Auteur Sujet: La désinformation dans les médias de masse  (Lu 13533 fois)

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #100 le: octobre 03, 2012, 10:08:16 am »
0
Y'A pas encore de blé ogm, mais quesque vous attendez !

Des autorisations gouvernementales.

M. Bonheur

  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #101 le: octobre 03, 2012, 10:17:02 am »
0
Le gouvernemaman ne voudra jamais.
Le message ci-haut est une boutade.

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #102 le: octobre 03, 2012, 10:27:08 am »
+1
Le journaleux à Martineau passe dans le tordeur!
 :smiley32:

Malheureusement, ces décisions du Conseil de Presse  ne changeront RIEN à la réalité.
Martineau va pouvoir continuer à faire de la désinformation et à faire la promotion de la haine.
Les pousse-au-crime du journalisme ne vont pas au pénitencier...
Et encore moins les proprios de frères Tadros qui font la promotion de la haine.!


Kabong, tu as raison à 100%!
Marretineau, Duhaine, Brassem.., Hey bert, Fécal et autres sont des pollueurs publiques qui  rendent services à leurs maîtres qui se cachent derriière leurs coffres forts!


http://roycaricatures.wordpress.com/2012/04/06/le-grand-martineau/

Double Post:
Dis-moi, El Kabong, y a-t-il quelqu'un ou quelque chose dans la société que tu ne considères pas comme L'ENNEMI?

Il y a beaucoup de vrais dans ce que Kabong dit et avance!
« Modifié: octobre 03, 2012, 13:18:00 pm par Atlas »

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #103 le: octobre 03, 2012, 10:31:26 am »
0
Si Kabong se convertissait à l'islam vous pourriez être amis.  :smiley42:

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #104 le: octobre 03, 2012, 10:39:03 am »
0


Double Post:
Si Kabong se convertissait à l'islam vous pourriez être amis.  :smiley42:

Libre à lui de se convertir à l'Islam ou à n'importe quelle autre religion, ça ne changerait rien dans mon attitude!  être contre l'injustice n'a rien à voir avec la religion!
« Modifié: octobre 03, 2012, 10:50:04 am par Atlas »

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #105 le: octobre 04, 2012, 15:35:57 pm »
0
Dis-moi, El Kabong, y a-t-il quelqu'un ou quelque chose dans la société que tu ne considères pas comme L'ENNEMI?
Quelle question insidieuse!
 :smiley36:

Je ne vois que très peu d'ennemis sur ce site.  
Et dans ma vie, je m'en tiens loin.
Dans le cas de Martineau et de son boss, pas de danger qu'on les rencontre, ils vivent en-dehors de la réalité.

Je suis l'ennemi de ceux qui en ont jamais assez et qui braillent tout le temps.

Ça te va mon ami?


Si Kabong se convertissait à l'islam vous pourriez être amis.  :smiley42:
Quitter notre saint-égoût catholique a été tellement satisfaisant, que l'idée de me convertir à l'islam pour ensuite la quitter m'apparaît comme tentant!
 :smiley2:

Un prosélyte est l'ami de tous!

 :smiley9:

Dis-moi, El Kabong, y a-t-il quelqu'un ou quelque chose dans la société que tu ne considères pas comme L'ENNEMI?

Je vais essayer des choses:

David Desharnais?  Enfin quelqu'un capable d'aider ses ailiers à la mettre dedans!
Richard Bergeron ?  Un fou qui veut crisser des milliards dans des tramways qui n'assureront AUCUN nouveau service.   De plus, cet illuminé divise le vote francophone à Montréal!!!
Gerry Tremblay et ses pégreux l'adore...

Jean Martin Aussant ?Le prochain chef du PQ?
En tous cas lui, il aurait récolté un gouvernement majoritaire!
 :smiley32:

Linux ?Ça existe encore?  Bravo à tout ce qui enlève des clients à Bill "Ctrl-Alt-Del" Gates!
Les vélos en alimunium ben standard ?C'est pas le vélo qui fait le cycliste, mais ses cuisses, son coeur et ses poumons.

Mon vélo est en Cr-Mo...

Les graminés ?Assaisonnés de Round-Up?

Next!
 :smiley41:
« Modifié: octobre 04, 2012, 15:49:59 pm par El Kabong »
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La terreur des coconomistes frappe encore!
« Réponse #106 le: septembre 12, 2013, 15:45:29 pm »
0
Citation de: Léo-Paul Lauzon
Le Québec compte plus de relationnistes-lobbyistes que de journalistes
04 septembre 2013


« Toujours moins de journalistes », tel était le titre de l’article de Stéphane Baillargeon publié dans Le Devoir du 27 juin 2013. Un excellent texte, d’un très bon journaliste, qui aurait dû avoir plus d’impacts. Il présente des données révélatrices, inquiétantes et lourdes de conséquence pour la santé de notre démocratie. Baillargeon souligne que le Québec compte aujourd’hui 4,5 fois plus de relationnistes (13 700) que de reporters (3 000). Tout aussi préoccupant est le fait que le nombre de relationnistes augmente sans cesse et que celui des journalistes diminue. En passant, plusieurs relationnistes sont d’ex-journalistes.

Moins de journalistes rime avec couverture superficielle des phénomènes et quasi-disparition du journalisme d’enquête. Place au sensationnalisme et aux sujets accrocheurs. Fini le temps des journalistes spécialisés dans un domaine. Les patrons les préfèrent polyvalents au maximum, afin de couvrir plusieurs événements de nature différente dans la même journée. Tout en se faisant également photographes.

Tout aussi important pour la démocratie est le pouvoir excessif exercé par les relationnistes. Nombreux et jouissant d’importantes ressources financières, ils peuvent maquiller et déformer les faits, et farcir la cervelle du monde (et des journalistes) au profit de leurs clients avec des campagnes de désinformation qui logent à l’adresse de la démagogie et de l’idéologie.


C’est en mentant, en menaçant, en charriant et en faisant peur au monde qu’ils réussissent à amener l’adhésion ou la résignation à leurs politiques qui, contrairement à leurs prétentions, favorisent principalement, pour ne pas dire seulement, leurs puissant clients et patrons.

Moins de journalistes veut dire aussi que ceux-ci reproduisent souvent tel quel, dans leurs médias écrits et parlés, les communiqués de presse des relationnistes en plus des plogues et des info-publicités financés par les riches détenteurs du pouvoir qui nous sont présentés comme des articles de fond, relevant supposément du journalisme d’enquête.

Ah ben là, vous trouvez que j’exagère!? Pourtant, c’est pas moi qui le dis, mais des journalistes eux-mêmes : «Une majorité de journalistes jugent qu’ils se font manipuler par les relationnistes» (La Presse, 31 mars 1988). C’est encore pire aujourd’hui mes amis.

Quant aux nombreuses plogues, ça ne vient pas de moi, mais d’André Bédard, l’ex-président de la Banque Nationale du Canada, un faiseux de première classe, et qui avait candidement déclaré : «Achetez-vous une couple de bons articles» (Journal de Montréal, 13 novembre 1997). Ce n’était pas bien fin pour les journalistes! Dans ce cas, on peut parler «d’articles clés en main».

Ce même odieux personnage avait suggéré de fermer les régions non rentables et de laisser les démunis se débrouiller seuls (Radio-Canada, 18 avril 1995). Cela n’a pas empêché l’impérial Lucien Bouchard, alors premier ministre péquiste de Québec, de lui décerner l’Ordre national du Québec en 2000 (La Presse, 15 avril 2000). Lulu qui, une fois de plus, a, par ce geste, insulté et méprisé la population. Bon Lulu, qui fait parti d’un comité consultatif du voleur de fonds publics Dessau (La Presse, 22 juin 2013).


De 298 lobbyistes en 2003 à 3 654 en 2012, soit 12 fois plus

Encore une bonne nouvelle pour la santé démocratique de notre beau pays. Au Québec, les lobbyistes, souvent d’ex-politiciens, sont passés de 298 en 2003 à 3 654 en 2012, soit une légère minime augmentation de 1126% en 10 ans.

Ces lobbyistes qui possèdent un pouvoir politique et financier infini et qui ont, en tout temps, un accès illimité et instantané aux ministres, premiers ministres, hauts fonctionnaires, pour leur vendre leur salade. Dans bien des cas, ces derniers sont leurs amis ou leurs ex-collègues. Par ignorance et par intérêt, ils se font ainsi complices des diktats et des directives de la classe dominante.

Les puissants avec leur armée de relationnistes et leur milice de lobbyistes n’ont pas besoin de se faire voir ou de descendre dans la rue pour obtenir gain de cause, Même si plusieurs d’entre eux sont des bandits en bonne et due forme, la police ne court pas après eux. Ils n’iront pas en prison, contrairement aux «radicaux» et aux «extrémistes» qui n’ont que la rue pour se faire entendre.


Alors mes amis, 13 700 relationnistes plus 3 656 lobbyistes au Québec, ça fait un grand total de 17 354 agents au service de la classe dominante, contre seulement 3 000 journalistes dont plusieurs sont malheureusement à leur service. Cela donne donc près de six fois plus de relationnistes lobbyistes que de journalistes. Démocratie vous dites? Et vogue la galère et swingue la baquaise dans le fond de la boîte à bois.

