Auteur Sujet: La psychiatrie en dérapage  (Lu 34105 fois)

En ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25406
  • Ing. BBQ
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #100 le: avril 09, 2013, 11:24:25 am »
Citer
C'est possible, mais je ne pense pas que le point ici soit de diaboliser les médicaments.

C'est souvent le but, on veut souvent faire qu'un médicament pour une maladie mentale c'est différent qu'un médicament contre le cholestérol (le cholestérol est souvent bien normal aussi pontiak, bien relié aux habitudes de vie et on fait monter la moyenne artificiellement et fait pression sur ceux qui en prenne pas, si tous le monde mourrait autour de 63 ans comme les hommes russes ont auraient moins l'envie de vivre vieux, etc...)

Pontiak, je tiens à préciser que je n'y connais rien et que je n'ai jamais pris de pilule (ou de médicament a part les aspirine depuis la fois que j'ai fais une otite avec un sirop au banane)

En ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25406
  • Ing. BBQ
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #101 le: avril 09, 2013, 11:27:13 am »
Je pense qu'on en a parlé déjà. Des docteurs veulent diagnostiquer quelqu'un qui va (qui ne l'est pas encore) devenir skizophrène, et si ça s'applique, lui prescrire un médicament. C'est dit-on, pour prévenir l'apparition de sa maladie ou pour en diminuer les futurs symptômes qui n'ont pas encore apparus. On comprend tous le risque de dérive que ça amène.

Oui on le comprend tous et tous le monde est d'accord qu'il faut être vigilent et ne pas sur-médicamenter, le faire si ça s'applique d'en donner un (plus de plus que de contre), ça va souvent être: Tu ne devrais pas prendre tel ou tel drogue, rester actif en sport tous les jours, gardé une routine forte, etc...

Tous le monde est 100% d'accord avec ça, ce que toi tu sembles dire c'est que l'on devrait jamais donné de médicaments préventifs à quelqu'un qui pourrait devenir schizophrène c'est ça ta position ? Ou sinon c'est quoi au juste ?

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #102 le: avril 09, 2013, 11:33:59 am »
Ma position, c'est de relayer l'opinion du docteur à la base de ce sujet. Et lui se méfie beaucoup de cette brèche dans le DSM. Moi aussi. 

Je pense d'abord que la simple idée de donner un médicament préventif est absurde. Comme si on savait hors de tout doute qu'une personne avec telle ou telle caractéristique allait devenir skizophrène. Si la personne prend un médicament et ne devient jamais skizophrène, on dira que le médicament a eu fait l'effet voulu ?  :smiley5:

Ça ressemble au principe d'attaques préventives des USA. On va prévoir dans une boule de crystal que le pays X va nous attaquer, et donc on va l'attaquer avant qu'il nous attaque. Ça fait plus esotérique que scientifique.
« Modifié: avril 09, 2013, 11:37:21 am par megalomarc »

En ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25406
  • Ing. BBQ
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #103 le: avril 09, 2013, 11:37:45 am »
Le concept de risque et de gain est utiliser en tout, on sait jamais qu'un pont va tomber avant tel date non plus, si on le répare on dira qu'il n'est pas tombé sans le réparer.

On fait un calcul de coût social, on compare le cout des médicaments et donne un cout à un jeune qui devient skizophrène (qui sera différent selon la gravité), si selon tel critère dans une population 50% des gens avec ces symptômes deviennent skizophrène et que si on médicament 100% de ceux cela diminue à 10%, on gagne combien de points ?

Ensuite on enlève du pointage les conséquences en effet secondaire.

Si on est largement gagnant on va le considérer, ce que tu dis est vrai pour les cardiaques, hypertension, cholestérols, etc... Ces gens ne seraient peut-être jamais mort du cœur non plus.

tu traites différemment un risque de maladie mentale que celui d'une maladie du cœur, je me trompe ? Comme si pour toi le cerveau était un organe bien à part des autres ?

P.S. tous se méfie de cette brèche, tous se méfie d'une possible dérive, d'une possible sur-médication, tous y pense et essai d'optimisé la question, tous le monde est d'accord pour faire attention tous le temps sur tous les sujets en santé.
« Modifié: avril 09, 2013, 11:40:08 am par MadChuck »

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #104 le: avril 09, 2013, 11:39:57 am »
Mais justement il semble que les études sont contradictoires. Y a pas de consensus d'ou la nécessaire prudence. La logique voudrait qu'on attende qu'il y ait plus d'études et que le consensus apparaisse.

En ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25406
  • Ing. BBQ
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #105 le: avril 09, 2013, 11:41:11 am »
Exact et quand y'a eu un vote à 50-50 sans consensus on a mis dans le DSM, à l'étude justement comme la logique le voudrait.


Il relate que, suite à un vote à main levée pour connaitre l’opinion de l’auditoire quant à la pertinence d’ajouter ce diagnostic au futur DSM,  l’auditoire était divisé à 50/50 sur le sujet. Dr Lalonde nomme que ce diagnostic devait devenir officiel dans le nouveau DSM mais que finalement, suite à ce résultat, il a été décidé de le mettre «à l’étude».
« Modifié: avril 09, 2013, 11:42:49 am par MadChuck »

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #106 le: avril 09, 2013, 11:45:19 am »
Il faudrait qu'on sache ce que "à l'étude" veut dire dans leur jargon. Comment ça se transpose en pratique. Le diagnostic est dans le DSM, une fois qu'il y est, j'ai l'impression que, peu importe qu'il soit identifié à l'étude ou pas, les compagnies pharmaceutiques vont commencer à produire des médicaments et des psy vont commencer à en prescrire, sans doute avec plus de prudence que s'il n'était pas mentionné "à l'étude" mais quand même.
« Modifié: avril 09, 2013, 11:47:04 am par megalomarc »

En ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25406
  • Ing. BBQ
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #107 le: avril 09, 2013, 11:52:14 am »
Il faut que les compagnies d'assurance maladie payent aussi (privé ou société public), elle doivent essayer d'éviter de rembourser avec leur expert, alors j'imagine que dans le DSM il faut que la médication soit considérer comme assez importante pour qu'il y est remboursement.

