Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Actualité et Société / Pensionnats pour Amérindiens
« Dernier message par megalomarc le Aujourd'hui à 00:19:20 »
Les pensionnats au Québec sont arrivés très tard en comparaison du RoC. Ça commence au début des années 1950. Il y en a eu au maximum 6 au Québec, dont deux anglicans, pour un grand total de 130 an Canada entre 1874 et 1996. (Les pensionnats indiens au Québec: un double regard - Gilles Ottawa, p. 19)

Déjà, on s'entend que, juste quatre pensionnats catholique, c'est pas ce qui permettrait une assimilation à grande échelle. Dans le pire des cas ou ils auraient voulu les assimiler, c'est pas ce qu'on pourrait appeler un génocide culturel, avec un si petit nombre. Le temps aussi est un facteur. Commencé dans les années 1950, les pensionnats québécois sont progressivement fermés à partir des années 1970.

Mais l'autre chose qui est intéressante est que les catholiques n'ont pas essayé d'assimiler les Indiens. Ce sont les Oblats qui avaient le contrôle des quatre pensionnats québécois. Ils avaient une perspective bien différente du gouvernement fédéral. En fait, ils ont lutté pour faire valoir leur vision des choses. Le fédéral voulait intégrer les Indiens dans des écoles provinciales. Les Oblats préféraient les maintenir dans des écoles séparées afin d'éviter de les assimiler.

Citer
Les oblats cherchent plutôt à maintenir une certaine distance entre les Indiens et les Blancs. Ils considèrent que le contact entre les deux civilisations est néfaste pour les Indiens, d'où leur insistance pour obtenir des écoles et des hôpitaux confessionnels séparés. Les pères missionnaires doivent apprendre les langues indiennes, ils doivent pouvoir transmettre leurs croyances religieuses dans les langues autochtones et, dans la mesure du possible, produire des manuels d'instruction dans leurs langues.

Histoire des pensionnats indiens catholiques au Québec. Le rôle déterminant des pères oblats, p. 52

Citer
Pour les oblats, l'obligation de parler les langues autochtones est la condition première à la réussite de leur travail missionnaire et ils investissent beaucoup d'énergie pour les manier. Leurs nombreuses publications - grammaires, manuels scolaires, livres de chants, pièces de théâtre, etc. - attestent de cette volonté de maintenir les langues maternelles.

...

À plusieurs reprises, les principaux oblats réitèrent le principe du maintien de la langue chez les jeunes Indiens. Il s'agit d'abord et avant tout d'un moyen privilégié pour rejoindre les parents des élèves, les enfants devenant ainsi des missionnaires en retournant dans leurs familles. Mais le maintien de la langue est aussi , pour les oblats, une façon de ralentir l'assimilation à la société blanche.

...

Dans leur mémoire à la Commission Parent en 1962 ... Ils n'hésitent pas à comparer la lutte pour la survivance de la langue française au Québec avec celle des peuples autochtones. Si la langue française est un élément déterminant de la culture spécifique québécoise en Amérique du Nord, comment pourrait-il en être autrement pour les peuples autochtones ? demandent-ils. D'où la nécessité de réviser programmes et manuels dans les écoles pour valoriser l'histoire et la culture des Premières Nations au Québec.

Histoire des pensionnats indiens catholiques au Québec. Le rôle déterminant des pères oblats, p. 182-183.

Donc dans l'ensemble il s'agit d'une oeuvre missionnaire, ayant pour but le développement de la foi catholique chez les Indiens. Les oblats n'étaient sans doute pas parfaits, mais ils avaient à coeur de ménager la culture des Amérindiens et de leur permettre de survivre comme peuple indien.

Au final, ça n'a absolument rien à voir avec les pensionnats protestants qui n'ont pas résisté à l'influence du gouvernement fédéral. Je pense que pour une fois, on peu être assez fier de l'ensemble de l'oeuvre de ces curés.
2
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par megalomarc le Hier à 22:17:35 »
Cherche James Wolfe sur Wikipédia.
3
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par cantabile le Hier à 21:07:36 »
Citer
« S'il arrivait que, soit lors d'un accident maritime, soit par résistance de l'ennemi, soit par maladie, soit que nos troupes aient été décimées, nous réalisions que Québec malgré tous nos efforts, a peu de chance de tomber, je me propose de l'incendier par nos tirs de boulets, de détruire les récoltes, les maisons et le bétail, tant en aval qu'en amont, d'exiler le plus grand nombre possible en Europe, et de ne laisser derrière moi que famine et désolation ; mais nous devons apprendre à ces crapules à faire la guerre d'une manière qui soit plus digne de gentilshommes. »

— James Wolfe, Le Manifeste de Wolfe

J'aimerais bien retrouver ce supposé Manifeste....Il ne semble pas y en avoir de traces sur internet. Ou je cherche mal.

