion/note-to-readers.html?smid=fb-nytimes&WT.mc_id=OP-SM-E-FB-SM-LIN-TSM-110311-NYT-NA&WT.mc_ev=click

Et le premier court métrage, sur Nixon, ici:
http://www.nytimes.com/2011/11/03/opinion/the-silent-majority-directors-statement.html?ref=opinion

Je viens d'aller voir ce projet dont tu parlais. Ils frappent vraiment fort: le prochain film sera de Errol Morris, l'un des plus grans documentaristes américains (on est très très loin du style Michael Moore ici). Je suis emballée.
C'est exactement ça qu'est la littérature: d'habiles mensonges qui, secrètement, disent la vérité. - Simone de Beauvoir

Cinéma documentaire
« Réponse #29 le: décembre 21, 2011, 00:50:53 am »
0
Project Nim

Dans les années 70 un chercheur décide de confier Nim, un bébé chimpanzé, a une famille de hippie en leur donnant le mandat de l'élevé comme un enfant humain et de lui apprendre a communiquer par signes... Ce sera le début d'une série de mauvaises décisions qui faconnera la vie tragique de Nim. Project Nim documente 25 ans dans la vie tragique d'un Chimpanzé qui aura été utilisé, abandonné, drogué et exploité par des humains un peu inconscient de leur responsabilité.

Apres 3-4 minutes j'étais completement absorbé par la vie de cet animal qu'on a arraché tout bébé au bras de sa mere. Ceux qui ont vu le film A.I. de Spielberg ( le projet de Kubrick ) y feront facilement un parallèle vis a vis des obligations morales qu'on les humain. Le meilleur docu que j'ai vu cette année. Project Nim ne tombe jamais dans le pieges des méchants humains qui détestes les animaux, ici au contraire on se rend compte que les pires enemies des animaux sont plutot ceux qui pense les aimer mais mqui ne réalise pas la responsabilité qui viens avec.

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=IHoviCO7lpE" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=IHoviCO7lpE</a>

MadChuck

  • Ing. BBQ
Cinéma documentaire
« Réponse #30 le: janvier 08, 2012, 19:18:13 pm »
0
Project Nim

Je l'ai écouté et a environ 2-3 minutes dans le film, je me suis dit, quel mauvaise idée ils ont eu de prendre un chimpanzé mâle pour l'expérience, me semble que c'est chercher le trouble pour absolument rien.

Cinéma documentaire
« Réponse #31 le: janvier 08, 2012, 20:36:53 pm »
0
Toute l'expérience est un gros Fail scientifique et humain.

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #32 le: janvier 08, 2012, 22:45:21 pm »
0
J'écoute ça à l'instant :)
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #33 le: janvier 10, 2012, 19:55:35 pm »
0
Définitivement un des meilleurs docs que j'ai vus dans la dernière année.

J'arrête pas d'y penser depuis mon écoute.

Spoiler for Hiden:
Le bout où Nim revoit le docteur après quelques (années?) et le reconnait tout de suite en lui sautant dans les bras, c'est épouvantablement heartwrenching. Ça me fait penser aux épais qui abandonnent leurs animaux domestiques après les avoir aimés pendant des années...
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

MadChuck

  • Ing. BBQ
Cinéma documentaire
« Réponse #34 le: janvier 10, 2012, 20:05:58 pm »
0
Spoiler for Hiden:
Le bout où Nim revoit le docteur après quelques (années?) et le reconnait tout de suite en lui sautant dans les bras, c'est épouvantablement heartwrenching. Ça me fait penser aux épais qui abandonnent leurs animaux domestiques après les avoir aimés pendant des années...


Vrai, mais
Spoiler for Hiden:
C'était un ans après je pense, mais le fait que le docteur faissait juste ça (et c'est montré comme si c'était uniquement que pour ça) pour l'opération photo, a gâché un peu le moment pour moi et rendu le tout moins émouvant. Finalement le fait que le singe c'est immédiatement mis a zigné le chercheur a fait en sorte que le vidéo du monde qui retourne dans la savane voir leur lion la emporté pour moi.