Pour tous le reste (privé à privé comme relation commercial) les gens font bien ce qu'ils veulent.

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #108 le: avril 09, 2013, 12:02:37 pm »
tous se méfie de cette brèche, tous se méfie d'une possible dérive, d'une possible sur-médication, tous y pense et essai d'optimisé la question, tous le monde est d'accord pour faire attention tous le temps sur tous les sujets en santé.

Pas sûr que ça entre tant que ça dans les considérations de tout le monde :

Citer
Ensuite, chaque psychiatre a tendance à pousser sa spécialité ou son sujet de prédilection et à vouloir élargir le filet des patients potentiellement concernés. Enfin, ils ne réfléchissent pas du tout aux conséquences d’une inflation des diagnostics pour la société et les patients eux-mêmes.
 
Ils ne réfléchissent pas, ou ils sont influencés par l’industrie?
 
Non, leurs liens avec l’industrie sont minimes. Je les connais, la plupart d’entre eux sont des gens bien. Mais ils sont naïfs. Et s’ils n’ont pas de conflits d’intérêts au sens habituel du terme, ils développent souvent un conflit d’intérêts intellectuel. Chacun veut faire davantage valoir ses compétences, ses recherches, ses lubies aussi, chacun veut s’assurer que le système ne laissera pas de malades de côté. La plupart du temps, cela se traduit par une pression pour élargir le champ des diagnostics dans son secteur. Quand je leur dis qu’ils ne réfléchissent pas aux conséquences, ils répondent que ce n’est pas de leur ressort, que ce n’est pas leur responsabilité, que leur responsabilité s’arrête à la science. Mais ce n’est pas vrai.

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 10928
  • Jeannette officielle du forum
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #109 le: avril 09, 2013, 17:05:58 pm »
Réalisez vous que dans les dernières années on a fait des progrès de fou en neurobiologie, en neurolinguistique, en neuropsychologie, tout évolue, les connaissances s'ajoutent de jour en jour.

Le cerveau est un paquet de connexion neuronales qui communiquent par des impulsions électriques et de la chimie. C'est ben sur que pleins de molécules différentes peuvent avoir plein d'effet différent.

Peut-être qu'on a plus de médicaments qu'avant. Peut-être que plus de gens sont médicamentés. Il faut cependant voir s'ils le sont à tort, et c'est pour ça qu'on fait des études (payés par des fonds que Harper coupe allègrement).

Perso, savoir que ma grand-mère, qui a commencé à montrer des signes de démence, va retarder la "floraison" de sa maladie d'Alzheimer de 5 à 10 ans en prenant une pilule chaque jour, heh, je suis pas vraiment contre.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 10928
  • Jeannette officielle du forum
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #110 le: avril 09, 2013, 17:07:49 pm »
Je sais pas d'ailleurs qui ici est familier avec le processus de recherche, les niveaux de preuve, la validité externe, interne, les études contrôlés randomisées, la critique par les pairs, la rencontre des normes de santé canada, etc.

Quand un médicament est approuvé ici, généralement, c'est qu'il a été testé de façon extensive. Si on a des critiques sur les critères d'approbations des médicaments c'est autre chose.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #111 le: avril 09, 2013, 19:28:28 pm »
Pontiak a raison néamoins. Aujourd'hui on a de moins en moins de sagesse, et de plus en plus de sortes de pilules. On ne veut pas questionner notre manière de vivre, on veut plutôt rapidement être de nouveau quelqu'un de productif sans se poser de questions.

Dans la vie quand notre corps et notre esprit vont mal, c'est le temps de se questionner. Il y a quelque chose que tu fais de pas correct. Un burn out par exemple, c'est un signal du corps qui te dit: "wow là !" Mais beaucoup de gens choisissent de prendre l'antidépresseur et de continuer de la même façon. Ils ne trouvent pas de réponses autrement. Ou sinon ils prennent des vacances, pensant qu'après ça sera mieux. Le burn out suivant va venir, ce n'est qu'une question de temps. On n'apprend plus de nos erreurs. Je généralise un peu, mais c'est vrai qu'on ne sait plus comment être heureux. On a beaucoup d'avancées technologiques et scientifiques, pis le monde est de moins en moins bien dans sa peau, a de plus en plus besoin de médicaments pour la maladie mentale.

La question du ritalin pourrait aussi se poser autrement. Est-ce que c'est tous ces millions d'enfants qui sont anormaux, ou c'est le système d'éducation qui veut garder les jeunes garçons assis sur une chaîse à longueur de journée ?

Y a un phénomène de société ici qui dépasse largement les simples questions de diagnostics. On est face à une inflation démesurée du traitement de la maladie mentale. Ça ne peut pas juste être parce qu'on en découvre plus sur le cerveau. Je pense que c'est la société qui est malade.

En ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25406
  • Ing. BBQ
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #112 le: avril 09, 2013, 19:39:57 pm »
Je dirais le contraire aujourd'hui on veut questionner de plus en plus notre manière de vivre.

Avant les gens mangeait plus souvent la même chose, avait plus souvent la même job toute leur vie, faisait plus souvent et avait plus souvent la religion de leur parent et ainsi de suite.