La morale de cette histoire est que protester dans la rue est un geste tout à fait condamnable provenant de gens qui ne respectent pas l’ordre, la loi, les institutions et toute cette merde qui nous est servie par les moralistes profiteurs.

Les lobbyistes et les relationnistes sont quant à eux du ben bon monde qui respectent les lois et les institutions en tout temps, enfin presque tout le temps, et qui travaillent avec acharnement pour le bien commun.

Si, en 2003, il y avait seulement 298 lobbyistes et que leur nombre a explosé à 3 654 en 2012, il faut dire merci aux libéraux de Charest qui ont été au pouvoir durant cette période. «Sentant la victoire, les lobbyistes libéraux se préparent», que titrait un journal du 25 avril 2002. Dans l’évangile, il y a eu le miracle de la multiplication des pains. Sous le règne libéral, il y a eu multiplication planifiée des lobbyistes, de la corruption et de la collusion à vitesse grand V. Le démantèlement de l’État attire toujours son lot de rapaces et de charognards.


Ouch!  Pauvre Léo-Paul, Dieu Desmarais est pas près de l'inviter à écrire des articles pour ses médias...

Pourquoi?

 :smiley19:
Z

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #107 le: septembre 12, 2013, 16:23:34 pm »
-1
Mais il avait une chronique dans le journal de Péladeau par contre.   :smiley41:

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #108 le: septembre 12, 2013, 16:32:06 pm »
+1
Et on l'invitait à radio X pour le planter à trois, surtout après qu'il soit parti.

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #109 le: septembre 17, 2013, 15:07:21 pm »
0
La crédibilité par les médias?

Aussi bien lire le Coran!
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #110 le: janvier 24, 2014, 16:38:06 pm »
-1
Z

M. Bonheur

  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #111 le: janvier 25, 2014, 09:49:09 am »
+1
It's funny because it's true.
Le message ci-haut est une boutade.

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Avez-vous vraiment besoin d'un commentaire?
« Réponse #112 le: janvier 27, 2014, 16:02:49 pm »
0
Citer
Noam Chomsky, Coluche, et l’autodéfense intellectuelle

Les livres de Noam Chomsky et pourquoi pas certains textes et citations de Coluche, l'histoire aussi, voilà déjà un bon début d'autodéfense intellectuelle. Hélas, pour les téléspectateurs de TF1 et les lecteurs de Closer, c'est déjà presque trop tard tellement le décervelage est déjà avancé. Moi-même étant incurable, je sais de quoi je parle.

Coluche disait qu'on ne peut pas dire la vérité à la télévision car il y a trop de monde qui la regardent. Si Chomsky avait rencontré l'enfoiré, le philosophe et l'humoriste seraient probablement devenus des potes. Car les médias sont également une des cibles privilégiées, avec l'Empire, de Noam Chomsky et cette citation, "L'endoctrinement n'est nullement incompatible avec la démocratie, il est son essence même" peut parfaitement s'appliquer à quelques exceptions près à l'ensemble de la machine médiatique qui en principe devrait nous informer objectivement. Coluche avec sa plume quelque part et sa gouaille n'a jamais non plus ménagé le monde politico-médiatique et dénoncé à sa façon le conditionnement généralisé de l'électeur-consommateur. Souvenez-vous de son sketch sur les lessives avec l'une qui lavait plus blanc que blanc, l'autre qui était soi-disant anti-redéposition, sans oublier la poudre capable de laver à l'intérieur d'un noeud. C'était drôle, l'artiste était génial mais surtout il réveillait par le rire l'esprit critique du spectateur, il l'éduquait mais ne faisait qu'effleurer la gravité de l'escroquerie intellectuelle. Et puis lorsque le clown décida d'aller plus loin en se présentant à la présidentielle, on, ou plutôt eux, lui firent comprendre que le jeu avait assez duré et qu'il devait rester à sa place d'amuseur public. Chomsky va beaucoup plus loin, est-il menacé, peut-être, dénigré sûrement.

Vérité de La Palice me direz-vous, voyons tout le monde le sait que les États, les multinationales et la finance sont liés, d'ailleurs quelle est la différence entre une démocratie et un régime totalitaire. "La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures" selon Chomsky, ce qui ne veut pas dire que la propagande n'est pas utilisée par les dictateurs, au contraire, et que la guerre n'est pas utilisée en démocratie pour le profit des uns au détriment des autres. D'ailleurs au sujet de la guerre ne faut-il pas donner la parole à un expert mort dans sa cellule après avoir croqué une capsule empoisonnée pour échapper à la pendaison.

"Bien sûr, le peuple ne veut pas la guerre. C'est naturel et on le comprend. Mais après tout, ce sont les dirigeants du pays qui décident des politiques. Qu'il s'agisse d'une démocratie, d'une dictature fasciste, d'un parlement ou d'une dictature communiste, il sera toujours facile d'amener le peuple à suivre. Qu'il ait ou non le droit à la parole, le peuple peut toujours être amené à penser comme les dirigeants. C'est facile, il suffit de lui dire qu'il est attaqué, de dénoncer un manque de patriotisme des pacifistes et d'assurer qu'ils mettent le pays en danger. Les techniques restent les mêmes, quel que soit le pays."

Hermann Goering


Cette déclaration de Goering, même si elle date du procès de Nuremberg est toujours d'actualité car rien n'a changé. "Les techniques restent les mêmes", un savant mélange de mensonges avec quelques vérités évidentes, du sophisme. Des médias souvent subventionnés qui ne disent pas tout, tirent des écrans de fumée, divertissent le peuple pendant que d'autres pillent, massacrent et épuisent les ressources de la planète en toute impunité. Dans ce jeu de dupes, fort logiquement les lanceurs d'alertes sont considérés comme des illuminés, des traîtres ou des complotistes et certains le sont réellement ce qui complique encore la perception de la réalité.

Pour terminer une dernière citation d'une brûlante actualité de Noam Chomsky, un enfant ou descendant des Lumières comme il le prétend lui-même. Une phrase qui ravira les fans de Dieudonné et tous ceux nombreux qui s'inquiètent pour la liberté d'expression.

"Si l'on ne croit pas à la liberté d'expression pour les gens qu'on méprise, on n'y croit pas du tout"

Péladeau & Desmarais sont d'accord avec le principe de la liberté d'expression, mais pas dans leurs médias.
 :smiley35:
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
L'Aut'Journal, le média qui fait peur aux extrémistes...
« Réponse #113 le: mai 26, 2014, 20:22:50 pm »
0
Comme l'extrême-droite n'existe pas au Québec et au Canada (et encore moins au states), laissons Michel Rioux nous parler des curés de la pensée que sont nos grands intellectuels archi-médiatisés...

Citer
Faiseux et faiseuses
14 mai 2014
Michel Rioux

Dans mon Saguenay natal, on reconnaissait un faiseux par un mouvement quasi imperceptible qui consistait à lever quelque peu le nez, comme si celui-ci voulait prendre du recul sur la plèbe sévissant un peu plus bas.

Bien sûr, il n’y avait pas que des faiseux. Il y avait aussi des faiseuses, tant il est vrai que ce genre de comportement est d’ordinaire également réparti, contrairement à d’autres domaines où règnent encore en maîtres les inégalités.

Il y a aussi des smattes, qu’il ne faut pas confondre avec des faiseux. Le smatte, en effet, prétextant vouloir votre bien, s’arrange plutôt pour que ce soit le sien de bien qui soit en priorité pris en compte.

Mais revenons au faiseux, dont l’une des caractéristiques est de se prendre pour un autre, qu’il croit être bien sûr, mais qu’il n’est pas.

Ces jours-ci, le prototype le plus achevé me semble Gérard Bouchard. Chez lui, ce n’est pas seulement le nez qui pointe vers le haut quand il gratifie quelqu’un de sa superbe, cette assurance orgueilleuse qui se manifeste par l’air et le maintien. Tout le reste vient avec : les yeux, qui foudroient, le menton, qui accuse, la bouche, qui dédaigne, le front, sur lequel vient glisser une lumière crue.

« Avez-vous des études ? » C’est à vingt reprises au moins qu’à Tout le monde en parle, il demandé à un Bernard Drainville, stoïque pourtant, qu’il voulait balayer du haut de ce savoir que lui confère, en est-il convaincu, son perchoir universitaire. Mais Bouchard n’est pas seulement un faiseux. C’est un faiseux récidiviste.

Il est revenu à la charge dans une lettre à La Presse, dans laquelle il a épuisé en quelques lignes sa réserve hebdomadaire d’épithètes accusatrices. Exigeant la démission de l’ex-ministre porteur de la Charte de la laïcité, pourtant fraîchement réélu, le pontifiant, tel un Cicéron en culottes courtes, a lancé ses anathèmes, profondément convaincu de réécrire les Catilinaires.

« Rôle maréchal… démagogie… intolérance… hypocrisie…amateurisme… déclarations incendiaires et mensongères… opérations déshonorantes… manœuvres duplessistes… malhonnêteté… abus de confiance… imbécillité… violation du droit… gâchis… » On se retient d’ajouter : Un chausson aux pommes avec ça ?