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #35 le: janvier 10, 2012, 20:11:03 pm »
0
Spoiler for Hiden:
Quand j'ai dit heartwrenching, je voulais dire cruel. Parce que justement le crisse de docteur n'a fait ça que pour les photos. Mais le p'tit singe lui, pensait à tort qu'il allait enfin être sauvé de son enfer.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

MadChuck

  • Ing. BBQ
Cinéma documentaire
« Réponse #36 le: janvier 10, 2012, 20:31:12 pm »
0
A j'avais mal compris ce que tu voulais dire par heartwrenching.

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #37 le: janvier 10, 2012, 20:33:21 pm »
0
Le lion dont tu parles, c'est dans quel film?
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Cinéma documentaire
« Réponse #38 le: janvier 10, 2012, 20:37:20 pm »
0
Spoiler for Hiden:
Quand j'ai dit heartwrenching, je voulais dire cruel. Parce que justement le crisse de docteur n'a fait ça que pour les photos. Mais le p'tit singe lui, pensait à tort qu'il allait enfin être sauvé de son enfer.

Spoiler for Hiden:
Effectivement c'était cruel et pas mal idiot. En fait y'a rien qui tourne rond la dedans. Déja en partant Nim est le sixième bébé de sa mère et elle lui on tous été enlevé en tres bas age. Ensuite le Doc semble avoir des intentions louches avec la jeune étudiante des le départ.


Parlant de cave... Avez vous vu Grizzly man ?

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=ogYDUmIigw0" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=ogYDUmIigw0</a>

MadChuck

  • Ing. BBQ
Cinéma documentaire
« Réponse #39 le: janvier 10, 2012, 20:38:29 pm »
0
Grizzly man, oui c'est excellent pas mal, Tempo aimerait mieux qu'on utilise téméraire que cave cependant ;)

Cinéma documentaire
« Réponse #40 le: janvier 10, 2012, 20:41:13 pm »
0
Grizzly man, oui c'est excellent pas mal, Tempo aimerait mieux qu'on utilise téméraire que cave cependant ;)

haha !

Il est téméraire mais il est aussi pas mal zinzin ! Je suis confortable avec mon choix de mot.

Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #41 le: janvier 10, 2012, 20:41:48 pm »
0
Je dirais fucking cinglé en fait. Mais j'envie en esti tout le temps qu'il a passé dans la nature, loin des humains.

Spoiler for Hiden:
Pis les p'tits renards:  :smiley4:
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

MadChuck

  • Ing. BBQ
Cinéma documentaire
« Réponse #42 le: janvier 10, 2012, 20:57:42 pm »
0
Grizzly man, oui c'est excellent pas mal, Tempo aimerait mieux qu'on utilise téméraire que cave cependant ;)

haha !

Il est téméraire mais il est aussi pas mal zinzin ! Je suis confortable avec mon choix de mot.

J'me suis rappeller de lui après t'avoir répondu et je me suis justement dit que t'avais bien raison lui y'était assez simple d'esprit et cave en plus d'être téméraire.

Cinéma documentaire
« Réponse #43 le: janvier 10, 2012, 21:02:49 pm »
0
Grizzly Man, excellent!

Mais le type est clairement dérangé.


Wolfkiller

  • mi-homme, mi-cannabis
Cinéma documentaire
« Réponse #44 le: janvier 10, 2012, 21:07:09 pm »
0
Spoiler for Hiden:
Si je me souviens bien, le gars était un ex-junkie.

Ils sont toujours un peu dérangés.
Cosmos without hatred
Diamond stars of cosmic light
Quasars shine through endless nights

Cinéma documentaire
« Réponse #45 le: janvier 10, 2012, 21:15:34 pm »
0
Ah, me souviens pas de ça. Ça expliquerait bien des choses en effet...

C'est comme ceux qui jouent en bandés au poker. T'as beau leur dire "Y aller all in, ça marche tout le temps sauf une fois", ils vont continuer à jouer en cave jusqu'à ce qu'ils se fassent clancher.

Idem pour ce gars-là. Il y est allé un été, puis comme il ne s'est rien passé, il s'est dit que vivre avec des Grizzly ça se pouvait. L'été suivant, il a donc répété l'expérience. Et encore et encore jusqu'à ce que...