J'ai connu deux collègues qui avait fait des burn-out, ils ont pas juste pris des pilules et de retour au travail avait changé de titre de diminuer par 50% leur heures de façon permanente.

Pour ce qui est du ritalin, à mon avis c'est que l'attention volontaire forcé est oui pas naturelle chez un grand nombre de gens (selon les populations génétique) et c'est normal, avant l'agriculture c'était rarement nécessaire, bien des styles de chasses sont le fun, ta pas à te forcer contre tes goûts à écouter comme à l'école.

Qu'il est plus de 20 % de jeunes et plus de 10% de jeune adulte qui naturellement serait difficilement capable d'attention volontaire continue et plus chez les hommes que je serais vraiment pas surpris.

De considérer que c'est grave ou un problème, faut voir, mais si tu veux apprendre quelque chose à un jeune qui trouve ça plate ou long, oui s'en est un.

Pour ce qui est du sport, mon cousin était en sport étude (hockey à tous les jours) et sur le ritalin, alors je ne sais pas à quel point c'est la solution.
« Modifié: avril 09, 2013, 19:51:32 pm par MadChuck »

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #113 le: avril 09, 2013, 19:51:56 pm »
C'est pas juste une question d'heures de travail, ni d'heures de plus qu'on passe en vacances. Il faut se questionner sur la manière qu'on vit durant ces heures là. Si le bonheur est un état d'esprit, il y a quelque chose de mal qu'on fait avec notre esprit si on est anxieux, colérique, etc. Une pilule n'est qu'un baume temporaire, artificiel.

Hors ligne Dogma

  • Membre
  • Messages: 7775
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #114 le: avril 09, 2013, 20:05:15 pm »
Pontiak a raison néamoins. Aujourd'hui on a de moins en moins de sagesse, et de plus en plus de sortes de pilules. On ne veut pas questionner notre manière de vivre, on veut plutôt rapidement être de nouveau quelqu'un de productif sans se poser de questions.

Je dirais le contraire aujourd'hui on veut questionner de plus en plus notre manière de vivre..


Moi j'ai comme l'impression que les deux tendances sont vrai.

Autant y'a une partie de la population qui semble vraiment s'abrutir et sombrer dans le superficiel autant on dirait qu'une autre partie de la population se questionne plus comme le dit Madchuck.


En ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25406
  • Ing. BBQ
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #115 le: avril 09, 2013, 20:09:59 pm »
ça dépend si tu parles de manière de vivre collective, versus manière de vivre individuel, faudrait voir le nombre de changement de branche, retour aux études, changement en cours d'étude, littérature lu sur les choix de vie, le magasinage de ou l'on vit (combien de gens meurt loin de leur lieu de naissance), de changement de religion au cour de leur vie et autre mesure objectives.

Sans être au niveau du la très petite minorités des citoyen grec ou du 0.001% d'esprit de la renaissance, ça doit être dans un très haut historique de l'humanité.

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 10928
  • Jeannette officielle du forum
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #116 le: avril 10, 2013, 06:26:35 am »
J'aurais le gout de commenter chacune de tes phrases, megalo, mais Madchuck a résumé un peu mes idées. Aussi:

Avant, les jeunes qui n'étaient pas "diagnostiqués", ne finissaient pas leur primaire ou leur secondaire (ou avaient une 7e année, genre.) Maintenant, l'éducation est obligatoire jusqu'à 16 ans, 21 dans le cas d'un élève handicapé. On commence à comprendre comment adapter notre enseignement. Je connais peu de profs qui font encore plus que 10 minutes d'enseignement magistral dans leur avant-midi.

Un autre signe de ça, c'est maintenant les CEGEP qui commencent à se questionner sur comment adapter leur enseignement pour des éleves avec des handicaps. Parce qu'avant, un jeune avec des troubles d'apprentissages ou du langage modéré à sévère ne se rendait pas à la fin du secondaire, c'était un miracle s'il faisait un DEP. Maintenant, ces jeunes-là (une partie) peut répondre aux exigences du Ministère, passer leur secondaire 5, aller au CEGEP. Je trouve pareil que c'est une belle réussite.

Le reste je répondrai une autre fois.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #117 le: avril 12, 2013, 18:56:55 pm »
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2013/04/20130412-014610.html

Moi la drogue, j'suis pas mal pour ca. Libre a chacun. Mais payer la drogue des autres, non.


Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #118 le: avril 12, 2013, 22:25:28 pm »
On peut pas consulter l'article:

Citer
Nouvelles, vendredi 12 avril 2013, p. 5

Des étudiants achètent des cachets sous le manteau pour améliorer leur performance
Médicaments pour réussir

CHRISTINE BOUTHILLIER CHRISTINE.BOUTHILLIER@QUEBECORMEDIA.COMC HRISTINE.BOUTHILLIER@QUEBECORMEDIA.COM

Dans les cégeps et universités de Montréal, des étudiants en parfaite santé achètent clandestinement des médicaments pour étudier, une pratique en augmentation, mais qui n'est pas sans risque.

Les étudiants peuvent acheter sans problème du Ritalin auprès d'un condisciple détenant une prescription.

"Il prend quand même ses médicaments, il va juste en chercher plus souvent", explique Geneviève (nom fictif), une étudiante du collège Jean-de-Brébeuf.

 Même constat chez François (nom fictif), de l'École de technologie supérieure, qui s'est fait donner des cachets par un collègue à qui on avait prescrit le produit pour des raisons médicales.

 "Il ne prenait pas toute sa médication parce qu'il n'en ressentait pas le besoin. Alors, il me donnait le surplus", explique-t-il.