Tous les sites qui utilisent ta citation pointent vers un même lien or le texte qui s'y trouve est totalement différent.



4
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par megalomarc le Hier à 19:55:01 »
Ça m'étonne peu qu'un libéral essaye de minimiser l'impact de la Guerre de la Conquête.

Mais oui, des gens faisaient la guerre avec honneur dans ce temps là. Ça se battait en rangées, et ça attendait de tirer jusqu'à ce que les soldats puissent voir le blanc des yeux de l'ennemi. Wolfe lui, n'acceptait pas de perdre sans au moins avoir tout détruit sur son passage.

Mais bon, selon Snookey, il faudrait laisser le monument de Wolfe, ce grand homme qui a tant accompli pour nous.

Franchement, la guerre était codé et cela incluait entre soldat certain code d'honneur assez puissant et tout oui, mais brûler les récoltes pour affamé l'adversaire était dans ses normes, non ?

Affamer pour gagner la guerre, c'est compréhensible. Mais ce n'est pas dans l'ordre normal de la guerre de détruire pour satisfaire son désir de cruauté. C'est dans cette catégorie que se trouve l'oeuvre de Wolfe.
5
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par megalomarc le Hier à 19:52:58 »
Citer
« S'il arrivait que, soit lors d'un accident maritime, soit par résistance de l'ennemi, soit par maladie, soit que nos troupes aient été décimées, nous réalisions que Québec malgré tous nos efforts, a peu de chance de tomber, je me propose de l'incendier par nos tirs de boulets, de détruire les récoltes, les maisons et le bétail, tant en aval qu'en amont, d'exiler le plus grand nombre possible en Europe, et de ne laisser derrière moi que famine et désolation ; mais nous devons apprendre à ces crapules à faire la guerre d'une manière qui soit plus digne de gentilshommes. »

— James Wolfe, Le Manifeste de Wolfe


6
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par MadChuck le Hier à 19:26:07 »
Ça m'étonne peu qu'un libéral essaye de minimiser l'impact de la Guerre de la Conquête.

Mais oui, des gens faisaient la guerre avec honneur dans ce temps là. Ça se battait en rangées, et ça attendait de tirer jusqu'à ce que les soldats puissent voir le blanc des yeux de l'ennemi. Wolfe lui, n'acceptait pas de perdre sans au moins avoir tout détruit sur son passage.

Mais bon, selon Snookey, il faudrait laisser le monument de Wolfe, ce grand homme qui a tant accompli pour nous.

Franchement, la guerre était codé et cela incluait entre soldat certain code d'honneur assez puissant et tout oui, mais brûler les récoltes pour affamé l'adversaire était dans ses normes, non ?

En passant la vision des batailles de l'époque nous est très faussé par la fiction des films et romans qui rendait le tout très glorieux. Apparement en 200 ans de conflit y'a eu pratiquement aucun mort a la bayonnette, les chargent ne faisaient pratiquement jamais de face a face, soit un côté se sauvait, soit les 2 groupe arrêtait a 15-20 pied un de l'autre et se lançait des roches, jusqu'à temps qu'un courageux ai au milieu affronté un champion de l'autre équipe.

https://www.nps.gov/articles/newark-burns.htm
Winter 1813: Residents of Newark watch as soldiers burn their town
In retribution, the British burned towns in New York State, and later set fire to Washington.

http://www.san.beck.org/13-3-AngloFrenchWar1754-63.html
At Grand Pré alone the English took 5,000 cattle and burned 255 houses and 431 barns.

Les français brûlait les propriétés des déserteurs pour garder le contrôle:
Bourlamaque tried to keep his army together by burning the houses of deserters.

Les Amérindiens brûlaient des villes et des fermes.

