Ceci est un forum public. Les Cowboys Fringants dalporto se dissocient des opinions émises sur ce forum.

Auteur Sujet: Je me pose cette question depuis heures  (Lu 305 fois)

Will.I.Am

  • Membre
  • *
  • Messages: 29
  • Respect: -1
Je me pose cette question depuis heures
« le: novembre 21, 2019, 06:24:07 pm »
-1
Je me demande si un viole peut être aussi considéré comme un abus de pouvoir... J'essaie de faire des recherches à ce sujet, mais en vain... Il n'y a rien qui puisses répondre à ma question...

Merci de répondre à ma question si vous trouvez une réponse...

Plume

  • Sur la Lune, avec Pierrot
  • Membre
  • **
  • Messages: 222
  • Fraus omnia corrumpit
  • Respect: +34
Je me pose cette question depuis heures
« Réponse #1 le: novembre 21, 2019, 11:58:25 pm »
0
Je ne sais pas si cela va vraiment répondre à ta question, mais en droit français, par exemple, la peine encourue est plus élevée lorsque le viol est notamment commis :

« […]

2° […] sur un mineur de quinze ans ;

3° […] sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de l'auteur ;

3° bis […] sur une personne dont la particulière vulnérabilité ou dépendance résultant de la précarité de sa situation économique ou sociale est apparente ou connue de l'auteur ;

4° […] par un ascendant ou par toute autre personne ayant sur la victime une autorité de droit ou de fait ;

5° […] par une personne qui abuse de l'autorité que lui confèrent ses fonctions ;

[…] »  (Article 222-24 du Code pénal français)


« L’abus de pouvoir » (pour reprendre tes termes) ou l’abus d’autorité constitue donc une circonstance aggravante.


D'un point de vue juridique, pour qu’il y ait abus de pouvoir ou abus d’autorité, il faut que le violeur ou la violeuse dispose d’un certain pouvoir (conféré par un certain statut ou certaines fonctions, par exemple) au préalable.

Qu’entends-tu exactement par « abus de pouvoir », de ton côté ?

« Modifié: novembre 23, 2019, 11:52:50 am par Plume »
« La musique [...] donne une âme à nos cœurs, des ailes à la pensée, un essor à l'imagination... » (Platon)

Le Jam

  • Membre
  • ******
  • Messages: 10967
  • Homme blanc privilégié
  • Respect: +180
Je me pose cette question depuis heures
« Réponse #2 le: novembre 22, 2019, 03:10:15 am »
0
Je trouve la question un peu bizarre, le viol est acte de violence, est-ce qu'un acte de violence est un abus de pouvoir ?

L'acte sexuel étant censé être une activité mutuellement consentie, à partir du moment ou ça n'est plus mutuel il y a viol, peu importe le pouvoir n'a rien avoir là-dedans dans la qualification du viol, comme le dit Plume il peut y avoir des phénomènes aggravants liés à un lien d'autorité mais le viol en tant que tel ne constitue pas un abus de pouvoir.

Un homme qui violerait ça femme n'exercerait pas un abus de pouvoir vu qu'il n'est pas censé avoir autorité sur lui. A la limite un médecin qui pratiquerait un abus sexuel sur une personne inconsciente, là il pourrait y avoir cette notion qui entre en jeu.

POF

  • Membre
  • **
  • Messages: 444
  • Joueur technique, très technique.
  • Respect: +36
Je me pose cette question depuis heures
« Réponse #3 le: novembre 22, 2019, 11:49:54 am »
0
En quoi un violeur abuse de son pouvoir? Quel est son pouvoir/autorité envers sa victime? S'il obtient des faveurs sexuelles de par son autorité sur sa victime, là il y a abus de pouvoir. S'il n'y a aucun rapport de pouvoir/autorité entre l'agresseur et sa victime, il ne peut pas y avoir abus de pouvoir.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 27053
  • Ing. BBQ
  • Respect: +1460
Je me pose cette question depuis heures
« Réponse #4 le: novembre 24, 2019, 12:36:43 pm »
0
J'imagine de manière trivial que oui dans presque 100% des cas, pour réussir a violer une autre personne le violeur devait avoir pouvoir sur elle (que ce soit supériorité physique en générale ou momentané, social, etc...) et qu'il-elle en a abuser.

Pouvoir: Avoir la possibilité, les moyens physiques, matériels, techniques, etc., intellectuels, psychologiques, etc., de faire quelque chose

POF

  • Membre
  • **
  • Messages: 444
  • Joueur technique, très technique.
  • Respect: +36
Je me pose cette question depuis heures
« Réponse #5 le: novembre 25, 2019, 11:20:46 am »
0
Même au niveau physique, je ne pense pas qu'il y a toujours abus. Si l'agresseur attache sa victime ou la menace avec une arme, il n'y a pas d'abus de pouvoir physique.

MadChuck

  • Mad Chuck Norris
  • Membre
  • *********
  • Messages: 27053
  • Ing. BBQ
  • Respect: +1460
Je me pose cette question depuis heures
« Réponse #6 le: novembre 25, 2019, 11:48:09 am »
0
Même au niveau physique, je ne pense pas qu'il y a toujours abus. Si l'agresseur attache sa victime ou la menace avec une arme, il n'y a pas d'abus de pouvoir physique.

Pas toujours, mais je ne pense pas que ce soit possible d'attacher quelqu'un de aussi ou plus fort que soit et être armé vs une personne non armée est une forme encore plus évidente de pouvoir (et ne pas être attaché vs quelqu'un attaché est encore plus de pouvoir).

El Kabong

  • Empêcheur de tourner en rond
  • Membre
  • *****
  • Messages: 5353
  • Données erronées, résultats significatifs.
  • Respect: -227
Je me pose cette question depuis heures
« Réponse #7 le: novembre 26, 2019, 08:01:25 pm »
0
Même au niveau physique, je ne pense pas qu'il y a toujours abus. Si l'agresseur attache sa victime ou la menace avec une arme, il n'y a pas d'abus de pouvoir physique.
Pardon?
Z