 D'autres étudiants fréquentant l'Université de Montréal et l'Université McGill ont admis avoir obtenu sous le manteau des médicaments d'ordonnance sans en avoir aucunement besoin.

 Répandu

 "Un tiers des personnes que je connais ont déjà pris du Ritalin, au moins une fois, pour étudier", confie Geneviève.

 En retard dans son étude avant un examen, Geneviève en a aussi déjà consommé.

 L'étudiante en sciences humaines a remarqué une légère amélioration de sa concentration, mais elle se demande si ce n'était pas simplement l'effet placebo.

 François a pris du Ritalin toute une fin de session pendant ses examens.

 "Je n'ai pas nécessairement vu de différence sur mes notes, mais j'étais plus concentré, plus calme", remarque-t-il.

 De 1 à 11 % des étudiants universitaires prennent des médicaments pour améliorer leurs performances scolaires. En cette fin de session, les exper ts lancent un cri d'alarme, cette tendance augmentant au fil des ans.

 Des étudiants, notamment en médecine et en génie, mais aussi des élèves de niveau collégial, prennent des stimulants comme du Ritalin ou des amphétamines pour augmenter leur concentration et leur mémoire.

 D'autres, comme des élèves en musique, gobent des médicaments bêtabloquants, qui diminuent le rythme cardiaque. Ils sont utilisés pour combattre le trac et le tremblement des mains lors de concerts, indiquent des étudiants et des experts.

 François en a toutefois cessé l'usage, car il n'aimait pas se sentir au ralenti lorsqu'il était sous l'influence du Ritalin.

Méconnu

Rares sont les étudiants qui connaissent les risques liés à la prise de médicaments qui ne leur sont pas prescrits.

 "Avoir su, je n'en aurais pas pris", s'exclame Geneviève, qui raconte que son copain n'a pas dormi de la nuit après avoir consommé du Ritalin.

 François se dit peu inquiet des effets secondaires, s'étant documenté sur le web avant de faire usage du médicament.

 "Les effets secondaires sont souvent minimes, mais les compagnies pharmaceutiques sont obligées de les mentionner.", juge-t-il.

 * * *

RISQUES DU RITALIN

Accoutumance, dépendance Problèmes cardiaques

Hypertension Problèmes neurologiques Troubles psychologiques, état dépressif Psychose

Contre-indiqué pour ceux qui souffrent de stress ou d'anxiété Contre-indiqué pour ceux qui souffrent d'alcoolisme ou de toxicomanie à cause du risque d'accoutumance

 SOURCES : DROGUE : AIDE ET RÉFÉRENCE ET IRCM

 * * *

 DES EXPERTS INQUIETS

Si l'utilisation de médicaments pour mieux réussir suscite l'étonnement chez certains, elle en inquiète d'autres.


Éric Racine

Chercheur à l'Institut de recherches cliniques de Montréal

Les risques associés à un usage non médical sont plus élevés. Lors d'un usage médical, un médecin fait le suivi de ces risques là, il est aux aguets des symptômes. "


Nicole Beaudry

Secrétaire générale de la Commission de l'éthique en science et en technologie

Le fonctionnement du cerveau est méconnu. On ignore les effets à moyen et long terme de l'usage élargi des médicaments psycho-tropes.

C'est un peu inquiétant tout ça."


Sophie Laflamme

Pédiatre, secrétaire de la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke et vice-doyenne à la vie étudiante

Il ne faudrait pas que la médication soit perçue comme quelque chose de négatif. J'ai vu plusieurs belles victoires.

Si ça aide ces gens-là, peut-être ont-ils vraiment besoin de consulter.

 "

© 2013 Le Journal de Montréal.

Hors ligne Titoine19

  • Membre
  • Messages: 1349
  • J'aimerais que ça soit mon chien !
    • Histoire des FPS (Fédération des putes souverainistes)
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #119 le: avril 12, 2013, 23:10:51 pm »
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2013/04/20130412-014610.html

Moi la drogue, j'suis pas mal pour ca. Libre a chacun. Mais payer la drogue des autres, non.

Cet article me donne l'idée de vendre les médicaments que tu payes pour moi Pontiak !
A

En ligne plsavaria

  • Membre
  • Messages: 3962
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #120 le: avril 12, 2013, 23:15:22 pm »
J'ai hâte au reportage où il est question qu'il est possible d'acheter des drogues illégales sur le marché noir.

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #121 le: mai 23, 2013, 01:25:24 am »
Certains appellent même au boycott du nouveau manuel de la maladie mentale, le controversé DSM-5.0 :

La bible des troubles mentaux reniée
http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201305/22/01-4653081-la-bible-des-troubles-mentaux-reniee.php

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #122 le: mai 23, 2013, 05:37:32 am »
C'est dégeulasse. Et cette mafia s'empare de notre argent.

Pire pushers de l'histoire. Ca cause énormément de problèmes : violence, suicide, accident, improductivité.

J'ai lu que même le deuil, et sans délai, serait une dépression. Je n'ai pas hâte de voir ce monde ou les gens te parleront du décès d'un de leur proche, en souriant et en mêlant ca dans leur conversation, a leur projet de voyage et de piscine.

Ils décâlicent la future génération pour s'en mettre plein les poches. C'est la pire industrie de l'heure.