Parlant de faiseux, il y en a deux autres qui continuent de sévir dans les pages de La Presse. André Pratte, qui s’est autoproclamé guide du peuple sur la voie fédéraliste, nouveau Moïse conduisant le sien dans le Sinaï.

Président de l’Idée fédérale, groupuscule voué à la défense et à l’illustration de l’assujettissement du Québec, il avait jusqu’à tout récemment comme directeur de recherche un certain Martin Coiteux. Un smatte celui-là.

L’autre, c’est Alain Dubuc, champion du rapetissement du Québec. Une récurrence chez lui. D’ordinaire dans le champ économique. Mais, comme récemment, il lui arrive de fouler le champ politique et d’amalgamer Drainville, Janette Bertrand et Marine Le Pen. Une croix gammée avec ça, peut-être ?

Mais il y a aussi des faiseuses.

À ce chapitre, elles sont plusieurs à s’illustrer, à commencer par Denise Bombardier, dont on sait la très haute opinion dans laquelle elle se tient. Elle partage avec Gérard Bouchard d’habiter un Olympe élitiste, d’où on jette sur un peuple qui parle si mal sa langue un regard méprisant.

En 2013, quelques mois après les élections, elle déplorait qu’on ait eu « la peau des Libéraux » et qu’un vrai premier ministre, Jean Charest, ait été victime « du populisme qui triomphe dans les médias ». Les Québécois n’étaient pas dirigés par des adultes, clamait-elle.

N’oublions pas non plus Christine St-Pierre, qui veut prendre le bâton du pèlerin pour rétablir, sur le plan international, « l’image du Québec ternie par la Charte ». Rien de moins !

Davantage portée sur les campagnes du bon parler français que sur la protection de son statut, elle avait lancé en 2008 un « concours d’écriture qui célèbre la langue française ».

Accusant le conteur Fred Pellerin d’être un partisan de la violence pour avoir soutenu les carrés rouges, elle avait mis une semaine avant de s’excuser, du bout des lèvres cependant. Une vraie faiseuse, quoi !

Rien à ajouter, enfin, sur Lysiane Gagnon, grande faiseuse de son état, qui ne soit déjà su.

Mais ce qu’il faut surtout retenir des faiseux et des faiseuses, c’est que leur suffisance finit par obscurcir leur raisonnement et devient le principal fondement de leurs opinions.

Pour comprendre Gérard Bouchard et ses charges fulminatoires, il faut se rappeler que Pauline Marois avait dit de son rapport qu’il traitait de l’identité à la manière d’Elvis Gratton. Ce qui avait provoqué un effet de toge remarquable de son frère Lucien : « Elle a traité mon frère d’Elvis Gratton ! »

Bouchard, un faiseux, n’a jamais oublié cet affront …


« Modifié: juin 11, 2014, 15:39:17 pm par El Kabong »
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #114 le: juin 11, 2014, 15:48:38 pm »
0
L'Histoire... avec un gros H est souvent écrite par des crapules immondes qui prétendent être de grands intellectuels.

Un exemple?

Voici une voix discordante sur ce fameux "débarquement de la Normandie" fêté dernièrement par un défilé de politiciens haineux et irresponsables.  Voyons voir ce "point de vue" qui est loin de la version officielle du pentagone.


Citer
Juin : débarquement de tromperies massives !


Les commémorations du débarquement du 6 juin 44 ont été l’occasion, non pas tellement d’inventer des mensonges (ils existent depuis longtemps), mais de tenter de les confirmer. Les motivations des Anglo-saxons en débarquant sur nos côtes n’étaient en effet portées par aucune noblesse.

La première raison est assez bien connue : ce sont les Soviétiques qui ont vaincu l’armée allemande… et non les Étasuniens. À plusieurs reprises et depuis plusieurs années, les Soviétiques avaient souhaité que « leurs alliés » étasuniens ouvrent un second front pour soulager leur effort de guerre. Mais ces derniers se réjouissaient des difficultés militaires de l’URSS. Entrés en guerre sur le tard, ils rêvaient secrètement à son épuisement !

Mais voilà que l’armée allemande vacille. L’affaire avait commencé à s’éclaircir depuis fin 41, après la contre-offensive victorieuse de l’Armée Rouge devant Moscou : l’Allemagne n’avait pas les ressources pour mener une guerre de longue haleine (on va y revenir…) et cette contre-offensive a montré que, justement, elle le serait.

Survint la bataille de Stalingrad, gagnée au prix d’un héroïsme reconnu par tous mais aussi grâce à une grande habileté militaire. L'armée soviétique écrabouille l’armée allemande et se retrouve à foncer vers Berlin.

Et c’est seulement à ce moment-là que les Étasuniens se sont décidé à agir. Pas pour libérer qui que ce soit, l’affaire était en court (y compris en France même par la Résistance). Mais pour voler au secours de la victoire. En clair, tirer les marrons du feu !

Les Américains n’ont donc pas vaincu l’armée allemande ! Ajoutons au passage qu’ils n’ont pas vaincu non plus l’armée japonaise : là, c’est l’Armée rouge chinoise qui s’en est occupé !

D’ailleurs, effrayés de voir que ce seraient les communistes chinois et les Soviétiques qui pourraient recevoir la capitulation du Japon, ils ont utilisé la bombe atomique pour empêcher ça ! Les États-Unis sont encore aujourd’hui le seul pays à avoir commis ce crime.

Autre aspect un peu moins connu : le capital étasunien a participé à l’effort de guerre allemand. En effet, l’élite économique étasunienne était très admirative d’Hitler. Il y avait deux raisons à cela. Hitler apportait une solution à ses deux problèmes : la crise de surproduction était d’une part réglée par la production de matériel de guerre et d’autre part, « les rouges » (comme on disait à l’époque) étaient éliminés. Bien sûr, Hitler était raciste, mais ça ne lui posait aucun problème : elle l’était elle aussi !

La production de moteurs, de camions, de chars, d’avions, et toutes ces choses étaient assurée en partie par les Américains et en partie sur place, en Allemagne. En effet, Opel est une entreprise de General Motors depuis 1929, et Ford avait aussi des usines dans le Reich. Le personnel ne coûtait pas vraiment cher : il venait des camps de concentration. L’État allemand payait rubis sur l’ongle la production, et les capitaux étaient rapatriés via la Suisse (opportunément neutre, toute chose a toujours une bonne raison !) qui venait de créer, toujours aussi opportunément, la Banque des règlements internationaux !

Mais pour faire fonctionner tous ces moteurs, il fallait du carburant et de l’huile. Où sont les puits de pétrole allemands ? Il n’y en avait pas. Or, les États-Unis en regorgeaient ! C’est ExxonMobil, fondée fin 19ème par Rockefeller, qui fournira tout ce qu’il faut !

La stratégie allemande était basée sur la Blitzkrieg, la guerre éclair. Une bonne raison à cela était le manque de ressources de l’Allemagne : il fallait donc s’emparer rapidement des ressources de l’adversaire. L’essentiel résidait alors dans la coordination entre l’infanterie, transportée en camion, les chars et l’aviation. La performance des communications était déterminante : AT&T et IBM savaient faire et louèrent bien volontiers leurs services.

Vous trouverez encore quantité d’informations sur la participation étasunienne à la guerre de l’Allemagne hitlérienne dans le livre de Jacques Pauwels, Le mythe de la bonne guerre. Excellent bouquin que je crois avoir recommandé déjà dans la section prévu à cet effet)

Enfin, ces soi-disant libérateurs avaient un tout autre plan : faire de la France un protectorat étasunien. C’était l’AMGOT (un gouvernement militaire) qui devait gérer le pays. Des cadres avaient été formés aux États-Unis et des francs avaient déjà été imprimés avant le débarquement. Tout était prêt. La mayonnaise n’a finalement pas pris en France (mais un peu en Italie) parce que le général de Gaulle avait déjà créé un gouvernement provisoire. Et la Résistance y était évidemment et fermement opposée. Mais l’assujettissement se poursuivit malgré tout avec le plan Marshall.

Donc, après avoir aidé l’Allemagne à faire la guerre, après avoir cherché la défaite soviétique, après avoir volé au secours de la victoire, après avoir utilisé la bombe atomique contre le Japon, le bilan était déjà bien lourd.

On rajoutera néanmoins une petite louche avec la « dénazification ». En effet, arrivés à Berlin, les Étasuniens récupérèrent tous les nazis utiles (en particulier les scientifiques, dont Von Braun) qu’ils pouvaient trouver et les ont expédiés Outre-Atlantique. Ce sont quelques milliers d’entre eux qui firent la traversée…

Enfin, nos braves Ricains ont ardemment soutenu les « chasseurs » de nazis (tels le couple Klarsfeld), mais à une condition : qu’ils aillent les chercher où ils voulaient…sauf sur le sol étasunien !

Bref, le débarquement libérateur est un sanglant conte de fée.

D.R.

Rien n'a changé...

En ce moment, l'Irak pacifié par les USA est encore en feu.
En ce moment, la Libye en encore en guerre civile avec l'aide d'un général financé par le pentagone.
En ce moment, l'Afghanistan est prête pour le grand retour des talibans.

Où sont donc les ADM ???
« Modifié: juin 11, 2014, 15:53:01 pm par El Kabong »
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #115 le: juillet 27, 2014, 16:17:29 pm »
0
M comme Médias, Mensonges, Meurtriers, Malfaisants...

