Auteur Sujet: La police et les citoyens  (Lu 165274 fois)

Jay.

  • Fifille Victimisante
La police et les citoyens
« Réponse #3150 le: avril 18, 2017, 22:31:37 pm »
0
Mettons que ça les rend plus faciles à identifier dans une foule, autour d'une personne importante, genre Obama.
C'est pas une bonne chose de montrer que cette personne est protégée?
Je ne crois pas qu'on veuille prendre quelqu'un la main dans le sac à une seconde d'attaquer une personne d'influence. On veut dissuader, ne pas avoir à intervenir, tout simplement, non?
J'avais une idée de signature géniale, mais je ne m'en rappelle plus.

MadChuck

  • Ing. BBQ
La police et les citoyens
« Réponse #3151 le: avril 18, 2017, 22:52:05 pm »
0
Oui j'imagine que c'est habituellement voulu d'être ostantatoire pour une coupe de garde du corps au moins, tu t'évites bien du trouble a l'avance.

La police et les citoyens
« Réponse #3152 le: avril 18, 2017, 23:44:21 pm »
0
"Agents wear them for the same reason that you do"

Je regrette! Mais, tu les vois dans une foule et ils sont à peu près les seuls à porter des lunettes soleil,,,

Je me disais qu'ils ont peut-être des lunettes spéciales. Mais non! Finalement, j'ai l'impression que c'est plus une mode qu'ils ont entre eux qu'autre chose.

Sur la photo, il y a l'air d'avoir du soleil. Peut-être pas assez pour que le quidam porte des lunettes, mais surement assez pour que la personne dont sa job est de protéger le président en aille de besoin.

La police et les citoyens
« Réponse #3153 le: avril 19, 2017, 06:40:07 am »
0
.
« Modifié: avril 19, 2017, 08:03:07 am par Le Jam »

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La police et les citoyens
« Réponse #3154 le: octobre 12, 2017, 12:39:37 pm »
0
Une interview de Douglas Valentine par Lars Schall

Citer
(...)
– Pouvez-vous nous dire ce que signifie le terme que vous utilisez souvent de « fraternité universelle des officiers » ?

– La classe dirigeante, dans n’importe quel État, considère les gens qu’elle régente comme des êtres inférieurs juste bons à manipuler, à forcer et à exploiter. Les dirigeants instituent toutes sortes de systèmes – qui fonctionnent comme des rackets de protection – pour assurer leurs prérogatives de classe. L’armée est le pouvoir réel dans n’importe quel État, et l’armée, dans chaque État, a une chaîne de commandement dans laquelle l’obéissance aveugle aux supérieurs est sacrée et inviolable. Les officiers ne fraternisent pas avec les hommes embauchés parce qu’ils vont, à un moment donné, les envoyer à la mort. Il y a un corps d’officiers dans toutes les forces militaires, ainsi que dans toutes les bureaucraties et toutes les classes dirigeantes de chaque État, qui a plus en commun avec les officiers militaires, les bureaucrates supérieurs et les dirigeants d’autres États qu’avec la populace exploitable et corvéable de son propre État.

Les policiers sont des membres de la fraternité universelle des officiers. Ils existent au-dessus de la loi. Les agents de la CIA se situent près du pinacle de la Fraternité. Comblés de fausses identités et de gardes du corps, ils volent dans des avions privés, vivent dans des villas et tuent avec des armes à la fine pointe de la technologie. Ils disent aux généraux de l’armée ce qu’il faut faire. Ils dirigent les comités du Congrès. Ils assassinent des chefs d’État et assassinent des enfants innocents en toute impunité et avec indifférence. Tout le monde, sauf leurs chefs, est à leur merci.
(...)

Z