Hors ligne currius

  • Membre
  • Messages: 4403
  • NOT ONLINE ANYMORE
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #123 le: mai 23, 2013, 06:47:08 am »
Certains appellent même au boycott du nouveau manuel de la maladie mentale, le controversé DSM-5.0 :

La bible des troubles mentaux reniée
http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201305/22/01-4653081-la-bible-des-troubles-mentaux-reniee.php

Tu tiens vraiment à recommencer cette discussion stérile et sans importance?  Je croyais que l'on t'avait expliqué en long et en large de quoi il en retournait dans la réalité:
Que c'était une dispute entre des écoles théoriques en psychiatrie;
Que le nouveau manuel prenait aussi en compte les nouvelles découvertes en neuro-biologie;
Que l'on préconisait une approche diagnostique différente;
Une chicane entre les vieux et les jeunes comme du temps du DSM-III;
Que cet article ne fait que confirmer l'adoption du nouveau manuel et un jeune journaliste en panne d'inspiration pond un mauvais  papier qui reprend les faits d'un article paru, il y a six semaines.

Tant qu'à se poser des questions pour se les poser: Ce jeune journaliste se fait peut-être passer de l'information par l'Église de scientologie sans le savoir, comme beaucoup de néophytes de bonne foi qui lisent sans savoir la propagande de l'Église de scientologie et adoptent leurs opinions anti-psychiatriques sans avoir, à la base, les fondements théoriques et scientifiques de la psychiatrie.

Bref, " A sucker is born every minute."
« Modifié: mai 23, 2013, 08:15:03 am par currius »
?

Hors ligne Fouinard

  • Membre
  • Messages: 877
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #124 le: mai 23, 2013, 08:15:43 am »
C'est que c'est supposé être aujourd'hui le jour de l'apocalypse, 22 mai lancement de la "bible"  et du début de la grande épuration !  :smiley2: :smiley12: :smiley3:

J'ai tellement hâte d'aller tantôt à l'hôpital ou je travaille pour découvrir qui aura l'étiquette de 'dissidents' et les voir recevoir une balle dans la nuque!  :smiley36: :smiley2: :smiley17:

Concrètement, cette platitude n'intéresse personne sur le terrain!  :smiley11:

Hors ligne Fouinard

  • Membre
  • Messages: 877
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #125 le: mai 23, 2013, 09:11:35 am »
Bon, alors c'est le temps d'aller  travailler dans mon institut universitaire en santé mentale et être fixé sur mon destin! Si je ne donne pas de nouvelles ce soir, ce sera probablement parce que j'aurai été  jugé "hérétique" par les méchants psychiatres vendus aux compagnies pharmaceutiques qui auront pris le pouvoir aujourd'hui.  :smiley2: Dans ce cas, vous pouvez mettre mon condo en vente!  :smiley17: :smiley36: :smiley4:

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 10928
  • Jeannette officielle du forum
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #126 le: mai 23, 2013, 10:06:07 am »
Franchement.

Ceci dit, Quebec Science fait un bar des sciences sur la question.

Ca m'intéresse.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne currius

  • Membre
  • Messages: 4403
  • NOT ONLINE ANYMORE
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #127 le: mai 23, 2013, 12:09:26 pm »
Bon, alors c'est le temps d'aller  travailler dans mon institut universitaire en santé mentale et être fixé sur mon destin! Si je ne donne pas de nouvelles ce soir, ce sera probablement parce que j'aurai été  jugé "hérétique" par les méchants psychiatres vendus aux compagnies pharmaceutiques qui auront pris le pouvoir aujourd'hui.  :smiley2: Dans ce cas, vous pouvez mettre mon condo en vente!  :smiley17: :smiley36: :smiley4:

Bonne vieille purge stalinienne = Profit!!!
?

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #128 le: mai 23, 2013, 19:33:42 pm »
Je m'attendais bien sûr d'avoir des interventions négatives de la part de nos deux admirateurs de la ptite pilule qui rend heureux. Ce sujet est intéressant, s'il ne vous intéresse pas, je vous invite à aller voir ailleurs.
« Modifié: mai 23, 2013, 19:48:58 pm par megalomarc »

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #129 le: mai 23, 2013, 20:01:29 pm »
Ce jeune journaliste se fait peut-être passer de l'information par l'Église de scientologie sans le savoir, comme beaucoup de néophytes de bonne foi qui lisent sans savoir la propagande de l'Église de scientologie et adoptent leurs opinions anti-psychiatriques sans avoir, à la base, les fondements théoriques et scientifiques de la psychiatrie.

La scientologie, c'est la nouvelle franc-maçonnerie ?

Hors ligne Fouinard

  • Membre
  • Messages: 877
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #130 le: mai 23, 2013, 21:19:52 pm »
Le sujet est intéressant mais toi tu ne l'es pas! :smiley36: Car tu n'as toujours pas compris que le DSM n'est qu'une classification des troubles mentaux qui n'a rien, mais rien, mais absolument rien avec les pilules!  :smiley36: Dans aucune des versions du DSM passées, présentes et futures, il n'y a nulle part aucune mention selon laquelle un trouble mental (ex: schizophrénie) doit être traité obligatoirement avec tel médicament (ex: Risperdal, Clozaril ou Seroquel).

Je te mets de me prouver le contraire: et ici, je parle d'une page du DSM-5, que tu n'as jamais lu, et non le traditionnel copier-coller tel un photocopieur décérébré! Allez, fiston, montre-moi que tu n'es pas un cancre!  :smiley36:




« Modifié: mai 23, 2013, 21:31:29 pm par Fouinard »

Hors ligne Fouinard

  • Membre
  • Messages: 877
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #131 le: mai 23, 2013, 21:28:00 pm »
Ce jeune journaliste se fait peut-être passer de l'information par l'Église de scientologie sans le savoir, comme beaucoup de néophytes de bonne foi qui lisent sans savoir la propagande de l'Église de scientologie et adoptent leurs opinions anti-psychiatriques sans avoir, à la base, les fondements théoriques et scientifiques de la psychiatrie.