Un tit-extrait peut-être?  Ou même une citation?

Citation de: Malcom X
Si vous n'êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les opprimés et aimer ceux qui les oppriment.

Ayoye!  On peut dire sans se tromper que ce phénomène est très répandu!

Ça doit être un complot!

 :smiley36:
Z

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #116 le: juillet 27, 2014, 19:07:32 pm »
0
Ayoye!  On peut dire sans se tromper que ce phénomène est très répandu!

On en a la preuve tangible avec la façon dont les médias occidentaux( une bonne partie) traitent le massacre des palestiniens par les zionistes à Gaza.

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #117 le: septembre 30, 2014, 14:08:53 pm »
0
Voici un nouveau média très détesté par toute la classe politique française, autant à droite qu'à gauche, et même chez les écolos!

Autant de haine ne peut signifier qu'une chose:  L'excellence.


Médiapart

N'oubliez pas que vous avez le droit de vous exprimer et même de signaler votre désaccord. :smiley2:
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
Allô? Les négationnistes? Lisez ça!
« Réponse #118 le: novembre 26, 2014, 15:36:43 pm »
0
Citer
Le rôle de la CIA dans nos médias
par doctorix
mardi 25 novembre 2014

Nous le savons-tous (l'auteur présume que vous êtes intelligent, c'est gentil non?), mais tenons-nous à le savoir ?
La CIA a complètement infiltré notre espace médiatique, et soudoyé la plupart des journalistes, à coup de petits voyages tous frais payés aux USA, ou de menaces, de perquisitions domiciliaires par gouvernements interposés, de privation d'emploi, et de toutes les manières possibles.
C'est pourquoi toutes vos infos sont pourries, déformées, mensongères.
Actuellement, le but de la CIA est de vous pousser à désirer la guerre contre la Russie en désinformant à mort sur ce qui se passe en Ukraine.
Mais avant, c'était l'Irak, le Kossovo, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie, et j'en passe.
Un journaliste allemand courageux se lève pour dénoncer cela. Le fait qu'il ait fait trois crises cardiaques n’est pas pour rien dans sa décision de publier : il estime qu'il n'a plus rien à perdre et veut se mettre en paix avec sa conscience.
Alors au moins, lisez-le.
Reproduit avec l'aimable autorisation de Brujitafr.
En aidant ce texte à être publié, les rédacteurs d'Agoravox peuvent lui sauver la vie : toute CIA qu'on soit, avec le crime dans le sang, on ne peut pas tuer une icône médiatisée. Enfin je crois. Enfin j'espère...
Après Mannings, après Assange, après Snowden, voici un quatrième héros courageux, un nouveau whistle blower : Udo Ulfkotte.
Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA

Udo Ulfkotte, un ancien rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung (qui est l’un des plus grands journaux Allemand), a décidé de rendre publique sa participation dans la corruption des « nouvelles » des médias occidentaux, estimant que celles-ci entraînent l’Europe vers une guerre nucléaire contre la Russie, provoquée par l’aristocratie américaine via la CIA.

Il a été un des conseillers du gouvernement Helmut Kohl. Entre 1986 et 1998, Ulfkotte a vécu en : Iraq, Iran, Afghanistan, Arabie saoudite, Oman, Émirats arabes unis, Égypte et en Jordanie. Il est membre du German Marshall Fund et a fait partie de la Fondation Konrad Adenauer de 1999 to 2003. Il a gagné le prix civique de la Fondation Annette Barthelt en 2003.

Il a été cofondateur d’un mouvement de paix contre l’extrémisme islamique naissant en Allemagne.

Et maintenant, il sort un livre qui prétend que les États-Unis sont en réalité la plus grande de toutes les menaces à la paix. Le livre est disponible uniquement en allemand, Gekaufte Journalisten, qui signifie « journalistes achetés.” (en tête des ventes dans sa catégorie sur Amazon.de – si un germanophone se sent de faire une fiche de lecture ce serait génial, contactez moi)

Voici des extraits de son témoignage à la télévision Russe :

Je suis journaliste depuis 25 ans, et j’ai été éduqué à mentir, à trahir, et à ne pas dire la vérité au public. Mais voyant actuellement et durant ces derniers mois, jusqu’à quel point… comment les médias allemands et américains essaient d’apporter la guerre aux Européens, d’apporter la guerre à la Russie. C’est un point de non-retour, et je vais me lever et dire … que ce que j’ai fait dans le passé n’est pas correct, de manipuler les gens, de faire de la propagande contre la Russie et ce que font mes collègues et ont fait dans le passé, parce qu’ils sont soudoyés pour trahir le peuple pas seulement en Allemagne, mais dans toute l’Europe.

La raison de ce livre est que je suis très inquiet d’une nouvelle guerre en Europe, et je ne souhaite pas que la situation se reproduise, parce que la guerre ne vient jamais d’elle-même, il y a toujours des gens derrière qui poussent à la guerre, et ce ne sont pas seulement les politiciens, ce sont les journalistes aussi.

J’ai juste écrit dans le livre comment nous avons trahi dans le passé nos lecteurs juste pour pousser à la guerre, et parce que je ne veux plus de cela, j’en ai marre de cette propagande. Nous vivons dans une république bananière, et pas dans un pays démocratique où nous aurions la liberté de la presse, les droits de l’Homme. [...]

Si vous regardez les médias allemands, et plus spécialement mes collègues qui, jour après jour, écrivent contre les Russes, qui sont dans des organisations transatlantiques, et qui sont soutenus par les États-Unis pour faire cela, des gens comme moi. Je suis devenu citoyen d’honneur de l’État de l’Oklahoma. Pourquoi au juste ? Juste parce que j’écris pro-américain. J’ai écrit pro-américain. J’étais soutenu par la Central Intelligence Agency, la CIA. Pourquoi ? Parce que je devais être pro-américain.

J’en ai marre de ça. Je ne veux plus le faire ! Et alors j’ai juste écrit le livre non pour gagner de l’argent, non, ça va me coûter de nombreux problèmes, juste pour donner aux gens dans ce pays, l’Allemagne, en Europe et partout dans le monde, juste pour leur donner un aperçu de ce qui se passe derrière les portes closes.

[…]

Oui il y a de nombreux exemples de cela : si vous revenez sur l’histoire, dans l’année 1988, si vous allez dans vos archives, vous trouverez en mars 1988 qu’il y a eu en Irak des Kurdes qui ont été gazés avec des gaz toxiques, ce qui est connu du monde entier. Mais en juillet 1988, ils m’ont envoyé dans une ville appelée Zubadat qui est à la frontière de l’Irak avec l’Iran. C’était la guerre entre les Iraniens et les Irakiens, et j’ai été envoyé là-bas pour photographier comment les Iraniens ont été gazés par du gaz toxique, par du gaz toxique allemand. Vous l’appelez LOST, sarin, gaz moutarde, fabriqué par l’Allemagne. Ils ont été gazés et j’étais là pour prendre des photographies de comment ces gens ont été gazés par du gaz toxique venant d’Allemagne. Lorsque je suis revenu en Allemagne, il n’y avait qu’une seule petite photo dans le journal, le Frankfurter Allgemeine [Zeitung], et il y avait un seul petit article, ne décrivant pas comment c’était impressionnant, brutal, inhumain et terrible, de tuer la moitié… de tuer, des décennies après la seconde guerre mondiale, des gens avec du gaz toxique allemand. Ainsi, ce fut une situation où je me suis senti abusé d’avoir été là-bas et juste pour donner un documentaire sur ce qui s’était passé, mais ne pas avoir été autorisé à dévoiler au monde ce que nous avions fait derrière les portes fermées. Jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas bien connu du public allemand qu’il y a eu des gaz allemands, qu’il y a eu des centaines de milliers de gens gazés dans cette ville de Zubadat.

Maintenant vous m’avez demandé ce que j’ai fait pour les agences de renseignement, alors s’il vous plaît, comprenez que la plupart des journalistes que vous voyez dans les pays étrangers prétendent être journalistes, et ils pourraient être journalistes, des journalistes européens ou américains… Mais nombre d’entre eux, comme moi dans le passé, sont soi-disant appelés : « couverture non officielle ». C’est comme ça que les Américains les appellent. J’ai été une « couverture non officielle ». La couverture non officielle, ça signifie quoi ? Cela signifie que vous travaillez pour une agence de renseignement, vous les aidez s’ils veulent que vous les aidiez, mais jamais, au grand jamais, [...] lorsque vous êtes attrapés, lorsqu’ils découvriront que vous n’êtes pas seulement un journaliste mais également un espion, ils ne diront jamais : « celui-ci était l’un des nôtres ». ils ne vous connaîtront pas. Voilà ce que veut dire une couverture non officielle. Ainsi, je les ai aidés à plusieurs reprises, et je me sens honteux pour cela aussi désormais. De la même manière que je me sens honteux d’avoir travaillé pour des journaux très recommandés comme le Frankfurter Allgemeine, parce que j’ai été soudoyés par des milliardaires, j’ai été soudoyé par les Américains pour ne pas rendre compte exactement la vérité. […] J’imaginais juste lorsque j’étais dans ma voiture pour venir à cet entretien, j’essayais de me demander ce qu’il se serait passé si j’avais écrit un article pro-russe, dans le Frankfurter Algemeine. Et bien je ne sais pas ce qui se serait passé. Mais nous avons tous été éduqués à écrire pro-européen, pro-américain, mais de grâce pas pro-russe. Alors je suis très désolé pour cela…. Mais ce n’est pas la façon dont je comprends la démocratie, la liberté de la presse, et je suis vraiment désolé pour cela.