Les français aussi brûlaient les fermes des Français quand il retraitait:
https://www.lcmm.org/explore/lake-champlain-history/french-british-military-conflict-1664-1763/
The British captured the remaining vessels of the French fleet and the fort, but most of the French troops escaped and retreated to Montreal. On their way, the French burned everything behind them, including the town of St. Jean.

Je peux me tromper, mais je pense que c'était largement la norme.


7
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par megalomarc le Hier à 19:09:22 »
C'est ok le déboulonner ou c'est une destruction du passé?

Tu traites ceux qui sont pour d'excités incultes pour ensuite dire que tu es pour. Ça ça mérite un  :smiley29:

À mon premier post, je discutais de la position de MBC. Je ne la partage pas, mais je comprend à qui il s'adresse.
8
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par megalomarc le Hier à 19:06:16 »
Ça m'étonne peu qu'un libéral essaye de minimiser l'impact de la Guerre de la Conquête.

Mais oui, des gens faisaient la guerre avec honneur dans ce temps là. Ça se battait en rangées, et ça attendait de tirer jusqu'à ce que les soldats puissent voir le blanc des yeux de l'ennemi. Wolfe lui, n'acceptait pas de perdre sans au moins avoir tout détruit sur son passage.

Mais bon, selon Snookey, il faudrait laisser le monument de Wolfe, ce grand homme qui a tant accompli pour nous.
9
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par Snookey le Hier à 16:53:09 »

Bien sûr.

Il y a deux monuments qui honorent James Wolfe à Québec. Je serais pour qu'on les fasse disparaître. Celui en face du musée des Beaux Arts nous rappelle là ou il est mort. Il a été détruit dans les années 1960, puis reconstruit.

Dans le fond, j'ai pas de pitié pour John A., cet ordure.

Mais le truc est : ou est-ce que ça va s'arrêter ? J'ai pas l'impression d'assister à une remise en question intelligente et structurée des acteurs de l'histoire, mais plutôt que ce mouvement partirait d'un désir de faire table rase du passé pour ne valoriser que le présent. Comme si nous n'avions rien à apprendre de ceux qui nous ont précédés.

1- Je ne pense pas Wolfe était un génocidaire contrairement à Mcdonald.  Wolfe était un général qui battu les français aidés par les amérindiens.

Il a mené sa guerre avec une grande cruauté, brûlant tout sur son passage. Allant même jusqu'à envoyer ses soldats loin à l'intérieur des terres pour brûler, piller, violer. Il a sciemment détruit des églises et à peu près toute la (belle) ville de Québec. Même les Nazis n'ont pas fait ça avec Paris.

Sacrament, pour un gars en histoire, tu devrais savoir que c'est de même que ça se passait la guerre.

En fait, ce que tu décris est rien comparé à ce que les alliés ont fait pendant la deuxième guerre par exemple.
10
Actualité et Société / "La guerre aux statues"
« Dernier message par MadChuck le Hier à 16:07:55 »
Il a mené sa guerre avec une grande cruauté, brûlant tout sur son passage. Allant même jusqu'à envoyer ses soldats loin à l'intérieur des terres pour brûler, piller, violer. Il a sciemment détruit des églises et à peu près toute la (belle) ville de Québec. Même les Nazis n'ont pas fait ça avec Paris.

Détruire les capacités de l'armée adverse de se nourrir était pas mal la norme de l'époque, les Américains l'ont fait au Canadien de 1812 même s'il était pas en guerre contre eux, juste pour rendre la tâche plus difficile au Anglais.

https://en.wikipedia.org/wiki/Scorched_earth

Les Nazis l'ont fait quand ils se sont sauver de la Russie, laissant peu derrière eux pour rendre compliqué a l'armée la traversé du territoire:
http://ww2today.com/15th-september-1943-wehrmacht-scorched-earth-retreat-in-russia
https://www.theatlantic.com/photo/2011/09/world-war-ii-the-eastern-front/100150/

Si il ne l'ont pas fait en france parce que la guerre était pas mal fini ou que le débarquement pour la libérer a été tellement gros qu'ils n'ont pas eu le temps.

Pour les églises, les Allemand était presque 50% catholique eux même, je les voix mal brûler des Églises catholiques. Mais ils ont détruit presque toutes les synagogues en Pologne et pas vraiment respecter les Synagogues a Paris non plus.
Pages: [1] 2 3 ... 10