La scientologie, c'est la nouvelle franc-maçonnerie ?

Cela démontre le peu de sérieux de ta pensée! Moi, je peux te nommer tous les critiques du DSM-5: les scientologues (qui prétendent que la vrai science du mental est leur dianétique), les psychanalystes (lesquels sont frustrés depuis le DSM-3 en raison du tournant non-théorique qui a été pris alors), les psychiatres francais (qui sont encore en bonne partie psychanalystes), les différentes écoles de psychologie (lesquelles voudraient que l'on priorise davantage les psychothérapies, et qui voudraient avoir plus de pouvoirs), les sociologues (pour qui tout est social, et donc tout aussi totalitaires que ceux qu'ils critiquent), les antipsychiatres (qui nient l'existence des troubles mentaux, et même de la maladie d'Alzheimer), les ressources alternatives (qui priorisent de nouvelles approches non médicamentées) et les groupes de défense des droits des usagers (qui dénoncent avec raison les abus de la médication, mais surtout qui veulent que l'avis du patient soit pris en compte). Et hop, pendant que j'avance comme toujours Mégalo fait du surplace:gna-gna, les francs-maçons... :smiley36:

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #132 le: mai 23, 2013, 21:55:15 pm »
La dianétique, y a que ça de vrai. 

Conspiration ! Tout le monde est manipulé subtilement par les scientologues !

Hors ligne El Kabong

  • Membre
  • Messages: 5029
  • Données erronées, résultats significatifs.
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #133 le: mai 24, 2013, 16:52:51 pm »
La dianétique, y a que ça de vrai. 

Conspiration ! Tout le monde est manipulé subtilement par les scientologues !
Si ça marcherait, ce serait interdit!
 :smiley36:
Z

Hors ligne Fouinard

  • Membre
  • Messages: 877
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #134 le: mai 24, 2013, 19:50:59 pm »
Pour que ça marche, il faudrait que ça, ça soit la réalité: http://www.xenu.net/archive/leaflet/xenufr.pdf

 Je comprends que les scientologues n'aiment pas les médicaments psychotropes : le zyprexa est le meilleur des xénucides. :smiley36:
« Modifié: mai 24, 2013, 19:52:58 pm par Fouinard »

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #135 le: mai 25, 2013, 06:49:05 am »
Le 3/4 de ceux qui travaillent sur ce DSM-5 ont des liens financiers avec les pharmas, et de ce que j'en ai compris, même pendant leur travaux sur le truc. Tout va bien. 

Ca me fait penser a cette pub qu'on entend sur les ondes radio, ''ne souffrez plus en silence, la dépression fait mal, parlez a votre médecin'' j'pensais que c'était gouvernemental, c'est un peu le ton qu'on veut donner a la pub. Elle nous envoie sur www.ladepressionfaitmal.ca . M'en va la, et je cherche un peu pour finir par trouver que c'est une Eli lilly qui est en arrière de ca.

J'connais rien comme tout le monde le sait, je ne suis pas du milieu comme Fouinard, je ne savais juste pas que cette Eli Lilly, était en fait la deuxième plus grosse pharma du monde, 40,000 employés, produit vedette : Prozac.

Parlez-en a votre médecin.
« Modifié: mai 25, 2013, 07:07:18 am par Pontiak »

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #136 le: mai 25, 2013, 06:55:43 am »
Pour Titoine19 :

Après avoir quitté la CIA en 1977, George H. W. Bush devint un des dirigeants de Eli Lilly. Bush a activement œuvré de l'intérieur comme de l'extérieur de l'administration, en tant que Vice-Président à partir de 1981, pour défendre les intérêts des industriels du secteur pharmaceutique notamment au travers du Texas Medication Algorithm Project .   :smiley36:

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #137 le: mai 25, 2013, 07:02:36 am »
C'est drôle comment la gauche ne voit aucun problème avec cette industrie. La pillule leur semble gratis pour les pauvres, alors tout va bien, ils sont justement pauvres, alors on se prend une petite peanut au passage.

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 10928
  • Jeannette officielle du forum
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #138 le: mai 25, 2013, 07:07:26 am »
Pontiak: Ici, la pub de médicaments à la étélé est règlementé. Si tu dis un nom de médicament et ce qu'il est supposé faire, tu dois dire tous les effets secondaires possibles dans ta pub.
Si tu ne le dis pas, tu peux parler du problème et dire aux gens de parler à leur médecin.

C'est pour ça qu'on a ce genre de pub.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Lisa

  • Membre
  • Messages: 10928
  • Jeannette officielle du forum
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #139 le: mai 25, 2013, 07:12:13 am »
C.01.044 (1) Quiconque fait la publicité auprès du grand public d'une drogue mentionnée à l'annexe F doit ne faire porter la publicité que sur la marque nominative, le nom propre, le nom usuel, le prix et la quantité de la drogue.
"It's amazing how I can feel sorry for you and hate you at the same time. I'm sure there's a German word for it." - Lisa

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #140 le: mai 25, 2013, 07:32:17 am »
Pontiak: Ici, la pub de médicaments à la étélé est règlementé. Si tu dis un nom de médicament et ce qu'il est supposé faire, tu dois dire tous les effets secondaires possibles dans ta pub.
Si tu ne le dis pas, tu peux parler du problème et dire aux gens de parler à leur médecin.

C'est pour ça qu'on a ce genre de pub.