[…]

Et bien oui je comprends très bien la question. L’Allemagne est toujours une sorte de colonie des États-Unis, vous le verrez dans de nombreux points ; comme [le fait que] la majorité des Allemands ne veut pas avoir des armes nucléaires dans notre pays, mais nous avons toujours des armes nucléaires américaines. Donc, oui, nous sommes encore une sorte de colonie américaine, et, étant une colonie, il est très facile d’approcher les jeunes journalistes au travers (et ce qui est très important ici est) des organisations transatlantiques. Tous les journalistes appartenant à des journaux allemands très respectés et recommandés, des magazines, des stations de radio, des chaînes de télévision, sont tous membres ou invités de ces grandes organisations transatlantiques. Et dans ces organisations transatlantiques, vous êtes approchés pour être pro-américain. Et il n’y a personne venant à vous et disant : « nous sommes la CIA. Voudriez-vous travailler pour nous ? ». Non ! Ce n’est pas la façon dont ça se passe.Ce que font ces organisations transatlantiques, c’est de vous inviter pour voir les États-Unis, ils paient pour cela, ils paient toutes vos dépenses, tout. Ainsi, vous êtes soudoyés, vous devenez de plus en plus corrompus, parce qu’ils font de vous de bons contacts. Alors, vous ne saurez pas que ces bons contacts sont, disons, non officiels. Des couvertures non officielles ou des personnes officielles travaillant pour la CIA ou pour d’autres agences américaines. Alors vous vous faites des amis, vous pensez que vous êtes ami et vous coopérez avec eux. Et ils vous demandent : « pourriez-vous me faire cette faveur- ci ? Pourriez-vous me faire cette faveur-là ? ». Alors votre cerveau subit de plus en plus un lavage de cerveau par ces types. Et votre question était : est-ce seulement le cas avec les journalistes allemands ? Non ! Je pense que c’est plus particulièrement le cas avec les journalistes britanniques, parce qu’ils ont une relation beaucoup plus étroite. C’est aussi particulièrement le cas avec les journalistes israéliens. Bien sûr avec les journalistes français, mais pas autant que pour les journalistes allemands ou britanniques. … C’est le cas pour les Australiens,les journalistes de Nouvelle-Zélande, de Taïwan, et de nombreux pays. Des pays du monde arabe, comme la Jordanie, par exemple, comme Oman, le sultanat d’Oman. Il y a de nombreux pays où ça se passe, où vous trouvez des gens qui déclarent être des journalistes respectables, mais si vous regardez plus derrière eux, vous découvrirez que ce sont des marionnettes manipulées par la CIA.

[...]

Excusez-moi de vous interrompre, je vous donne un exemple. Parfois, les agences de renseignement viennent à votre bureau, et veulent que vous écriviez un article. Je vous donne un exemple [ne venant] pas d’un journaliste bizarre, mais de moi même. J’ai juste oublié l’année. Je me rappelle seulement que le service de renseignement allemande pour l’étranger, le Bundesnachrichtendienst (c’est juste une organisation sœur de la Central Intelligence Agency, elle fut fondée par cette agence de renseignement) [...] est venu à mon bureau au Frankfurter Algemeine, à Francfort. Et ils voulaient que j’écrive un article sur la Libye et le colonel Mouammar Kadhafi. Je n’avais absolument aucune information secrète concernant le colonel Kadhafi et la Libye. Mais ils m’ont donné toutes ces informations secrètes, et ils voulaient juste que je signe l’article de mon nom.

Je l’ai fait. Mais c’était un article qui fut publié dans le Frankfurter Algemeine, qui originellement venait du Bundesnachrichtendienst, de l’agence de renseignement pour l’étranger. Donc pensez-vous réellement que ceci est du journalisme ? Des agences de renseignement écrivant des articles ?

[...]

Oh oui. Cet article que j’ai reproduit partiellement dans mon livre, cet article était : « Comment la Libye et le colonel Mouhamar Kadhafi a secrètement essayé de construire une usine de gaz toxiques à Rabta ». Je crois que c’était Rabta, oui. Et j’ai obtenu toutes ces informations… c’était une histoire qui fut imprimée à travers le monde entier quelques jours plus tard. Mais je n’avais aucune information à ce sujet, c’était l’agence de renseignement qui voulait que j’écrive un article. Donc ce n’est pas la manière dont le journalisme devrait fonctionner, que les agences de renseignement décident de ce qui est imprimé ou pas.

[…]

Si je dis non, je vous donne un exemple, un très bon exemple de ce qui se passe si vous dites non. Nous avons secouru des unités en Allemagne avec des hélicoptères dévolus aux accidents de la route. Ils se nomment eux-mêmes les « anges jaunes ». Il y avait un type qui ne voulait pas coopérer, c’était un pilote du service d’hélicoptères des anges jaunes en Allemagne. Ce type a dit non au service de renseignement pour l’étranger, le Bundesnachrichtendienst, lorsqu’ils l’approchèrent et voulurent qu’ils travaillent en tant que couverture non officielle pour l’agence allemande de renseignement pour l’étranger, tout en prétendant être un membre des anges jaunes. Alors ce qui arriva, c’est que cet homme perdit son travail. Et [au] tribunal en Allemagne, le juge décida qu’ils avaient raison parce qu’on ne peut pas faire confiance à un tel type. Il a été viré de son travail parce qu’il n’a pas coopéré avec le service de renseignement pour l’étranger. Ainsi, je savais ce qui arriverait si je ne coopérais pas avec les services de renseignement .

[...]

J’ai dû avoir une, deux, trois… six fois ma maison a été perquisitionnée, parce que j’ai été accusé par le procureur général allemand de divulgations de secrets d’État. Six fois ma maison perquisitionnée ! Et bien, ils espéraient que je ne refasse jamais encore cela. Mais je pense que c’est pire, car la vérité sortira un jour. La vérité ne mourra pas. Et je me fiche de ce qui va arriver. J’ai eu trois crises cardiaques, je n’ai pas d’enfants. Donc s’ils veulent me poursuivre ou me jeter en prison… c’est pire pour la vérité.

Un journaleux tanné de l'être!

C'est rare.  Et courageux.
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #119 le: décembre 15, 2014, 16:50:35 pm »
0
Entendu à radio-canada au sujet de la vermine à Coiteux (ministre libéral):

Citer
(...) issu de famille modeste (...) il a fait ses études universitaires en Suisse.

GESCA n'en manque pas une pour nous remplir avec sa propagande de merde.
Z

MadChuck

  • Ing. BBQ
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #120 le: décembre 15, 2014, 17:00:04 pm »
0
Son doctorat Kabong, il a fait son bac à Sherbrooke et sa maîtrise en Ontario.

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #121 le: décembre 15, 2014, 19:36:52 pm »
0
Son doctorat Kabong, il a fait son bac à Sherbrooke et sa maîtrise en Ontario.
C'est effrayant de constater combien il faut être "issu de famille modeste" pour avoir le culot de demander à la classe moyenne et aux plus démunis de se serrer la ceinture!

Martin Coiteux:  Un mangeux d'marde qui n'a jamais eu faim, soif ou manqué d'argent dans sa vie.
Un vulgaire néo-esclavagiste.
Z

sharl

  • Taupe vaillante
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #122 le: décembre 15, 2014, 20:23:53 pm »
+1
Sacré Kabong! Gargarise toi avec ça, pris sur Antagoniste:

"Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

LQuand Merck a fermé son laboratoire de recherche à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Pfizer a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand AstraZeneca a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand Sanofi a fermé son laboratoire de recherche à Laval,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand Johnson & Johnson a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand DSM Pharmaceutical a abandonné son projet de 300 millions à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Boehringer Ingelheim a fermé son laboratoire de recherche à Laval,  les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Bristol-Myers-Squibb a fermé son laboratoire de recherche à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand le ministre péquiste Pierre Duchesne a coupé 36,5 millions de dollars dans la recherche universitaire, les médias québécois ont haussé les épaules…

Mais quand les méchants libéraux ont décidé de couper une subvention de 175 000 dollars à une revue pour enfant parlant de science, un produit devenu obsolète à l’ère de l’internet, nos bons médias ont fait une crise d’apoplexie sans précédent.  On nous a annoncé la fin de la science au Québec, une nouvelle grande noirceur et le retour de l’inquisition espagnol… La perte de milliers d’emplois dans des laboratoires de recherche de multinationales pharmaceutiques dans la régions de Montréal ont laissé les médias indifférents, mais la subvention pour « Les Débrouillards » c’est la fin du monde…  Nos médias sont-ils simplement de mauvaise foi ou juste pas intelligents ?"