Spoiler for Hiden:


Cinéma documentaire
« Réponse #46 le: janvier 11, 2012, 22:06:23 pm »
0
Je fais juste lire sur ce forum, mais un tel sujet mérite que je m'ouvre la gueule.

ANVIL: THE STORY OF ANVIL
Probablement le meilleur docu sur le rock de toute l'histoire. On y suit deux dudes qui font du heavy metal depuis les années 80, qui ont l'estime de leurs pairs, qui font des bons albums... et pour qui ça marche jamais. Une preuve que dans l'industrie de la musique, parfois, il faut juste être au bon endroit au bon moment. Some kind of Monster, c'est de la bouette en comparaison!

SHARKWATER
Démystifie le mythe de Jaws et dénonce une industrie de braconnage qui n'a pas de bon sens. J'ai préféré ce film à l'excellent The Cove.

DEAR ZACHARY
La forme est plutôt maladroite, mais ça se comprend vu que le "cinéaste" qui l'a réalisé n'en est justement pas vraiment un. Je ne dis rien de l'histoire, tout ce que je peux dire, c'est que vous allez brailler. Surtout ceux qui ont des enfants.

THE ARISTOCRATS
Un docu sur l'inside joke la plus populaire et la plus hardcore chez les humoristes américains. C'est con, mais vraiment drôle.

Les docus, c'est cool.

Cinéma documentaire
« Réponse #47 le: janvier 11, 2012, 22:09:06 pm »
0
Je fais juste lire sur ce forum, mais un tel sujet mérite que je m'ouvre la gueule.

ANVIL: THE STORY OF ANVIL
Probablement le meilleur docu sur le rock de toute l'histoire. On y suit deux dudes qui font du heavy metal depuis les années 80, qui ont l'estime de leurs pairs, qui font des bons albums... et pour qui ça marche jamais. Une preuve que dans l'industrie de la musique, parfois, il faut juste être au bon endroit au bon moment. Some kind of Monster, c'est de la bouette en comparaison!

Ça a l'air vraiment bon, il faudrait vraiment que je le loue. Merci du rappel !

Sapolin

  • Fernande ?
Cinéma documentaire
« Réponse #48 le: janvier 11, 2012, 22:37:15 pm »
0
Je fais juste lire sur ce forum, mais un tel sujet mérite que je m'ouvre la gueule.

ANVIL: THE STORY OF ANVIL
Probablement le meilleur docu sur le rock de toute l'histoire. On y suit deux dudes qui font du heavy metal depuis les années 80, qui ont l'estime de leurs pairs, qui font des bons albums... et pour qui ça marche jamais. Une preuve que dans l'industrie de la musique, parfois, il faut juste être au bon endroit au bon moment. Some kind of Monster, c'est de la bouette en comparaison!

Au bon endroit, au bon moment, et avoir une volonté de percer. J'ai lu la biographie de Metallica (Enter Night), et il est clair que Metallica est d'abord la vision de Lars Ulrich. Il faut avoir beaucoup de passion, mais une ambition dévorante et ... peu de scrupules, pour réussir dans le rock business.

Ce n'est guère différent que dans les affaires "normales", ceci étant dit...

Cinéma documentaire
« Réponse #49 le: janvier 12, 2012, 08:14:33 am »
0
Je fais juste lire sur ce forum, mais un tel sujet mérite que je m'ouvre la gueule.

ANVIL: THE STORY OF ANVIL
Probablement le meilleur docu sur le rock de toute l'histoire. On y suit deux dudes qui font du heavy metal depuis les années 80, qui ont l'estime de leurs pairs, qui font des bons albums... et pour qui ça marche jamais. Une preuve que dans l'industrie de la musique, parfois, il faut juste être au bon endroit au bon moment. Some kind of Monster, c'est de la bouette en comparaison!

Ça a l'air vraiment bon, il faudrait vraiment que je le loue. Merci du rappel !
C'est en effet très bon.  +1 pour The Aristocrats aussi!
Les genres sont désuets.