Mais oui. L'industrie via le site te suggère des symptômes ou comportements, je cite ''comprendre la dépression : Une personne souffrant de dépression pourrait penser ou dire certaines des choses suivantes  : J'ai mal aux articulations et au dos.« J'ai des maux d'estomac. »« Je me réveille souvent au milieu de la nuit et j'ai du mal à me rendormir. »« J'ai l'impression d'avoir le moral à zéro. »« J'ai mal à la tête ces derniers temps. »« J'ai l'impression de ne pas avoir d'énergie. » Mes meilleures : « On dirait que je perds du poids. » et « On dirait que je prends du poids. »

Ensuite l'industrie dote nos médecins d'une bible qui va les mener a choisir une drogue parmis un ou deux compétiteurs.

C'est la petite vie normale tout ca plus haut. Quand je fumais, j'pouvais te les sortir un apres l'autre. Comme la, je travaille 12 a 13 heures par jours, non-stop, 6 jours semaine. Y'a pas de dérèglement chimique du cerveau, il fonctionne tres bien : JE SUIS ÉCOEURÉ, JE SUIS ÉPUISÉ et mon cerveau me pousse a abandonner cette situation. Comme la, je commence a 9 heures a matin au lieu de 6, et je commence a avertir le monde, les Samedi ca va prendre quelqu'un d'autre, parce-que moi, l'été arrive, et j'achève les Samedi, j'vas boquer, j'en ferai plus un câlice. N'allez surtout pas me faire croire que mon cerveau ne fonctionne pas bien et que je dois équilibrer la chimie avec une drogue légale. C'est un processus normal. C'est sain de commencer a feeler mal. C'est le guide a suivre, faut pas embrouiller son cerveau.

Si j'vais voir un medecin en lui disant : la tabarnak, j'suis fatigué mort, j'commence a être écoeuré de voir le même monde a la job, j'ai mal a tête, je manque de sommeil, je n'ai même plus le goût de fourrer, j'suis soupe au lait......Il va me geler. Je ne suis pas en dépression, je pousse le bouchon sur une situation inacceptable pour moi. C'est une situation temporaire, et mon malaise va surpasser mon amour du cash et mon haut niveau du sens des responsabilités et ce malaise va me sauver le cul. Faut l'écouter. Je le challenge un peu parce-que je me connais tres bien et je sais qu'il y aura une fin.

« Modifié: mai 25, 2013, 07:41:52 am par Pontiak »

Hors ligne Pontiak

  • Membre
  • Messages: 7998
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #141 le: mai 25, 2013, 07:35:44 am »
Lisa, si Eli Lilly, une business, n'était pas parfaitement au courant qu'elle allait récolter X montant, elle n'investirait pas dans une pub du genre. Ils savent que ci mène a ca et qu'ils vont empocher leur part. Peut-être qu'un compétiteur va bénéficier de 25%, mais ils savent que Prozac et autres bonbons de leur compagnie vont empocher leur part. Y'ont pas besoin de nommer leur produit, ca va de soi. Comme si je te parle de mal de tête, je n'ai pas besoin de nommer Tylénol, ca vient avec.

En ligne plsavaria

  • Membre
  • Messages: 3962
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #142 le: mai 25, 2013, 12:35:56 pm »
Le 3/4 de ceux qui travaillent sur ce DSM-5 ont des liens financiers avec les pharmas, et de ce que j'en ai compris, même pendant leur travaux sur le truc. Tout va bien. 

De ce que j'ai compris, c'est que la majorité de ceux en recherche ont, à un point de leur carrière effectué une recherche qui était en tout ou en partie financée par la recherche.

Dans un monde oèu les gouvernements délèguent de plus en plus cette activité au privé, c'est juste normal.

Hors ligne Fouinard

  • Membre
  • Messages: 877
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #143 le: mai 25, 2013, 19:39:22 pm »

Ensuite l'industrie dote nos médecins d'une bible qui va les mener a choisir une drogue parmis un ou deux compétiteurs.


Complètement faux: Dans le DSM-5, pas plus que dans le 4, le 3 ou les autres, il n'y a aucune, mais aucune, mais absolument aucune référence à quel traitement que ce soit! J'ai mis au défi Mégalo de me trouver une page dans le DSM où il est question d'un médicament à prescrire, et il est disparu car il sait bien qu'il n'en trouvera aucune.

Pour le reste, je précise que parmi les critiques du DSM, il y a bien des gens de gauche (comme mes connaisssances du Réseau alternative, et ceux des groupes de défense des droits).

 Je rajoute que s'il y a des gens parmi ceux qui défendent le DSM-5 qui ont certainement des intérêts, à ma connaissance, tous ceux qui sont contre ont aussi des intérêts à défendre qui justifient leur opposition (secte comme la scientologie, différentes écoles de psychologie qui voudraient que l'on priorise des psychothérapies, lesquelles coutent souvent un bras et sont difficilement accessibles pour les personnes à faible revenu, ressources alternatives qui comme le nom indique se présente en alternative à la psychiatrie et aux ressources du réseau institutionnel de santé, sociologues pour qui les troubles mentaux s'expliquent davantage sinon exclusivement par des facteurs sociaux, etc).

Je rajoute enfin que je ne suis pas pro-pilule mais pro-choix, et que c'est à la personne de décider s'il veut prendre un médicament ou non, de choisir tout autre traitement si elle préfère, de les combiner ou de refuser tout traitement si c'est son choix.
« Modifié: mai 25, 2013, 19:42:42 pm par Fouinard »

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #144 le: mai 25, 2013, 19:51:05 pm »

Ensuite l'industrie dote nos médecins d'une bible qui va les mener a choisir une drogue parmis un ou deux compétiteurs.