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #123 le: décembre 15, 2014, 20:34:19 pm »
0
Sacré Kabong! Gargarise toi avec ça, pris sur Antagoniste:

"Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

LQuand Merck a fermé son laboratoire de recherche à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Pfizer a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand AstraZeneca a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand Sanofi a fermé son laboratoire de recherche à Laval,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand Johnson & Johnson a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand DSM Pharmaceutical a abandonné son projet de 300 millions à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Boehringer Ingelheim a fermé son laboratoire de recherche à Laval,  les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Bristol-Myers-Squibb a fermé son laboratoire de recherche à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand le ministre péquiste Pierre Duchesne a coupé 36,5 millions de dollars dans la recherche universitaire, les médias québécois ont haussé les épaules…

Mais quand les méchants libéraux ont décidé de couper une subvention de 175 000 dollars à une revue pour enfant parlant de science, un produit devenu obsolète à l’ère de l’internet, nos bons médias ont fait une crise d’apoplexie sans précédent.  On nous a annoncé la fin de la science au Québec, une nouvelle grande noirceur et le retour de l’inquisition espagnol… La perte de milliers d’emplois dans des laboratoires de recherche de multinationales pharmaceutiques dans la régions de Montréal ont laissé les médias indifférents, mais la subvention pour « Les Débrouillards » c’est la fin du monde…  Nos médias sont-ils simplement de mauvaise foi ou juste pas intelligents ?"

Les journaleux se taisent quand les "grands" font de la merde. Non?
Les journaleux hurlent fort sur les petits détails.  Oui?

Ça reste quand même des petits détails instructifs.
Couper l'ACFAS et "Les Débrouillards", c'est quand même un signe révélateur de la médiocrité totale des trois docteurs.

Le savoir n'est pas bon pour le peuple.  Voilà comment pensent les gens que tu admires sharl.
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #124 le: décembre 28, 2014, 15:40:12 pm »
0
Elle est rendue OÙ la grosse campagne médiatique qui hurlait que la Russie allait faire faillite et que son rouble ne valait plus rien???

Le silence des médias est assourdissant...


Citer
La première attaque contre le rouble a déjà échoué
par IlfattoQuotidiano.fr (son site) 
 dimanche 28 décembre 2014 
 
Pendant des jours et des jours, les analystes mainstream nous ont dit et répété, du haut de leur pupitre télévisuel ou journalistique, que la fin du « régime » russe était proche. D’après eux, les fameux « marchés financiers » avaient décidé du haut de leur grandeur que cette nation était destinée à revivre les jours de pénurie de l’époque Boris Eltsine. Les marchés – nous expliquaient-ils – avaient émis leur sentence, et même la Russie devait, comme toutes les autres nations, s’incliner devant leur divine volonté.

Laissons de côté les doutes et les questionnements sur une telle stratégie ; le plus stupéfiant est de voir que cette affaire auparavant hypermédiatée est aujourd’hui désertée par les grands médias italiens [et français – NdT] : c’est même le blackout total. Pourquoi donc ? Nous devrions poser la question aux journalistes qui en parlaient autant voilà quelques jours pourquoi soudain ils n’en parlent plus : d’après eux, le destin est-il déjà tout tracé, ou bien s’est-il passé quelque chose qu’il vaut mieux taire ? Une chose qui met à mal aussi bien la narration immédiate ("la Russie est en crise"), que la narration permanente, celle qui doit montrer l’aigle impérial américain toujours triomphant dans le monde entier ?

Penchons-nous un instant sur le graphique ci-dessous qui va nous aider à savoir s’il s’est produit quelque chose digne d’intérêt depuis qu’est tombé le blackout total sur la « crise du rouble ».

Comme on peut le voir (un graph accompagne l'article), le rouble a récupéré 30% de sa valeur par rapport à l’Euro (et sa remontée a été pratiquement identique vis-à-vis du dollar).
 
Que s’est-il passé de si important pour permettre une récupération aussi spectaculaire que l’attaque spéculative qui avait poussé le rouble dans l’abysse ? A lire les journaux occidentaux, absolument rien. Répétons-le, cette affaire est tombée aux oubliettes, au point qu’on peut parler ici de censure.

Mais en allant vérifier sur les sites en langue russe, il s’avère qu’en réalité un événement crucial s’est produit (lien).

Comme on le sait, les banques centrales de la Russie et de la Chine ont signé un contrat (swap) pour s’échanger directement leurs valeurs sans recourir à l’intermédiaire du dollar. Le taux de change prévu dans ce contrat est de 5,67 roubles pour 1 yuan renminbi. Étant donné que le Yuan s’échange avec d’autres valeurs (y compris le dollar) oscillant de +/- 2 % par rapport à la parité moyenne établie par la Banque centrale chinoise, il se crée ainsi une situation particulière où quelqu’un (disons, la Russie) peut vendre des yuans (obtenus au taux de change établi par contrat swap) en échange de dollars, et avec ces derniers, acquérir des roubles.

Le fait d’acheter des roubles fait immédiatement augmenter sa valeur par rapport au dollar, et cela expose à d’énormes pertes ceux qui auraient vendu des roubles « à découvert » (sans les posséder) dans l’espoir de les acquérir plus tard, certains qu’ils étaient de le voir baisser et de pouvoir alors empocher la différence.

En somme, la Banque centrale russe a ainsi, grâce à l’assistance de la Banque centrale chinoise, la possibilité d’effectuer une énorme opération « d’arbitrage » (lien) à même d’exposer à de grosses pertes ceux qui spéculent contre le rouble. En confirmant le taux de change sur le swap, les Chinois ont offert un arbitrage de 100% aux Russes. Un levier capable de faire sauter n’importe quel spéculateur en l’espace de quelques jours.

Ce n’est qu’une hypothèse sur la façon dont les choses se sont passées, mais je pense qu’elle est extrêmement plausible, et cette thèse est renforcée, voire confirmée par le silence assourdissant dans lequel est tombée cette « crise du rouble » dans les médias mainstream. Un silence tellement impénétrable que même les lecteurs les plus fidèles ne savent probablement rien de la remontée du rouble par rapport au dollar et à l’Euro, et sont sans doute toujours convaincus que les Russes sont au bord de la crise de nerfs de ne plus pouvoir acheter le dernier iPad et que les classes les plus démunies pâtissent déjà de la faim du fait de l’augmentation des denrées alimentaires.

Il vaut sans doute mieux jeter un voile pudique sur cette chape de plomb qui s’est abattue sur les médias occidentaux et qui ressemble de plus en plus à une forme avérée de censure, et se concentrer un instant sur l’aspect véritablement important de cette situation : les marchés financiers occidentaux, qui ont si souvent attaqué les pays considérés comme "non alignés" sur les positions de l’Empire, ont non seulement, et pour la première fois échoué à détruire la monnaie, et par conséquent l’économie du pays attaqué, mais ils ont en l’occurrence subi un revers véritablement historique. Désormais, ceux qui commandent – et même le FMI le reconnait -, ce sont les Chinois.

Entretemps, l’aigle impérial américain s’est retiré dans son antre, un peu sonné, et réfléchit sans doute à une revanche.

Il faut cependant observer que cet aigle un peu déplumé, pour ne pas voir démentie la narration permanente qui le voit toujours triomphant, a donné l’ordre à ses vassaux de propager le tout dernier canular : la croissance de son PIB de 5%. Un PIB en papier kraft, un peu comme les chars du carnaval de Viareggio.

Giuseppe Masala
Megachip
 24 décembre 2014

Les spéculateurs se sont fait enc...

Bonne nouvelle!

C'était ENCORE une fois, un exemple de désinformation de masse.
Z

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #125 le: juillet 12, 2015, 16:49:19 pm »
0
Avez-vous remarqué combien les merdias en Grèce donnaient le OUI gagnant?
Avez-vous remarqué combien toute l'élite intellectuelle européenne a vomi sur le méchant dirigeant grec qui osait consulter (un peu trop vite quand même...) le PEUPLE?


Non?  Alors lisez ce michant article publié dans un site de michant gôchistes.

Comme quoi, les vérités sortent rarement de l'anus pentagonien!
Z

MadChuck

  • Ing. BBQ
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #126 le: juillet 12, 2015, 17:20:14 pm »
+2
Avez-vous remarqué combien les merdias en Grèce donnaient le OUI gagnant?
Avez-vous remarqué combien toute l'élite intellectuelle européenne a vomi sur le méchant dirigeant grec qui osait consulter (un peu trop vite quand même...) le PEUPLE?
[/color]

Les sondeurs ont une vie de plus en plus difficile et on a souvent des surprises (NPD en Alberta récemment), il ne serait pas surprenant que les personnes avec encore un téléphone de maison, qui y réponde et répondent aux sondages ont voté oui a ce référendum et que le sondage de cet sous-ensemble de la population avait été bien fait.

Mais ont ne sonde qu'un sous-ensemble non représentatif de plus en plus et sinon même s'ils s'améliorent il faut se fier a des sondages Internet qui sont loin d'être fiable.

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #127 le: juillet 12, 2015, 23:44:11 pm »
0
Citer
MÉDIAS ET CIA:
MANIPULATION DES MÉDIAS, DÉSINFORMATION, PROPAGANDE


Les voix et les sources d’information honnêtes et indépendantes n’ont jamais eu autant d’importance. En tant que société, nous sommes inondés, submergés par un flot d’informations provenant d’une vaste panoplie de sources, lesquelles servent toutefois généralement de puissants intérêts, ainsi que les individus qui les possèdent. Les principales sources d’information, destinées à la consommation publique ou officielle, comprennent les médias dominants, les médias alternatifs, les universités et les boîtes de réflexion (think tanks).

Dans les médias dominants, la manipulation et la partialité qui leur sont inhérentes sont davantage évidentes. Ces médias appartiennent à de grandes multinationales et sont liés à une pléthore d’autres grandes entreprises mondiales et aux intérêts des élites par le biais de leurs conseils d’administration. Celui de Time Warner constitue un exemple de ces relations.

Time Warner possède Time Magazine, HBO, Warner Bros. et CNN, parmi tant d’autres. (..)

Les deux sources d’information les plus « estimées » aux États-Unis sont le New York Times, (surnommé le « journal officiel ») et le Washington Post. Au conseil d’administration du New York Times se trouvent des gens qui sont ou ont été associés à Schering-Plough International (pharmaceutique) (..)  Eli Lilly & Company et d’autres encore. Il ne s'agit guère d'un bastion d’impartialité.
L’on pourrait dire la même chose du Washington Post, dont le conseil d’administration comprend Lee Bollinger, le président de l’Université Columbia et de la Federal Reserve Bank de New York; Warren Buffett, investisseur milliardaire, président et PDG de Berkshire Hathaway; ainsi que des personnes liées (actuellement ou autrefois) entre autres à la Coca-Cola Company (..)

Il est également important d’aborder l’alliance, fréquemment clandestine, entre les médias dominants et le gouvernement étasunien. Carl Bernstein, l’un des deux reporters du Washington Post ayant couvert le scandale du Watergate, a révélé que plus de 400 journalistes étasuniens avaient « effectué des missions pour la Central Intelligence Agency [CIA] ». Fait intéressant, « l’emploi de journalistes fut l’un des moyens les plus productifs employés par la CIA pour la collecte de renseignements ». (..)

Selon des représentants de la CIA, les associations avec le New York Times, CBS et Time Inc ont été les plus précieuses. La CIA a même dirigé un programme d’entraînement « pour apprendre à ses agents comment être journaliste ». Ceux-ci étaient ensuite « placés dans d’importantes organisations médiatiques avec l’aide de leurs administrations. Durant les décennies suivantes, ce genre de relation a subsisté, quoique de manière plus clandestine et plus discrète. Par exemple, en 2000 on a révélé que durant le bombardement de l’OTAN au Kosovo, « plusieurs officiers de l'Armée des États-Unis membres du 4th Psychological Operations (PSYOPS) Group (Groupe des opérations psychologiques (OPSPSY)) à Fort Bragg ont travaillé dans le département des nouvelles au siège de CNN à Atlanta ».
 
Le même groupe a « placé des articles appuyant les politiques de l’administration Reagan en Amérique centrale dans les médias étasuniens ». Le Miami Herald a décrit cela comme « une vaste opération de guerre psychologique semblable à celles effectuées par l’armée pour influencer une population en territoire ennemi ». (..)

En 2008, on rapportait que le Pentagone a dirigé une importante campagne de propagande en employant des généraux à la retraite et d’anciens représentants du Pentagone pour présenter une bonne image des politiques du gouvernement en temps de guerre. Le programme a débuté avant que la guerre ne commence en Irak en 2003 et s’est poursuivi jusqu’en 2009. Ces officiels, présentés comme des des « analystes militaires », ressortent des points de discussion gouvernementaux et, souvent, siègent aux conseils d’administration des entrepreneurs militaires. Par conséquent, ils ont un intérêt particulier dans les sujets qu’ils sont invités à « analyser ». (Comme Sergent, "expert militaire", en France, note d'eva)

Les grandes fondations philanthropiques aux États-Unis ont pour leur part exploité couramment leur abondante richesse afin d’utiliser les voix des dissidents et des mouvements de résistance dans des réseaux sécuritaires pour les gens au pouvoir. Comme l’a déjà dit McGeorge Bundy, ancien président de la Ford Foundation : « Tout ce que fait la fondation est de rendre le monde sécuritaire pour le capitalisme. »

Par exemple, les fondations Rockefeller, Ford et John D. and Catherine T. MacArthur fournissent un immense soutien financier et organisationnel aux organisations non gouvernementales.

De plus, les médias alternatifs sont souvent financés par ces mêmes fondations, ce qui a pour effet d’influencer l’orientation de la couverture médiatique, ainsi que de supprimer l’analyse critique. (..)

http://senor-information.over-blog.com/article-manipulation-des-medias-desinformation-propagande-medias-et-cia-72159383.html

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #128 le: juillet 13, 2015, 17:37:39 pm »
0
Avez-vous remarqué combien les merdias en Grèce donnaient le OUI gagnant?
Avez-vous remarqué combien toute l'élite intellectuelle européenne a vomi sur le méchant dirigeant grec qui osait consulter (un peu trop vite quand même...) le PEUPLE?
[/color]

Les sondeurs ont une vie de plus en plus difficile et on a souvent des surprises (NPD en Alberta récemment), il ne serait pas surprenant que les personnes avec encore un téléphone de maison, qui y réponde et répondent aux sondages ont voté oui a ce référendum et que le sondage de cet sous-ensemble de la population avait été bien fait.

Mais ont ne sonde qu'un sous-ensemble non représentatif de plus en plus et sinon même s'ils s'améliorent il faut se fier a des sondages Internet qui sont loin d'être fiable.

Bonnes questions?  Qui se contente aujourd'hui d'une ligne sèche? Des vieillards probablement...
Les sondages internet sont faciles a biaiser, c'est certain.

Ceci dit, mon point est que l'immense majorité des sondages ne servent qu'a influencer l'opinion publique dans le sens désiré par la corporocratie,  Et les sondages grecs en ont été de beaux exemples.

Dans le cas de la Grèce, le prez a fait fi du résultat de SON référendum et dès le lendemain il s'est mis a faire ce que le peuple avait rejeté. 

Tsipras est une pute.
Z

MadChuck

  • Ing. BBQ
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #129 le: juillet 13, 2015, 17:42:42 pm »
+1
Citer
Ceci dit, mon point est que l'immense majorité des sondages ne servent qu'a influencer l'opinion publique dans le sens désiré par la corporocratie,

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_grec_de_2015#Sondages

Pourtant ici la majorité des sondages ont données le non gagnant (8 non, 4 oui).

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #130 le: juillet 13, 2015, 17:49:58 pm »
0
Par une faible marge?

Ou par plus de 20%?

La réside la différence!
Z

MadChuck

  • Ing. BBQ
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #131 le: juillet 13, 2015, 20:39:04 pm »
+1
Par une faible marge?

Ou par plus de 20%?

La réside la différence!


Dans le sens aider a faire sortir le vote du non, je suis pas sur de comprendre c'est quoi le plan derrière inventer de faux sondages qui donne une victoire serré du non, c'est senser en quoi la cause du oui disons ?

Mais oui tu peux consulter les sondages du lien certains donnait par une marge de plus de 20% d'autre très serré.

El Kabong

  • Données erronées, résultats significatifs.
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #132 le: juillet 14, 2015, 16:22:27 pm »
0
Par une faible marge?

Ou par plus de 20%?

La réside la différence!


Dans le sens aider a faire sortir le vote du non, je suis pas sur de comprendre c'est quoi le plan derrière inventer de faux sondages qui donne une victoire serré du non, c'est senser en quoi la cause du oui disons ?

Mais oui tu peux consulter les sondages du lien certains donnait par une marge de plus de 20% d'autre très serré.
Les premiers sondages faits étaient près de la réalité... ensuite, les crapules qui dirigent les merdias ont ORIENTÉS les résultats vers ce qu'ils désirent.

C'est une preuve supplémentaire.  Les sondages, c'est de la merde issu de la bouche des puissants.  Si les premiers sondages sont défavorables à leur désir, il sont corrigés dans le sens voulu par la suite.
Z

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #133 le: juillet 27, 2015, 23:06:06 pm »
0
(la presse, coupure du cycliste frappé par la foudre)
"Selon le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, un organisme du gouvernement du Canada, la probabilité d'être frappé par la foudre est de moins d'une sur un million.  La foudre tue malgré tout entre six et douze personnes chaque année au pays et en blesse sérieusement 60 à 70, autres selon des données compilées par Environnement Canada."

S'il y a entre 6-12 morts et 60-70 blessés grave par an (je suppose qu'il y a plusieurs autres blessés mineurs) pour une population de 35 millions, je dirais que la probabilité d'être frappé par la foudre est au moins de 1/500k/an. Avec une espérance de vie de 75 ans, j'arrive à environ 1 / 6667.  Et ça ne comprend pas les blessés légers. Pas mal loin de 1/1 million.

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #134 le: juillet 28, 2015, 03:23:18 am »
0
(la presse, coupure du cycliste frappé par la foudre)
"Selon le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, un organisme du gouvernement du Canada, la probabilité d'être frappé par la foudre est de moins d'une sur un million.  La foudre tue malgré tout entre six et douze personnes chaque année au pays et en blesse sérieusement 60 à 70, autres selon des données compilées par Environnement Canada."