Complètement faux: Dans le DSM-5, pas plus que dans le 4, le 3 ou les autres, il n'y a aucune, mais aucune, mais absolument aucune référence à quel traitement que ce soit! J'ai mis au défi Mégalo de me trouver une page dans le DSM où il est question d'un médicament à prescrire, et il est disparu car il sait bien qu'il n'en trouvera aucune.

Non j'ai tout simplement pas lu au complet. Vous êtes un peu trop émotifs et les discussions avec vous sont pas ce qu'on pourrait appeler "rationnelles".

Dans la discussion précédente par ailleurs, on a pu voir qu'après la production du DSM 4, il y a eu une progression fulgurante du diagnostic de bipolarité et par conséquent, de médicaments prescrits. Vous pouvez garder la tête dans le sable à ce sujet si vous voulez, mais cela ne fait que confirmer votre biais et votre désir de défendre à tout prix ce nouveau DSM. Pourquoi, c'est ce que je serais curieux de savoir, mais souvent on n'a pas besoin de grand chose pour avoir les idées fixes.
« Modifié: mai 25, 2013, 19:59:40 pm par megalomarc »

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #145 le: mai 25, 2013, 20:01:27 pm »

Moi je vais commencer à prendre les psychiatres au sérieux le jour où ils vont arrêter d'employer l'expression "maladie mentale".

En ligne MadChuck

  • Membre
  • Messages: 25406
  • Ing. BBQ
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #146 le: mai 25, 2013, 20:05:31 pm »
ce n'est pas plutôt troubles mentaux ?

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #147 le: mai 25, 2013, 20:16:51 pm »
Pour prouver mon point, je reviens en citant un article que Fouinard a lui même mis en lien dans la deuxième page de ce sujet:

Citer
Le diagnostic de «dépression anxieuse légère» sera ajouté comme maladie. Lorsque j’ai nommé ce diagnostic à Dr Morissette il a rapidement nommé qu’il s’agissait de  «bouillie pour chat» et il m’a fait part des doutes qu’il avait quant à l’utilisation de ce diagnostic. Il questionne l’utilité d’apposer ce genre d’étiquette et nomme que les personnes qui en profiteront seront sans nul doute les compagnies pharmaceutiques qui seront heureuses de trouver des remèdes pour chaque pathologie qui s’ajoutera au DSM.

Ici je cite l'article de celui qui a dirigé la conception du DSM 4:

Citer
En 1993, pour la fabrication du DSM IV) Nous avons analysé 93 suggestions de changement et n’en avons retenu que trois. Cependant, ces modifications que nous pensions mineures ont eu des conséquences inattendues. Ainsi le trouble bipolaire de type 2, que nous avons introduit, a permis aux entreprises pharmaceutiques, grâce à la publicité télévisée en particulier (les États-Unis sont le seul pays au monde à autoriser les laboratoires à faire de la publicité directe), de doubler le nombre de patients traités pour troubles bipolaires.De même, nous avons un peu élargi le diagnostic du trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention pour permettre de repérer davantage de filles. Et nous avons eu la surprise de voir les laboratoires s’engouffrer dans la brèche. Le marché des médicaments contre les troubles de l’attention est passé de 15 millions de dollars avant la publication du «DSM-IV» à 7 milliards aujourd’hui…


http://bibliobs.nouvelobs.com/en-partenariat-avec-books/20130329.OBS6215/allen-frances-la-psychiatrie-est-en-derapage-incontrole.html

Hors ligne megalomarc

  • Membre
  • Messages: 5127
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #148 le: mai 25, 2013, 20:19:25 pm »
Parions que Fouinard va dire que c'est faux, en se basant sur rien du tout, et en utilisant le seul argument d'autorité (je suis dans ce métier là donc j'ai raison, et toi tu as mal ortographié le mot "schizophrène").

C'est plate parce que ça aurait été intéressant de jaser de ça avec quelqu'un du métier qui serait capable de faire la part des choses. Juste le fait de blâmer l'Église de scientologie pour l'utilisation par les journalistes du mot "bible" est assez évocateur merci.
« Modifié: mai 25, 2013, 20:22:34 pm par megalomarc »

Hors ligne Temporel

  • Membre
  • Messages: 9177
La psychiatrie en dérapage
« Réponse #149 le: mai 25, 2013, 20:28:49 pm »


ce n'est pas plutôt troubles mentaux ?



Trouble, ça peut sembler mieux, mais ce n'est pas sérieux non plus.

Déjà le fait de parler de santé mentale, c'est louche.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la santé mentale en tant qu'« état de bien-être dans lequel l'individu réalise ses propres capacités, peut faire face aux tensions ordinaires de la vie, et est capable de contribuer à sa communauté ».

Réaliser ses propres capacités : un chauffeur de taxi montréalais qui a fait ses études en médecine dans son pays d'origine ne serait donc pas jugé sain mentalement.

Faire face aux tensions ordinaires de la vie : une personne qui perd sa bonne humeur et sa jovialité à force de côtoyer la bêtise humaine à tous les jours ne serait donc pas jugé sain mentalement.

Capable de contribuer à sa communauté : un anachorète qui fait le choix d'une vie spirituelle dans la solitude et le recueillement, qui partage sa vie entre la prière, la méditation, l'ascèse et le travail, et qui est à la recherche ou à l'écoute de vérités supérieures ou de principes essentiels ne serait donc pas jugé sain mentalement.





C'est drôle comment la gauche ne voit aucun problème avec cette industrie.



Amir Khadir, médecin, est celui qui gueule le plus fort contre cette industrie.

Et j'ai pas l'impression qu'il est le seul de la gauche à ne pas l'aimer.

D'où te vient ton impression ?