S'il y a entre 6-12 morts et 60-70 blessés grave par an (je suppose qu'il y a plusieurs autres blessés mineurs) pour une population de 35 millions, je dirais que la probabilité d'être frappé par la foudre est au moins de 1/500k/an. Avec une espérance de vie de 75 ans, j'arrive à environ 1 / 6667.  Et ça ne comprend pas les blessés légers. Pas mal loin de 1/1 million.



Excellente réflexion, ça laisse en effet à réflechir, le risque ne semble pas si mineur que ça. Mais ton calcul est-il vraiment juste. Mois je trouve 1 chance sur 77 777 d'être touché par la foudre dans sa vie sur la base de 6 morts par an. Et sur la base de 12 ça donne 1 chance sur 38 888, toujours avec 75 année d'espérance de vie et 35 000 000 d'habitants.
« Modifié: juillet 28, 2015, 06:25:43 am par Le Jam »

M. Bonheur

  • Robophobe
    • Meilleur avec du banjo
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #135 le: juillet 28, 2015, 08:11:17 am »
0
Je n'ai pas épluché les statistiques, mais tu peux être mort des conséquences de la foudre sans avoir été frappé directement. Arbre qui tombe, incendie, etc.
Le message ci-haut est une boutade.

sharl

  • Taupe vaillante
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #136 le: juillet 28, 2015, 08:59:24 am »
0
J'espère seulement que ce pauvre cycliste montréalais frappé par la foudre n'est pas ce brave Kabong,,,

Moi qui pensais, dur comme fer, qu'il n'y avait pas de meilleure protection contre la foudre que d'être sur des pneus, parce qu'en  caoutchouc ils sont non conducteurs!
« Modifié: juillet 28, 2015, 09:06:54 am par sharl »

MadChuck

  • Ing. BBQ
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #137 le: juillet 28, 2015, 10:43:45 am »
0
Moi qui pensais, dur comme fer, qu'il n'y avait pas de meilleure protection contre la foudre que d'être sur des pneus, parce qu'en  caoutchouc ils sont non conducteurs!

Ce mythe vient de l'idée qu'on est en sécurité en voiture grâce au pneu, c'est grâce a la cage de faraday que représente la voiture.

http://tatoufaux.com/?Les-pneus-d-une-voiture-protgent

Un éclair a tellement une grosse charge/tension qu'il passe dans l'air qu'on ne considère jamais conducteur normalement Sharl ;) Un éclair ça peut faire un bout de chemin dans du sable même, je pense pas qu'un pouce de pneu sera un gros problème.

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #138 le: juillet 28, 2015, 13:05:22 pm »
0
Mois je trouve 1 chance sur 77 777 d'être touché par la foudre dans sa vie sur la base de 6 morts par an. Et sur la base de 12 ça donne 1 chance sur 38 888, toujours avec 75 année d'espérance de vie et 35 000 000 d'habitants.

Pourquoi utiliser 6 ou 12 pour ton calcul quand il est mentionné entre 66-82 mort et blessés graves par an dans la même phrase (sans même compter les blessés légers)?

MadChuck

  • Ing. BBQ
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #139 le: juillet 28, 2015, 13:21:44 pm »
0
(la presse, coupure du cycliste frappé par la foudre)
"Selon le Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, un organisme du gouvernement du Canada, la probabilité d'être frappé par la foudre est de moins d'une sur un million.  La foudre tue malgré tout entre six et douze personnes chaque année au pays et en blesse sérieusement 60 à 70, autres selon des données compilées par Environnement Canada."

Les touristes ne sont pas chanceux avec la foudre au Canada.

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #140 le: juillet 28, 2015, 13:59:38 pm »
0
C'est ce quetu as écrit. "La foudre tues entre  six et douze personnes chaque année".

MadChuck

  • Ing. BBQ
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #141 le: juillet 28, 2015, 14:03:17 pm »
0
C'est ce quetu as écrit. "La foudre tues entre  six et douze personnes chaque année".

Oui mais tu as ensuite calculé les chances d'être frappé par la foudre en utilisant le nombre qui en meurt (environ 5 a 10 fois plus petit que le nombre qui sont frappé), la grand majorité des gens touché par la foudre n'en meurt pas.

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #142 le: août 19, 2015, 00:05:38 am »
0

Tiens, La Presse qui travaille pour l'industrie du tabac maintenant...

Un adolescent qui vapote n'enrichit pas l'industrie du tabac, alors manipulons l'opinion publique pour au bout du compte demander l'interdiction de vapoter pour les adolescents.

La cigarette électronique inciterait les adolescents à fumer du tabac
.
« Modifié: août 19, 2015, 00:07:28 am par Temporel »

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #143 le: août 19, 2015, 06:38:03 am »
0
Cette analyse me semble plutôt pertinente, je pense que la vapotage le côté mode, ludique incite effectivement les jeunes à essayer (quitte à essayer via les parfums sans nicotine au début), et du vapotage à la cigarette il n'y a qu'un pas.

A voir.

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #144 le: août 19, 2015, 16:23:22 pm »
0

Tu ne crois pas plutôt que les jeunes qui se mettent au vapotage se seraient mis de toute façon à fumer du tabac un jour ou l'autre dans leur adolescence si les cigarettes électroniques n'existaient pas ?  les raisons sont les mêmes : adopter une attitude cool, faire comme un adulte, etc...

Si 75% des jeunes qui vapotent ne passent pas au tabac, ça fait donc des fumeurs de tabac en moins.

Aussi tous ceux que je connais qui vapotent le font pour remplacer leur usage du tabac.

Pour moi, c'est évident que les cigarettes électroniques diminuent le nombre de consommateurs de tabac, et c'est pour ça que le lobby de l'industrie s'en prend aux cigarettes électroniques.

MadChuck

  • Ing. BBQ
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #145 le: août 19, 2015, 16:53:55 pm »
0
Une étude du genre est pas évidente. Effectivement un grand nombre de fumeur traditionnel qui ont commencé par la cigarette électronique (vu l'absence d'odeur on ne peut pas se faire prendre) l'autre été de toute façon. Et c'est presque impossible de relié les cause a effet.

Il est cependant possible qu'un organisme de santé publique est vraiment peur que la cigarette électronique soit une porte d'entré et qui laisse la cigarette populaire au 21ième siècle et qui fait en sorte qu'il est plus de fumeur de tabac que sans son existence alors qu'il pensait que ça allait presque disparaître. Sans que cet organisme soit financer par l'industrie du tabac.

Et la presse qui en parle, c'est probablement parce que tous ce qui entoure la cigarette électronique est bon pour les cliques (elle aussi sans nécessairement être payé par l'industrie du tabac pour le faire).

J'imagine que l'industrie ai peur de l'impact de la cigarette électronique, mais les grosses compagnies de tabac se sont mis en a faire cependant:

http://vaperanks.com/phillip-morris-launches-new-type-of-smokeless-cigarette/

http://www.bloomberg.com/news/articles/2014-07-15/imperial-tobacco-ceo-cooper-adds-blu-to-take-e-cigarette-leap

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #146 le: août 19, 2015, 17:17:38 pm »
0

Tu ne crois pas plutôt que les jeunes qui se mettent au vapotage se seraient mis de toute façon à fumer du tabac un jour ou l'autre dans leur adolescence si les cigarettes électroniques n'existaient pas ?  les raisons sont les mêmes : adopter une attitude cool, faire comme un adulte, etc...

Si 75% des jeunes qui vapotent ne passent pas au tabac, ça fait donc des fumeurs de tabac en moins.

Aussi tous ceux que je connais qui vapotent le font pour remplacer leur usage du tabac.

Pour moi, c'est évident que les cigarettes électroniques diminuent le nombre de consommateurs de tabac, et c'est pour ça que le lobby de l'industrie s'en prend aux cigarettes électroniques.

C'est un point de vu, mais je pense tout à fait que l'on puisse être séduit par le vapotage qui deviendrait une étape intermédiaire menant à la cigarete.

Je veux dire qu'on peut imaginer qu'un ado qui n'aurait pas du tout l'envie de fumer des cigarettes se mettrait à vapoterjuste un parfum sucré et un jour il décide de se mettre au vapotage nicotinique, et de là à la cigarette il n'y a qu'un pas, le vapotage ne serait q'un tremplin vers la cigarette. Difficile de tirer des conclusions evidentes.

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #147 le: août 19, 2015, 18:36:13 pm »
0


Je veux dire qu'on peut imaginer qu'un ado qui n'aurait pas du tout l'envie de fumer des cigarettes se mettrait à vapoter juste un parfum sucré et un jour il décide de se mettre au vapotage nicotinique, et de là à la cigarette il n'y a qu'un pas, le vapotage ne serait q'un tremplin vers la cigarette.


On peut imaginer ça ?   ce serait comme imaginer quelqu'un qui utilise des édulcorants à la place du sucre pour ne pas prendre de calories, et qui au bout d'un certain déciderait de passer au sucre.

Pourquoi ferait-on ça ?

Lisa

  • Jeannette officielle du forum
La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #148 le: août 19, 2015, 18:39:04 pm »
0
parce que l'aspartame ça goûte la marde ?
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

La désinformation dans les médias de masse
« Réponse #149 le: août 19, 2015, 19:53:49 pm »
0
"Je n'ai plus de e-liquide pour vapoter, tu me vend une top?"

Et là le cercle vicieux commence.